Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 17:19

droit aux lettres

 

Le numéro de vendredi contient un très long courrier des lecteurs (deux pages), explosif, et aborde deux sujets qui divisent visiblement les rivaroliens: la présence de Reynouard dans les colonnes de RIVAROL, et bien évidemment les élections. Malheureusement, le site de RIVAROL ne permet de lire que deux lettres, concernant Reynouard. Pour le courrier concernant les élections, il faudra acheter le numéro en version papier, en pdf, ou s'abonner, depuis la boutique en ligne.

 

  De Pierre SIDOS, fondateur de l’Œuvre française :

 

A PROPOS DE VINCENT REYNOUARD

 

Vincent Reynouard dans ses comportements, ses propos, ses écrits, se conduit d’une certaine manière en a-social et en non-national. De toute évidence, il tire profit de sa situation pénale particulière, résultant beaucoup plus de ses positions provocatrices à outrance que de ses productions “révisionnistes” proprement dites pour user et abuser de relations dévouées spécialement obtenues en raison de ses ennuis judiciaires à répétition.

Dans RIVAROL du 20avril 2012, page9, et dans celui du 27avril, page2, il a étalé ses rancunes avec un égocentrisme notoire à l’encontre de ses compatriotes en général: affirmant “vomir” ce qui est leur drapeau; écrivant faussement qu’en particulier «dans nos milieux trop de gens se font des illusions sur les droits de l’homme et leur fille naturelle la démocratie égalitaire», s’estimant quant à lui satisfait «d’être socialement mort» et aussi «d’être pour une politique du pire», se référant à une forme d’européisme, autant imaginaire que les autres, et également réfutable, dont il situe l’existence et la fin lors de la période de la Seconde Guerre mondiale, avec en supplément la livraison d’une analyse sentencieuse, bien que des plus farfelues, relative aux résultats électoraux du premier tour de l’élection présidentielle en cours, donnant à l’occasion un méchant coup de patte à Carl Lang qui était pourtant le candidat espéré par la plupart des nationalistes pour participer à cette compétition.

En conséquence, il est convenable de souscrire sans restriction au souhait exprimé par M. Arnaud dePerier, directeur de L’Appel de Douaumont, dans sa correspondance à RIVAROL, déplorant les écarts de conduite de Vincent Reynouard: «et suggérez-lui plutôt de s’occuper de ses nombreux enfants et de son épouse, même si c’est “ringard”!»

________________________

 

  De Fabrice DÉTANG :

 

OUI À REYNOUARD !

 

Je suis entièrement d’accord avec M. Arnaud de Perier à propos du brillant éditorial de Jérôme Bourbon: «Restons nationalistes!». De même, je partage votre avis quant aux dérives du FN nouvelle génération. En revanche, je désapprouve son hostilité à l’égard de Vincent Reynouard. Il n’aime pas ses idées? Certes, c’est son droit le plus total. Mais a-t-il au moins pris le temps d’en discuter directement avec lui? Sachez d’une part, que M. Reynouard n’est fermé à aucun sujet de discussion; et d’autre part qu’il évite les jugements de valeur préconçus. Lui ne se permettrait pas de vous juger a priori par presse interposée! Je n’ai pas non plus trouvé très fin de sa part cette allusion au sujet de son épouse et de ses enfants. Moi-même, je ne connais pas tout de la vie personnelle de M. Reynouard: dans le doute, je m’abstiens donc de le juger… Enfin, je remercie Jérôme Bourbon d’accorder la parole à M. Reynouard dans les colonnes de Rivarol. Il serait souhaitable même que cela arrive un peu plus souvent. Bien sûr, mon avis n’engage que moi. Mais je tenais tout de même à vous en faire part.

 

 

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans A lire dans RIVAROL
commenter cet article
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 17:05

http://www.rivarol.com/Rivarol_files/3045.jpg

 

Second tour : faut-il choisir ?

 

 

Jamais depuis bientôt quinze ans que nous travaillons à RIVAROL nous n’avions reçu en l’espace de quelques jours un courrier aussi abondant qu’explosif. Exceptionnellement nous consacrons deux pages entières dans ce numéro au «droit aux lettres» pour permettre à la diversité des points de vue au sein de la famille nationale de s’exprimer librement. Les élections passionnent, elles rendent souvent déraisonnable comme le montrent les excès manifestes de certaines missives. Il est regrettable que la droite radicale soit aujourd’hui à ce point contaminée par le poison de l’électoralisme qui provoque des divisions fratricides, des incompréhensions majeures, des haines terribles et qui autorise tous les procès d’intention, fussent-ils les plus farfelus. Le Système sait ce qu’il fait en multipliant les consultations électorales. C’est la meilleure manière de diviser et de neutraliser ses adversaires. De Gaulle l’avait bien compris, lui qui, dès son retour aux affaires en 1958, s’empressa de faire voter les Français d’Algérie qui étaient jusque-là tous unis dans la volonté inébranlable de maintenir ce territoire à la France et qui, se présentant aux élections les uns contre les autres, commencèrent peu à se diviser, à s’émietter. 

