Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 19:48

 

L’islamisme est une chance pour la France

 

 

 

Par Hannibal

 

 

hannibal

Depuis qu’elle s’est mise à l’œuvre dans les années 1970, la mort de l’Europe a eu l’élégance d’avertir. Elle n’avance pas masquée, elle n’est pas subreptice ni sournoise, elle marche le visage découvert, avec de grands coups de faulx annonciateurs. Le premier fut le chômage. Dressés par les marxistes et les libéraux, nous ne mesurions plus le monde qu’à l’aune de la prospérité matérielle, et les chocs pétroliers perturbaient notre légitime attente d’une croissance indéfinie : un chômage massif crût en même temps que les premières vagues de l’invasion venue du sud. C’était nous mettre en garde contre l’économie du monde nouveau qui se préparait, mais ceux qui s’en aperçurent furent traités de fous : les affiches du FN liant l’immigration au chômage furent décrétées à la fois simplistes, fausses et nazies.

 

Le deuxième avertissement fut quasi concomitant. Les crimes et délits augmentèrent brutalement avec l’immigration. Les prisons se remplirent d’immigrés et d’enfants d’immigrés. Des rues, des quartiers, des villes devinrent dangereux. Là encore, les augures insultèrent et Cassandre et le peuple. Obsession, hystérie sécuritaire, biais systématique : tous les pauvres mots des aveugles volontaires furent employés pour ne pas voir l’évidence. Une nouvelle fois, les Français refusèrent le cadeau que leur faisait le destin : l’immigration n’était pas indolore, la décadence était visible, elle faisait mal avant de tuer, mais cela ne servit à rien.

 

Aujourd’hui résonne le troisième et dernier coup de gong, l’ultime avertissement. Il n’y en aura plus d’autre avant l’égorgement. Peut-être sera-t-il mieux entendu. A cause des circonstances d’abord : à simplement regarder les rues, les vieux films, l’annuaire du téléphone et la tête des militaires, le plus effronté des militants gauchistes ne saurait nier l’invasion, il se trouve forcé de la justifier. Et c’est là que gît le lièvre : car l’invasion comporte un fort contingent de musulmans, avec leurs barbes et leurs voiles. Or, s’il est loisible à chacun de soutenir que l’immigration est une chance pour la France, le meilleur démagogue a encore du mal à convaincre que l’islam est une chance pour la République.

 

Et voilà pourquoi l’islamisme est une chance pour la France : il opère une profonde fracture dans le front longtemps uni des lobbies de l’invasion, et unit symétriquement contre celle-ci des forces éparses qui la favorisaient jusque-là. On s’en est aperçu pour la première fois clairement aux Pays-Bas, laboratoire de la déchéance européenne, quand les pédés pourchassés par les rigueurs d’Allah se sont réfugiés dans les bras de l’extrême droite. C’est devenu très clair depuis dans plusieurs domaines. L’abattage halal a réuni contre lui les associations de défense des animaux, les mangeurs de gigot du vendredi saint, les hygiénistes progressistes. La burqa, la polygamie, l’excision, et en général tout ce qui manifeste une soumission excessive de la femme à l’homme, ont mis debout le féminisme. Les prétentions théocratiques de la charia suscitent la colère de beaucoup d’enseignants, de nombreux francs-maçons, d’une part de la vieille gauche d’avant-Mélenchon, bref, une sorte de front républicain.

 

C’est devenu si facile à voir que cela a inspiré, vingt ans après les Pays-Bas, quinze ans après que le sort de Taslima Nasreen eut ému Jean-Marie Le Pen, la stratégie de Riposte laïque et de Marine Le Pen. Tel est l’effet de la division du camp adverse. Quelque chose est devenu dicible. Or, la permission de dire est venue de l’étranger. La crainte de l’islam arrange les néoconservateurs américains, théoriciens du choc des civilisations, et Israël, praticien de la guerre contre les Arabes. Dans ce cadre-là, le front républicain s’étend de Benjamin Netanyahu à Ségolène Royal. On finit même par se demander si Marine Le Pen ne sera pas un jour le Zorro tardif des bobos, et, après un nécessaire apprivoisement, la madone de Madona.

