Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 19:32

 

http://france-licratisee.hautetfort.com/list/lire/couverture.3.jpg

 

Dans le RIVAROL en kiosque vendredi prochain, et déjà dans les boîtes mail des abonnés numériques, interview exclusive de Anne Kling!

 


 

 

Anne Kling :

Dès les années 1970, la Licra va systématiquement soutenir l’immigration de peuplement arabo-musulmane

 

 

RIVAROL: Anne Kling, vous intervenez à la journée de Terre et Peuple, sur le thème des lobbys qui prétendent diriger la France, et vous êtes l’auteur de trois livres remarqués, consacrés à la Licra, au Crif et aux révolutionnaires juifs. Dites-nous quel est votre cheminement intellectuel et politique?

 

Anne KLING : Je ne suis absolument pas issue de ce que d’aucuns appellent «l’extrême-droite». J’avais été suppléante au titre du RPR du député UDF strasbourgeois Harry Lapp. Je fus ensuite responsable de La Droite de Charles Millon, à Strasbourg. C’est dans le cadre de la préparation d’élections municipales à Strasbourg que mes ennuis commencèrent, et par là, ma prise de conscience. J’avais décidé de faire équipe avec Robert Spieler, alors président d’Alsace d’Abord et j’avais rédigé un tract, au titre d’une association que j’avais créée, où je liais immigration et insécurité. La Licra me traina devant les tribunaux, mais je fus relaxée. C’était ma première rencontre avec l’officine… Par la suite, un autre tract me valut de sérieux ennuis professionnels. J’étais fonctionnaire au Conseil de l’Europe, dont la Turquie fait partie, et j’avais eu l’outrecuidance de lancer une pétition contre l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne. Je considérai que c’était là mon droit le plus strict, en tant que citoyenne. Le secrétaire général du Conseil de l’Europe ne l’entendit pas ainsi et enclencha une procédure disciplinaire en vue de mon licenciement. J’avais décidé de me battre. Les tribunaux français n’étant pas compétents, j’ai obligé le Conseil de l’Europe à réunir un tribunal administratif international pour juger mon cas. C’était, à ma connaissance, la première fois que cela se produisait. Je finis, après quelques péripéties, par obtenir en grande partie gain de cause. J’ai certes terminé ma vie professionnelle dans un placard, mais je ne m’en suis pas plainte. Cela m’a donné du temps pour réfléchir à l’écriture de mes livres!

 

R. : Pourquoi avez-vous décidé de consacrer un livre à la Licra, et un autre au Crif?

 

A. K. : Le Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France) et la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme) sont peu connus du grand public. Il suffit de demander autour de soi ce que ces sigles signifient pour s’en rendre compte facilement.

Et même dans nos rangs, si l’on sait en général un peu mieux ce dont il est question, beaucoup ignorent l’étendue réelle du rayon d’action de ces officines. Leur puissance et leur capacité d’influence dans un grand nombre de domaines importants de la vie politique française, comme la justice, l’éducation nationale, la promotion de l’immigration arabo-musulmane.

Et donc on méconnaît généralement leur forte responsabilité dans la situation très dégradée de la France d’aujourd’hui. Jusqu’il y a une dizaine d’années, le CRIF qui se qualifie lui-même de porte-parole politique de la communauté juive de France auprès des pouvoirs publics, était occulté, dans les media surtout, par la puissante Licra. C’est la Licra qui jouait en matière de lutte «contre le racisme et l’antisémitisme» le rôle de bras armé et veillait jalousement à l’orthodoxie de la vie politique française. C’est qu’un renvoi en correctionnelle, une excommunication sur la place publique, un tabou jeté sur tel ou tel, étaient vite arrivés.

Et leur seule perspective suffisait à tenir en laisse une classe politique particulièrement docile. Mais les circonstances ont évolué depuis le début des années 2000 et la Licra, qui est toujours là et bien là, apparaît aujourd’hui en retrait derrière le CRIF qui tient à présent le haut du pavé et de l’affiche. Bien sûr, pour s’en apercevoir, il faut s’intéresser de près au fonctionnement de la vie politique du pays. Encore une fois, le grand public n’a pas conscience de la réalité et de la puissance de ces courants souterrains. 

