Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 20:21

http://www.meaux-picri.fr/images/Logo_Meaux.jpg

 

 

Relayer une telle information peut sembler voyeuriste, mais après moult hésitations, dues au caractère particulièrement scabreux de l'affaire, nous vous livrons ce fait divers lu dans 20minutes:

 

 

Meaux: Une lycéenne fait une fellation à un pion devant tout un groupe d'élèves

A Meaux, en Seine-et-Marne, une partie d'«Action ou vérité» a violemment dérapé vendredi soir, rapporte RTL ce mardi. Une lycéenne de 16 ans a ainsi fait une fellation à un surveillant âgé de 23 ans dans un bus scolaire.

Ce soir-là, des élèves de première et de seconde se rendaient en car de Meaux à Paris pour assister à une représentation au théâtre de l'Odéon. Assis au fond du car, un petit groupe d'élèves et un surveillant. Ce dernier avait apporté deux bouteilles de champagne, et a servi les cinq élèves qui l'entouraient. Il a ensuite pris l'initiative de lancer un «Action ou vérité».

 

Poursuivi pour corruption de mineure

 

L'une des élèves, en première L, a choisi de relever un défi plutôt que de raconter une «vérité». Ce défi: faire une fellation au surveillant. La jeune fille de 16 ans s'est exécutée devant tous les élèves. L'une d'eux, choquée, a prévenu ses parents par SMS. A l'arrivée du car, à 23h15, le pion est arrêté. Il ne semble pas avoir réalisé la gravité de son geste. Il est poursuivi pour corruption de mineure et sera jugé le 11 mars. Une procédure de licenciement est en cours, et il a reçu l'interdiction formelle de revenir au lycée. Une cellule d'écoute a de plus été mise en place au sein de l'établissement. La jeune fille, elle, clame qu'elle était consentante.

Le ministre de l'Education, Luc Chatel a indiqué ce mardi soir sur RTL que l'assistant d'éducation avait été «suspendu», et qu'il avait demandé une enquête administrative. Cette enquête «permettra de prendre toutes les décisions à la hauteur de la gravité des faits. Avoir une proximité avec les élèves, ce n'est pas dans l'absolu un défaut, avoir une proximité, avoir des liens, ne veut pas dire tomber dans des agissements absolument inacceptables. Ceci sera sanctionné», a conclu le ministre.

 

 

Il n'est pas exagéré de penser que bientôt de tels actes ne choqueront plus, étant donné l'omniprésence du sexe sur les affiches publicitaires, à la télévision, et bien évidemment sur internet. Du sexe pour lui même, complètement détaché de l'amour conjugal. N'oublions pas que les jeunes sont particulièrement visés par cette propagande, sous couvert d'instruction en cours de biologie, sous prétexte de divertissement dans les séries américaines et les films pour la jeunesse, qui font de la débauche une "cool attitude." Nous ne pouvons qu'éprouver de la compassion pour cette adolescente et ses parents, et espérer, sans trop y croire, que les enseignants sauront expliquer les vraies "choses de la vie" aux élèves témoins de la scène. En commençant par leur dire que les filles n'ont pas à se comporter en prostituées.

 

 

Et pour ceux qui ne sont pas convaincus de la volonté évidente de nos sociétés "développées" de corrompre, de pervertir, la jeunesse, à vous de juger:

 


 

Débauche, apologie de l'homosexualité, évocation du suicide, sentiment de solitude et impression profondément désespérante sont les ingrédients de cette série qui fait fureur en Angleterre comme chez nous.

 

 

 


 

Série américaine dans laquelle le sexe est encore omniprésent.

 

 


 

 

Série dont le public est soi-disant composé de femmes d'âge mûr, mais que les ados regardent volontiers. La femme au foyer y est constamment dévalorisée au profit de la femme qui travaille, la mère y est une épouse avide d'aventures.

 


Partager cet article
Repost0

commentaires

gougou 01/02/2011 23:10



Et biensur derrière toute cette propagande de pourrissement de notre jeunesse, des noms à consonnance d'un certain lobby "qui n'exixte pas" ...........



jeannette 01/02/2011 22:30



Je suis profondément choquée. Cette fille est à plaindre. Il faut vraiment protéger ses enfants de ces messages répugnants.