 

Encore ne suffit-il pas de décrire, il faut dire son opinion. La mienne est que tout ce qui peut, tant soit peu, s’opposer à l’invasion, est d’abord un bien, et qu’il faut en profiter. Si un transsexuel m’aide à mettre dehors un envahisseur, je commence par lui serrer la main. Cela ne m’empêche pas de réfléchir ensuite. En distinguant plusieurs questions abusivement et sciemment emmêlées.

 

D’abord l’islam est une religion mauvaise qui a porté dans les sociétés qu’elle a touchées des fruits détestables. Des bédouins ravageurs ont disséminé de force, dans des pays de très ancienne civilisation, la “révélation” niaise d’un arien influencé par une juive, et cela a durablement stérilisé la Méditerranée et le croissant jadis fertile. Les grandeurs apparentes de l’art musulman sont dues aux envahis, chrétiens syriaques, berbères, mésopotamiens ou espagnols, à des vizirs persans, à quelques hérétiques. Tout cela se passait dans la contrainte et l’esclavage, et le mythe de l’Andalousie heureuse, la prétendue cohabitation conviviale des trois religions du livre dans l’Espagne médiévale n’est qu’une billevesée dont les historiens sérieux ont depuis longtemps montré l’inanité. Bien entendu, l’islam, au cours de l’histoire, a toujours été l’ennemi de l’Europe, de Gibraltar à Péra, en passant par Vienne, Poitiers et Sarajevo. Ce ne sont pas les commentaires d’Averroès sur Aristote, moins lus qu’on a dit chez nous et pas du tout chez eux, qui y changeront quoi que ce soit. 

 

De ce point de vue, il y aurait bien aujourd’hui un choc des civilisations entre l’islam et nous, si nous défendions encore une civilisation, mais ce n’est pas le cas. Non seulement Huntington et ses condisciples néocons dressent une carte assez croquignolesque des civilisations, mais surtout l’Europe, sous l’effet de cinquante ans d’abandon, et des attaques conjuguées de ses ennemis (à l’époque, les Etats-Unis et l’URSS), est en train de devenir une zone de non-civilisation, comme il existe des zones de non-droit. Ce qui se passe en ce moment est donc un choc de non-civilisations, le choc de deux vides, de deux totalitarismes du néant. Un livre remarquable en avait dressé le constat il y a plus de dix ans, Le journal d’Oussama Ben L. : Jugurtha y avait décrit deux mois après le onze septembre ce combat de titans dont l’un est le miroir de l’autre, cette cascade de paradoxes et de contradictions où s’écroulent deux nihilismes conquérants. C’est pour cela que, tout en acceptant par tactique une alliance passagère avec la grande coalition “islamophobe”, il ne faut pas se mettre durablement dans son camp ni accepter si peu que ce soit son analyse. Je sais bien qu’il est inutile de faire souffrir un mouton, mais je ne suis pas bien sûr que d’amener à l’abattoir intra-utérin des millions d’enfants soit un vrai progrès. Et dois-je choisir entre la Gay Pride et la burqa ? La pornographie de masse et le harem ? Les mariages forcés et la théorie du gender ? Dans bien des cas hélas, les familles musulmanes me semblent beaucoup moins folles que les nôtres. Oserai-je le dire ? Saddam Hussein m’est beaucoup plus sympathique que Pierre Moscovici. […]

 

 

Pour lire la suite, achetez RIVAROL en kiosque dès vendredi, ou téléchargez le pdf pour lire le numero immédiatement, ou mieux encore ABONNEZ-VOUS (plusieurs formules possibles)

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans A lire dans RIVAROL
commenter cet article
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 19:00

 

http://assets.streetpress.com/system/files/14946/video/revue-presse-extreme-droite.jpg?1331848191

L'émission d'Emmanuel Ratier du 30 mai avec Jeanne Smits, Jérôme Bourbon, et Patrick Cousteau est disponible sur le site d'E. Ratier.

