Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 19:35

 

http://img.over-blog.com/600x397/4/17/37/35/DSC_5050.jpg

J. B et André Gandillon, président des Amis de Rivarol.

 

 

Compte rendu à lire dans le numéro à paraitre vendredi 3/02v:

 

Le 28 janvier avait lieu à l’Espace Dubail comme chaque année depuis 1999 le Pot des Amis de RIVAROL. De nombreux rivaroliens avaient fait le déplacement depuis la province voire depuis l’étranger comme notre fidèle ami Max l’Impertinent. Diverses personnalités politiques étaient présentes: le vétéran Pierre Descaves, toujours fidèle au poste et à la bonne humeur légendaire, Bernard Brès, membre du bureau national du MNR, la dynamique Claudine Dupont-Tingaud, présidente de Réagir, venue de Quimper, Pierre Sidos, fondateur de l’Œuvre française, Yvan Benedetti, directeur de Jeune nation, René Burande, directeur administratif de Militant et bien d’autres.

 

LES ACTIVITÉS DE L’ASSOCIATION

 

Le président des Amis de RIVAROL André Gandillon ouvrit la réunion en faisant part d’une triste nouvelle : la mort d’un grand combattant, Jean Castrillo (voir page 2). Jérôme Bourbon fit le rapport moral et financier de l’association qui fut approuvé à l’unanimité. Le bureau sortant de l’association fut également reconduit dans un même consensus, André Gandillon comme président, Jérôme Bourbon comme secrétaire, François-Xavier Rochette comme trésorier et Jean-Paul Chayrigues de Olmetta comme vice-président. En 2011 les Amis de RIVAROL ont commencé à sillonner la France avec des conférences et des dîners-débats à Paris, à Toulouse, à Toulon, à Bordeaux et le rythme va s’intensifier en 2012 (rencontres déjà prévues à Dijon, à Nancy, à Valence, à Quimper, à Nice). Par ailleurs, pour aider à la diffusion du journal, ce qui correspond exactement aux buts et aux statuts de l’association des Amis fondée en novembre 1951, dix mois après la création de l’hebdomadaire de l’opposition nationale et européenne, nous avons décidé d’encourager la distribution de tracts.


Un généreux ami est venu expliquer son projet: il imprime de lui-même plusieurs milliers de tracts en format A4 (deux pages recto-verso) reprenant des articles et échos percutants de RIVAROL et il envoit gracieusement à toutes les personnes qui le désirent et se font connaître en lui téléphonant au 06-18-29-51-13 le nombre de tracts dont elles ont besoin. L’on peut boîter, faire des distributions à l’entrée du métro ou du bus, dans les gares mais la solution certainement la moins risquée et la plus rapide est de mettre des tracts sur des pare-brise de voitures garées dans la rue ou sur le parking d’un centre commercial ou autre. Chaque rivarolien ayant naturellement toute liberté d’agir comme il l’entend. Il faut cependant veiller à ce que la mention «ne pas jeter sur la voie publique» soit clairement indiquée en bas du tract. Lors des réunions qu’André Gandillon et Jérôme Bourbon animeront en province, ils apporteront désormais de manière systématique des tracts à distribuer. Avis aux amateurs!


En 2011 les ventes en kiosque du journal ont progressé de presque 2% alors que l’ensemble des publications accusait une baisse de 7% en moyenne. Ce n’est donc pas un mauvais résultat. En revanche, les abonnements qui avaient augmenté d’une centaine en 2010 ont chuté d’autant en 2011. Mais il est vrai que pour des raisons techniques les abonnements numériques ont été temporairement interrompus il y a plusieurs mois. Nous les rétablissons définitivement cette semaine avec une nouvelle formule, beaucoup plus sécurisée, avec de surcroît la possibilité offerte aux abonnés numériques d’accéder gracieusement aux archives de RIVAROL et d’Ecrits de Paris. Par ailleurs, avec la nouvelle boutique RIVAROL, il est possible désormais de commander directement en ligne des livres de la bibliothèque RIVAROL mais aussi des exemplaires du journal et de la revue, tant en version papier qu’en version numérique (voir ci-dessous) et bien sûr de s’abonner par Paypal.


