Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 18:52

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/8/8b/Django_Unchained_Poster.jpg/220px-Django_Unchained_Poster.jpg

 

Un article de Jim Reeves

 

Le film Django Unchained au cœur de la stratégie anti-WASP élaborée par Obama

   

Il ne s’agira pas ici d’une critique du dernier film de Quentin Tarentino, Django Unchained. Patrick Laurent l’a fait excellemment dans le n°3078 de Rivarol. Mais, comme il n’y avait pas lieu d’approfondir dans une chronique cinématographique l’émotion considérable que sa projection a soulevée aux Etats-Unis, il nous paraît indispensable de revenir sur le contexte politique que notre collaborateur n’a fait qu’effleurer.

  

Ce film en effet déboule sur la scène américaine dans un moment très particulier : le début du second mandat d’Obama dont beaucoup pensent, à commencer par Jamie Foxx, le héros noir justement de ce film, qu’il a pour objectif non seulement de faire passer sur l’Amérique une sorte de souffle africain-américain mais de le faire sur le cadavre du Wasp, attaqué de toutes parts et dont l’Histoire est réécrite au travers d’un prisme négatif. Le dessein de Tarentino n’est donc pas innocent. Il ne s’agit pas d’un western-spaghetti de plus, qui serait, ainsi que le prétendent tant de commentateurs complaisants, une grosse farce rigolarde. Son auteur en effet est un provocateur qui depuis quelques années s’acharne, sous couvert de prendre ses distances avec l’Histoire officielle, à parodier, ridiculiser, narguer tout ce qui d’une manière proche ou lointaine peut être relié à l’extrême droite, en tout cas au nationalisme ou à la défense d’une identité européenne, en l’occurrence euro-américaine. On rappellera ici que dans Pulp Fiction (1994), Tarentino avait déjà campé son Big Black héros-justicier qui massacre du Blanc avec une dilection non dissimulée. On y tabassait des « Suprémacistes Blancs » et le richissime dealer, bien gras et bien laid, joué par l’acteur africain-américain Ving Rhamès, habitué des scénarios qui mettent en scène d’odieux racistes sudistes, était évidemment l’époux de l’héroïne blonde personnifiée par Uma Thurman, sorte de quintessence d’artiste nordique américaine. On ne reviendra pas sur Inglorious Basterds qui est un hommage sanglant rendu à toutes les bandes de vengeurs de la mémoire juive, qui, de l’Irgun et du Lehi au Mossad en passant par le Shin Bet, le groupe Stern ou la Haganah, ont pendant 60 ans parsemé le monde de leurs menées assassines et ponctué leurs vendettas de milliers d’exécutions sommaires. Ayant dit cela on observera qu’il n’y a pas trop de hasard en cette affaire et que les producteurs de Tarentino, notamment d’Inglorious Basterds et de Django Unchained, sont Bob et Harvey Weinstein, détenteurs de la Weinstein Company (TWC) — qui détient d’ailleurs les droits de The Artist, couvert de récompenses, dont cinq Oscars, de leur coreligionnaire Michel Hazanavicius.

  

De Django Tarentino déclarait récemment sur le site worldstarhiphop.com à un journaliste de couleur : « (Dans ce film) j’ai voulu donner à l’homme Noir américain un héros de western, lui donner un héros folklorique, impassible, qui pourrait en définitive dégager une impression de pouvoir et rendre le sang pour le sang ». Et tant pis si, au prix d’une distorsion choquante de la vérité historique, on pouvait ainsi renforcer le dogme fallacieux du multiracialisme. Du moment qu’il revienne à un intellectuel de gauche Blanc d’offrir au descendant de l’esclave Noir la satisfaction de cette délicieuse vengeance.

  

Jamie Foxx, qui tient dans le film le rôle de Django, ne se gêne pas, quant à lui, pour enfoncer le clou. « C’est bon d’être Noir, proclame-t-il. Le Noir est le nouveau Blanc. »

  

Au besoin cela va plus loin. Si on en croit les analyses faites à l’entrée des salles américaines il s’agit bien du plus grand succès de Tarentino. En dépit des appels au boycott de Spike Lee, de responsables noirs comme Al Sharpton ou de vedettes de télévision comme Tavis Smiley, éditorialiste, avocat, écrivain, très connu, le succès a été immédiat. Le jour de la sortie l’affluence était noire à 42 %. Depuis elle tourne autour de 30 % (population afro-américaine des Etats Unis, 13 %). On lira ci-contre la réaction sur les réseaux sociaux qui tend à donner raison à Louis Farrakhan : Django Unchained est une véritable mise en condition psychologique pour une guerre raciale qui devient de plus en plus probable.

