Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 17:02

 

http://www.rivarol.com/Rivarol_files/3040.jpg

 

Affaire Merah : nouveau 11-Septembre,

la droite nationale dans le viseur!

 

 

A peine Mohamed Merah avait-il été tué que le président de la République intervenait à la télévision pour annoncer de nouvelles mesures censées accroître la sécurité des Français. C’est ainsi que fonctionne le chef de l’Etat: dès qu’un drame ou qu’un fait divers se produit, il se précipite pour présenter devant les media de nouvelles propositions alors même que nous croulons sous le nombre de lois, de décrets, de normes et de règlements. De plus, les dispositions annoncées ne pourront en tout état de cause être votées qu’en cas de réélection de Nicolas Sarkozy et après les législatives de juin puisque la session parlementaire s’est achevée début mars. Il ne s’agit donc pour l’heure que d’un effet d’annonce.

 

Reste que l’arsenal proposé est inquiétant puisqu’il s’agit de réprimer avec la création d’un nouveau délit figurant au code pénal «la propagation et l’apologie d’idéologies extrémistes avec les moyens qui sont déjà ceux de la lutte antiterroriste». Or, l’article 24 alinéa 6 de la loi de 1881 punit déjà l’apologie du terrorisme de cinq ans de prison et de 45000 euros d’amende. Il ne s’agit donc pas de cela. Puisqu’il est question de lutte contre l’extrémisme sans plus de précision, il est permis d’être inquiet car l’on sait que pour la classe politico-médiatique la droite nationale est par nature extrémiste, haineuse et violente et il y a donc tout lieu de penser qu’elle sera la cible privilégiée d’une répression renforcée alors qu’elle n’a rien à voir ni de près ni de loin avec le terrorisme en général ni avec la tuerie de Toulouse en particulier.

 

De plus, l’incitation à la haine et à la violence dont parle Sarkozy et qu’il veut davantage sanctionner est une notion très large qui va très au-delà de l’impératif de lutte contre le terrorisme et qui autorise tous les arbitraires. Il suffit que le pouvoir décide qui est ou non extrémiste pour pouvoir pourchasser, traquer et faire condamner ses opposants en toute légalité. «Désormais, toute personne qui consultera de manière habituelle des sites internet qui appellent à la haine et à la violence sera punie pénalement» a ainsi déclaré, martial, le locataire de l’Elysée. Dans la foulée de l’intervention du président, le Premier ministre François Fillon a annoncé, dans un communiqué, que le gouvernement allait s’attacher «sans délai à la mise en œuvre des orientations fixées» et a réaffirmé que «la lutte contre le terrorisme et ses motivations, en particulier le racisme et l’antisémitisme, demeure plus que jamais une priorité absolue pour la République, comme l’a rappelé le président de la République». On peut donc s’attendre au vote d’une super-loi Gayssot, ce qui est un comble alors que le Conseil constitutionnel a tout récemment censuré la loi punissant la contestation du génocide arménien.

 

En cela, l’affaire Merah est un Carpentras bis, un nouveau 11-Septembre d’autant que l’ancien patron de la DST (Direction de surveillance du territoire), Yves Bonnet, a déclaré dans La Dépêche le 27 mars que Mohamed Merah «avait manifestement des relations avec la DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur) comme on l’a appris à travers les déclarations de Bernard Squarcini lui-même. C’est-à-dire qu’il avait un correspondant au Renseignement intérieur. Alors appelez ça “correspondant”, appelez ça “officier traitant”… je ne sais pas jusqu’où allaient ces relations, voire cette “collaboration’”avec le service, mais on peut effectivement s’interroger sur ce point.[…] Car ce qui interpelle, quand même, c’est qu’il était connu de la DCRI non pas spécialement parce qu’il était islamiste, mais parce qu’il avait un correspondant au renseignement intérieur. Or, avoir un correspondant, ce n’est pas tout à fait innocent». Visiblement embarrassé, Bernard Squarcini a eu beau répondre sans convaincre que Merah n’était «ni un indic de la DCRI, ni d’autres services français ou étrangers», la thèse du tueur fou isolé qu’il a fallu dix jours pour identifier et localiser en prend un coup (voir article de Léon Camus pages 6 et 7).

 

En réalité, comme les attentats du 11septembre avaient entraîné les très liberticides «Patriot Act» aux Etats-Unis et la loi Perben en France, on peut prédire hélas de nouvelles mesures scélérates contre les nationalistes français. Il est ainsi question de ne plus juger désormais les publications poursuivies pour incitation à la haine raciale dans le cadre (encore quelque peu protecteur malgré tout) de la loi sur la presse, ce qui permettra de favoriser et d’accroître les condamnations, bref de faire taire les voix dissidentes. Loin d’affaiblir le Système, paradoxalement la tuerie de Toulouse le renforce. Et ce sont les nationalistes qui depuis des décennies ont sonné le tocsin en mettant en garde contre les conséquences mortifères de l’immigration-invasion, du mélange imposé des ethnies et des religions, bref contre les dangers du cosmopolitisme, qui risquent d’être les premières victimes des événements de Toulouse et de Montauban. Nous vivons vraiment l’époque de toutes les impostures, de toutes les trahisons et de toutes les inversions.

 

jeromebourbon@yahoo.fr

 

 

 

Pour lire RIVAROL dans son intégralité, abonnez-vous ou téléchargez le numéro dès maintenant dans la boutique de RVAROL.

Partager cet article

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Articles de J. B.
commenter cet article

commentaires

nouvelobservé 28/03/2012 18:29


Il convient donc de permettre à un maximum d'internautes de se préserver, il faut voir s'il existe des parades sûres : ne plus utiliser Google ou autres moteurs de recherches, installer si
possible des moyens permettant l'anonymat, savoir et faire savoir ce qu'il est techniquement possible de faire, VOILA LA QUESTION et je compte sur vous et d'autres intervenants pour ça.