 

Avant le premier tour, nous avions appelé à éviter les anathèmes et les excommunications pour de simples divergences électorales. Las, nous n’avons guère été entendus. Pourtant, lorsque l’on a compris que les campagnes électorales ne sont que de gigantesques farces, des opérations de manipulation et de sidération des masses, l’on ne s’excite pas inutilement pour un scrutin qui ne changera rien quant à l’essentiel. Quel que soit le candidat élu (tout indique que ce sera Hollande), les choses iront plus mal, ce seront encore cinq ans de perdu pour la France, la dette et les déficits s’accroîtront, le chômage augmentera, les impôts et les taxes flamberont, la violence en tous genres s’aggravera, la colonisation de notre pays s’accélérera, la destruction de la famille, de la morale et de toutes les valeurs de civilisation se poursuivra, l’islamisation du pays s’amplifiera. Croire le contraire est s’illusionner. Hollande et Sarkozy qui feignent de s’opposer mais qui, en 2005, posaient complices sur un tabouret en une de Paris-Match pour appeler à voter oui à la Constitution européenne sont les deux faces d’une même médaille, européiste, mondialiste, antinationale, antinaturelle et antichrétienne. Sarkozy se dit tout à coup opposé au droit de vote des étrangers mais il y était favorable en 2001 dans son livre Libre et encore en octobre 2005 dans une tribune au Monde. Et s’il ne met pas en place cette réforme en effet détestable, c’est parce qu’il n’y a aucun intérêt électoral mais il la contourne par les naturalisations de masse qui sont pires encore que l’octroi du droit de vote aux non nationaux et par la promotion d’une France métissée. Il se dit favorable à la réduction de l’immigration légale mais elle n’a jamais été aussi importante que sous son quinquennat: 200000 immigrés supplémentaires par an contre 130000 du temps du gouvernement Jospin! Il se dit timidement contre le mariage homosexuel mais c’est lui qui a aggravé le Pacte civil de solidarité en accordant aux pacsés les mêmes droits fiscaux, successoraux et patrimoniaux qu’aux personnes mariées et, dans une récente interview à Têtu, il s’est dit favorable au fait de se pacser non plus au greffe du tribunal d’instance mais directement en mairie pour solenniser la chose ! Son gouvernement a introduit l’affreuse théorie du gender à l’école en septembre 2011 et donné son feu vert à la propagande homosexuelle dès l’école primaire avec Le Baiser de la lune alors qu’il aurait parfaitement pu s’y opposer. Enfin l’Elyséen se dit contre la légalisation de l’euthanasie mais, lors de sa campagne de 2007, il avait tenu à ce sujet des propos plus qu’ambigus, il est de plus un chaud partisan de la loi Leonetti qui est le premier pas vers l’institutionnalisation de cette monstruosité.

 

Que ce soit Hollande ou Sarkozy qui soit élu ce dimanche, ils seront les zélés serviteurs de l’Union européenne, de l’Otan, du Crif et de Tel Aviv. Ils seront soumis à la finance apatride et vagabonde, aux desiderata des grands banquiers, ils feront la guerre à l’Iran, ils persécuteront les révisionnistes et les nationalistes, ils poursuivront leurs attaques contre la famille, l’armée et la nation. Certes, avec Hollande et ses alliés, la destruction sera sans doute plus rapide, la mort plus brutale, avec Sarkozy le poison est plus insidieux, plus indolore, plus lent à produire ses effets mais à l’arrivée le résultat est le même: c’est la mort de la France et la fin du peuple français en tant qu’entité homogène sur le plan corporel, culturel et spirituel. 

 

Pas plus qu’au premier tour, RIVAROL ne donne de consigne de vote pour le 6mai. Que chacun se détermine en son âme et conscience en posant l’acte qui lui paraît le plus favorable au bien commun, à l’intérêt national, à l’avenir de ses enfants. Si un camarade de combat fait un autre choix que soi-même le 6mai, pour des raisons prudentielles, stratégiques, familiales ou personnelles, ce n’est pas une raison pour le maudire, pour le considérer comme un imbécile, un traître ou un vendu. N’oublions pas que nous sommes tous Français et que nous voulons à tout prix le rester. Dans ces conditions les querelles électorales sont tout à fait subsidiaires. Alors que le pire est devant nous, que de graves événements se préparent, restons unis sur l’essentiel, favorisons entre nous la paix et la concorde. Le nationalisme est d’abord une amitié, ne l’oublions pas.