 

Ou sur dailymotion ci-dessous, merci à Confiteor.

 


Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Articles de J. B.
commenter cet article
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 15:39

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSy_KSXFK-qjkhfrWJ8WjHvVVXYgTb3lCGNnRfaeXa7M8Aej0v62w

INTERVIEW du Figaro - Gilles Carrez, jusqu'à présent rapporteur général UMP du budget à l'Assemblée, présente son chiffrage des premières mesures socialistes.

    

LE FIGARO. - Quelle est la situation des finances publiques françaises?

Gilles CARREZ. - Ce qui se passe en Espagne est gravissime, et l'incendie est maintenant aux portes de la France. Avant la crise, l'Espagne et la France empruntaient à 3 % sur les marchés. Aujourd'hui, Madrid emprunte à plus du double, preuve que la situation peut se retourner très vite. Dans un contexte aussi dangereux, il ne faut pas commettre l'irréparable par des décisions inappropriées. Nous disposons désormais d'une batterie d'analyses convergentes - rapports de la Commission européenne, de la Cour des comptes et de l'Inspection des finances - réclamant la maîtrise des dépenses publiques. Notre majorité a prouvé au cours des deux dernières années que cette voie était possible, sans pour autant dégrader le service public. Rien ne serait pire que d'augmenter les dépenses et de les financer par des hausses massives d'impôts ou de l'endettement supplémentaire. Or, c'est le chemin que semble prendre le gouvernement…

  

Quelles sont les mesures les plus dangereuses?

La hausse du smic joue contre l'emploi. D'autant que les entreprises devront aussi faire face au relèvement des cotisations retraite, pour financer les départs à 60 ans. En ajoutant à ces deux mesures l'allocation de rentrée scolaire et la fin du non-remplacement d'un départ à la retraite sur deux des fonctionnaires, on arrive à un chiffre éloquent: un mois de décisions socialistes, c'est 20 milliards de dépenses publiques supplémentaires d'ici cinq ans, soit l'équivalent de 1 % de la richesse nationale! Le tout dans le plus grand flou. Nul ne sait où le PS compte faire des économies. Et dans la forme, il n'est pas acceptable que la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine refuse de venir s'expliquer sur le décret sur les retraites ce mardi devant la commission des affaires sociales de l'Assemblée.

   

Le gouvernement dit pouvoir atteindre les 3 % de déficit en 2013 grâce aux hausses d'impôts…

Je n'y crois pas. La plupart des mesures fiscales du programme PS sont surévaluées, car elles se fondent sur l'illusion démagogique de faire payer les riches. Ainsi, l'alignement de la fiscalité du capital sur celle du travail ne rapportera pas les 4,5 milliards d'euros prévus, car nous avons déjà comblé l'écart d'imposition entre capital et travail. Quant à la tranche à 75 % et le relèvement de l'ISF, ils risquent de ne pas produire beaucoup de recettes si les contribuables concernés quittent notre pays.

   

Craignez-vous un exode fiscal?

Les grandes fortunes éviteront une fiscalité devenue confiscatoire, à un niveau jamais atteint en Europe. Je pense aussi à la catégorie des «petits riches» qui ne seront pas touchés par l'imposition à 75 % des revenus mais par le retour de l'ISFaux taux anciens, sans commune mesure avec les rendements actuels du patrimoine.

   

Les classes moyennes vont-elles être appelées à la rescousse?

J'en suis hélas certain. Comme la chasse aux riches rapportera bien moins que prévu, ce sont les classes moyennes qui paieront l'addition. Par exemple, pour rester dans le domaine de la fiscalité du patrimoine, je suis persuadé que le gouvernement socialiste réduira les incitations fiscales de l'assurance-vie.

