Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 16:05

 

Un communiqué de Yvan Benedetti

 

   Ce matin, sur l’antenne de RMC, j’ai été pris à partie par la présidente du Front National.
Interrogée par Jean-Jacques Bourdin sur l’agression verbale dont auraient été victimes Mme Pulvar et son compagnon M. Montebourg, et à propos du slogan « la France aux Français » qui aurait été scandé, Mme Le Pen, une nouvelle fois, pratique la politique du bouc émissaire pour tenter de se défausser.

     Sur l’air du « c’est pas moi, c’est Benedetti », la candidate à l’élection présidentielle fait preuve d’un manque total de courage politique. Ceci n’est pas pour nous étonner, puisque nous assistons depuis l’accession de Mme Le Pen à la tête du Front National, à une longue succession de reniements.
Nous, contrairement à d’autres, nous n’avons pas pour habitude de nous dédouaner et de faire repentance :

    Oui Mme Le Pen, je suis le représentant de tous ceux qui scandent la France aux Français, ces militants historiques du Front que vous avez exclus, livrés en pâture aux médias du système et sacrifiés sur l’autel de votre prétendue dédiabolisation, pour les remplacer par des ralliés de la dernière heure.

   Oui Mme Le Pen, je suis un ardent partisan de la France aux Français, de tous ces Français de souche qui refusent d’être considérés comme des étrangers dans leur propre pays par un système corrompu parfaitement représenté par le couple Pulvar-Montebourg, emblématique de la compromission du journalisme avec le politique.

    Si la fin peut quelquefois justifier les moyens, elle ne peut servir d’alibi aux reniements de nos principes fondamentaux, que ces reniements concernent le droit à l’avortement, le renoncement à l’exigence de l’inversion des flux migratoires ou la volonté de se faire adouber par les représentants d’un Etat étranger.

   Chère Mme Le Pen, il est urgent de stopper cette calamiteuse politique de dédiabolisation avant que vous ne deveniez le capitaine du Costa Concordia de la Droite nationale.

                                         Yvan Benedetti
                                         yv.benedetti@gmail.com

 

Source : La Flamme.

Partager cet article

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

jeannette 02/03/2012 11:20


Les "agresseurs" (il n'y a pas mort d'homme, quand même !) crient "Le Pen président", ou "présidente", on ne sait pas trop. Montebourg conclut, trop vite selon la Marion, qu'il s'agit de
militants FN. Elle ATTAQUE EN DIFFAMATION !


 


Et là elle accuse l'Oeuvre Française et son nouveau chef Benedetti, bien contente de trouver un autre bouc-émissaire. Soi-disant parce que "la France aux Français" c'est pas un slogan du FN. Et
depuis quand le FN ne défend pas la France aux Français? (Voir La Flamme qui démonte cette affirmation). Faut-il que Benedetti attaque la Fifille en diffamation ? S'il suit leur logique, il
devrait !


 


Je la trouve de plus en plus fébrile. Et fatiguée ! La pauvre, il fallait voir sa tête sur Europe 1, ou avec Bourdin, je ne sais plus laquelle. Des cernes jusqu'aux pieds. On a envie de l'envoyer
au lit avec un verre de lait et des biscuit, p'tite mère !

Sylvie 02/03/2012 08:37


Il aurait surtout fallu se contenter de condamner la prétendue agression, et attendre les résultats de l'enquête pour prouver que les hurluberlus n'étaient pas membres du FuN. Là, elle va plus
vite en raccourcis que le système lui-même. Et surtout elle donne du crédit à cette pseudo-agression, alors que pour le moment rien n'est avéré. Elle est tombée dans le panneau.

anonyme 01/03/2012 23:55


Là, elle est évidemment ... misérable .


La France aux Français, c'est donc un slogan "radical" !!!


De plus, elle se permet d'attribuer une appartenance politique aux personnes qui auraient agressé le couple , alors qu'il aurait fallu minimiser cet incident, qui est somme toute une petite
affaire sans importance .

NYH 01/03/2012 23:04


C'est bien peu dire que les français sont considérés aujourd'hui dans leur pays comme des étrangers. Tous les français qui ont eu l'occasion de se rendre à l'étranger, savent qu'ils y ont été
respectés en tant qu'étrangers pour peu qu'ils s'y comportaient correctement. Les étrangers, chez eux, tiennent eux aussi a ne pas donner de lleur pays l'image d'un pays de sauvages. Ceux qui
sont ici chez nous se comportent autrement, ils se comportent en occupants qui entendent être respectés comme tels par les occupés que nous sommes, mais ils n'ont plus aucun respect pour nous.
C'est une question de rapport de force qui est en notre défaveur, antiracisme oblige, nous manquer de respect n'entraine aucune poursuites, leur en manquer nous vaut sanction immédiate. Alors,
non, nous sommes même pas considérés comme des étrangers chez nous, plutôt comme des gèneurs qui doivent laisser la place. Pousse toi de là que je m'y mette!

Solange 01/03/2012 18:00


Dans un précédent message j'évoquais la pauvreté et la puérilité de la défense de Marine. Il faut maintenant ajouter la bêtise et la couardise. En effet, Miss Le Pen 2012 pousse des cris
d'orfraies quand on lui impute la responsabilité de l'incident dont les concubins Pulvar et Montebourg ont été les pauvres victimes traumatisées, mais cela ne la dérange apparemment pas de FAIRE
EXACTEMENT LA MÊME CHOSE en accusant l'OEuvre française : en quoi Yvan Benedetti est-il plus impliqué qu'elle ? Ce n'est pas "Benedetti président !" que les fanfarons scandaient aux chastes
oreilles des deux richissimes tourtereaux qui dînaient dans un resto à 200€ la bouteille de vin !


 


Nous constatons encore une fois, qu'en plus d'être une piètre avocate de mauvaise foi, Marion Le Pen (dite Marine) est une candidate dépassée qui n'a jamais eu l'envergure
exigible : elle perd son sang froid en toute circonstance et réagit avec une impulsivité malsaine et désordonnée. J'ose la question : Marine va-t-elle tenir le choc de la campagne des
présidentielles qui ne fait que commencer ? Sans oublier que les présidentielles, qui s'annoncent mal puisque le carré admet d'ores et déjà l'absence de la candidate du nouveau FN au second tour,
seront suivies des législatives : les mêmes causes entraînant les mêmes effets, il y a fort à parier que les législatives seront à peu près aussi décevantes qu'en 2007, lorsque Marine a dirigé la
calamiteuse campagne présidentielle précédente.


 


Marine va-t-elle tenir le choc ?