Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 00:45

http://www.rivarol.com/Rivarol_files/3058.jpg

Avec Valls à l’Intérieur

la France est en état d’invasion libre !

 

 

Il n’a pas fallu attendre longtemps pour que la gauche de retour au pouvoir manifeste haut et fort son immigrationnisme hystérique. Dès le 25 juillet le ministre de l’Intérieur Manuel Valls, que certains imbéciles croient être un homme de droite et le ministre le moins  gauchiste du gouvernement Ayrault, s’est démarqué de son prédécesseur Claude Guéant sur l’immigration, annonçant sa décision de ne pas appliquer les nouveaux critères de naturalisation et de mettre fin au pouvoir discrétionnaire de l’adminisration en matière de régularisations. Intervenant devant la commission des Lois du Sénat, le ministre qui n’a la nationalité française que depuis 1983, ce qui ne l’habilite guère à défendre les intérêts de la France et des Français d’abord, a également écarté l’hypothèse d’un rétablissement du contrôle aux frontières pour lutter contre une « Europe passoire » comme l’avait promis Nicolas Sarkozy  lors de la campagne présidentielle. « Je suis très attaché au principe de libre circulation et je serai très scrupuleux quant à la préservation de l’acquis Schengen. Je refuse la fermeture unilatérale des frontières », a déclaré Valls, en précisant que « tout doit être décidé par le Conseil, sur proposition de la Commission ». Quand on connaît l’immigrationnisme forcené de la Commission de Bruxelles, il n’y a certes pas de quoi être rassuré.

 

Sur l’acquisition de la nationalité, Manuel Valls a donc fait part de sa décision de « revenir sur les critères » de naturalisation « introduits subrepticement (sic !) par (s)on prédécesseur » et qui relèvent, selon lui, d’une « course d’obstacles aléatoire et discriminante ». Le ministre strauss-kahnien a ainsi évoqué le test concernant la connaissance de la culture et de l’histoire de la France, qui devait rentrer en application le 1erjuillet. « Des ministres et des sénateurs auraient du mal à y répondre tellement il est hors des clous », a plaidé le ministre en estimant que le test, sous la forme d’un QCM, « ressemble à un jeu télévisé ». Il a par ailleurs évoqué une « politique délibérée » du précédent gouvernement « d’exclure de la nationalité des gens méritants et ne posant aucune difficulté ». Résultat: « le nombre de naturalisations est en chute libre » et « si rien n’est fait, ce nombre va chuter de 40 % entre 2011 et 2012 après une chute de 30 % entre 2010 et 2011 ». Le but est bien là : naturaliser massivement, ce qui permet d’accélérer le processus de substitution de population et de créer par millions de nouveaux électeurs pour la gauche. Les prolétaires français de souche qui ne votent plus guère pour le Parti socialiste sont ainsi aisément remplacés par des allogènes analphabètes.Qu’on ne nous dise pas en effet qu’il est scandaleux de demander à un étranger souhaitant acquérir la nationalité française qu’il connaisse un tant soit peu notre langue, notre histoire, nos institutions et nos traditions. Mais une telle revendication est jugée “discriminante” par le ministre qui se comporte ouvertement en organisateur actif de l’invasion de notre pays.« Le défi de l’immigration sera relevé si la naturalisation n’est plus vécue, ou perçue, comme la fin d’un parcours du combattant, mais comme l’issue d’un processus d’intégration qui a sa part d’exigences », a déclaré Manuel Valls. Mais l’on se demande de quelles exigences il parle puisqu’il a supprimé toutes les restrictions à la naturalisation. Se défendant d’être “naïf” ou “angélique”, il a annoncé une concertation dès cet été avec les associations antiracistes et les syndicats (de gauche) sur les critères permettant de régulariser les “sans-papiers”. On s’achemine donc vers des régularisations massives comme la gauche l’avait fait à son arrivée au pouvoir en 1981. Or, on le sait, la régularisation est la première étape de la naturalisation. Les critères de régularisation « portent sur les années de présence sur le territoire, les attaches familiales, la scolarisation des enfants, la situation par rapport au travail, donc sur ce qui fait la réalité d’une vie construite sur notre territoire », a détaillé Valls en annonçant la création d’un titre de séjour pluriannuel, de trois ans contre un an actuellement. Ces critères ne présentent aucune difficulté pour l’immigré clandestin : par exemple tous les enfants d’un allogène illégalement présent sur le territoire national sont obligatoirement scolarisés. Si la scolarisation des enfants est un critère de sélection, autant avouer que tous les clandestins ayant une progéniture seront régularisés. 

