Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 10:57

http://www.rivarol.com/Rivarol_files/3039.jpg

 

 La France victime d’une double occupation

 

 

Au moment où les radios et les télévisions en font des tonnes sur le cinquantième anniversaire des accords d’Evian, multipliant les films et émissions (à sens unique) sur le sujet, occasion bien sûr de dénoncer l’OAS et tous les militants de l’Algérie française et de se transformer en zélés propagandistes du FLN (voir les articles de Georges Maître, page 3), au moment où l’on nous tympanise avec des sondages selon lesquels 57% des Français jugent que l’indépendance de l’Algérie a été une bonne chose, un Français musulman, précisément d’origine algérienne, Mohamed Merah, que l’on dit proche des milieux salafistes et djihadistes et qui s’est rendu naguère en Afghanistan et au Pakistan, fait bruyamment parler de lui puisqu’il a tué en l’espace de quelques jours sept personnes, trois soldats d’origine maghrébine à Toulouse puis à Montauban et quatre israélites dont trois enfants, de nouveau dans la ville rose (voir tous les détails dans les articles de Léon Camus, pages 6 et 7). Cette tuerie que moult politiciens, de Mélenchon à Bayrou, attribuaient hâtivement à l’extrême droite, au néo-nazisme, espérant ainsi en recueillir les dividendes électorales (l’affaire Copernic aurait pourtant dû leur servir de leçon!) prouve en tout cas que nous n’en avons pas fini avec l’Algérie et les Algériens cinquante ans après l’indépendance. 

 

En abandonnant ces départements français, non seulement nous avons perdu notre indépendance énergétique (si nous avions gardé le Sahara avec son gaz et son pétrole nous connaîtrions aujourd’hui l’opulence et nous ne serions pas victimes des aléas de l’actualité internationale, de la bonne ou mauvaise volonté des rois du pétrole ou des agissements des Etats-Unis désireux de faire main basse sur les matières premières au Proche-Orient), non seulement le pouvoir gaulliste a abandonné sans aucune contrepartie des départements français où nous avions construit des routes, des hôpitaux, des dispensaires, des voies ferrées, où la France avait marqué son empreinte pendant 132 ans, non seulement nous avons trahi les Français d’Algérie et les harkis mais de plus nous devons subir depuis un demi-siècle une forte immigration algérienne. Comme le disait à l’époque Jean-Marie Le Pen: «Si vous ne faites pas l’Algérie française, vous aurez la France algérienne». En effet, si la France était restée en Algérie, il n’y avait aucune raison que les Algériens vinssent en métropole.

 

Or la tuerie de Toulouse montre entre autres les dangers que représente aujourd’hui la présence sur notre sol d’une immigration arabo-musulmane, pour une bonne part d’origine algérienne, la plus importante d’Europe alors même que nous avons aussi, triste privilège, la communauté juive la plus nombreuse du Vieux Continent, une communauté qui, sauf exceptions, se sent plus proche d’Israël que de la France comme en témoigne le fait que les quatre victimes juives de Toulouse aient été enterrées non dans notre pays mais dans l’Etat hébreu. Les terribles événements que nous avons vécus du 11 au 19 mars sont le résultat de la politique criminelle des gouvernements successifs de droite et de gauche: d’un côté l’on promeut par tous les moyens une immigration mahométane, multipliant par ailleurs les naturalisations de masse de Français de papier qui ne sont en rien de chez nous et qui constituent une cinquième colonne et de l’autre l’on mène une politique d’allégeance absolue à l’entité sioniste et au CRIF, en ne condamnant pas la guerre atroce menée par l’Eretz aux Palestiniens depuis plus de soixante ans, en laissant les dirigeants israéliens violer impunément le droit international, en se faisant les sectateurs vigilants de la religion de la Shoah qui absout et légitime d’avance tous les crimes de Tsahal, en participant aux guerres américano-sionistes, avant-hier en Irak (en 1991), hier en Libye, aujourd’hui en Afghanistan alors que notre armée n’a rien à faire dans ces conflits. Dans ces conditions il ne faut pas s’étonner que ces guerres s’exportent sur notre sol et que la violence la plus extrême puisse s’y donner libre cours. Marine Le Pen, soulagée que la piste d’extrême droite se soit avérée fausse, a aussitôt dénoncé le fondamentalisme islamiste, espérant ainsi relancer une campagne qui jusque-là patinait et, pourquoi pas, se hisser au second tour en surfant sur un événement finalement providentiel pour elle (mais aussi pour Sarkozy, toujours habile sur le terrain sécuritaire). Encore faudrait-il s’interroger sur les causes de ce fanatisme islamiste, et notamment sur le sentiment criant d’injustice ressenti par des millions de musulmans envers le martyre continu du peuple et des enfants palestiniens. Car s’il est ignoble de s’en prendre à des enfants juifs comme l’a fait le tueur de Toulouse avec un sang-froid terrifiant, il est tout aussi abominable et révoltant de massacrer un peuple à qui on refuse le droit à une terre, à un avenir et à des conditions de vie simplement humaines.

 

Las, la tuerie va conduire certainement toute la classe politique, du nouveau FN à la gauche radicale, à en rajouter dans la soumission au courageux petit peuple paré de toutes les vertus et érigé une nouvelle fois en martyr. La loi Gayssot sera davantage encore sacralisée et l’on pourra à tout moment utiliser le prétexte des événements de Toulouse pour vitrifier l’Iran. La France vit plus que jamais sous une double occupation: arabo-musulmane, la plus voyante, et juive, la plus nocive.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Articles de J. B.
commenter cet article

commentaires