Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 11:55

 

Un article du Nouveau NH, lu sur Patriote 76 :

 

On a beaucoup entendu parler ces dernières semaines, de ces fameuses promesses de parrainages d’élus, indispensables pour se présenter à l’élection présidentielle. Christine Boutin, Corinne Lepage et Marine Le Pen se sont plaintes de la difficultés à les obtenir. Carl Lang candidat de l’Union de la droite nationale (UDN), réussit tout de même à en "décrocher" 380. C’est pas si mal, pour un candidat peu médiatisé et sans beaucoup de moyens, mais cela reste insuffisant. Pourtant le candidat de l’UDN ne désespère pas de les obtenir avant la date fatidique du 16 mars.

Photo D.R

Jusqu’au bout, Carl Lang ne renonce pas à trouver les parrainages qui lui font encore défauts. Selon le président de son comité de soutien, Fernand Le Rachinel chargé de la collecte des signatures, il manque encore 120 promesses d’élus au candidat de l’Union de la droite nationale (UDN) pour voir prétendre se présenter à l’élection présidentielle. Ce sera "dur" reconnaît lui-même le candidat qui a dénoncé le silence médiatique ayant entouré sa candidature. M. Lang soupçonne également sa concurrente Marine Le Pen d’entretenir le flou à propos de ses propres signatures afin de conserver l’attention des médias sur sa personne.

Dimanche, dans une salle parisienne et devant un public 300 à 400 personne, composé pour la plupart d’anciens militants ou élus du Front national, Carl Lang a dans un discours très musclé souligné toutes les divergences existantes entre la droite nationale et le "gaucho-lepénisme" incarné par Marine Le Pen. Un discours qui se voulait résolument offensif mais également tourné vers l’avenir et les prochaines échéances électorales.

Comme le reconnaissait en aparté un cadre dirigeant du Parti de la France : " Avoir les 500 signatures, c’est accéder à la campagne officielle, c’est obtenir une certaine visibilité et ça c’est bien pour les législatives qui suivent… Ça nous permet d’avoir un peu de financement public pour le futur, sinon, sans moyen, ça va être évidement plus dur !".

Avant, le discours de Carl Lang, quelques figures de la droite nationale ont également pris la parole pour rappeler pourquoi, ils combattaient ou pourquoi ils avaient choisi de soutenir l’Union de la droite nationale.

Ainsi, Olivier Wissa, conseiller régional de Rhône-Alpes exclu récemment du FN par Marine Le Pen ou Roger Holeindre, très populaire au sein de la droite nationale qui rappela ainsi ses années d’engagement au service de la France et le sens de son combat. Yann Phélippeau, secrétaire général adjoint du MNR et Robert Spieler, délégué général de la Nouvelle droite populaire prirent également la parole. Ce dernier appela à un sursaut face à l’immigration-invasion et à la dénatalité qui frappent les pays européens et la France.

Yann Phélippeau, Fernand Le Rachinel, Robert Spieler, Carl Lang, Roger Holeindre, Olivier Wissa. Photo D.R

Partager cet article

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article

commentaires