 

Par ailleurs, toujours dans la même veine, un projet de loi présenté à l’automne va « mettre fin au “délit de solidarité” qui permet de poursuivre l’aide désintéressée apportée à des étrangers en situation irrégulière, sur la même base juridique utilisée pour les filières criminelles d’immigration ». Des militants de défense des immigrés “sans-papiers”, notamment dans le Pas-de-Calais, avaient été poursuivis en justice pour avoir favorisé l’installation chez nous de ces délinquants mais, rassurez-vous, ils n’avaient pas été lourdement condamnés ! Le député UMP Eric Ciotti a affirmé le 30 juillet sur Europe1 que Manuel Valls était « de façon un peu détournée, en train de modifier profondément la politique d’immigration », évoquant « un effondrement de près de la moitié du nombre de reconduites à la frontière » depuis mai. Le directeur de la campagne de François Fillon pour la présidence de l’UMP a réclamé un débat à l’Assemblée nationale sur la modification des critères de naturalisation prônée par le ministre de l’Intérieur. « Il n’y a pas de débat à l’Assemblée nationale, il ne remet pas en cause de façon directe les lois que nous avons votées, il procède par circulaires, par annonces, il y a des instructions qui sont données qui, manifestement, sont beaucoup plus laxistes. Il y a une politique très laxiste en matière d’immigration régulière, on a rouvert de manière dangereuse les vannes de l’immigration régulière, avec les nouvelles annonces, notamment sur les étudiants », a-t-il aussi critiqué. Certes, en disant cela, le député des Alpes-Maritimes entend défendre la politique d’immigration de Nicolas Sarkozy dont les rivaroliens savent qu’elle n’était nullement satisfaisante (l’on se souvient des discours sur la discrimination positive, les quotas d’immigrés et l’immigration choisie qui s’ajoute de fait à l’immigration subie). Reste que le retour de la gauche au pouvoir aggrave considérablement les mesures en faveur de l’immigration de masse, de l’invasion et de la colonisation de notre pays. 

 

Enfin Manuel Valls a annoncé le 31 juillet pour la fin octobre un projet de loi visant à permettre la rétention administrative pendant douze heures (seulement !) des immigrés clandestins, en réponse à la fin de la garde à vue pour les “sans-papiers” ordonnée par la Cour de cassation. Le 5juillet, la juridiction suprême a en effet décidé que conformément à la législation européenne, très laxiste en la matière, il était désormais illégal de placer des clandestins en garde à vue (24 heures renouvelables une fois), pour le seul motif de séjour irrégulier. Les policiers ne disposaient donc plus que des quatre heures d’un contrôle d’identité ou d’une audition libre pour engager la procédure préalable à une éventuelle expulsion. Cette décision de la Cour de cassation concernait 60000 personnes par an, selon les associations de défense des immigrés clandestins. Proposer une rétention administrative de douze heures est se moquer du monde. Ce délai est en effet beaucoup trop bref pour connaître l’identité, l’origine, la situation et les motivations du clandestin. […]

 

jeromebourbon@yahoo.fr

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Articles de J. B.
commenter cet article
2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 00:18

http://www.cinemagora.com/images/films/65/12265-babe-le-cochon-dans-la-ville.jpg

C'est-y pas mignon une tête de cochon?

 

Vous avez bien lu. Un "acte blasphématoire". C'est ainsi que la mairie de Montauban qualifie l'incident qui a eu lieu à la mosquée de Montauban: deux tête de cochons et du sang y ont été déposés. On pensait que dans notre République laïque et fier de l'être, le qualificatif ne pouvait être employé dans un communiqué officiel. C'était oublier que les musulmans ont un statut tout à fait à part, qu'on se passionne pour le ramadan alors qu'on ignore tout du carême, et qu'on s'émeut pour des cadavres de bête jusqu'à adopter un langage religieux, alors qu'on peut plonger un crucifix dans de l'urine, balancer de la merde sur la Sainte Face, sans que cela ne choque personne. Ce qui choque, ce sont au contraire les protestations des catholiques fervents.

 

Un comble, donc, que la mairie s'indigne de cette "profanation" en des termes si connotés. Car enfin, pour les "de souche" qui ne sont pas musulmans, l'acte peut être jugé drôle, stupide, ou provocateur; mais "blasphématoire" est bien le dernier mot qui nous viendrait à l'esprit. Ah ces élus! Ils sont tellement habitués à lécher les bottes des communautés et à cracher sur leurs semblables, qu'ils sont prêts à tout les excès de langage, dussent leurs sacro-saintes valeurs républicaines en pâtir.

 

Source: Figaro.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 00:15

http://zanybao.files.wordpress.com/2012/01/fran__ois_hollande__tous_les_styles_de_sa_vie_38235081_north_320x.jpg

 

On peut juger du charisme de notre cher président à la lecture de cet article anecdotique lu dans L'Express:

 

Le buzz aura été de courte durée. Créé un mois après la victoire de François Hollande à l'élection présidentielle, le trajet touristique "Sur les pas d'un président" a été annulé ce mercredi, explique le site La Montagne.  