Presstalis (anciennement les NMPP) ayant très fortement augmenté ses tarifs il y a un an, ce qui représente pour nous un manque à gagner de plusieurs dizaines de milliers d’euros annuels, nous avons décidé de confier la distribution du journal à son concurrent, beaucoup plus compétitif, les MLP (Messageries lyonnaises de France). Guidés par le même souci de réduction des coûts, nous allons chercher activement des locaux plus modestes pour le journal, le loyer actuel étant beaucoup trop dispendieux.

 

UNE ÉQUIPE QUASIMENT AU GRAND COMPLET

 

A l’issue de l’assemblée générale ordinaire de l’association, les rédacteurs du journal ont pris la parole : André Gandillon, Léon Camus, Hannibal, Robert Spieler et le jeune Scipion de Salm dont le talent prometteur a enthousiasmé la salle, surtout lorsqu’il a vanté la nécessité de défendre le trésor de notre langue française (surtout dans un journal qui a pour patron Antoine de Rivarol!) et de (re)lire les classiques de notre littérature. Léon Camus, titulaire de la chronique de politique étrangère, ne cela pas les risques immenses d’une guerre désormais imminente contre l’Iran. Il insista aussi sur la nécessité de donner une information précise avec des sources référencées et de se livrer à des analyses fines et de qualité. «On fait la queue devant une boulangerie qui fait du bon pain. Faisons donc du bon pain!» conclut-il. Robert Spieler, auteur de la «Chronique de la France asservie et résistante» qui est très lue, souligna les inquiétantes dérives du nouveau Front national. Hannibal, dont la chronique de dernière page est également fort appréciée, démontra, en s’appuyant, avec son humour habituel, sur un exemple avéré d’invasion végétale, la nécessité du maintien chez les peuples d’une nécessaire xénophobie, indispensable à leur survie, à leur rayonnement.

 

UNE LIGNE CLAIRE ET SANS CONCESSION

 

Après une pause où les visiteurs pouvaient profiter des différents stands (Terre et Peuple, Synthèse nationale qui vendait le dernier livre d’Anne Kling sur le FN, le stand de RIVAROL et d’Ecrits de Paris qui proposait une braderie de livres neufs et anciens) et échanger avec Vincent Reynouard et Hervé Ryssen qui dédicaçaient leurs ouvrages, le vétéran Pierre Sidos rendit hommage à l’actuelle ligne éditoriale du journal, une ligne sans concession qui appelle un chat un chat et ne se croit pas obligée de céder aux modes et aux caprices du temps. Puis Yvan Benedetti évoqua son ami Jean Castrillo et rappela l’extrême importance du refus intransigeant de toute dédiabolisation ou repentance, mais aussi de la place centrale de la fidélité aux idées, à la doctrine dans le mouvement nationaliste. Il transmit au public les salutations du fondateur et président des Jeunesses nationalistes Alexandre Gabriac. 


Le révisionniste Vincent Reynouard présenta, quant à lui, son nouveau livre Appel à Marine Le Pen et démontra, citations à l’appui, toute l’actualité de son analyse faite il y a bientôt dix ans sur les «quinze jours de la haine» qui avaient suivi le 21avril 2002. Enfin Hervé Ryssen expliqua qu’il s’intéressait surtout au combat culturel qui est également essentiel et enflamma l’auditoire en affirmant qu’il avait décidé de ne jamais reculer et qu’il avait fini par vaincre la peur qu’il éprouvait encore il y a quelques années lorsqu’il venait de rejoindre la mouvance nationaliste alors qu’il était issu de l’extrême gauche. Il invita enfin les participants à ne pas faire fonctionner (ou en tout cas le moins possible) l’actuelle société de consommation.


Bref, une journée d’amitié française et nationaliste fort chaleureuse. Rendez-vous (au plus tard) l’an prochain !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans A lire dans RIVAROL
commenter cet article

commentaires