Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 16:37

http://www.francetvinfo.fr/image/74vp4aa4e-f389/570/320/1593287.jpg

 

Nous avions décidé de boycotter l'affaire. La pornographie qui s'invite dans la vie politique, au début c'est pathétique, ensuite c'est pesant, à la fin ça donne la nausée. Mais les journaleux reviennent sans arrêt sur le sujet, et l'on peut s'attendre à ce que la saga DSK ne se termine pas de sitôt. Un mot, donc, ne serait-ce que pour exprimer la profonde lassitude et le dégoût qu'inspire DSK, la créature "mi-homme, mi-cochon" selon Marcela Iacub, la journaliste (chroniqueuse à Libé) qui a couché avec dans le but de faire parler d'elle, comme d'autres jouent les infiltrées au FN pour avoir leur minute de gloire. DSK lui-même se dit "choqué", écoeuré par ce livre : on ne le savait pas si fine bouche. Un homme capable d'organiser, en parallèle de ses engagements politiques, des partouzes, et en y mettant tout son coeur encore, en s'assurant, via un échange de textos, qu'il y aura assez de filles, et du "matériel", devrait pouvoir supporter un langage ordurier et la description de relations cochonnes. Ce n'est pas comme s'il devait ménager son image de marque: même Sinclair, qui ne voit pas le problème (d'après Iacub) de se "faire sucer" par une femme de chambre ne veut plus du "chimpanzé en rut" (Tristane Banon) ni de la créature à mi-chemin de l'homme et du porc que décrit Iacub.

 

Parlons-en, de Iacub, de sa cohérence idéologique par exemple: grande partisane du viol et de la prostitution devant l'Eternel, elle se met en adéquation avec ses idées dans cette affaire. Comment appelle-t-on en effet une relation sexuelle à but lucratif? La veinarde a aussi eu le droit de se faire brutaliser par le "cochon", en tout cas c'est ce qu'elle laisse entendre. Souffrir pour ses idées, c'est-y pas admirable? Souffrir pour un bébé, c'est autre chose: entre autres bizarreries, l'amatrice de porc vante l'usage d'utérus artificiels qui permettraient à la femme de ne plus se faire suer à porter ses enfants neuf mois... Drôle de personnage; c'est son arrière-grand-père, rabbin, qui doit se retourner dans sa tombe!

  

Partager cet article

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Point de vue
commenter cet article

commentaires

vervaet 23/03/2013 17:42


Le papy queutard, baptisé au sécateur, sa femme et sa maîtresse écrivain de la même tribu, méritent ils autant d'attention ? Rivarol vous me faites parfois des reproches que j'accepte, alors
recevez les miens, l'histoire du cochon, des truies, des petits porcelets, ça va pour la marmite, pas pour Rivarol, laissez cette tribu dans la fange, c'est leur lieu de prédilection, d'autres
que vous, des plumitifs vomitifs, s'en occuperont dans leurs journaux pipoles, chacun son trip ?

Aryana 27/02/2013 19:12


Avec des journalopes complaisants lui faisant de la pub gratis pour son bouquin crad d'un coté ,et de l'autre un rupin pervers assoiffé de postures à la télé , cet écrivaillon compte écoulé sa
marchandise minable chez qui exactement ?


Perso , je boycott tout bouquin obtenant sa promo positive ou négative à la télé car cela ne profite qu'à certains genres d'écrivaillons peu interessants pour les gens intelligents .


Les louages par les merdias obèses sont forcement suspectes et les critiques des faux jetons sans talents payés pour dénigrer tout ce qui est Beau ,  Bien ou Vrai c'est de la manip pour
écouler de la camelote à gogos .


 


par contre tout ce qui est férocement méprisé , omertaisé, villenpidé, contesté par les merdias subventionnés devient déjà plus interessant , surtout si en plus les imposteurs dénigreurs veulent
faire interdire un bouquin , là y'a anguille sous roche et on peut voir ce que les non-subventionnés disent .


 


la Iacub peut attendre jusqu'à perpette car meme gratis je ne voudrais jamais lire son bouquin !

Sylvie 26/02/2013 23:27


Les névroses sexuelles sont décidément choses courantes dans cette communauté d'apatrides... Cette volonté de déposséder les femmes de leur nature biologique est une obsession que l'on trouve
aussi chez sa coreligionnaire Joy Sorman. Elles ne s'acceptent pas en tant que femmes, et cherchent à se libérer, non pas de leur condition de femme comme elles le prétendent, mais d'un mal-être
probablement lié à un traumatisme d'ordre sexuel. Au lieu de se soigner, elles projettent leur mal-être personnel sur l'ensemble de la gent féminine, comme beaucoup de féministes.