L'idée était de montrer les lieux emblématiques de la période Hollande en Corrèze, notamment le Conseil général et la place de la cathédrale. C'est là que l'ancien maire de Tulle avait prononcé son premier discours après la victoire

Le trajet touristique n'a pas rencontré le succès escompté pour son inauguration, puisque personne ne s'est inscrit. L'office du tourisme de Tulle a bien reçu quelques appels pour des renseignement, mais aucun ne s'est transformé en réservation. L'optimisme est cependant de rigueur: le trajet est prévu tous les mercredi.

 

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 23:48

 

http://salam52.blogvie.com/files/salat.jpg

Lu sur le site de LCI:

 

Quatre moniteurs de colonie de vacances ont été suspendus par la mairie de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) pour avoir observé le jeûne du ramadan.

"On a reçu la visite du responsable des centres de vacances. Il est venu voir si tout se déroulait correctement avec les enfants, et c'était le cas, puis il est venu déjeuner avec nous. Il s'est mis à ma table, et a remarqué qu'à l'heure du déjeuner je ne mangeais pas et Moussa non plus", a expliqué au BondyBlog l'un des animateurs, prénommé Nassim. Le responsable a rappellé aux animateurs que, selon leur contrat de travail, ils devaient se restaurer et s'hydrater convenablement. Les quatre animateurs ont finalement été remerciés.

 

Ils "n'ont pas respecté, en cours de séjour, les obligations de leur contrat de travail, pouvant ainsi mettre en cause la sécurité physique des enfants dont ils avaient la responsabilité", explique la mairie PCF de Gennevilliers dans un communiqué. "Ce défaut d'alimentation et d'hydratation pouvait conduire ces agents à ne plus être en pleine possession des moyens requis pour assurer le bon déroulement et la sécurité des activités du séjour, ainsi que la sécurité physique des enfants dont ils avaient la charge", selon la mairie. "C'est pourquoi la ville de Gennevilliers, qui a la pleine responsabilité de la bonne conduite des séjours, a mis fin à leurs missions, sans préjudice financier", poursuit la mairie qui avait embauché ces animateurs en CDD pour un séjour sportif à Port-d'Albret, dans les Landes, débuté le 5 juillet.

 

"Il y a trois ans, on a eu un cas de figure très douloureux, une jeune animatrice qui avait refusé de s'alimenter et avait fait un malaise", a justifié la directrice de cabinet du maire, Nicole Varet. "Le problème c'est qu'elle conduisait un véhicule avec des enfants, et qu'elle a eu un accident avec des blessés graves, notamment un enfant", a-t-elle précisé. Selon le BondyBlog, les moniteurs envisagent de porter cette affaire devant la justice. La mairie n'avait pas connaissance d'une plainte lundi soir.

 

 

 

 

MàJ: la mairie de Gennevilliers recule! Le contraire eût étonné! Voir cette dépêche AFP dans laquelle on peut lire entre autres perles:


 

La mairie PCF de Gennevilliers avait décidé de suspendre en juillet quatre animateurs d'un centre de vacances pour avoir observé le jeûne du ramadan. Devant l'afflux de réactions indignées, elle a renoncé mardi à imposer aux animateurs de déjeuner au mois d'août.

  

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
28 juillet 2012 6 28 /07 /juillet /2012 12:58

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/19/Potrait_Najat_Vallaud-Belkacem-crop.jpg/200px-Potrait_Najat_Vallaud-Belkacem-crop.jpg

 

Lu dans L'Express:

 

"Elle s'appellerait Claudine Dupont, elle ne serait peut-être pas là. Elle doit assumer son identité et en être fière." La phrase fait parler depuis la sortie du Point jeudi. Elle est attribuée à Ségolène Royalet vise Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes et très proche de l'ancienne candidate à l'Elysée. 

"J'ai toujours voulu des ouvriers, des exclus, des jeunes issus de la diversité autour de moi", a ajouté, selon l'hebdomadaire, Ségolène Royal, dont Najat Vallaud-Belkacem a été l'une des porte-parole à la présidentielle de 2007 et la primaire de 2011. 

Dans la soirée de vendredi, Ségolène Royal a affirmé dans un communiqué qu'elle "ne se reconnaît pas dans les propos réducteurs que lui prête le journal Le Point à propos de Najat Vallaud-Belkacem et qui aboutissent à lui faire dire le contraire de ce qu'elle a toujours affirmé". 

