Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 17:28

http://www.nationspresse.info/wp-content/uploads/2009/02/jmlp-bbr.jpg

 

Le Figaro :

 

La cour d'appel de Paris a condamné aujourd'hui à trois mois de prison avec sursis et 10.000 euros d'amende l'ancien président du FN, Jean-Marie Le Pen, qui était rejugé après une cassation pour avoir déclaré que l'Occupation allemande n'avait pas été "particulièrement inhumaine".

Cette peine pour "contestation de crimes contre l'humanité" est une confirmation de celle qui avait été prononcée par le tribunal correctionnel de Paris le 8 février 2008. A l'audience du 1er décembre 2011, le ministère public avait requis une telle confirmation.

Le fondateur et président d'honneur du Front national et son avocat étaient absents à l'énoncé du délibéré. Le 8 février 2008, le tribunal correctionnel de Paris avait reconnu Jean-Marie Le Pen coupable d'"apologie de crimes de guerre" et de "contestation de crime contre l'humanité", à la suite de propos publiés en janvier 2005 dans l'hebdomadaire d'extrême droite Rivarol.

Nouveau pourvoi en cassation

L'ancien président du Front national avait notamment déclaré : "En France du moins, l'Occupation allemande n'a pas été particulièrement inhumaine, même s'il y eut des bavures, inévitables dans un pays de 550.000 kilomètres carrés". Il avait également présenté une version jugée choquante du massacre d'Ascq (Nord), perpétré dans la nuit du 1er au 2 avril 1944, et durant lequel 86 Français avaient été fusillés en représailles au déraillement d'un train allemand.

Le 21 janvier 2009, la cour d'appel de Paris avait confirmé la condamnation de Jean-Marie Le Pen pour "contestation de crime contre l'humanité". Elle l'avait toutefois relaxé "d'apologie de crime de guerre", sur le dossier Villeneuve d'Ascq et avait jugé certaines parties civiles irrecevables à agir. En revanche, elle avait confirmé intégralement la peine d'amende et de prison avec sursis. Jean-Marie Le Pen et les associations déboutées s'étaient pourvues en cassation.

Le 27 avril 2011, la Cour de cassation a confirmé la relaxe de Jean-Marie Le Pen pour les faits d'apologie de crime de guerre. Celle-ci est donc devenue définitive. En revanche, elle a annulé tout le reste, dont ses peines d'amende et de prison. Le tout a donc été rejugé le 1er décembre 2011 par la cour d'appel de Paris, tant sur les dispositions pénales que civiles.

Jean-Marie Le Pen a fait savoir qu'il allait de nouveau se pourvoir en cassation. "Je fais un recours un cassation contre cette décision, dont je ne m'étonne pas qu'elle arrive en période électorale. Les choses sont bien faites par le système", a déclaré l'ancien président du FN. "Ces bons magistrats ont quand même le sens de l'opportunité, sinon de l'opportunisme", a-t-il ajouté.

 

 

Ce que le Figaro ne dit pas, c'est que le jugement a rejeté la plainte de Klarsfeld. Or les autres parties civiles n'ont déposé plainte que longtemps après, au moment où, si Klarsfeld a été débouté, les faits étaient prescrits. Jérôme Bourbon et son avocat Me Wagner ont donc décidé de se pourvoir en cassation. L'échéance de la présidentielle ne pouvait pas, en effet, incliner les juges en leur faveur, le but avoué de ce jugement étant de donner une publicité maximale aux déclarations sulfureuses de JMLP à deux mois de l'élection, comme JMLP le remarque très justement lui-même. Il est également question que Me Wagner dépose une nouvelle question prioritaire de constitutionalité. Nous en saurons sans doute davantage dans le prochain numéro de RIVAROL.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 09:33

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcT0cXYZywiQpIhzNx5O_GbopcBVj6ewwSQOyzd-5bLR4ual2Dfs

Voir aussi  Homophobe ET négationniste !

