Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 09:45

 

Un exemple parmi tant d'autres... Celui-ci est partuculièrement immonde.

 

 

 

 

 

Un couple de personnes âgées a été retrouvé mort à son domicile de Maurepas (Yvelines), vendredi soir. Agés de 72 et 77 ans, l’homme et la femme ont été découverts ligotés avec du fil de fer et poignardés de plusieurs coups de couteau. Ils pourraient également avoir été torturés, mais les enquêteurs sont en attente d’une autopsie pour préciser cette hypothèse.

 

Ce sont les pompiers qui ont fait la macabre découverte vendredi soir, après avoir été alertés par la nièce du couple et un voisin, Daniel. « Je les ai croisés et tout allait bien, raconte ce riverain installé juste en face de la petite maison de Gilbert et Marie-Louise. Mais, le lendemain, j’ai remarqué que leur voiture n’était pas là et que les deux volets du salon étaient baissés, ce qui n’arrivait jamais. J’ai trouvé cela bizarre. J’ai attendu toute la journée, inquiet. Le soir, j’ai croisé une de leur nièce, assez angoissée elle aussi. On a appelé les pompiers qui les ont retrouvés morts dans leur maison… »

 

Les secouristes n’ont rien pu faire pour les deux victimes, décédées depuis plusieurs heures. L’homme était ligoté contre un meuble, les bras en croix, et son épouse reposait à ses côtés. Ils ont été atteints par plusieurs coups de couteau et leur domicile a été fouillé. Autant d’indices qui font penser à un « saucissonnage », cette technique qui consiste à détrousser des personnes en les ligotant et en les torturant pour leur réclamer de l’argent. La brigade criminelle de la police judiciaire de Versailles est chargée de l’enquête.

Ils étaient décrits comme « très accueillants »

Hier, les policiers ont entendu plusieurs voisins. Beaucoup d’entre eux s’interrogent sur les circonstances du drame. « Pourquoi les assassins auraient-ils pris soin de rentrer la voiture et de fermer tous les volets. C’est tout de même une étrange réaction pour des voleurs », se demande l’un d’entre eux, choqué par la nouvelle. Daniel assure que ses voisins recevaient très souvent des démarcheurs dans leur maison. Décrits comme « très accueillants », voire « naïfs », Gilbert et Marie-Louise ouvraient très souvent leur porte aux commerciaux. Ils venaient même de signer un contrat pour la pose d’une porte d’entrée à 6000 €. « Ils n’arrêtaient pas de se faire arnaquer et, cette fois, ils s’étaient fait rouler en beauté, peste Daniel. Heureusement, sur mes conseils, ils avaient envoyé un courrier de rétractation à la société chargée des travaux. La lettre était partie il y a quelques semaines. »


Appréciées par les habitants de la tranquille avenue du Roussillon, les victimes avaient fait carrière à l’Institut national de recherche agronomique (Inra) de Versailles. Originaire de Bretagne, Marie-Louise, que tous ses proches appelaient Jeanine, aimait rappeler qu’elle avait été la « première épicière du premier supermarché Leclerc » à Landerneau (Finistère) au début des années 1950. Depuis quelques années, elle était handicapée par des problèmes de dos. Passionné de photo, Gilbert venait d’apprendre qu’il souffrait de la maladie de Parkinson. Les victimes, mariées en seconde noce, n’avaient pas d’enfant en commun.

 

 

Source.

Partager cet article

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article

commentaires