Ségolène Royal, poursuit le communiqué, "a, depuis 2007, toujours mis en avant Najat Vallaud-Belkacem, à la fois pour son talent (NDLR: mais ne se trahit-elle pas en ajoutant:et son histoire et elle se réjouit des responsabilités qui lui sont confiées aujourd'hui et qui sont pleinement méritées". 

Avant ce communiqué, les propos cités par Le Point avaient suscité de vives réactions. La présidente de l'association féministe Ni Putes Ni Soumises, Asma Guenifi, avait jugé les propos de Ségolène Royal "méprisants, déplacés et discriminatoires", dans une déclaration à l'AFP. 

"Selon l'ancienne candidate à la présidence si l'on s'appelle Najat, Karima ou Abdel, et que l'on est promu à un poste à responsabilité, ce n'est pas dû à la compétence mais à l'origine et au nom que l'on porte", selon Asma Guenifi, qui "dénonce la tentative de Ségolène Royal (de) réduire Najat Vallaud-Belkacem à son origine et non à sa compétence". 

Premier à réagir, le Front national avait estimé peu avant que "cette sortie de Ségolène Royal était très révélatrice du rapport malsain qu'entretient la gauche avec l'immigration": "Non seulement la gauche est favorable à une immigration massive, mais elle refuse de surcroît l'assimilation et souhaite que l'immigré reste à jamais l'immigré, à qui on ouvrira les portes d'une discrimination positive dotée de toutes les vertus", commente le FN dans un communiqué en suggérant l'inverse: "stopper l'immigration, prôner sur l'ensemble du territoire l'assimilation à la nation française et combattre la discrimination positive au bénéfice de la méritocratie". 

   

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
28 juillet 2012 6 28 /07 /juillet /2012 12:46

chasseur-nazi.jpg

 

 

Hilarant, ce dessin de CHARD dans le dernier numéro de RIVAROL. Le dessin fait allusion à la traque par le centre Simon Wiesenthal d'un papi de 97 ans.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans A lire dans RIVAROL
commenter cet article
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 15:01

http://pmwissous.wifeo.com/images/chien-mordeur.jpg

 

Lu dans Le Point:

 

Les faits se sont déroulés dans la nuit de mardi à mercredi, à Marseille. Vers 0 h 45, alors qu'ils se trouvent à proximité de la mosquée es-Sunna, située dans le 3e arrondissement de la cité phocéenne, des policiers aperçoivent une femme intégralement voilée. Ils décident de procéder à un contrôle d'identité, comme les y autorise la loi sur le voile intégral adoptée en 2010. Mais très vite les choses se gâtent.

Louise-Marie (le prénom a-t-il été changé? Ou cela réconforte-t-il les journaleux de trouver une dhimmi volontaire dont le prénom n'a pas besoin d'être européanisé?), une jeune femme âgée de 18 ans, refuse de décliner son identité et, d'après les policiers, se met à pousser des cris, attirant une horde de curieux, empêchant ainsi tout contrôle. Une altercation éclate entre les forces de l'ordre et quelques hommes. Résultat : deux policiers blessés, un troisième mordu à la main (!!) par la jeune femme voilée. (Elle a dû enlever son voile pour mordre le policier, non? N'est-ce pas haram?) Des renforts arrivent alors sur place, quatre personnes - dont la jeune femme voilée - sont interpellées et placées en garde à vue. Elles seront finalement remises en liberté dans la nuit, avec à la clef une simple convocation. 

"Tout ça fleure bon une certaine hypocrisie"

"Les autorités les ont remises en liberté, car elles redoutent des troubles manifestes à l'ordre public. C'est un scandale", confie sous le couvert de l'anonymat un policier marseillais. Pourtant, dans la circulaire du 31 mars, qui précise les modalités d'application de la loi sur le voile intégral, il est précisé que "face à un refus persistant de l'intéressé(e), et si aucune solution n'apparaît possible, le refus de dévoiler son visage rendant le contrôle de l'identité impossible, la procédure de l'article 78-3 du Code de procédure pénale est applicable". À savoir que la personne contrôlée peut être "retenue sur place ou dans le local de police où elle est conduite aux fins de vérification de son identité."

"Cette affaire souligne la difficulté que nous rencontrons pour appliquer la loi. On a le sentiment que beaucoup préféraient largement que nous fermions les yeux afin d'éviter des incidents", souligne Yannick Danio du syndicat Unité SGP-Police. Avant de conclure : "En résumé, vous pouvez faire des contrôles de police, mais attention à ne pas faire de vagues, car sinon cela vous retombera dessus. Tout ça fleure bon une certaine hypocrisie, et ne facilite pas le travail du policier sur le terrain."