 

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 15:30

 

 

Un convoyeur de fonds est entre la vie et la mort. Réaction de Manuel Valls, ministre de l'Intérieur:

 

"Nous sommes très attentifs à l'évolution" de l'état de santé de la victime, a assuré Manuel Valls, qui a voulu "rendre hommage à ces convoyeurs qui accomplissent un travail extrêmement difficile".

D'ailleurs, a poursuivi le ministre, "je vais recevoir (leurs) syndicats dans quelques jours et nous allons regarder attentivement ce qui s'est passé et puis aussi les conditions de protection des convoyeurs". Source.

 

Plutôt que d'équiper les convoyeurs pour évoluer en territoire ennemi, ne faudrait-il pas nettoyer ces territoires en appliquant des peines exemplaires à chaque attaque? De cela il n'est apparemment pas question.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 15:15

 

Selon les juifs qui réagissaient à l'agression de Villeurbanne samedi (une altercation qui a dégénéré, et non une ratonnade antisémite, comme le dit un témoin dans la vidéo ci-dessous), les actes antisémites se multiplieraient depuis l'affaire Mérah.

 

Mais pour illustrer son article, le Figaro a choisi la photo d'un cimetière juif profané par des inscriptions en allemand et des croix gammées (en 2004, bien avant l'affaire Mérah, donc). Comme le disait un journaliste lors de la révélation de l'identité de Mérah, quel dommage que les néo-nazis assoiffés de sang soient si peu nombreux! On aimerait tant leur coller tous les méfaits possibles sur le dos! Il semble malheureusement que les autorités doivent se pencher sur le cas des musulmans dans cette affaire, or l'équation est difficile : comment rejeter l'antisémitisme sans stigmatiser les musulmans? On accusera "l'intégrisme", sans préciser davantage. Et on laissera la situation pourrir.

   

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 14:51

http://www.lefigaro.fr/medias/2012/06/04/9b867652-ae47-11e1-af80-b5c35bfe013e-493x328.jpg

 

Lu dans Le Figaro:

 

La rébellion d'une femme en niqab a mis Bruxelles sous haute tension. À quelques mois des élections communales, prévues en octobre en Belgique, des incidents déclenchés par l'interpellation mouvementée, jeudi dernier, d'une femme intégralement voilée, enflamment le débat politique.

  

L'affaire a débuté jeudi après-midi, lorsque des policiers ont abordé une femme qui attendait un bus vêtue d'un niqab, dont le port est interdit dans la rue en Belgique depuis un an. Refusant de décliner son identité, cette Belge convertie a été conduite dans un commissariat de Molenbeek, une commune de Bruxelles à forte population immigrée. Elle s'est rebellée, frappant deux policières, dont l'une a eu deux dents et le nez cassés.

  

L'on nous dit pourtant que l'islam est une religion d'amour, de paix. Même les catholiques "intégristes" n'en viennent pas à ces extrémités. Le pire qu'ils aient fait récemment en France est de jeter des excréments au visage de Jean-Michel Ribes, qui peut-être ne demandait que ça... (son théâtre abritait la pièce qui barbouillait le Visage du Christ d'excréments). Mais attendez la suite:

   

Presque aussitôt, une centaine de jeunes en colère se sont rassemblés devant le commissariat, qu'ils ont tenté d'envahir, et ont lancé des projectiles sur les forces de l'ordre et sur des autobus. Quatre policiers ont été blessés. Le maire de Molenbeek, le socialiste Philippe Moureaux, a tenté de raisonner les jeunes. «J'étais au milieu de la foule pour parler avec les gens qui étaient sous le coup de rumeurs infondées diffusées par SMS, a-t-il indiqué. Je leur ai dit qu'une enquête était en cours.» Mais il s'est entendu répliquer: «On ne parle pas à l'ennemi»…

  

Le bourgmestre a attribué au groupuscule radical islamiste Sharia4Belgium la responsabilité de ces émeutes. Le porte-parole de cette organisation a été condamné début mai pour «incitation à la haine envers les non-musulmans».