   

LE CHIFFON ROUGE DU N-WORD POUR MASQUER LE MASSACRE DES BLANCS

   

Les frères Weinstein apprécièrent assez peu les critiques adressées à leur film par celui duquel on en attendait le moins. Le metteur en scène Spike Lee en effet fit bruyamment savoir qu’il n’irait pas le voir car « il manquait de respect à ses ancêtres ». Il est dommage que ceux dont les ancêtres y sont le plus maltraités, les Blancs, n’aient pas en masse suivi ce conseil. Ils le sont en effet doublement. De bout en bout à la fois insultés et littéralement massacrés. « L’esclavage américain, protesta Lee, ce n’est pas un western spaghetti à la Sergio Leone. Il s’est agit d’un Holocauste. Mes ancêtres étaient des esclaves. Ils ont été volés en Afrique. Je leur rends ainsi hommage ». Il est encore dommage que personne ne lui ait fait remarquer que des centaines de milliers d’Européens ont été déversés au XVIe siècle dans les Caraïbes et dans le Sud des Etats-Unis, comme esclaves ou comme « indentured servants » et qu’ils y travaillaient dans les mêmes conditions que ses ancêtres. Alors d’innombrables Africains affranchis possédaient aussi des esclaves, y compris des esclaves blancs, ce dont personne ne parle. Quel metteur en scène, Noir ou Blanc, s’il osait traiter ce sujet, trouverait un producteur pour le financer ? […]

 

Pour lire la suite, achetez RIVAROL en kiosque dès vendredi, ou téléchargez le pdf dès aujourd'hui, ou mieux encore ABONNEZ-VOUS (plusieurs formules possibles).

Partager cet article

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans A lire dans RIVAROL
commenter cet article

commentaires

vervaet 01/03/2013 10:53


"les journalistes rarement d'origine chrétienne ...."!!!!!!!!!!!!


Réponse au commentaire n°1 posté par
Aryana le 31/01/2013 à 12h52, les chrétiens sont des mondialistes, mélangistes, au même titre que Mélanchon est internationaliste ! ce sont les premiers à adopter des allogènes ! un jour,
vous aurez un pape africain, pour représenter votre crucifié araméen, il sera temps alors, de vous lamenter sur le sort des pauvres africains et de prier. Être blanc et identitaire, nécessite un
peu de raisonnement et de choix spirituels Cdt

vervaet 28/02/2013 20:26


Bof, c'est le standard habituel, le bon black contre les mauvais blancs, qu'il flingue comme des mouches puantes, c'est un film qui alimente le masochisme habituel des bobos blancs de gôche, ce
film est une caricature pour décérébrés, les noirs s'en tapent, ils connaissent leur histoire ; aujourd'hui l'esclavage c'est terminé, celui des blancs du moins ! certains ne sont peut être pas
au courant ? le président des ricains ? c'est...un black. Allô Taubira, enlève tes chaînes, c'est pas mardi gras !

Aryana 31/01/2013 12:52


Tant que le lobby qui n'existe pas avait besoin des wasp pour s'emparer de l'amérique ,le racisme anti-blancs restait atténué , sauf envers lesriches  hommes wasp qui furent les premiers à
etre assaillis par la virulence féministe .


 


Maintenant ,tous les gens sont soumis à la propagande de haine raciste anti-blancs délibérément par les merdias ,


d'une part les noirs en profitent en sachant que leur obama en est complice et d'autant plus que le lobby ruinant l'amérique par le biais de la Fed et Wall St ,a trouvé d'autres alliés chez les
monarchies pétrolières ,


alors pourquoi se gener et donc propager la haine anti-blancs banalisée  par les merdias tonitruants télé-radio ,comme en France et Allemagne où comme chacun sait il n'y a que des nazis et
fachos esclavagistes de noirs et génocidaires de juifs !


 


Pas un mot par contre piour préciser que la plupart ( 99%) des blancs n'ont jamais participé à l'esclavage , n'ont pas leurs mots à dire contre les guerres coloniales d'hier et d'aujourd'hui ,et
que la haine raciste est surtout propagé par les journalistes rarement d'origine chrétienne ....