  

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 00:13

http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/files/2011/06/benedetti1.jpg

 

Tribune libre : Appel à l’union des nationalistes

 

 

Françaises, Français, chers amis, 

 

Les dernières élections ont permis d’accentuer la bipolarisation de la vie politique française et de vérifier à quel point le système, dans notre pays, était bien verrouillé. La mainmise du PS sur les institutions est désormais absolue, la droite courbe ayant été supplantée et le centre littéralement siphonné par le parti de l’anti-France, allié à des écologistes plus pastèques que jamais ! 

   

Le nouveau président de la République s’est empressé de faire allégeance, tant sur le plan financier que militaire, aux forces malfaisantes qui, en coulisses, travaillent à la mort des nations et à l’avènement du nouvel ordre mondial, de la pieuvre américano-sioniste !

   

Face à l’écueil du scrutin majoritaire, l’illusion mariniste s’est évanouie. Seuls, l’avocat Gilbert Collard, girouette politique ouvertement anti-frontiste et maçon notoire, et la toute jeune et jolie Marion Maréchal Le Pen ont pu surfer sur la vaguelette bleu marine, à la faveur de triangulaires idéales. 

   

La politique mariniste de prétendue dédiabolisation, qui s’est exprimée constamment par des concessions idéologiques majeures que tout nationaliste français digne de ce nom ne peut décemment cautionner, débouche donc sur un échec cuisant accentué par le revers personnel de Mme Le Pen et sur une impasse politique. Cette déconfiture sonne aussi le glas des espérances électoralistes que d’aucuns nourrissaient encore dans notre famille politique. 

   

Il faut que les patriotes de France encore dupes du jeu pseudo-démocratique comprennent enfin que par les urnes, il n’est point de salut pour la France ! Et que le salut se trouve encore moins dans le reniement de nos idéaux !

   

C’est en dehors du système et non à sa périphérie, en rupture totale avec tous ses vices, toute la pourriture qui l’articule, qu’une force patriotique doit se dresser au plus tôt. 

   

Oui, il est grand temps qu’un front vraiment nationaliste s’oppose à l’oligarchie composée des mercantis les plus vils. Il en va de la pérennité de notre nation et de notre civilisation.

  

Je vous exhorte, de toutes mes forces, à vous rassembler dès aujourd’hui, vous, autochtones de France traités en “sous-chiens” sur votre sol, vous tous, patriotes des mouvements d’Extrême France qui ne transigez ni sur la nation, ni sur la défense de la famille et de la vie, qui voulez renverser le Veau d’Or et anéantir la religion du mensonge, encore renforcée après l’intervention servile et repentante du chef de l’Etat.

   

Je mets à votre disposition ma personne et toutes les structures du mouvement que j’ai l’honneur de conduire pour permettre cette unité derrière laquelle nous œuvrons depuis si longtemps. Il faut cesser de se complaire dans la contemplation morbide de la décomposition de notre pays. Place à l’action !

   

Il faut donner des coups de boutoir à ce système de plus en plus vermoulu. L’Etat prétendument socialiste entend réprimer toute action politique des nôtres avec une extrême brutalité. Il ne faut pas avoir peur ! La rafle, le 23 juin dernier, des “souchiens”, venus dénoncer « la préférence antinationale et le racisme anti-blanc » à la gare Part-Dieu de Lyon, après l’interdiction de leur manifestation, et l’intervention du GIPN, toujours à la Part-Dieu, quelques jours plus tard, pour déloger et interpeller Alexandre Gabriac entouré de trois jeunes nationalistes, démontrent l’intransigeance des autorités à l’égard des vrais patriotes. Mais cette intransigeance trahit justement la crainte du système de ne pouvoir endiguer longtemps l’adhésion que nos idées rencontrent chez les Français non reniés, notamment auprès des jeunes. Les jeunes Français veulent ressembler à Alexandre Gabriac et ils ont raison ! Ils n’ont pas une vocation d’esclaves. C’est précisément cela la révolte des “souchiens” !

   

C’est en continuant à puiser dans les vertus ancestrales de notre peuple, de notre race, que nous répondrons tous présent à ce grand rendez-vous de l’Histoire, que nous restituerons la France aux Français avant de pouvoir restaurer en profondeur notre patrie charnelle. Alors debout, les Français ! Haut les cœurs, en avant la victoire ! Maîtres chez nous !