 

Pourquoi le cacher, à l’image de son lectorat, la rédaction de RIVAROL est divisée sur la question du second tour de la présidentielle, preuve de la difficulté du choix. A titre personnel, ainsi que nous l’avions déjà dit avant le premier tour, nous nous abstiendrons car nous refusons de participer à cette mascarade. Après avoir combattu Sarkozy pendant cinq ans, nous n’allons pas tout à coup appeler à le soutenir, fût-ce pour faire barrage à une gauche dont le retour au pouvoir sera en effet une catastrophe pour le pays. A cet égard, nous regrettons que beaucoup de ceux qui ont, à juste titre, dénoncé ces dernières années les dérives de Marine Le Pen et de son entourage, notamment sur les sujets de société, appellent aujourd’hui à voter, quasiment sans restriction, pour le candidat de l’UMP, qui est bien pire encore, au risque de brouiller leur image et de rendre illisible voire illégitime leur démarche. Dans la vie il faut savoir être cohérent. L’antimarinisme, pas plus d’ailleurs que l’antisarkozisme ou que l’antihollandisme, ne saurait tenir lieu de ligne politique. Nous sommes et devons rester nationalistes en toutes circonstances. Si nous nous battons, ce n’est pas d’abord contre le Système, même si c’est nécessaire, mais pour un idéal nationaliste, pour le rétablissement, le recouvrement d’une France souveraine, indépendante, blanche et chrétienne. Aujourd’hui cela semble relever du rêve mais ce qui se passe en Hongrie, notamment avec le mouvement Jobbik, prouve que rien n’est irrémédiablement perdu. Même si la Hongrie n’est pas la France et qu’elle est beaucoup moins corrompue et avilie, pourquoi ce qui réussit à Budapest échouerait-il forcément à Paris?

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Articles de J. B.
commenter cet article
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 12:12

http://static.commentcamarche.net/www.commentcamarche.net/faq/images/14175-google-logo-3-s-.png

Lu sur le site de France Info:

Plusieurs associations ont assigné en référé Google pour que la justice interdise au moteur de recherche d'associer automatiquement le mot "juif" au nom de personnalités faisant l'objet de requêtes d'internautes. Google se défend en expliquant que ces résultats "sont générés de manière totalement algorithmique, sur la base de critères purement objectifs".

C'est "Google Suggest", un algorithme de saisie semi-automatique disponible en France en 2008 chez Google, qui est en cause. Cette fonctionnalité permet de suggérer à l'internaute, quand il entre une requête dans la barre de recherche Google, d'autres demandes sur la foi notamment des requêtes faites par d'autres internautes.

 

NDLR : Ce que révèlent les explications de Google, c'est que beaucoup de ses utilisateurs se préoccupent de connaître les origines juives ou non de tel acteur, tel homme politique, ou tel journaliste. Ne pouvant lobotomiser tous les utilisateurs de Google pour les empêcher de se poser des questions, il faut faire obstacle à leur recherche.

 

Dans leur assignation l'Union des étudiants juifs de France (UEJF), J'accuse!-action internationale pour la justice (AIPJ), SOS Racisme et le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap) s'insurgent contre le fait que le terme "juif" soit souvent proposé par Google Suggest lorsqu'une recherche est faite sur le nom d'une personnalité.

   
"De très nombreux utilisateurs du premier moteur de recherche de France et du monde sont quotidiennement confrontés à l'association non sollicitée et quasi systématique du terme "juif" avec les patronymes des personnes les plus en vue dans le monde de la politique, des médias ou des affaires", déplorent ces organisations qui ont fait le test en entrant le nom des candidats à la présidentielle. Avec une requête "François Hollande" par exemple, la suggestion "juif" apparaît.

 

 

Pour ces associations, en proposant le mot "juif" dans la saisie semi-automatique, Google Suggest enfreint la loi réprimant la constitution de fichiers ethniques.
Elles demandent donc au tribunal d'interdire à au leader sur le marché des moteurs de recherche "de mettre ou de conserver en mémoire informatisée, sans le consentement exprès des intéressés, des données à caractère personnel qui, directement ou indirectement, font apparaître les origines raciales ou ethniques" et de lui interdire "d'associer le mot "juif" aux patronymes des personnes physiques figurant dans les requêtes des internautes". L'audience qui devait avoir lieu aujourd'hui est renvoyée au 23 mai.

