Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 10:51

 

 

 

Nous ne voulions plus parler de Marine Le Pen, pour ne pas vous lasser, un peu par galanterie aussi, mais comment passer sous silence sa contre-performance sur BFM TV ce matin? Invitée à commenter les propos de Gilbert Collard, qui propose d' "écraser Vincent Peillon du pied gauche, ça porte bonheur", Marine Le Pen a perdu les pédales. "J'en ai marre des exercices de repentance", s'est-elle emporté. Le problème de la présidente du 3è parti de France? Ne pas désavouer son petit copain qu'il faut à tout prix ménager (c'est quand même ennuyeux de n'avoir à l'Assemblée que deux députés, un qui s'est toujours défendu d'appartenir au FN, clamant son seul marinisme, l'autre qui apparaît aux yeux de tous comme une étoile montante, une Marine Le Pen en plus jeune, plus jolie et plus souriante, bref deux épines dans le pied à chouchouter...) et rester dans le politiquement correct, la donzelle ayant visiblement une sainte horreur du dérapage. Ou comment quelqu'un qui passe pour une grande gueule peut être d'une lâcheté pitoyable: car quelle dose de courage fallait-il pour répondre simplement que la remarque de Collard était plutôt bien tournée et qu'à défaut d'emporter l'adhésion, elle pouvait faire sourire le Français qui a plus d'une raison en ce moment de faire la gueule?

Il faut dire que Marine Le Pen était aussi coincée par sa propre attitude face à la contradiction. D'abord, elle ne supporte pas la moindre remarque faite sur son compte. Les journaux en font les frais régulièrement (voir ci-dessous la dernière affaire en date). Demander à des adversaires d'avoir un peu d'humour, quand on en manque soi-même dramatiquement, ce n'est pas très sportif, vous en conviendrez. D'autant que la saillie de Collard n'est pas sans rappeler la comparaison que Charlie Hebdo avait faite entre Marine Le Pen et un étron lors de la campagne présidentielle. Marine n'avait pas apprécié, mais alors pas du tout. Lorsque l'on réclame à cors et à cris un débat politique sans la moindre pique, sans le moindre dérapage, sans passion en somme (ce qui n'a rien d'étonnant de la part de quelqu'un n'ayant aucune conviction profonde), il est difficile d'assumer les bons mots du paternel ou de Gilbert Collard. C'est le sens de sa réponse : "Gilbert Collard est assez grand etc." Un désaveu qui ne dit pas son nom, quoi. Après plusieurs minute, enfin, rassemblant toutes ses forces, Marine Le Pen a quand même refusé de condamner. C'était beau comme une scène de Titanic, vous savez, quand Rose Dewitt machin découvre que Jack est mort et attrappe le sifflet d'un autre macchabé pour signaler sa présence aux chaloupes venues sauver d'éventuels hibernatus rescapés. Ouais, c'était aussi puissant que ça.

Après un tel effort, Rose était lessivée. Marine Le Pen aussi. Le reste du discours était plein d'hésitation. Finalement, elle a eu quand même un peu d'humour, puisqu'elle a affirmé sans ciller que ne pas participer à la manif de dimanche était une preuve de "courage". A moins que... attendez, vous voulez-dire que ce n'était pas de l'humour? Damned. Et ça veut devenir le président de tous les Français, ça?

  

Partager cet article

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

gargamel 11/01/2013 09:19


quelle "fifille". Mais ce n'est hélas plus la fin du début , mais le début de la fin. Entre les résultats électoraux de plus en plus décevants , les tensions au FuN , il est bien difficile en
effet de satisfaire tout son monde , à tel point que cette « brave fifille » continue à perdre son âme.Ceci explique cela et en particulier cette pantalonnade , cette dérobade ,
une de plus après le refus de prendre part à la manif de dimanche. Collard a eu le mérité d'être précis pour une fois , Marine n'a pas eu cette franchise , ni cette audace et encore moins de
courage face à un journaleux de la Raie publique.Décidément nous ne nous sommes pas trompés sur « le cas Marine » et ses boys et nous sommes plus que jamais résolus à ne point changer
de cap.


"Je vous ai compris.Je sais ce qui s'est passé ici......." souvenons nous du grand bateleur.Souvenons nous les temps n'ont point changés.


 

Sylvie 10/01/2013 17:11


Elle a l'air de plus en plus usée... Il faut dire que vociférer et faire preuve d'agressivité pour un rien, peut inutilement épuiser.


Que d'énergie gaspillée pour du vent...