 

Yvan Benedetti,

président de l'Oeuvre Française.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans A lire dans RIVAROL
commenter cet article
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 00:08

 

http://www.rivarol.com/Rivarol_files/3057.jpg

 

Vel d’Hiv :

Hollande dans les pas de Chirac

 

 

Les présidents passent, la Mémoire demeure. Plus exigeante, plus vorace que jamais. François Hollande, qui clôturait le dimanche 22juillet en fin de matinée la commémoration de la Rafle du Vel d’Hiv, à Paris, s’est placé dans les pas de Jacques Chirac et en a même rajouté dans la condamnation solennelle de notre pays. Triste époque où le chef de l’Etat censé par sa fonction protéger, promouvoir notre patrie, donner à nos compatriotes la fierté d’être Français condamne sans appel notre nation. Dans le droit fil du discours prononcé par Jacques Chirac au même endroit le 16juillet 1995, le concubin de Valérie Trierweiler a déclaré : « Nous devons la vérité sur ce qui s’est passé il y a 70 ans. La vérité, c’est que le crime fut commis en France par la France ». Et le président d’ajouter : « pas un soldat allemand ne fut mobilisé pour cette opération », oubliant un peu vite que la France avait perdu la guerre de 1940, qu’elle était occupée militairement et qu’elle n’était donc plus indépendante et souveraine. Le propos de Hollande fait évidemment écho à la phrase la plus souvent citée du discours de Chirac en 1995 : le 16juillet 1942, jour de la Rafle du Vel d’Hiv, « la France commettait l’irréparable », avait-il dit. Après de telles considérations, comment refuser aux associations juives (mais aussi africaines, antillaises, etc.) les subsides qu’elles ne cessent de réclamer, les unes pour la Shoah, les autres pour l’esclavage et la colonisation ? Et comment obtenir des étrangers qui vivent chez nous le moindre respect de notre pays, de son histoire, de ses traditions quand le premier magistrat de France, pour complaire à la communauté juive, se montre le plus sévère contempteur de notre nation ?

 

On aurait tort de croire qu’il ne s’agit là que de considérations historiques. François Hollande a en effet insisté dans son discours de dix-huit minutes — et ce fut au fond l’essentiel de son allocution — sur l’enjeu que constitue la “transmission” de cette mémoire : un double enjeu, en réalité, lié selon lui à la fois à la nécessité de lutter contre l’oubli et à celle de faire barrage à l’antisémitisme. « Je ne me résignerai pas à ce que deux jeunes Français sur trois ne sachent pas ce que fut la Rafle du Vel d’Hiv », a ainsi martelé l’ex-compagnon de Ségolène Royal en référence à un récent sondage réalisé par l’institut CSA pour l’Union des étudiants juifs de France (UEJF). Résultat d’ailleurs étonnant lorsque l’on sait la propagande faite sans discontinuité à l’école, au cinéma, à la télévision sur ce sujet. Estimant que « la Shoah n’est pas l’histoire du peuple juif mais l’histoire, notre histoire », le successeur de Nicolas Sarkozy l’a affirmé péremptoirement : « Il ne doit pas y avoir un seul établissement où cette histoire ne soit pleinement entendue, respectée, méditée. Il n’y aura pas, dans la République française, de mémoire perdue ». Allusion aux établissements de banlieue où certains adolescents d’origine maghrébine se montrent peu déférents envers le Dogme à la différence des jeunes Français de souche qui sont généralement chloroformés. 

 

Et comme si cela ne suffisait pas, répondant servilement aux vœux de Serge Klarsfeld, président de l’Association des fils et filles de déportés juifs de France, et de Richard Prasquier, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) qui s’étaient exprimés avant lui, et devant un grand nombre de membres du gouvernement dont le Premier ministre Jean-Marc Ayrault confits en dévotion, François Hollande s’est engagé à lutter encore plus sévèrement contre toutes les formes d’antisémitisme qu’il a qualifié non d’“opinion” mais d’“abjection”. « La République pourchassera avec la plus grande détermination tous les actes et tous les propos antisémites qui pourraient amener les juifs de France à se sentir inquiets dans leur propre pays. Rien en la matière n’est indifférent. Tout sera combattu avec la dernière énergie » a promis le chef de l’Etat, rappelant qu’« il y a quatre mois (à Toulouse), des enfants mouraient pour la même raison que ceux du Vel d’Hiv : parce qu’ils étaient juifs », faisant totalement l’impasse sur la politique criminelle de l’Etat hébreu dans les territoires occupés et ses conséquences. C’est dire que l’on peut s’attendre à un renforcement de la répression dans les mois à venir au détriment des libertés.

