Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 12:11

http://www.rivarol.com/Rivarol_files/3083.jpg

 

Rome doublement en crise

 

Sale temps en Italie en ce moment ! Les élections législatives des 24 et 25 février risquent de rendre le pays ingouvernable, aucune majorité ne se dessinant. La coalition de gauche menée par Pier Luigi Bersani l’a emporté d’un cheveu (trois dixièmes de point) à la Chambre des députés, avec 29,55 % des voix contre 29,18 % à la coalition de droite de Silvio Berlusconi qui fait une nouvelle fois un retour inespéré dans le paysage politique italien mais la loi électorale permet à la gauche d’empocher 340 des 630 sièges à la chambre basse même avec ce faible écart.

  

En revanche, il n’existe aucune majorité au Sénat. Or chez nos voisins transalpins la chambre haute a beaucoup plus de pouvoir qu’en France. Si une coalition ne dispose pas d’une majorité au Sénat, elle ne peut gouverner le pays. Cette absence de majorité s’explique en grande partie par l’émergence du parti protestataire et populiste de l’humoriste Beppe Grillo, le Mouvement cinq étoiles, qui, à la surprise générale, est devenu la première formation du pays, quatre ans après sa formation, avec 25 % des suffrages. Très opposé à la cure d’austérité imposée par l’ex-Premier ministre centriste Mario Monti — qui a pris une claque méritée avec moins de 10 % des voix tandis que le traître Gianfranco Fini n’a pas été réélu au Parlement, ce dont on ne peut que se féliciter —, Beppe Grillo s’est prononcé pour la sortie de l’euro, pour la mise en place d’un salaire minimum de 1 000 euros par mois et pour une profonde réforme des institutions. S’il veut conserver son indépendance et son coefficient de sympathie auprès des électeurs, il n’a a priori aucun intérêt à s’allier à la droite ou à la gauche, de sorte que les observateurs craignent que l’Italie ne soit privée durablement de gouvernement et qu’un retour aux urnes soit rapidement inévitable.

  

Mais faut-il vraiment se lamenter de cette situation comme les marchés financiers qui ont accusé le coup et Bruxelles qui a fait part de ses inquiétudes ? Les gouvernements étant tellement nocifs, conduisant des réformes détestables (le mariage homosexuel est au programme de Bersani comme il l’était à celui de Hollande), mieux vaut finalement qu’il n’y en ait pas, ce qui n’empêche pas le pays de continuer à vivre. La Belgique a été longtemps privée de gouvernement, elle ne s’est pas portée plus mal, les affaires courantes étant expédiées. Il n’en reste pas moins que le désaveu du chef du gouvernement sortant, les résultats médiocres de la gauche, la remontée spectaculaire de l’inclassable Berlusconi qui n’a jamais caché sa sympathie pour Poutine et le Duce tout en étant franc-maçon et affairiste, le succès du mouvement populiste et eurosceptique de Grillo montrent à quel point les Italiens en ont assez de la rigueur et des sacrifices qui leur sont imposés au nom de l’Europe. Et ce qui est vrai au-delà des Alpes l’est également en-deçà comme en témoigne notamment l’impopularité actuelle du président de la République et du Premier ministre à un moment où le chômage fait un nouveau bond spectaculaire (60 000 demandeurs d’emplois supplémentaires en l’espace d’un mois seulement !)  […]

jeromebourbon@yahoo.fr

   

Pour lire la suite, achetez RIVAROL en kiosque dès vendredi, ou téléchargez le pdf dès aujourd'hui, ou mieux encore ABONNEZ-VOUS (plusieurs formules possibles).

Partager cet article

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Articles de J. B.
commenter cet article

commentaires