Google déjà condamné pour injure publique

Pour sa part, Google précise qu'elle "ne suggère pas ces résultats. Ils sont générés de manière totalement algorithmique, sur la base de critères purement objectifs correspondant notamment aux requêtes préalablement saisies par les internautes. Ils ne sont donc aucunement issus d'un choix éditorial de la part de Google".

Le moteur de recherche Google avait déjà été condamné en décembre dernier pour avoir suggéré d'associer le mot "escroc" à une requête de recherche concernant sur une entreprise lyonnaise.

 

Repost 0
Published by Rivarol blog
commenter cet article
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 19:02

Second tour de l’élection présidentielle :

La Nouvelle Droite Populaire ne choisira pas...

 

 

P1070072.jpgUn communiqué de Robert Spieler, Délégué général de la Nouvelle Droite Populaire :

 

Voter Hollande ? Bien sûr que non. Voter Sarkozy ou s’abstenir ? C’est l’alternative à envisager.

 

Certains de nos amis militent ardemment pour le vote Sarkozy, évoquant le droit de vote des étrangers aux élections municipales, la légalisation du mariage homosexuel, et le matraquage financier des Français. Ils auraient pu aussi évoquer, ce qui nous semble tout aussi important, l’abandon de la filière nucléaire française et, de facto, un abandon de souveraineté. Ils évoquent avec effroi la perspective d’accrocher le portrait de Hollande dans leurs mairies et expliquent que la politique du pire est la pire des politiques, considérant que s’abstenir reviendrait à voter Hollande, et qu’il convient de voter utile. Soit. Mais avec ce type de raisonnement, nous serons amenés, demain, à voter aux élections législatives pour un candidat socialiste plutôt que communiste ou pour un candidat radical de gauche plutôt que socialiste, ou encore pour un candidat de l’UMP plutôt que pour un centriste. Et puis, après-demain, pour Mélenchon, un tout petit peu moins pire que Poutou, le candidat de l’extrême-gauche trotskiste. Le premier aurait guillotiné en 1792, le second dès 1789…

 

Qui sont les responsables majeurs de la situation identitaire dramatique que vit la France ? Les socialistes ? Absolument pas. Le regroupement familial fut décidé par Giscard d’Estaing et Chirac, pas par Mitterrand. Quelle fut l’action de Sarkozy, durant son mandat, pour protéger la France de l’invasion ? Juppé, maire de Bordeaux et Gaudin, maire de Marseille, encouragent la construction de grandes mosquées. Sont-ils socialistes ?  Quelle furent les mesures de Sarkozy pour lutter contre la fortune anonyme et vagabonde ? Et n’évoquons pas le fiasco de l’Education nationale. Quant à l’insécurité…Et puis la politique étrangère désastreuse menée en Libye, notamment sous les auspices du super-ministre des Affaires étrangères, Bernard-Henry Lévy… Passons… On pourrait multiplier les exemples. Le CRIF soutient Sarkozy, plutôt que Hollande, soupçonné d’avoir dans son entourage des personnes trop sensibles au drame que vivent les Palestiniens. C’est son droit, comme c’est celui de certains d’entre nous de voter Sarkozy, malgré tout, ou de ne pas voter Sarkozy, et donc de s’abstenir.

 

 

Source : Synthèse nationale.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 15:51

http://www.projet-apache.com/wp-content/uploads/2009/12/Integristes_9.bmp

 

Quand les musulmans marchent contre le terrorisme, ils n'arrivent à mobiliser qu'une centaine de personnes à Paris. Personne pour la dénonciation publique de l'islamisme? Personne pour montrer à la face du monde que l'islam est une religion de paix et d'amour? Presque personne, hélas. Pour autant, ami lecteur, pas d'amalgame! Tous les musulmans ne sont pas potentiellement terroristes. La preuve? Eh bien, il y en a au moins cent qui ne le sont pas...

 

Source : Mediapart et le blog d'Ivan Rioufol (extrait ci-dessous)

 

 

La manifestation parisienne avait pour objectif de rassembler les musulmans de France afin qu’ils dénoncent les tueries de Toulouse et Montauban, perpétrées il y a cinq semaines par Mohamed Merah. En réalité, la "marche citoyenne" s’est transformée, dimanche après-midi place de la Bastille, en un petit meeting de moins de cent personnes réunies autour de l’imam de Drancy, Hassen Chalghoumi, qui ne se déplace plus sans son garde du corps. Une poignée de radicaux ont même réussi à noyauter ce qui devait être la dénonciation publique, par des musulmans eux-mêmes, de l’islamisme et du terrorisme. Alors que l’imam Chalghoumi  s’est courageusement engagé pour un respect par l’islam de l’espace public, en prenant ses distances avec le concept d’islamophobie  ("l’islamophobie ne doit pas devenir le dogme qui censure les débats", écrit-il dans son livre Pour l’islam de France, Editions du Cherche Midi), les organisateurs ont laissé déployer une, plus deux, puis trois banderoles dénonçant "le terrorisme et l’islamophobie", tandis qu’une jeune femme voilée attirait une partie des médias présents pour se plaindre de son sort. Bref, un fiasco.

