Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 17:54

 

http://www.rivarol.com/Rivarol_files/3033.jpg

 

Claude Guéant monte au Front !

 

Cela ne fait aucun doute. Nicolas Sarkozy sera à nouveau candidat à la présidentielle. A preuve les déclarations de son fidèle lieutenant Claude Guéant tenues le 4 février lors d’un colloque organisé par l’UNI, une association estudiantine plutôt droitière, et selon lesquelles «toutes les civilisations ne se valent pas». Des considérations banales mais qui ont suscité l’ire de la gauche, laquelle a dénoncé la lepénisation de l’homme de confiance de Sarkozy et la volonté du chef de l’Etat de récupérer une partie de l’électorat frontiste. Un député socialiste de Martinique allant jusqu’à dire le 7 février au ministre de l’Intérieur, lors de la séance des questions au gouvernement : « Vous nous ramenez jour après jour à ces idéologies européennes qui ont donné naissance aux camps de concentration. M. Guéant, le régime nazi, si soucieux de purification, était-ce une civilisation ? » De sorte que la droite a, de manière théâtrale, quitté l’hémicycle et que le gouvernement a refusé de répondre, Fillon stigmatisant une « provocation indécente ». Preuve de plus soit dit en passant que l’“Holocauste” est la clé de voûte du système mondial.


En tout cas, cette sortie de Claude Guéant n’est pas innocente d’autant qu’elle intervient la veille d’un sondage publié par le Journal du dimanche et où pour la première fois l’on proposait aux personnes interrogées une liste des candidats au premier tour de la présidentielle où ne figure pas la présidente du Front national. Laquelle semble toujours éprouver de grandes difficultés à réunir les cinq cents précieux sésames (elle ne disposerait actuellement selon ses dires que de 360 promesses de parrainage) et, dans une intervention télévisée récente, Sarkozy a dit clairement que s’il jugeait certes préjudiciable qu’un courant politique ne soit pas représenté à la présidentielle, il ne ferait rien pour favoriser la collecte des signatures de sa concurrente (« vous ne voulez pas que je m’occupe d’elle! » s’est-il exclamé) contrairement à ce qu’il avait fait en 2007 pour Jean-Marie Le Pen qui, à l’époque, était beaucoup plus bas dans les sondages, Sarkozy ayant perdu beaucoup de soutiens dans l’opinion en cinq ans. 


Lors du petit déjeuner de la majorité le 7 février, le président de la République s’est dit également opposé à l’anonymat des parrainages réclamé à cor et à cri par Marine Le Pen et on voit mal en effet le Conseil constitutionnel dont la composition est très politique déclarer soudainement le 16 février contraire à la Constitution la publicité du nom des parrains alors même que cette règle prévaut depuis 36 ans et qu’elle a donc été scrupuleusement appliquée pendant cinq élections présidentielles successives, de 1981 à 2007 inclusivement. 

 

Ainsi que nous l’avions écrit le 13 janvier, a priori Nicolas Sarkozy a tout intérêt à ce que la présidente du FN soit absente de la compétition électorale. Les différents sondages montrent en effet que c’est le chef de l’Etat qui profiterait le plus de sa non-qualification, beaucoup d’électeurs frontistes se sentant moins éloignés de la droite institutionnelle que de la gauche et de l’extrême gauche, ce qui relativise les études sur le “gaucho-lepénisme”. François Bayrou progresserait également, mais dans de moindres proportions. Certes il ne s’agit là que de simples enquêtes d’opinion sur une hypothèse qui n’est pas aujourd’hui la plus probable (après tout le candidat du FN a toujours obtenu sa qualification depuis 1988, fût-ce in extremis !). Il n’en reste pas moins que la seule chance pour le président sortant de réaliser à nouveau le score très élevé obtenu le 22 avril 2007 (quelque 31% des suffrages exprimés), c’est de neutraliser sa droite. Cela passe par des déclarations (relativement) musclées selon le jeu de rôles habituel: la gauche s’indigne et la droite s’attire en retour la sympathie d’une grande partie du peuple qui juge de « bon sens » les propos tenus. C’est d’ailleurs l’expression que Sarkozy a utilisée pour venir au secours de son ministre.