  

Ce qui ne l'a pas empêché de réitérer sa harangue haineuse. Lors d'une conférence de presse, vendredi soir, Fouad Belkacem s'est dit fier de «Stéphanie, une Belge qui a choisi de ne pas être dans la perversité». Quant à la policière blessée, il lui a recommandé de recourir à la chirurgie esthétique, «puisque les femmes occidentales aiment tant se positionner en objets de désir». Si Dieu l'avait voulu, a-t-il osé, la jeune femme aurait brisé le dos de la policière… Dans la foulée, il a lancé un appel au gouvernement belge: «Si vous voulez atterrir en enfer comme tous les mécréants, c'est votre problème, mais laissez-nous vivre comme nous le voulons.» «Nous n'avons pas un gramme de respect pour vous, mécréants, ni pour votre façon de vivre, a-t-il enfin conclu. Notre religion et notre mode de vie sont supérieurs aux vôtres.»


Nous avons donc six policiers blessés, dont deux femmes; un groupe hostile affichant clairement son mépris pour le pays dans lequel il sévit; un prédicateur souhaitant explicitement la mort de la "policière" blessée. Quels seront les représailles? Le prédicateur a déjà été condamné, on se demande bien à quelle peine, en tout cas elle n'a eu aucun effet. Que ferons donc les autorités? 


Après ces «propos hallucinants» et les «débordements inacceptables» de cette fin de semaine, la ministre de l'Intérieur, la chrétienne-démocrate Joëlle Milquet, a réclamé une enquête approfondie. Les organisations extrémistes et leurs sites Internet, dit-elle, doivent pouvoir être interdits. Elle a aussi promis un contrôle plus strict dans la délivrance des visas.

[...]

Quant à la jeune Stéphanie, libérée, elle devrait prochainement recevoir une amende de 137,50 euros. Une de plus, car elle aurait déjà été contrôlée «trois ou quatre fois».

 

Bilan : de vagues projets, des promesses de contrôles plus stricts, et, pour celle qui a déclenché l'émeute, moins de 150 euros d'amende. Le jour où Sharia4Belgium se sera imposé au point de faire de la Belgique une terre musulmane, l'on pourra plaindre nos amis blancs, chrétiens mollassons ou athées indifférents, tous partisans de "tolérance" et d' "ouverture". Les plaindre, certes. Mais comment ne pas leur dire alors qu'ils auront été les acteurs de cette substitution de culture en ne réagissant pas aux provocations les plus violentes? Quel message la Belgique envoie-t-elle ainsi à ces fanatiques? Elle leur dit ni plus ni moins qu'elle est dhimmi, et contente de l'être.


Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 23:23

 

http://www.leparisien.fr/images/2012/06/02/2028680_aa8e9da2-ac33-11e1-ab69-00151780182c_640x280.jpg

 

Lu dans Le Parisien:

 

L’annonce, hier matin, par le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, d’une réforme des procédures de contrôles d’identité — un « engagement de campagne » de , a-t-il rappelé, qui pourrait se traduire par la remise d’un reçu à la personne contrôlée par le policier —, marque un véritable tournant.

 

Une pratique jugée discriminatoire. Jusqu’ici, l’existence même des « contrôles au faciès » était niée au plus haut niveau de l’Etat, malgré les multiples rapports d’organisations de défense des droits de l’homme épinglant la. Argument avancé : l’absence d’outils statistiques pour mesurer ces pratiques discriminatoires.

