Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 22:06

 

http://www.rivarol.com/Rivarol_files/3061.jpg

 

Mariage gay et adoption :

qui ose encore vraiment s’y opposer ?

 

 

Qu’il paraît loin le temps où plus de cent mille Français défilaient à Paris contre le projet de loi instituant le Pacs, Pacte civil de solidarité, première étape vers le mariage homosexuel ? C’était en 1999, il y a seulement treize ans, et on a l’impression que cela fait une éternité. A l’époque la plupart des élus de la droite parlementaire avaient bataillé ferme à l’Assemblée et au Sénat contre ce projet du gouvernement Jospin, allant pour certains jusqu’à revêtir dans les travées du Palais-Bourbon des tee-shirts avec l’indication, concise mais explicite, « Pacs out ». Certains élus de gauche, essentiellement issus de régions rurales, disaient même tout bas leur malaise devant ce texte révolutionnant le droit de la famille et allant contre leur conscience. Nous sommes aujourd’hui à des années-lumière de ce climat. Selon toute vraisemblance, la gauche, dans toutes ses composantes, votera comme un seul homme cette réforme mettant à bas des siècles et des siècles de civilisation ; beaucoup de députés de droite, ou prétendus tels, joindront leurs voix à la majorité ou s’abstiendront pour ne pas apparaître ringards ou rétrogrades ou tout simplement parce qu’ils sont acquis à cette nouvelle mode. Alain Juppé, un des principaux dirigeants de l’UMP dont on ne dira jamais assez la malfaisance, s’est ainsi prononcé explicitement pour le mariage homosexuel. Jean-François Copé avait incité Nicolas Sarkozy à défendre ce projet pendant sa campagne présidentielle, ce que l’intéressé n’avait finalement pas fait, après moult hésitations, convaincu qu’il avait alors plus à y perdre qu’à y gagner sur le plan électoral. Jean-Louis Borloo, le patron du Parti radical valoisien, s’est lui aussi prononcé pour cette réforme, allant même jusqu’à dire à une élue de droite, maire de sa commune, qui manifestait sa réticence à marier deux invertis : « Tu feras faire l’union par ton adjoint ».

 

Car, et c’est peut-être un des éléments de la réforme auxquels beaucoup de gens ne pensent pas, les maires auront l’obligation sous peine d’être destitués, d’encourir des amendes voire à terme d’aller en prison, de procéder à ces unions, le projet de loi défendu par Christiane Taubira ne prévoyant pas l’institution d’une clause de conscience. Jacques Bompard, le maire d’Orange, a demandé l’inscription d’une telle clause, comme elle existe encore pour les médecins refusant de faire des avortements, mais il est hélas bien seul à la réclamer. Jacques Myard, député de la Droite populaire et que l’on dit être un des parlementaires les plus droitiers, a d’ores et déjà dit que s’il était certes contre le projet, « la loi est la loi. Je l’appliquerai dans ma municipalité parce que je suis un Républicain ». Avec de tels opposants, les promoteurs de cette réforme satanique sont évidemment sûrs de l’emporter ! Quant au Front national, il n’est nullement en pointe contre cette institutionnalisation du vice car cela ne l’intéresse pas. Gilbert Collard a ainsi répété qu’à titre personnel il était pour le mariage homosexuel mais qu’il fallait laisser le temps au temps, ne pas brusquer les choses. Marine Le Pen a toujours dit quant à elle que les questions dites sociétales n’étaient pas sa préoccupation et à en juger par le nombre d’invertis composant son entourage immédiat on ne peut attendre de ce mouvement, déjà acquis à la loi Veil, une opposition vigoureuse. Quant à l’église conciliaire, elle est égale à elle-même. Si le cardinal Philippe Barbarin a subi quelques attaques parce qu’il avait dit un plus vivement que d’habitude son opposition au projet, il a également jugé  qu’ «à l’intérieur de l’Eglise, beaucoup d’homosexuels ont laissé un héritage extraordinaire» (sic !) Quant au président de la « Conférence des évêques de France », le cardinal André Vingt-Trois, il s’est contenté de dire que « les contacts que nous avons notamment avec madame Taubira peuvent être de nature à infléchir le contenu de ce projet de loi». Et d’ajouter : « Si la République change la loi, nous observerons la loi. (…) Un ministre est libre de faire les déclarations qu’il veut».

 

On le voit, il est vain d’attendre une opposition véritable de la part des dignitaires de l’église conciliaire. Mais après tout qu’attendre d’autre d’apostats depuis longtemps ralliés à la République, à ses pompes et à ses œuvres ? Nous vivons vraiment des temps apocalyptiques et antéchristiques.

 

jeromebourbon@yahoo.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Articles de J. B.
commenter cet article

commentaires

QUI vive? FRANCE ! 19/09/2012 22:42


Yvan Benedetti apelle à une seconde Révolution Nationale, c'est déjà bien engagé, car ce sont les plus actifs à cette rentrée: réunion nationale à Paris et manif des JN, sans parler des sections
nationalistes en régions très dynamiques comme JN TOULON entre autre.


CE N'EST QU'UN DEBUT, CONTINUONS LE COMBAT !


Créons des sections de combat JN PARTOUT EN FRANCE !