Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 août 2011 6 27 /08 /août /2011 18:11

 

http://2.bp.blogspot.com/_1HE-Da-B2yE/Sh0zfFwiuOI/AAAAAAAAA6M/oum5PfSMJ30/s400/p1010202.jpg

 

Reuters:

 

Une coalition de petits partis d'extrême droite présentera un candidat à la présidentielle de 2012 pour contrer Marine Le Pen, dont ils dénoncent les orientations républicaines et, selon eux, démagogues. Le nom de leur champion, qui a de fortes chances d'être le président du Parti de la France Carl Lang, sera annoncé le 13 septembre lors d'une conférence de presse à Paris.


"La candidature de Marine Le Pen est une imposture et l'objectif de cette union est de refonder la droite nationale", a expliqué Carl Lang à Reuters. Pour l'ancien cadre du Front national, Marine Le Pen a pu faire illusion au début mais ses positions "sont déconnectées des réalités du XXIe siècle". "Par des effets d'annonce, elle est en train de discréditer la droite nationale par ses positions économiques et sociales, par son discours sur la sortie unilatérale de la France de l'euro et par son discours étatiste et laïciste", dit-il. "Tout ça, c'est de la démagogie sociale et dans le domaine économique, c'est archaïque. Malgré l'image que ça donne, elle est en train de ringardiser le discours national", ajoute-t-il.


S'il parvient à réunir les 500 parrainages requis pour se présenter à la présidentielle, le "candidat d'union" pourrait priver la présidente du Front national de précieuses voix dans l'âpre bataille pour l'accession au second tour de scrutin. La dirigeante du FN, qui semblait en mesure de se qualifier pour le second tour au printemps, a en effet perdu du terrain dans les sondages pendant l'été et arrive à présent en troisième position avec 15% à 20% des intentions de vote.

 

Carl Lang considère que la fille de Jean-Marie Le Pen, qui a succédé à son père en janvier dernier et à laquelle il s'était vainement opposé, a ouvert un espace pour une coalition qui vise 2% à 3% des voix. "Toute normalisation libère ipso facto de l'espace sur sa droite", confirme le politologue Jean-Yves Camus, spécialiste de l'extrême droite. "A 2% ou 3% des voix, ça peut empêcher Marine Le Pen d'être dans le duo du second tour, même si l'hypothèse la donnant au second tour ne semble plus d'actualité pour le moment", dit-il. Jean-Yves Camus doute cependant qu'un tel candidat puisse réunir les parrainages nécessaires pour se lancer dans la course à l'Elysée et qu'il y ait de la place en France à ce niveau pour deux formations d'extrême droite. "Dans aucun pays d'Europe cette famille ne réussirait à présenter deux candidats. Mais une telle candidature peut constituer une force de nuisance" pour le FN, ajoute-t-il. Le politologue souligne que le futur candidat de la "droite nationale" va gêner Marine Le Pen dans la récolte des parrainages d'élus, qui est loin d'être acquise.

 

Carl Lang, lui, juge l'objectif "tout à fait réalisable pour ses amis, d'autant que le candidat ne portera pas le nom de Le Pen." "Les réticences s'exprimeront moins", assure-t-il. Le futur candidat bénéficiera du soutien du Parti de la France, de la Nouvelle droite populaire (NDP) de Roland Hélie et de Robert Spieler, et du MNR, autrefois dirigé par Bruno Mégret. Ces trois partis, qui prolongeront leur union lors des législatives de 2012, avaient déjà lancé des listes communes aux régionales de 2010, obtenant 3,8% en moyenne dans les sept régions où ils étaient présents.

 

Cette confédération pourrait essayer d'attirer Jacques Bompard, maire d'Orange et ancien élu FN, ainsi que diverses personnalités. "La porte est ouverte à tous les courants", confirme Carl Lang. Bruno Gollnisch, le rival malheureux de Marine Le Pen pour la présidence du FN, a choisi pour le moment de rester au sein du parti lepéniste avec nombre de ses partisans, qui voudraient y structurer une minorité interne forte. Cependant, d'éventuels ralliements à la coalition anti-Le Pen pourraient embarrasser un peu plus la présidente du FN. "Les partisans de Bruno Gollnisch ne font pas scission pour le moment, mais si une partie partait, ça leur amènerait des moyens", souligne Jean-Yves Camus.

 

 

Steeve Briois a réagi très élégamment en déclarant au JDD:

 

"Ce comportement de traîtrise n’aura aucun écho, ni auprès des électeurs, ni auprès des maires", martèle-t-il. "Ce qu’il souhaite en réalité, c’est un moyen d’exister financièrement et d'assurer son petit train de vie. Il veut avant tout avoir une coalition aux législatives pour lui permettre d'obtenir un financement public", dénonce Steeve Briois.

 

Il est vrai que le désintéressement des Le Pen est proverbial! L'accusation trahit surtout la fébrilité de la donzelle (nous parlons de MLP, bien entendu).

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

RAS LE BOL 30/08/2011 16:01



2012:


ABSTENTION ABSTENTION! Ce système de pourri ne doit plus rien représenter.



Céline Drumont 29/08/2011 12:03



0+0+0+0+0+0= toujours 0


1er étape, déterminé l'ennemi principal, ensuite on pourra commencer à avancer...


Et que nos leaders cessent de se trouver des "Esther" comme compagnes (jenny et jean marie; catherine et bruno ou à l'inverse louis et marine .....



Sylvie 29/08/2011 09:28



Tous les partis, y compris (et surtout) le FN, voient dans les législatives un moyen de renflouer les caisses... Ce que dit Briois est donc tout aussi valable dans le cas de son parti, et de sa
personne. Sa réaction est donc ridicule.



Le Strasbourgeois 28/08/2011 15:15



« mais la ligne politique me paraît trop light et empreinte de libéralisme »


Exact ! Erreur fatale ! La « vraie » droite contre le programme « social » s'adressant au peuple c'est carrément à côté de la plaque. M. Lang n'aura ni les voix de la droite (ou si
peu) ni les voix du peuple. Il peut aller se rhabiller. Mme Le Pen n'aura pas ma voix et M. Lang non plus. On va vers un taux d'abstention record. Du jamais vu...



BFAF 27/08/2011 22:08



Content de vous relire :) ! 

Créer une coalition à la droite de Marine Le Pen est une bonne idée mais la ligne politique me paraît trop light et empreinte de libéralisme... Je crois que ce n'est oas la bonne solution.
J'attend de voir avant de me prononcer mais ça me donne pas envie de voter en 2012...