Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 07:00

 

 

Vidéo du 20 juin 2011: le problème n'est pas nouveau.

 

 

Edouard Ferrand a peut-être une solution pour eux?

 

Lu dans Le Parisien:

 

La ville d'Angers (Maine-et-Loire), apparemment réputée pour ses services d'accueil, fait face depuis deux ans à un afflux persistant de migrants, pour beaucoup venus de pays africains en proie à la guerre ou à la famine. Aujourd'hui, la ville sature et appelle au secours : les services d'accueil sont débordés, les centres d'hébergement affichent complet, les points de distributions alimentaires refusent du monde, ce qui crée des tensions.



Plus de 800 demandeurs d'asile, principalement venus de Somalie, Soudan ou Erythrée, sont arrivés depuis le début de l'année dans cette ville de 155.000 habitants. Ils étaient 940 l'an passé et un peu plus de 900 (enfants non compris) en 2009. Elus et associations avaient déjà tiré la sonnette d'alarme il y a deux ans, rien n'a changé.  «Aujourd'hui, le seuil physique de saturation a été atteint», estime Christophe Béchu, sénateur UMP et président du conseil général.

Les associations débordées


Sur les 800 primo-arrivants, 180 sont aujourd'hui en attente d'accompagnement administratif car l'association chargée de leur accueil ne peut assurer le suivi de leurs dossiers. Au Point accueil santé solidarité (PASS), un local municipal en centre-ville où les sans-domicile fixe trouvent chaque matin collation et soutien psychologique, social ou médical, l'afflux des demandeurs d'asile entraîne des tensions avec les habitués, routards et SDF. Au Secours Populaire, aux Restaurants du coeur, on partage le même constat: les conditions d'accueil se dégradent sous le poids de la demande.

Angers a la cote en Somalie

Pourquoi Angers?  Le réseau entre compatriotes joue et la ville semble réputée pour la qualité de ses services d'accueil, selon les responsables locaux. «Il existerait même un site internet en Somalie où l'on conseille de venir à Angers. On voit bien qu'on est dans un cercle vicieux. Il faut que l'accueil reste dans des proportions raisonnables», dit Christophe Béchu. A sa demande, élus et parlementaires angevins rencontreront le ministre de l'Intérieur Claude Guéant  le 3 novembre, pour tenter de trouver des solutions.

Partager cet article

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article

commentaires