Malgré cet échec et la mollesse des organisateurs qui se sont laissés si facilement débordés,  je veux soutenir encore l’iman de Drancy dans son discours républicain et dans sa volonté de promouvoir un islam humaniste.  Mais je ne suis pas aveugle. Je vois bien que tout est fait pour le décourager de poursuivre dans la voie qu’il propose, quand il écrit par exemple : "Faisons un grand et profond travail d’introspection et d’autocritique(…) Le mal est chez nous, je n’ose pas dire en nous". Jamais Hassen Chalghoumi  n’est apparu aussi isolé et vulnérable que ce dimanche à la Bastille. Le grand vainqueur de cette première bataille perdue est évidemmentl’islam politique, qui exècre cet homme qui entend lutter "contre l’islamisme, contre l’antisémitisme, contre le sectarisme, contre le fascisme, contre le moindre souffle de terrorisme , contre toute haine qui se camoufle dans la religion, contre l’ingérence étrangère dans l’islam de France , contre la belligérance que veulent entretenir certains politiques français contre l’islam". 

    

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 12:04

 

http://webduweb.free.fr/images/Sarkozy-LDJ.jpg

 

Puisque Marine Le Pen et sa clique, tout en appelant au vote blanc, s'apprêtent probablement à voter Hollande au second tour, Sarko n'a qu'une solution pour réaliser un score moins minable que celui que les sondages annoncent : séduire l'extrême-droite qui n'a pas voté pour la fille Le Pen, ou ne l'a soutenue que comme un pis-aller. Il promet tout: les frontières seront remises au centre du débat politique, les immigrés ne seront plus tolérés sur notre sol, l'assistanat sera aboli en faveur du "vrai travail". Le facho de base en aurait les larmes aux yeux, tiens! Enfin, Sarko nous a compris!

 

Oublions l'augmentation du chômage (et donc des allocataires), oublions les rarissimes reconduites aux frontières qui plaisent tant aux immigrés qu'on paye pour s'en aller... et qui n'ont qu'à revenir pour toucher une nouvelle fois le pactole, oublions que le vote des étrangers a déjà été adopté par l'Assemblée et le Sénat, oublions que le "superflic" a abrogé la double-peine...

 

Oui, il y a une différence entre Hollande et Sarkozy : Hollande nous promet qu'il va nous spolier en faveur des allogènes, et il le fera; Sarkozy nous jure qu'il va arroser les banlieues au karcher et il le fera... aussi bien que ces cinq dernières années! Faut-il voter pour Sarkozy parce qu'il droitise son discours? N'est-ce pas le propre du l'homo politicus, de tout promettre avant l'élection? Un homme aussi promet tout à la jeune fille qu'il veut déflorer!

 

Certains dans notre courant se sont exprimés en faveur du vote Sarko, qui serait le vote du "moindre mal". Les marinistes, eux, rêvent de l'avènement de Hollande, dans l'espoir que l'UMP explose et leur laisse le champ libre.

 

Mais comme titrait J. Bourbon dans le RIVAROL précédent le premier tour, restons nationalistes, et ne donnons pas une voix à l'UMPS dimanche !

 

    

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 11:31

 

http://s.tf1.fr/mmdia/i/60/5/le-depute-ps-julien-dray-au-qg-de-campagne-de-francois-hollande-10689605dyugy_1861.jpg?v=2

 

« Je compte vivement sur votre présence et il va s’en (sic) dire qu’aucune excuse et aucune absence ne sera tolérée ou acceptée. Bises et à samedi. Juju. » 

 

Par ce mail, Julien Dray invitait ses amis du PS à fêter son anniversaire. A cet âge-là, on invite dans des lieux branchés, comme ce restaurant qui a remplacé un sex-shop, mais qui, en l'honneur de son glorieux passé, propose des menus "coquins". Et quelle personnalité du PS s'accorde-t-elle le mieux avec un "dessert orgasme"? Ce bon vieux trousseur de domestiques, bien sûr! DSK était là, avec Anne Sinclair, la fidèle Lassie. Et à côté de celui qu'on croyait terré place des Vosges, indésirable auprès des huiles du PS, tout le gratin du parti, ainsi que la fine fleur de la vie culturelle française : MC Solaar ou encore Hélène de la série "Hélène et les garçons". Une ambiance "d'anniversaire à Juju, avec petits fours et champagne", confie l'un des invités. Bref, ambiance en accord avec les montres hors de prix que peut s'offrir l'ancien dirigeant de SOS-Racisme, soupçonné d'avoir "emprunté" à l'association. Ca se passe comme ça, au PS, le parti qui "n'aime pas les riches". Les riches de droite, fallait-il le préciser?

