Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 16:47

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/1b/Le_Pen_Paris_2007_05_01_n6.jpg/220px-Le_Pen_Paris_2007_05_01_n6.jpg

 

Lu sur Rue89 (extraits) :

 

Pour protéger sa délégation à Benghazi, l'Union européenne a choisi Jean-Pierre Chabrut, ex-responsable du Département protection et sécurité (DPS) du FN.


A l'hôtel Tibesti de Benghazi, transformé en nid d'espions depuis le début de la guerre en Libye, ils sont nombreux, ces derniers mois, à être venus graviter autour des chefs rebelles du Conseil national de transition (CNT).


Représentants diplomatiques, membres de l'ONU, de l'Union européenne, hommes d'affaires, humanitaires, ont élu domicile dans cet établissement aux allures post-soviétiques, situé au bord de la Méditerranée et au cœur du fief de la rébellion.

 

Aux côtés de ces « officiels », il y a également les « officieux », en particulier les agents des forces spéciales ou SMP (pour société militaire privée). Ceux qui assurent leur sécurité. Parmi eux, un personnage surgi d'un passé trouble : Jean-Pierre Chabrut, ex-responsable du Département protection et sécurité du Front national.

 

L'Union européenne s'est dotée d'un « privé » au profil inattendu. Pour protéger sa délégation, l'Europe a fait un drôle de choix en se tournant vers Jean-Pierre Chabrut.

 

L'ancien commandant d'infanterie de Marine, s'était fait connaître lors de son audition en 1999 dans le cadre de l'enquête parlementaire sur l'agissement et le fonctionnement du DPS, après des incidents en marge des manifestations. La confusion avec les forces de police était savamment entretenue par ses hommes, anciens policiers, militaires et vigiles aux crânes rasés.


Dissout depuis la scission Mégret-Le Pen, le DPS servait d'appareil de renseignement interne pour son président et ressemblait d'avantage à une garde prétorienne qu'à un service d'ordre.


Chabrut avait succédé à Bernard Courcelle à la tête du DPS. Interrogé par la commission sur ses liens avec Le Pen, Chabrut répondait alors fièrement :


« Je dépends directement du président, M. Jean-Marie Le Pen, “point-barre” comme on dit à l'armée ! »

 

 

 

 

Merci à C. G.

Partager cet article

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article

commentaires