Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 13:17

http://www.frontnational.com/wp-content/themes/pk2011_itis/timthumb/timthumb.php?src=http://www.frontnational.com/wp-content/uploads/2011/10/philippot-florian.jpg&w=300&h=300&zc=1&q=95

 

Par Régis Muller, notre correspondant en Lorraine.

 

La 6e circonscription de la Moselle, dite de Forbach, est l’une des terres de France les plus favorables au Front national depuis la fin des années 1980. En 1988, le Dr Guy Herlory, député mosellan FN sortant — il avait été élu à la proportionnelle en 1986 —, avait d’ailleurs choisi ce territoire pour se représenter à la députation. S’il ne fut pas victorieux, il obtint un score plus qu’honorable. Depuis lors, à toutes les élections où le parti de JMLP pouvait présenter un candidat, particulièrement dans les cantons ou communes de Forbach, Stiring-Wendel, Freyming-Merlebach, L’Hôpital, Henriville… le candidat FN faisait un carton. Ces villes de l’Est mosellan n’avaient rien à envier à certaines communes du sud, d’Alsace ou du Nord-Pas-de-Calais, dont la “lepénisation” était, pour une raison incompréhensible, beaucoup plus médiatisée.

   

Pour les législatives de juin dernier, Marine Le Pen et ses têtes pensantes ont longtemps hésité avant d’investir un candidat dans cette circonscription. Le candidat naturel eût été Eric Vilain, conseiller régional de Lorraine depuis 2004, patron de la fédération de 2007 à octobre 2011, secrétaire de la circonscription à la même période. A toutes les élections des années 2000, ce cadre d’entreprise, particulièrement bien implanté dans ce qui était devenu son fief FN, a obtenu des scores remarquables (31 % au 1er tour à la cantonale dans le canton de Freyming-Merlebach, 49,3 % dans la commune de Henriville !)

  

Mais au Front national, lorsque les locaux ont bien travaillé le terrain et constitué un terreau et un réseau d’électeurs assurés, et surtout lorsqu’une circonscription électorale est dès lors réputée gagnable, les pontes du parti, qui ont les dents longues et l’estomac électoral dans les talons, oublient que dans les terres attachées à leur identité et reconnaissantes à leurs élus de défendre les valeurs traditionnelles, le parachutage est un talon d’Achille.

  

Dès la fin de 2011, Eric Vilain s’est vu retirer ses responsabilités départementales et locales par les manœuvres de Thierry Gourlot, lequel, privé de son titre de secrétaire régional — parce que la fonction de secrétaire régional avait été supprimée après l’élection de Marine Le Pen à la présidence du FN — voulait retrouver un poste de direction départementale dans l’organigramme du parti. Précisons que l’opportuniste Thierry Gourlot, aujourd’hui conseiller régional FN proche du sénateur sans étiquette, jadis RPR et naguère UMP, Jean-Louis Masson, par haine du sénateur et maire UMP de Woippy, François Grosdidier de Mâtons — lequel Grosdidier avait été témoin de Gourlot lors de son premier mariage — avait été longtemps un proche et ardent défenseur de Bruno Gollnisch avant de tourner casaque et de devenir un mariniste sourcilleux.

 

LA CHUTE DU PARACHUTE

 

Toujours est-il qu’au début de 2012, Marine Le Pen voulait faire un coup en Moselle. Dans un premier temps, c’est le fils de l’aviateur et Compagnon de la Libération Clostermann qui fut pressenti. Ce dernier vint en reconnaissance à Forbach, où, après une rencontre avec les militants du cru, il comprit qu’il ne pourrait « faire son trou » dans un secteur par essence hostile au parachutage d’un « Français de l’intérieur ». Finalement, c’est Florian Philippot qui jeta son dévolu sur une circonscription dans laquelle il était persuadé que son aura nationale lui permettrait de rafler la mise. On connaît la suite. Eric Vilain, que Philippot ne voulut pas même comme suppléant — ce qui en dit long sur l’incompétence politique des énarques autant infatués que déracinés — se présenta sous l’étiquette « Rassemblement Bleu de France » et obtint plus de 4 % des suffrages au premier tour, soit 15 % du total des voix rassemblées par les deux candidats nationaux, cassant ainsi la dynamique du candidat officiel. Au deuxième tour, le maire PS de Forbach fut élu député de la circonscription.

  

Depuis lors, Florian Philippot, assez régulièrement de passage dans la circonscription, s’arrêtant de temps à autre dans quelque café ou brasserie, jamais accompagné de militants locaux mais seulement de deux ou trois inconnus dans le landerneau, dont un jeune éphèbe qu’il présente comme son collaborateur, annonce vouloir se présenter aux prochaines élections municipales. On le dit candidat à Forbach, à Stiring-Wendel, à Freyming-Merlebach… A noter que, sauf erreur de notre part, il ne prend jamais la peine de descendre dans un hôtel du secteur, préférant loger à Metz, où les soirées et les nuits sont plus anonymes. A près d’un an de l’élection, il semble indécis, peu inquiet d’afficher son nomadisme électoral, dont la presse locale commence à faire ses choux gras.

  

Désormais, les militants qui ont lâché Vilain en juin dernier pour soutenir le parachuté ont engagé une fronde contre Philippot « le Parisien ». L’affaire est sur la place publique. Dans son édition du 12 janvier dernier, le Républicain lorrain évoque la fronde anti-Philippot dans ses pages locales et régionales : « La base contre l’énarque : Front national, clash en Moselle-Est », ou encore : « Florian Philippot contre les militants locaux FN : le torchon brûle ».

 

LA REVOLTE GRONDE

 

De fait, après des mois d’indifférence à leur égard, voire de mépris à leur encontre, les militants de la circonscription, et parmi eux des militants de longue date qui ont passé des nuits et des nuits à tracter et à coller, font état publiquement de leur déception, de leur désarroi et de leur exaspération. Parmi eux, […]

 

Pour lire la suite, achetez RIVAROL en kiosque dès vendredi, ou téléchargez le pdf dès aujourd'hui, ou mieux encore ABONNEZ-VOUS (plusieurs formules possibles). 

Partager cet article

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans A lire dans RIVAROL
commenter cet article

commentaires