 

Ségolène Royal, qui n'avait pas dissuadé son fils Thomas Hollande de participer à l'évènement, a bien essayé d'éviter le chimpanzé en rut, mais l'histoire ne dit pas si celui-ci a pu prodiguer de bons conseils à la progéniture du candidat favori de la présidentielle.

 

Un candidat qui a juré la main sur le coeur qu'il ne s'agissait pas d'un retour de DSK dans la vie politique. 

 

«Dominique Strauss-Kahn n’est pas dans la campagne présidentielle»et «donc il n’a pas à y revenir de quelque manière que ce soit jusqu'à ce que cette campagne se termine et, j’espère, se termine bien», a déclaré François Hollande invité de l'émission «Dimanche +».

Tout est dans le délai donné par le président en herbe : "jusqu'à ce que cette campagne se termine". En attendant le second tour, Hollande évite l'animal, mais ses émissaires le représentent : son ex-femme, son fils, et son directeur de la communication (Manuel Valls)... une façon d'envoyer un message à l'ex-patron du FMI ?
Une fois Hollande élu et inamovible pour cinq ans, pourquoi celui-ci ne remercierait-il pas l'ex-favori du PS, qui lui a cédé la place? Hollande doit une fière chandelle au coureur de jupons milliardaire. Après tout, si DSK n'avait pas été hors course, Hollande, l'homme au charisme d'huître, ne serait pas en train de préparer son emménagement à l'Elysée...
Sources ici et ici.
Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 16:55

 

http://www.rivarol.com/Rivarol_files/3044.jpg

Nous nous octroyons une petite pause cette fin de semaine. Avouez que ça tombe bien, vous venez de recevoir le dernier numéro qui est un SPECIAL 16 pages !

 

A lundi !

Repost 0
Published by Rivarol blog
commenter cet article
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 09:58

 

http://www.securityvibes.fr/wp-content/uploads/argent_billets_volants.png

 

Lu dans Le Parisien:

 

La "cellule de chiffrage" de l'Institut de l'entreprise à estimé à plus de dix milliards d'euros les mesures non financées dans le programme de  comme dans celui de , selon une première étude comparative dont l'AFP a obtenu copie jeudi.
Ce "besoin de " s'élève à 11,4 milliards d'euros dans le programme du candidat de l'UMP et à 12,1 milliards dans celui de son concurrent du PS, précisent les experts réunis par l'Institut de l'entreprise, un "think tank" patronal dont les chiffrages sont généralement peu contestés. 

 

A leur tête, Eudoxe Denis relève que "Nicolas Sarkozy a entièrement chiffré son programme alors que François Hollande n'a détaillé qu'une partie de l'effort de redressement budgétaire qu'il entend soutenir". En revanche, selon lui, certaines économies avancées par le président sortant "paraissent très ambitieuses ou surestimées".
La cellule relève que le périmètre évalué diffère "sensiblement" d'un programme à l'autre et prévient, en conséquence, qu'il ne serait "pas pertinent de procéder à une comparaison terme à terme".

  
Evoquant le programme de François Hollande, les experts estiment que pour parvenir à l'équilibre des finances publiques en 2017, un effort de 104 milliards d'euros serait nécessaire sur la durée de son quinquennat.
François Hollande, rappellent-ils, prévoit 29 milliards de prélèvements fiscaux nouveaux affectés à la réduction du déficit. Le solde résulterait d'une réduction des dépenses publiques qui repose toutefois, selon eux, "sur des hypothèses de croissance optimistes".
La cellule relève que le candidat socialiste n'a pas fourni de précisions sur le moyen de contenir la croissance de ces dépenses publiques à 1,1% annuel alors que la tendance "naturelle" est plus proche de 2%.
Ils soulignent aussi que cet objectif "n'est pas totalement cohérent" avec les recrutements envisagés dans la fonction publique, la revalorisation du traitement des fonctionnaires ou l'arrêt d'une application "mécanique" de la suppression d'un poste de fonctionnaire sur deux partant à la retraite.
Quant aux 12,1 milliards non "documentés", ils proviendraient pour l'essentiel de 10,3 milliards de promesses de campagne (rénovation énergétique de 600.000 logements anciens par an, petite enfance, internet très haut débit...).