Car les media du système se gardent bien d’attirer son attention sur une situation qui pourrait finir par paraître bizarre. Tout est fait au contraire pour éluder le sujet et ceux qui persistent à se poser trop de questions sont généralement réduits au silence par l’accusation absolument terrifiante d’antisémitisme.

Celle qui vous rejette illico en dehors de l’humanité et vous précipite aux enfers. Car il faut savoir que l’“antisémitisme” est actuellement le seul péché mortel encore existant.

 

R. : Parlez-nous des origines de la Licra.

 

A. K. : La Licra est l’officine la plus ancienne et a longtemps été la plus puissante. C’est elle qui a le plus fortement contribué à façonner le visage de la France d’aujourd’hui. Car elle a très fortement contribué à imposer au pays une immigration musulmane massive. Devant la tournure prise par les événements, elle est maintenant  un peu moins flamboyante. C’est l’une des raisons pour lesquelles le Crif a pris le relais.

Mais le pouvoir de la Licra a été très important globalement entre les années 1970 et 2000. Une période charnière qui a vu une véritable mutation du pays.

Pour comprendre d’où elle a pu tirer son pouvoir exorbitant, il faut remonter à la source: au confluent de deux événements majeurs du XXe siècle: la révolution bolchevique et la Seconde Guerre mondiale. Deux événements puissamment liés l’un à l’autre. Deux événements dont nous subissons encore fortement les retombées.

 

La Licra a été créée en 1926 sous le nom de Ligue internationale contre les pogroms par un journaliste communiste, Bernard Lecache. Qui, comme son nom ne l’indique pas, était né dans une famille juive d’origine ukrainienne réfugiée en France. Lecache a été parmi les premiers à adhérer au tout nouveau Parti communiste français qui se crée en 1921.

C’est donc un communiste de la première heure qui crée la Licra. Le pouvoir bolchevique règne alors d’une main de fer sur l’URSS depuis 8 ans et voudrait bien s’étendre à l’Ouest. C’est à cela que travaillent ses agents d’influence, tels que Lecache.

Ce dernier crée la Ligue pour assurer le battage médiatique voulu autour du procès de l’assassin de Simon Petlura, abattu à Paris par Samuel Schwartzbard. C’est le meurtre d’un nationaliste ukrainien par un communiste juif qui est à proprement parler à l’origine de la Licra. Le battage fait autour de ce procès sera immense et efficace : toute la gauche ainsi que la diaspora juive sont mobilisées, jusqu’aux Etats-Unis. Tant et si bien que par une inversion classique, à ce procès on ne jugera pas le meurtrier, mais sa victime, présumée coupable de pogroms en Ukraine. En réalité, le procès ne permettra même pas d’établir sa part réelle de responsabilité dans les exactions commises par son armée.

Bien évidemment, Schwartzbard est triomphalement acquitté à Paris en 1927 et dans la foulée Lecache transforme sa Ligue contre les pogroms, qui a parfaitement rempli sa fonction, en Ligue contre l’antisémitisme, pour disposer d’un rayon d’action plus vaste.

Nous sommes en 1928, il va présider la Licra pendant 40 ans, jusqu’en 1968. A ce moment-là prendra le relais Jean Pierre-Bloch, le second président de la Licra qui restera à son tour à sa tête jusqu’en 1993. Ce qui signifie que de 1927 à 1993, la Licra a connu en tout et pour tout deux présidents. Tous deux juifs bien évidemment, tous deux journalistes, tous deux de gauche, tous deux indéboulonnables. Une étonnante continuité. […]

 

 

La suite est réservée aux abonnés, ou RDV en kiosque vendredi !

Partager cet article

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans A lire dans RIVAROL
commenter cet article

commentaires