La parution, en 2009, d’une étude de l’Open Society et du Centre de recherche sociologique sur le droit et les institutions pénales (Cesdip) a ouvert une brèche décisive. Elle montrait que ceux perçus comme « jeunes », « noirs » ou « arabes » sont respectivement 11 fois, 6 et 7,8 fois plus contrôlés que les « blancs ». La campagne lancée il y a un an par le Collectif contre le contrôle au faciès, dont la websérie a atteint 2 millions de vues, et l’action en contre l’Etat qu’il a engagée mi-avril ont contribué à « lever la chape de plomb qui pesait sur ces pratiques », estimait récemment le sociologue Didier Fassin. « C’est le début d’une reconnaissance d’un grave problème de société! » se félicite Me Slim Ben-Achour, l’un des avocats de la quinzaine de personnes qui ont assigné l’Etat.

   

Un reçu délivré à chaque contrôle. « Je pense que ça sera utile à tous. Aux personnes contrôlées, qui doivent être contrôlées mais pas trois ou quatre fois, et aux policiers aussi parce qu’ils ont besoin de retrouver la confiance et le respect », a justifié le Premier ministre. Pour l’heure, ni le contenu, ni le délai, ni le cadre de la réforme n’ont été précisés. La Place Beauvau a confirmé que la « piste » d’un récépissé remis à la personne contrôlée constitue bien l’un des axes du « débat public » voulu par Manuel Valls. Le ministre de l’Intérieur entend associer syndicats de police et associations à la « réflexion » en cours sur un outil « nécessaire » mais à « réévaluer ». Après avoir évoqué le sujet hier matin avec le défenseur des droits Dominique Baudis, Valls a demandé une « remontée d’informations sur les initiatives prises en ce sens au Canada, en Espagne et en Grande-Bretagne ». La forme d’un futur reçu, qui pourrait comporter le matricule de l’agent et le motif du contrôle, reste donc à définir.

   

Des syndicats indignés. Côté syndicats de police, l’annonce a suscité la franche opposition d’Alliance et de Synergie-Officiers (classés à droite), qui y voient « un message de défiance » et les réserves d’Unsa-Police et d’Unité-Police (classés à gauche), qui estiment qu’« on ne réduira pas la fracture police-population en donnant l’impression aux policiers que la faute vient d’eux ». Pour René Lévy, l’un des chercheurs du Cesdip qui avait conduit l’enquête de 2009, « le seul reçu ne suffira pas ». « Il faut aussi réformer le droit actuel » afin de « clarifier les situations dans lesquelles s’opèrent les contrôles », souligne-t-il. Même satisfaction prudente chez le Collectif contre le contrôle au faciès, pour qui la délivrance de reçus ne sera efficace qu’avec la mise en place d’une commission indépendante permettant leur analyse et d’éventuels recours.

 

 

Notons au passage qu'il est curieux que des statistiques ethniques aient pu être établies dans le cas des contrôles de police, et qu'on ne puisse mener la même étude dans les prisons et les maisons de correction.

 

On ne doute pas en tout cas que cette mesure, si elle entre en vigueur, ouvrira la voie à une pratique lucrative: la vente de faux reçus dont les vrais délinquants pourraient avoir grand besoin.

 

    

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 11:05

http://www.osezlefeminisme.fr/sites/www.osezlefeminisme.fr/files/illustrations/Parite_affiche_2_v1.jpg?1338470502

 

La question de la parité en politique se limite-t-elle à des considérations anatomiques? Le lobby "Osez le féminisme" fait en tout cas une fixation sur l'appareil génital masculin comme le montre le slogan grotesque: "nul besoin de pénis pour voter une loi". Certes. Si l'on voulait se mettre au niveau de cette rhétorique au ras de pâquerettes, l'on pourrait objecter qu'un utérus est tout aussi superficiel lorsqu'il s'agit de légiférer.

 

La parité obligatoire soulève de nombreuses questions qu'Osez le féminisme n'ose pas poser. Si 80% des députés sont des hommes, serait-ce parce qu'il n'y a pas autant de femmes motivées, ou disponibles, ou compétentes, pour faire de la politique? Serait-ce parce que les électeurs votent plus facilement pour un candidat masculin? Cette dernière question mérite d'être posée : ne faudrait-il pas forcer par la loi les électeurs à voter de façon paritaire, et sanctionner ceux qui ne voteraient que pour des candidats masculins? Quant aux femmes dégénérées qui ne se lancent pas en politique, et pire, celles qui pondent des gosses et veulent être présentes auprès d'eux par-dessus le marché, ne faudrait-il pas les sanctionner aussi pour leur trahison à la Cause?