  
De son côté, le programme de Nicolas Sarkozy souffrirait de dépenses sous-estimées de 2,4 milliards (congé parental fractionné, création de 24.000 places de prison supplémentaires...) et de réductions de dépenses sur-estimées de 2,9 milliards d'euros (réduction du personnel de l'Etat ou des collectivités locales).
Le coût des promesses de campagne oubliées par le chiffrage de l'UMP s'élèverait à 5,3 milliards (réduction des droits de mutation, hausse du salaire des enseignants, permis de conduire...). L'addition serait plombée aussi par des pertes de recettes résultant de mesures annoncées récemment et chiffrées à 200 millions d'euros (exonération de charges pour les séniors) et de recettes supplémentaires qui ne seraient pas au rendez-vous, évaluées à 500 millions d'euros (taxe sur les exilés fiscaux).

   

Repost 0
Published by Rivarol blog
commenter cet article
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 17:43

 

http://www.gqmagazine.fr/uploads/images/thumbs/201140/fran__ois_hollande__tous_les_styles_de_sa_vie_38235081_north_320x.jpg

 

Par Hannibal

 

Revenir près d’une semaine après sur les résultats du premier tour, la soirée électorale en particulier, cela a-t-il encore un sens ? Tant de choses se seront passées quand vous me lirez. Cependant, je crois quand même que cela peut servir, car les résultats et les commentaires de dimanche dernier caractérisent notre système politique, et que ce qui tue doucement la France est ce système politique.

    

 

Il y avait donc eu cette comédie de l’embargo. A quelle heure devait-on divulguer les résultats, quand les connaîtrait-on, etc. Personne ne semblait prendre garde qu’il suffirait d’instituer le vote électronique et de clore le scrutin pour tout le monde, quel que soit le lieu de vote, Tombouctou ou Contrexeville, à vingt heures heure de Paris, pour que le problème ne se pose plus. Mais c’était l’occasion pour tous de disserter sur la démocratie. Les uns faisaient valoir que depuis longtemps quelques happy few des media et de la politique savaient bien avant les autres et jouaient un jeu bien hypocrite, les autres avançaient que l’hypocrisie est l’hommage que le vice rend à la vertu, et qu’en publiant ce qu’ils savent, les « sachants » peuvent influencer certains votes, au mépris du droit et de la justice. Tels sont les débats qui agitent les beaux esprits de Paris, quand le peuple français, comme les autres peuples d’Europe, est en train de mourir. Et les mêmes se moquent des derniers Byzantins.

Le corollaire de cette querelle bouffonne fut la façon encore plus dérisoire que d’habitude de meubler la longue attente qui mène à l’annonce des premières estimations. On apprit ainsi qu’il faisait assez beau sur toute la France, que Nicolas Sarkozy était à l’Elysée, François Hollande à Tulle, que Marine Le Pen était dans son bureau.

  

Selon toute apparence, chacun peaufinait son premier discours après les résultats. Les shadocks, il y a longtemps, avaient pompé: les candidats peaufinaient. Les Français attendaient, leurs champions respectifs peaufinaient. C’était le mot de ce début de soirée. Les journalistes aussi ont leurs éléments de langage. Tout ce monde des candidats, ceux-là qui allaient décevoir, ceux qui allaient créer la surprise, ceux qui allaient faire la course en tête et ceux qui restaient confiants dans l’avenir, tout ce tout petit monde de Landernau lilliputien peaufinait. Au résultat, cela ne devait pas se voir beaucoup. Rien, pas le moindre souffle d’esprit ne passa dans leurs discours. Les Le Pen ne savent pas gagner. Jean-Marie Le Pen avait été mauvais comme un cochon au soir du 21 avril 2002, Marine Le Pen nous la joua triomphale, à la Déroulède, et personne n’y croyait. Comme disait Michel Serrault dans un film génial, La gueule de l’autre, ce n’est pas une question d’intensité, cela doit venir de l’intérieur. Hollande, qui s’était époumoné ridiculement pendant toute la campagne, donna dans le sobre. Il croyait faire homme d’Etat, il hésitait entre le commis d’épicerie et le clerc de notaire. Mélenchon jouait au grand tribun de synthèse, affichant son altermondialisme et son indignation européenne, pour mieux enfermer le candidat socialiste dans son soutien sans condition (on n’est pas plus subtil). Finalement, le moins mauvais était le président sortant, non qu’il fût vraiment convaincant avec son patriotisme de la onzième heure, mais l’on voyait qu’il ne voulait à aucun prix être sorti, et cette volonté farouche l’extrayait à demi de la médiocrité générale.

