Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 10:56

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b1/Tremblay-les-Gonesse_-_Mairie_et_école_de_garçons.jpg

 

Mesdames, veuillez céder la place ! (Qui a dit: dans ce sens, on n'a pas le droit de réclamerla parité ?)

 

Afin d'établir cette parité, les femmes devront être systématiquement saquées aux concours de recrutement. Les hommes ne se bousculent pas pour se faire embaucher? Qu'à cela ne tienne ! Nous les recruterons de force !

 

Stupide, avez-vous dit? Mais non, voyons, c'est de la discrimination positive.

 

Les professeurs femmes gâchent-elles les chances des élèves garçons ?

 

Selon une étude britannique, les enseignantes, largement majoritaires dans l’éducation, noteraient moins bien les garçons. Une occasion de questionner la place prédominante de celles-ci au sein des structures d’enseignement…

Auteur : Roger Célestin est journaliste spécialisé dans l’éducation – L’auteur écrit sous pseudonyme.

Article publié sur Atlantico le 18 février 2012

Faudrait-il ajouter au catalogue des mesures pour l’école présentées par les candidats à l’élection présidentielle « la volonté d’établir la parité entre hommes et femmes parmi les enseignants des écoles, collèges et lycées » ?

La lecture d’une étude étonnante conduit à penser que, oui, il est urgent que les hommes soient beaucoup plus nombreux à devenir enseignants. Cette étude prouve en effet que les écoliers britanniques ont de moins bons résultats que les écolières (comme c’est le cas en France) s' ils savent qu’ils seront notés par des institutrices, parce qu’ils intègrent le fait qu’alors, leurs résultats seront moins bons. S’ils ne savent si leur travail sera noté par un homme ou une femme, alors leurs résultats sont meilleurs. (Enquête du Centre for Economic Performance, London School of Economics). Il est probable qu’une telle étude conduite en France produirait des résultats comparables.

Lire la suite

Source : Veille-education.org

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Point de vue
commenter cet article

commentaires

Homme culture & identité 23/02/2012 00:46


Paul : Effectivement certains proposent des pédagogies adaptées à chaque sexe, ainsi en est-il de Jean-Louis ADUC :
http://www.homme-culture-identite.com/article-education-sauvons-les-garcons-99939592.html


Sylvie : vous avez raison sur le risque pour les hommes, le risque d'être accusé de pédophilie est réel. Aujourd'hui une main sur l'épaule d'un enseignant sur son élève est complètement
proscrite.

Paul 21/02/2012 18:52


Je ne suis peut-être pas allé au bout de mon raisonnement dans mon précédent message… Garçons et filles sont différents… Reconnaître cette différence, ce serait admettre que garçons et filles
relèvent de pédagogies différentes… Jusqu’à quel âge ? Ou entre quel et quel âge, si on admet une mixité pour les tout petits… Un point de vue sans doute très rétrograde… Bien que la non mixité
soit toujours pratiquée par de nombreuses institutions confessionnelles, généralement louées pour leur efficacité… L’échec de la mixité, son rejet, c’est aussi un point de vue que s’est refusé
d’aborder l’auteur de l’article… La question des des enseignants - hommes ou femmes - se trouve bien sûr liée… Le harcellement des prêtres pour comportements innapropriés aussi…

Paul 21/02/2012 13:01


Observation intéressante… Mais peut-être simpliste… J’aurais un point de vue très différent. Que l’enseignant soit masculin ou féminin cela ne changerait rien dans une distribution des notes qui
serait plus favorables aux filles. Cela tiendrait tout à la fois à la nature très différente des filles et des garçons… et à l’ego des enseignants. Pour faire court, je dirais que dans leur
majorité les filles sont plus réceptives, acceptent plus facilement la parole du maître alors que les garçons globalement  sont plus indépendants, plus critiques, plus rebelles… Or tout
maître, consciemment ou pas, sera flatté que sa parole soit fidèlement répercutée par ses ouailles… Homme ou femme, il se notera autant qu’il note l’élève ! Hommes ou femmes, lesquels dans leur
ensemble apprécient le plus la manifestation d'une personnalité chez les jeunes ? Je me garderai bien de répondre…  Le vrai critère pour juger de l’efficacité d’un enseignement, ou plutôt
d’une formation, serait celui de la réussite post-scolaire…

Sylvie 21/02/2012 11:31


S'il y a moins d'hommes dans l'enseignement, c'est peut-être aussi qu'il y a cette peur d'être accusé de pédophilie au moindre conflit avec les élèves ou leurs parents. Par les temps qui courent,
si j'étais un homme, je me garderais bien de travailler au contact d'enfants ou d'adolescents, surtout avec le "handicap" d'être mal-pensant.