Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 19:01

 

http://www.leparisien.fr/images/2012/10/12/2225165_0cb314ac-13ec-11e2-a5e8-00151780182c.jpg

 

Lu dans Le Parisien:

 

Ligotée à un banc, une corde à sauter serrée autour de son cou. C’est ce qu’a subi Leyna, une fillette de 6 ans en CP, dans la cour de récréation de l’école Pasteur de Goussainville (Val-d’Oise).
  
Le 21 septembre, à l’heure du déjeuner, la petite fille est prise pour cible par d’autres élèves plus grands et « étranglée », selon Pascal François, son père, qui a déposé plainte. 

« Une simple brûlure due au frottement de la corde et une contusion au cou, minimise-t-on à la mairie, rapport médical à l’appui. On lui a immédiatement mis une compresse de désinfectant et fait une déclaration d’accident. » La fillette est parvenue seule à se défaire de ses liens avant d’aller se plaindre auprès d’un employé de la mairie responsable des enfants mangeant à la cantine.

Cordes à sauter interdites

Il s’agit de la troisième agression contre l’enfant depuis le début de l’année scolaire. Juste après la rentrée, Leyna a été tabassée par des élèves pendant la récréation. Quelques jours plus tard, un enfant a tenté de l’étrangler. Le père avait signalé ces incidents à la directrice mais avec « l’impression que chacun fuyait ses responsabilités », dit-il. « A chaque fois, on m’a demandé à quel moment cela s’était passé pour déterminer le responsable entre l’école et la mairie », déplore-t-il. A la mairie, comme à l’inspection académique, on estime que le nécessaire a été fait. Un conseil extraordinaire d’école a opté pour des mesures drastiques il y a quelques jours. Cordes à sauter et foulards sont désormais interdits. Tout comme les bonbons et goûters, « pour éviter les risques de bagarre ». Une partie de la cour difficile à surveiller a été condamnée et les récréations ont été décalées pour éviter que petits et plus grands ne se côtoient. Trois adultes assureront leur surveillance. Enfin, les élèves vont participer à une action pédagogique sur les jeux dangereux.
   
« Ce n’est qu’après mon dépôt de plainte que les choses ont bougé, regrette le père de Leyna. Ils n’ont pris que des mesures d’interdiction qui montrent leur incapacité à surveiller nos enfants. » Il doit rencontrer le responsable du service enfance de la mairie.

 

Dans ce récit, on note qu'aucun élève n'a eu de sanction. La petite fille doit donc retourner tous les jours à l'école côtoyer des agresseurs qui visiblement s'acharnent sur elle. Faudra-t-il un accident gravissime, voire tragique, pour que la directrice ou la mairie intervienne? Il sera facile alors de pleurnicher sur le sort de cette petite, de faire des déclarations martiales, d'annoncer des mesures qui ne seront jamais appliquées. Pour l'heure, les parents comme la petite vivent l'école comme un calvaire, dans l'indifférence générale.

Partager cet article

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

Aryana 13/10/2012 18:56


Persécuter une minuscule gamine de 6 ans dans une école républicaine est considéré comme un "jeu" par les gochistes de l'éducation nationale ?


C'est pas grave ,y'apas eu mort d'homme , dira-t-on à la mairie ,meme si la gamine de 6 ans a failli etre bel et bien tuée par étranglement , avait déjà été tabassée par la meme clique de tarés
déjà quasi -meurtriers ?


La complaisance gochiste envers tous les tordus est criminelle et intolérable dans une république qui se croit exemplaire mais ne passe son temps qu'à protèger assassins et violeurs d'origine
étrangère , et se vante au quotidien de sa posture d'incitation à la haine anti-blancs dans tous les merdias gochistes subventionnés par nos impots !


Quand cette obscène mascarade gochiste va enfin se terminer afin que nos gosses et voisins blancs n'aient plus à etre persécutés dans leurs propre nation par des envahisseurs d'origine bolchévik
et gochiste, tel un goulag carcan quasi-stalinien ?