    

Et pendant ce temps là, une dette creusée par la droite et la gauche depuis 1981, une immigration sans mesure appelée par la droite et la gauche, par le patronat et par les syndicats, font mourir notre pays, la France. Comment sortir de ce système de mort ? Certainement pas par l’élection du six mai, d’ailleurs nulle élection ne suffira : il faut préparer une situation révolutionnaire, un discours révolutionnaire, et une force révolutionnaire. Cependant l’élection compte, en attendant. Elle compte pour amener le pays dans le meilleur état possible jusqu’au moment de la révolution, donner le plus de ressources possibles à la révolution nationale et gêner au mieux ses ennemis, de façon à conquérir quelques chances de gagner. Une question importante pour ces prochains jours est donc : que dois-je voter pour préserver au mieux la nation et ses défenseurs tout en affaiblissant le système ?

 

Eh bien, pour le savoir, si étonnant que cela paraisse, il faut écouter ce qu’ils disent. Contrairement à l’idée reçue, les hommes politiques sont sincères, c’est même cela qui les condamne. Alain Madelin, qui s’y connaissait en sottises, disait qu’on cherche toujours trop loin le sens d’une manœuvre ou d’une parole, le plus simple est souvent de prendre l’apparence pour la vérité. C’était d’ailleurs, considéré de l’autre côté, la recommandation de Richelieu: la meilleure ruse est de ne pas cacher son intention. Hollande veut vraiment imiter Mitterrand, donner le droit de vote aux étrangers, marier les pédés et les gouines (pas ensemble), faciliter l’euthanasie, aggraver les trente-cinq heures, dépenser, rengraisser le mammouth, etc. Sarkozy n’est pas trop dans ces idées-là, mais, en matière de mœurs, il tient compte des lobbies qui l’assurent qu’il manquerait sans cela de l’appoint de voix au centre nécessaire à passer. Vus sous un certain angle, l’un et l’autre sont comme coca et pepsi, concurrents mais semblables, vecteurs d’un même mondialisme, et Marine Le Pen a raison de le dénoncer. Vue sous le même angle, Marine elle-même, ayant fait sa petite génuflexion devant Israël et rejoint le politiquement correct en matière de mœurs, est une composante consciente du système, une soupape de sécurité du sentiment national résiduel, elle n’a plus rien à dire, et la nullité d’un Aliot, d’un Florent Philippot l’ont crié l’autre soir— des noms, et des personnages, à la Balzac, si l’on veut, mais de simples figurants: que dirait aujourd’hui Jean-Marie Le Pen, qui se plaignait de la médiocrité de son entourage! J’ai été l’un des premiers, je crois, dès 1998, à signaler les limites étroites de l’intelligence de sa fille, de sa culture, et, pour ces raisons, de ses convictions: c’est d’abord une tacticienne simpliste. Tout cela est vrai.

 

Mais, vu autrement, Hollande est aussi sincèrement socialiste, héritier et prisonnier de la tradition constante de la gauche française, Marine Le Pen, qui succède à son père, veut vraiment limiter l’immigration, Sarkozy aime d’une certaine façon la France, la meilleure preuve est qu’il en a convaincu Henri Guaino. On ne peut dénier un certain patriotisme, mieux un patriotisme certain, à cet étrange inca que les débats télévisuels énervent, tirent de son ironie et font bégayer, ce qui le rend assez sympathique. Cécile Duflot le mène au bord de l’apoplexie, mais il a quand même réussi à nous dire que Nicolas Sarkozy, notre grand frère qui est partout et s’active sans compter, avait à plusieurs reprises sauvé la France, l’Europe et le monde. Le monde, oui monsieur, c’est aussi simple que cela. Cela me rappelle une chanson des années soixante, de je ne sais plus quel groupe anglais, qui parlait d’un vieux radoteur: you know how Sir Geoffrey saved the world.

  

Faut-il départager les candidats restants, maintenant, ou laisser faire le destin, la force des choses, la pesanteur sans la grâce qui mène à François Hollande? Le refuge dans le vote blanc est une illusion depuis que les blancs et nuls sont comptés ensemble. Voter blanc, c’est voter Hollande, le candidat de l’immigration maximale. Voter Hollande, c’est voter le pire. Car il y a des degrés dans le mal politique. Je vais donc dire mon vote et l’expliquer, même si cela doit décevoir des lecteurs, et des journalistes, de RIVAROL, que je sens ou sais d’une autre opinion. J’ai voté Marine Le Pen au premier tour connaissant ses défauts et ses fautes, je voterai Nicolas Sarkozy au second, en toute connaissance de cause aussi. Voici pourquoi. […]

 

---------------------------------

 

Pour lire la suite, abonnez-vous, ou procurez-vous le PDF de ce numéro (vous pouvez aussi le commander en version papier) dans la boutique de RIVAROL. Le numéro sera en kiosque vendredi.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans A lire dans RIVAROL
commenter cet article