Pourtant, si l’on regarde de plus près les propos de Guéant, ils sont loin d’être aussi politiquement incorrects qu’on le dit. Dans un entretien au Figaro, le locataire de la place Beauvau précise en effet sa pensée: «J’ai tenu des propos de bon sens, des propos d’évidence pour rappeler que toutes les civilisations ne se valent pas au regard des valeurs humanistes qui sont les nôtres. Qui peut contester qu’il y a une différence de valeurs entre une civilisation qui favorise la démocratie, qui protège les libertés individuelles et collectives, qui promeut les droits des femmes, et une civilisation qui accepte la tyrannie, qui n’accorde aucune importance aux libertés et qui ne respecte pas l’égalité entre les hommes et les femmes? Je pense qu’il faut défendre clairement ce premier modèle de civilisation.» Promouvoir les droits des femmes, c’est-à-dire, dans le langage actuel, favoriser l’avortement et la contraception, n’est certainement pas la marque d’une civilisation supérieure à d’autres. Au contraire cela prouve que l’apostasie est aujourd’hui générale, que nous avons tourné le dos à la civilisation chrétienne et que nous sommes en pleine barbarie! De même ne voyons-nous pas en quoi la démocratie qui est le règne de la ploutocratie, du mensonge, de la médiocrité et des oligarchies malfaisantes serait supérieure à d’autres régimes politiques. Le discours de Guéant, ou en tout cas l’interprétation qu’il en donne, est donc loin d’être de « bon sens ».


Mais qu’importe. En démocratie seule l’apparence compte. Claude Guéant, évidemment téléguidé par Sarkozy pour séduire sa droite, avait déjà suscité la controverse sur des sujets connexes, déclarant notamment en avril que l’augmentation du nombre de fidèles musulmans posait “problème”, ou, fin mai, que «  les deux tiers des échecs scolaires, c’est l’échec d’enfants d’immigrés ». En décembre, il s’était pareillement attiré les foudres de la gauche politique, syndicale et associative en feignant de se lamenter que chaque année 200000 nouveaux immigrés légaux s’installassent en France, soit, ajoutait-il, l’équivalent d’une ville comme Rennes. Avant de préciser sans rire qu’il faudrait réduire l’immigration légale de 200000 à 180000 allogènes supplémentaires chaque année. Ces discours apparemment fermes sont donc un leurre, ces postures martiales une imposture, ces formules énergiques autant de manipulations. Mais il ne faut pas minorer leur efficacité auprès de l’électeur moyen. Charles Pasqua qui n’a jamais rien fait de concret pour juguler l’immigration et le crime a ainsi réussi une très belle carrière politique en se contentant de quelques coups de menton se faisant pâmer d’aise les militants du RPR et avec eux nombre de nos compatriotes. Dans notre monde médiatique la parole tient le plus souvent lieu d’action.

 

C’est au moment où Sarkozy et sa garde rapprochée font semblant de se radicaliser que Marine Le Pen et ses soutiens, eux, tout à leur stratégie de dédiabolisation, donnent des gages de plus en plus nombreux au Système. Le président de son comité de soutien, le franc-maçon Gilbert Collard, n’a ainsi rien trouvé de mieux que de condamner, le 8 février sur France 2 dans l’émission Les 4 vérités, les propos de Guéant jugés extrémistes et erronés tandis que Bruno Gollinisch considérait à l’inverse qu’ils constituaient une “évidence” : « Jamais je n'aurais osé dire (sic) ce qu'a dit M. Guéant, jamais ! [Ces propos], je les ai trouvés surtout imbéciles. Pour qui a lu [l'ethnologue Claude] Lévi-Strauss, les civilisations, au plan de l'histoire universelle, se valent. (resic !) » a déclaré  le ci-devant avocat du MRAP qui a ajouté : « Claude Guéant fait le trottoir pour Nicolas Sarkozy. Mais ils se trompent parce que [l'électorat FN] ce n'est pas un électorat de benêts. Les gens savent très bien que les civilisations se valent (reresic), mais que les systèmes juridiques ne se valent pas.La charia, ce n'est pas la Convention européenne des droits de l'Homme (CEDH) », a-t-il conclu. Voilà où en est le nouveau Front national : à force de rechercher la respectabilité il finira à gauche de l’UMP comme l’ancien néofasciste Gianfranco Fini se situe désormais en Italie à gauche de Berlusconi.  […]

 

jeromebourbon@yahoo.fr

 

Pour lire la suite, ABONNEZ-VOUS !

Partager cet article

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Articles de J. B.
commenter cet article

commentaires