 

Plus que jamais, ainsi que nous l’avons souvent écrit, la Shoah est une véritable religion qui singe les rituels catholiques avec son culte des martyrs (les six millions), des saints (les Justes récompensés par l’Etat d’Israël et que Hollande a encore vantés dans son discours), ses pèlerinages et processions (à Auschwitz, au Struthof et ailleurs), ses reliques (les cheveux, les dents des déportés), ses lieux de supplice (les chambres à gaz), son hagiographie, son martyrologe (les livres d’Elie Wiesel, de Primo Levi…), ses grands prêtres (Serge Klarsfeld, Simone Veil…), ses tables de la loi (la déclaration des droits de l’homme), son Evangile (le jugement du tribunal militaire international de Nuremberg), son enfer (les révisionnistes, les antisémites, les droites nationales et radicales autres qu’israéliennes, les catholiques fidèles à la doctrine sur le nouvel Israël et sur la caducité de l’Ancienne Alliance), sa cité sainte (l’Etat hébreu), ses archanges (Tsahal protégeant l’Eretz de tous ses ennemis vrais ou fantasmés), ses temples (les multiples mémoriaux et musées de la Shoah), ses prédicateurs (les enseignants et les organes dirigeants de toutes les institutions), ses juges (les magistrats), sa législation contre le blasphème (la loi Fabius-Rocard-Gayssot). Et l’on peut être sûr que de l’extrême gauche au nouveau Front national personne ne viendra désormais attenter si peu que ce soit à ce super-dogme. Ni non plus l’église conciliaire qui en fait le seul véritable article de foi comme l’affaire Williamson l’a montré de manière spectaculaire en janvier 2009. Notre monde est devenu complètement fou !

 

jeromebourbon@yahoo.fr

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Articles de J. B.
commenter cet article
24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 15:44

 

 

http://4.bp.blogspot.com/_h_p_Eyx0jwg/Scm7SzEh5mI/AAAAAAAAAAc/pptSbEJQHSU/S240/faurisson2.jpg

 

Lucette fête aujourd’hui ses cent ans *

Par Robert Faurisson

(article lu sur son blog)

  
Aujourd’hui, 20 juillet 2012, la veuve de Louis-Ferdinand Céline fête ses cent ans dans leur ancienne demeure, au 25ter de la Route des Gardes, à Meudon. Elle est née Lucie Georgette Almansor, dite Lucette Almanzor (avec un « z »), dans le 20ème arrondissement de Paris. C’est précisément dans cette demeure que Céline, recru de travail et de souffrances, est mort le 1er juillet 1961. De son épouse il avait dit qu’elle était « Ophélie dans la vie, Jeanne d’Arc dans l’épreuve ». Avec le recul du temps, le comportement des persécuteurs du couple fait honte. Aujourd’hui encore, même parmi les céliniens, il se trouve à la fois des justiciers pour continuer d’instruire à charge le procès de Céline et des lâches pour se taire devant la bêtise, la haine et la censure des épurateurs.
  
En ce qui regarde sa rencontre en 1936 avec Louis-Ferdinand Lucette avait confié : « Je dois dire qu’il m’intimidait beaucoup. Pendant un an et demi nous nous sommes revus de temps en temps sans que pour ma part je songe à quoi que ce soit de sérieux. Et puis un jour... Je crois que c’est par sa bonté, qui était immense, qu’il m’a le plus touchée ». Elle a fait cette confidence lors d’un entretien accordé à Jean-Claude Zylberstein ; l’article est paru dans Combat le 21 février 1969 et il a été reproduit par David Alliot dans « Les Cent ans de Lucette Destouches », Spécial Céline, Numéro 5 (mai/juin/juillet 2012), p. 7-10 ; p. 8).
   
Un sujet de réflexion vient à l’esprit : l’hostilité de Céline vis-à-vis du peuple élu serait-elle due en partie à « sa bonté qui était immense » ?
J’invite le lecteur de 2012 à réfléchir avant de se récrier.
  
Pour commencer, il voudra bien songer à la possible bonté des grands satiristes en général, à l’horreur ou à la peur que leur inspirent les riches, les puissants et les violents qui, eux, sont toujours les premiers à vous envoyer à la guerre, à la croisade, en somme au « casse-pipe », au « massacre ».
On méditera ensuite sur la bonté possible de Shakespeare ou de Molière et sur la candeur de Don Quichotte, le chevalier à la triste figure qui, dérisoire et parfois grotesque, n’avait manifestement pas les moyens de faire triompher la cause pour laquelle il se battait : un idéal de paix et de justice imprégnée d’amour.
Enfin, de Paul Morand au sujet de Céline on se rappellera le mot rapporté dans l’article susmentionné : « Sa vie fut un don continuel, plus total que toutes les vies de curés de campagne » (ibid., p. 9).
Dans ses quatre satires que, pour ma part, je n’appelle pas des « pamphlets » (Mea Culpa en 1936, Bagatelles pour un massacre [des Aryens] en 1937, L’Ecole des cadavres [aryens] en 1938 et Les Beaux Draps en 1941) il a prouvé qu’il avait du cœur, au plein sens du mot : le bon cœur et le courage du chevalier ou du cavalier des Touches (sur les raisons de ma préférence pour le mot de « satires », on voudra bien se reporter à http://robertfaurisson.blogspot.fr/2000_12_01_archive.html).
   