 

La parité, tout comme la "diversité" obligatoire, n'ont qu'une seule cible: le mâle blanc. Le mâle, d'abord; à qui les féministes voudront toujours faire payer le fait de ne pouvoir porter l'enfant à leur place; de ne pouvoir l'allaiter à leur place, de ne pouvoir tenir le rôle d'une mère à leur place (mais cette distinction des rôles maternel et paternel s'effrite de plus en plus). Le blanc, ensuite; à qui les allogènes voudront toujours faire payer des crimes imaginaires.

 

Le slogan du lobby féministe révèle bien la vraie nature de ce mouvement : il ne s'agit pas de promouvoir les femmes, mais de faire disparaître les hommes, sans cesse rabaissés à leur différence sexuelle. Un candidat masculin ne se définit pas par son pénis. Mais pour les féministes, le programme politique doit se limiter à une verge ou un vagin. Vagina is beautiful, pourraient-elles scander, à la manière des Noirs américains.

 


Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 10:54

 

Face à la polémique, le PS a finalement décidé de retirer son investiture à Sylvie Andrieux, la candidate marseillaise soupçonnée de détournement de fonds, exemplarité oblige. Celle-ci maintient malgré tout sa candidature, comme elle l'affirme dans cette vidéo surréaliste :

 


Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Vidéos
commenter cet article
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 11:21

 

http://3.bp.blogspot.com/-MPj9yv0KQMM/T5lwX1DfUEI/AAAAAAAAACA/dd2V1xjGMDo/s1600/guignol-hollande.jpg

 

A lire sur le site du PS, les 60 engagements de F. Hollande:

 

Je veux que la prochaine présidence soit celle de l'impartialité de l'Etat, de l'intégrité des élus et du respect des contre-pouvoirs

 

Pourquoi notre président exemplaire a-t-il donc investi Sylvie Andrieux pour les législatives à Marseille?

 

Cela fait désordre en pleine campagne pour les législatives. La députée socialiste de la 3e circonscription des Bouches-du-Rhône, actuellement en campagne pour sa réélection pour un quatrième mandat dans les quartiers nord de Marseille, est renvoyée devant le tribunal correctionnel pour détournement de fonds publics.

Le juge d'instruction marseillais Franck Landou vient de signer l'ordonnance de renvoi de l'élue et de vingt et un coprévenus. Il a suivi à la lettre les réquisitions que le parquet lui avait transmises en février dernier.

Le procès pourrait intervenir avant la fin de l'année. L'élue, qui avait été mise en examen le 8 juillet 2008 pour complicité de détournement de fonds publics et complicité d'escroquerie, se voit reprocher un vaste système clientéliste à visée électoraliste dont elle aurait été l'auteur principal. 720.000 euros de subventions du Conseil régional, dont elle était vice-présidente en charge de la politique de la ville, auraient été détournés, «au profit de sa carrière politique personnelle». Source.

 

Bah, Hollande n'a-t-il pas fait de Laurent Fabius un ministre de sa République exemplaire? Certes, il n'a pas osé le mettre à la Santé, mais il lui a réservé l'un des ministères les plus importants tout de même. Le changement, c'est maintenant : au lieu de pourris umpistes, nous avons des pourris socialos. Ca valait le coup, n'est-ce pas?

 

Mais le bon peuple est content, on lui a annoncé une revalorisation de la prime de rentrée. Financée par les familles trop "riches" qui ne la toucheront pas et paieront plus d'impôts à cause de la réforme du quotient familial. Elle est pas belle, la vie?

    

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article