Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 19:41

 

 

 

Hollande ou Aubry, c’est bonnet rose et rose bonnet !

 

 

http://www.rivarol.com/Rivarol_files/3017.jpgLors de la présidentielle de 1969, Jacques Duclos, le candidat communiste, éliminé de justesse au premier tour, avait refusé de choisir entre les deux postulants résiduels, le centriste Alain Poher et le gaulliste Georges Pompidou, facilitant ainsi la victoire du second. Chacun se souvient de sa formule à propos des deux finalistes: «c’est bonnet blanc et blanc bonnet». Eh bien, l’on pourrait dire pareillement des deux candidats à la primaire socialiste qui se sont qualifiés pour le second tour que c’est bonnet rose et rose bonnet. Car enfin, hormis leur tempérament et leur sexe, qu’est-ce qui différencie sur le fond la fille de Jacques Delors et l’ex-concubin de Ségolène Royal?

 

Tous les deux sont mondialistes, européistes (ils ont voté oui au référendum sur Maastricht le 20septembre 1992 et sur la Constitution européenne giscardienne le 29mai 2005). Tous les deux ont été, plusieurs années durant, premier secrétaire du Parti socialiste, ce qui en dit long sur leur soumission à la pensée unique, leur total conformisme idéologique. Tous les deux sont acquis à l’immigration de masse, moyen pour le grand capital de faire baisser les salaires des autochtones, à l’Europe bruxelloise, à l’Etat hébreu, aux expéditions otanesques, au dogme du libre-échangisme, au fiscalisme frappant de plein fouet les Français auxquels le Système n’a pas encore confisqué tous les biens, au mariage homosexuel et au droit à l’adoption pour les invertis, à la folle théorie des gender, à la légalisation des drogues, à la dépénalisation de l’euthanasie. C’est une constante, plus un politicien est libéral et euromondialiste, plus il est en pointe dans la subversion de la morale et de la famille traditionnelles car ce qu’il ne peut (ou ne veut) accorder sur le plan social, il l’octroie aux minorités gauchistes sur le plan sociétal. Ce n’est ainsi pas un hasard si le très cosmopolite Dominique Strauss-Kahn fut le premier dirigeant du Parti socialiste à se prononcer publiquement en faveur du mariage homosexuel, aussitôt suivi par un certain François Hollande, alors premier secrétaire du parti à la rose.

 

On le sait, quel que soit le prochain président de la République, qu’il s’appelle Hollande ou Aubry, il poursuivra et aggravera la politique de Nicolas Sarkozy. Pourtant, même les électeurs se reconnaissant dans les valeurs de la gauche, selon le texte qu’il fallait signer pour participer aux primaires, commencent à exprimer des craintes voire un vif mécontentement devant une mondialisation financière qui détruit les emplois, diminue le niveau de vie et démantèle les uns après les autres ce qu’il est convenu d’appeler les «acquis sociaux» (retraite à soixante ans, quarante ans d’annuités pour pouvoir disposer d’une pleine pension, remboursement des médicaments, droit du travail et conventions collectives...) C’est ce qu’exprime le vote non négligeable en faveur du bouillant Arnaud Montebourg (quelque 17% des suffrages exprimés), arrivé troisième derrière Hollande (39%) et Aubry (31%) mais devant Ségolène Royal (7%), grande perdante du scrutin — qu’il est loin décidément le temps où 17millions d’électeurs s’exprimaient en sa faveur un certain 6 mai 2007!—, le strauss-kahnien Manuel Valls (6%) et le président du parti radical de gauche Jean-Michel Baylet (moins de 1%). La “démondialisation”, le «protectionnisme industriel» que le député de Saône-et-Loire a prônés pendant sa campagne, tout comme la lutte contre la corruption, la nationalisation des banques et l’avènement d’une VIe République sont des thèmes aujourd’hui très populaires et qui sont susceptibles d’attirer des électeurs tentés par Jean-Luc Mélenchon, Jean-Pierre Chevènement voire Marine Le Pen.

 

Mais ce discours de Montebourg, aussi séduisant et coruscant soit-il, n’est pas crédible car l’on ne peut sérieusement et efficacement lutter contre la mondialisation actuelle sans combattre ouvertement l’idéologie dominante dans tous les domaines, c’est-à-dire sans fermer les frontières à l’immigration, sans inverser les flux migratoires, sans modifier radicalement le code de la nationalité, sans supprimer les pompes aspirantes, sans favoriser par tous les moyens la famille traditionnelle car les prédateurs qui nous dirigent et nous oppriment préfèrent avoir affaire à des individus sans défense, sans racines, sans attaches, sans famille et sans nation, à des nomades, à de simples consommateurs plus faciles à manipuler. Le mondialisme postule la destruction de la famille, de la patrie, de l’armée, des corps intermédiaires. C’est donc en honorant, en rétablissant, en valorisant ces institutions, en défendant la morale traditionnelle que l’on peut lutter contre l’Etablissement. Ce n’est manifestement pas la voie choisie par les différents candidats présélectionnés et promus par le Media obèse et qui participent tous, par leur mode de vie et de pensée, de ce Système décadent, corrompu et corrupteur glorifiant toutes les déviances et toutes les inversions.

Partager cet article

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Articles de J. B.
commenter cet article

commentaires