Toujours en 1969 et toujours dans son entretien avec J.-C. Zylberstein, Lucette précisait : « Pour Céline, s’attaquer aux juifs [en 1937], c’était s’attaquer aux fauteurs d’une guerre dont il pressentait qu’elle serait horrible […] pour Céline les juifs c’étaient les ‘Gros’ ». De fait, Céline s’est montré d’une remarquable clairvoyance en annonçant et en  dénonçant la menace d’une nouvelle boucherie mondiale. A partir de 1933, les appels des organisations juives à la croisade générale contre l’Allemagne nationale-socialiste avaient pris un tour obsessionnel qui devait aboutir en novembre 1938 à l’assassinat à Paris du diplomate Ernst vom Rath par Herschel Grynspan. A son tour cet assassinat allait, en représailles, déclencher dans certaines villes allemandes les horreurs de « la Nuit de Cristal » qui, elles-mêmes, allaient ajouter aux feux du bellicisme juif. Poursuivant son propos, Lucette déclarait : « Maintenant, après l’horrible chose qui s’est produite pendant la guerre, dans tous ces camps de concentration, on ne peut plus juger rétrospectivement. Aussi bien Louis et moi nous sommes-nous toujours opposés à ce qu’on réédite ses trois pamphlets [Bagatelles, L’Ecole, Les Beaux Draps] ». Il est de fait que Céline ne voulait pas de ces rééditions et on le comprend : il souffrait déjà suffisamment sans aller provoquer une nouvelle colère juive et courir le risque d’un assassinat dont l’auteur pourrait être ensuite acquitté aux applaudissements des juifs comme l’avait été à Paris, le 26 octobre 1927, Samuel ou Scholem Schwartzbard, l’assassin de l’ataman Petlioura faussement accusé de pogroms en Ukraine. Quant à « l’horrible chose » et à « tous ces camps de concentration », Céline ne semble pas avoir été dupe des mises en scène photographiques et cinématographiques où les vainqueurs avaient mis « l’horrible » effet de leurs propres crimes sur le compte des vaincus. Dans ses villes réduites en cendres comme dans ses camps ravagés par les épidémies, l’Allemagne vaincue offrait à la vue de tous l’abominable résultat d’une politique de blocus et de guerre aérienne totale conduite par Roosevelt et Churchill contre les populations civiles cependant qu’en Allemagne orientale l’Armée rouge semait la terreur par le viol et le carnage. Céline ne donnait pas dans les godants de notre époque et, en particulier, il ne croyait pas à celui des prétendues chambres à gaz nazies.
   
« Godan » ou « Godant » : il affectionnait ce mot qu’on trouve, par exemple, dans les Mémoires du duc de Saint-Simon et qui signifie « conte », « tromperie », « attrapoire ». Pour sa part, il aurait pu l’employer au sujet du pire godant des temps modernes, celui de la « magique chambre à gaz » : « C’était tout la chambre à gaz ! Ça permettait TOUT ! », écrivait-il déjà dans une lettre adressée à Albert Paraz le 28 novembre 1950 après avoir lu Le Mensonge d’Ulysse du révisionniste Paul Rassinier. (Devenue pourtant si connue et si importante, cette lettre n’a pas été reproduite par Henri Godard et Jean-Paul Louis, céliniens patentés, dans leur volumineux Choix de lettres de Céline et de quelques correspondants (1907-1961), Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 2009, XLIV-2035 p.). Voyez mon avant-propos à la Préface au Mensonge d’Ulysse de Paul Rassinier, opuscule édité par Akribeia en 1999 : la préface en question est signée d’Albert Paraz et date de 1950 ;  http://robertfaurisson.blogspot.it/1998/12/sur-la-preface-dalbert-paraz-au.html.
   
Céline n’a jamais renié ses écrits. Il tenait que, vu les mises en garde qu’il avait adressées à ses compatriotes contre le bellicisme juif et contre l’imminence d’une nouvelle guerre mondiale et vu ce que lui avait personnellement coûté son donquichottisme, il n’avait aucune excuse à présenter. Au contraire, c’était des autres qu’il attendait des excuses. Ces excuses, il n’est plus là pour les recevoir mais, dans le fond de son cœur, nul doute qu’à l’âge de cent ans, son épouse, « Ophélie dans la vie, Jeanne d’Arc dans l’épreuve », les attend encore, fût-ce sans illusions, à Meudon, au 25ter de la Route des Gardes.  

* Ce texte développe le contenu d’un simple message électronique adressé, à la même date et sous le même titre, à mes seuls correspondants.
  
20 juillet 2012
Repost 0
Published by Rivarol blog
commenter cet article