Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 11:33

http://www.la-feve.fr/images/esther_benbassa_-2971.jpg

 

C'est ce que déclare Esther Benbassa, sénatrice EELV, qui a constaté qu'il est de plus en plus difficile d'obtenir la nationalité française (vraiment?) Horreur, il faut rassembler des papiers, faire la queue dans une administration, et même montrer que l'on maîtrise la langue, un comble ! De plus, le candidat à l'obtention de la nationalité doit justifier de son autonomie matérielle. Quoi ? Il faut donc prouver que l'on travaille? Non, Français, ne rêvez pas. Il faut seulement, si l'on n'a pas de CDI, avoir "la connaissance d'un métier". Ouf, notre nouveau Français va donc pouvoir postuler pour le RMI ou le RSA dès la réception de la préciese carte plastifiée.

 

Que l'on se rassure pour nos amis immigrés, ce sont quand même plus de 100 000 étrangers qui ont été naturalisés en 2009, 95 000 en 2010 et 66 000 en 2011.

 

Mais au fait, qui est cette sénatrice qui se soucie tant des immigrés ? Une femme, d'abord, qui considère que l'immigration est une source de richesse, et qui cite en exemple des immigrés exemplaires selon elle :

 

"Beaucoup d'étudiants, d'artistes immigrés ont contribué à la renommée de la France, qu'ils soient venus de l'Est comme Marie Curie, Georges Charpak ; du Sud comme Picasso, Yves Montand, Coluche ; ou d'Afrique comme tant de musiciens, de sportifs. Aujourd'hui, Modigliani ou Zidane ne seraient pas naturalisés. Impossible est devenu français."

 

 

Puis, vous vous en doutez, l'amie Esther est une immigrée elle-même, au parcours si émouvant...

 

Esther Benbassa est arrivée en France à l'âge de 22 ans, pleine d'espoir. A Istanbul, son seul prénom suscitait des réactions de rejet. Juive. "Mon père vantait la grandeur de la France. "Elle a réhabilité Dreyfus !", disait-il. Il ne me parlait jamais de ceux qui l'avaient condamné. J'ai grandi dans ce mythe de la France tolérante, de Zola, des droits de l'homme. Ma préceptrice arménienne m'a appris le français et j'ai fait ma scolarité dans des écoles congréganistes francophones. Quand j'ai émigré en Israël, j'ai passé un bac français. Pour moi, la France représentait le meilleur de l'Occident. Liberté, égalité, fraternité, culture..."

 


Aujourd'hui qu'elle enseigne l'histoire du judaïsme moderne à l'Ecole pratique des hautes études, elle remercie la France accueillante, celle qu'elle idéalisait pendant sa jeunesse. Mais elle critique les courants nationalistes et racistes français, qu'elle a étudiés - l'antisémitisme pour commencer. Elle les retrouve exacerbés aujourd'hui. "La droite revalorise une mythologie dépassée, qui rappelle l'affaire Dreyfus, les années 1930, quand on parlait de l'étranger ou du différent comme d'un ennemi de l'intérieur. Hier, c'était le Juif ; aujourd'hui, c'est le Rom, l'Arabe ou le musulman. Depuis cinq ans, Sarkozy fait la course avec le FN sur l'identité nationale, ses ministres désignent des populations à la vindicte. Ils remettent en cause l'idée républicaine du vivre-ensemble. Ils ont fait sauter un tabou mis en place par le gaullisme. Ils ont remis en selle le Front national, l'ont légitimé. Voilà pourquoi il monte." [...]

 

Elle est partisane d'une "discrimination positive" volontariste, qui rééquilibre les disparités. Est-elle consciente qu'on va l'accuser de vouloir défavoriser les Français d'origine ? "Ce n'est pas promouvoir le favoritisme ou installer des quotas. Il s'agit de donner un coup de pouce à des gens défavorisés. Voyez ce qui s'est passé aux Etats-Unis avec l'affirmative action. Elle a permis à beaucoup de Noirs de faire des études supérieures, d'accéder aux responsabilités."

 

 

Source: Le Monde.

Partager cet article

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article

commentaires