       Vichy et les homosexuels

        Vichy et les homosexuels (2)

 

Les grands media sont allés à la pêche aux infos hier, et pas auprès de n'importe qui s'il vous plaît ! C'est la Fondation pour la mémoire de la déportation, excusez du peu, que Le Figaro a consulté dans l'espoir de remettre Vanneste à sa place. Las, le quotidien a fait chou blanc. En effet, il s'avère que le génocide des homos pendant la 2è GM ait fait... huit morts. Et, comme Vanneste l'affirmait, il n'y a pas eu de déportation d'homosexuels pour motif d'homosexualité en France. La soixantaine de cas de déportation recensés ont eu lieu dans les territoires annexés et les pseudo déportés homos de France (7 en tout et pour tout) étaient en fait des déportés politiques.

 

Lire ici l'article du Figaro.

 

Le journal Le Monde s'est également penché sur le problème, et il est allé puiser à la même source que ses collègues... pour en tirer des conclusions radicalement différentes ! Il faut absolument lire leur article, bel exemple de manipulation sans vergogne. Il faut dire qu'ils sont allés plus loin que le Figaro et ont interrogé carrément le président du lobby "Oubliés de la mémoire", une association gay qui veut à tout prix faire reconnaître le génocide homo en France sous l'Occupation. Le nom de leur président ne s'invente pas : Philippe Couillet ! Celui-ci, après l'exposé de la Fondation pour la mémoire etc. maintient qu'il y a eu une déportation organisée des homos.

 

Mais en lui accordant même les déportés politiques qui étaient aussi homos (les juifs homos doivent-ils compter?), cela porterait à 7 personnes le nombre de victimes de cette déportation systématique et orchestrée telle que Couillet l'imagine. Pas vraiment de quoi faire pleurer dans les chaumières.

 

Prudemment, Couillet renonce à porter plainte contre Vanneste. "Nous pourrions porter plainte, mais ce serait lui donner du crédit. Tout ce que nous voulons, c'est montrer l'inutilité de cette polémique." Sans doute craint-il de perdre et de voir la vérité éclater au grand jour, malgré toute la bonne volonté du Monde et des politichiens de l'UMP?

 

Devant les évidences établies par la fondation pour la mémoire de la déportation (au-dessus, c'est le soleil !), je propose que l'on traduise en justice tous les défenseurs de la thèse de la déportation homo en France, pour falsification de l'histoire et atteinte à la Mémoire !

http://img.over-blog.com/245x222/4/17/37/35/chard.jpg

 

Juste pour rire, le titre de l'article du Monde : "les propos de M. Vanneste contredits par plusieurs études". Les "études" en question sont probablement celles de la fondation (qui en réalité donnent raison à Vanneste) et ... celles que peut mener le lobby gay des prétendus "oubliés" de la déportation, avec toute l'impartialité que l'on imagine ! La pensée unique dans toute sa splendeur !

 


Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 22:01

http://www.rivarol.com/Rivarol_files/3034.jpg

Sarkozy à tribord toutes !

 

On ne change pas une stratégie gagnante. Comme en 2007 où il était parvenu à siphonner l’électorat frontiste, Nicolas Sarkozy a décidé sans surprise de mener une campagne très à droite. En témoigne le long entretien qu’il a accordé au Figaro-Magazine du 11 février et intitulé «Mes valeurs pour la France». Le chef de l’Etat a bien compris qu’il ne gagnerait pas la présidentielle sur les questions économiques et sociales où de toute façon son bilan est désastreux (forte augmentation du chômage, dettes et déficits abyssaux, commerce extérieur déficitaire, etc.) mais qu’en revanche il pourrait l’emporter sur le terrain des valeurs. Il s’agit donc de s’adresser directement à l’électorat de droite et d’extrême droite et de tenir un discours, d’employer des formules, d’égrainer des propositions qui le séduisent. En ce sens, rien ne manque dans cette interview au Fig-Mag: rejet du droit de vote des étrangers extra-européens aux élections locales, refus de la régularisation des immigrés clandestins, référendum sur l’immigration et sur le chômage, opposition motivée au mariage homosexuel et au droit à l’adoption pour les invertis, refus de la légalisation de l’euthanasie, exaltation du travail, de la famille (ne manque que la patrie, ce qui eût été jugé pétainiste et donc dangereux!), de l’autorité, de la responsabilité, reconnaissance appuyée des racines chrétiennes de la France, éloge de la Pucelle d’Orléans, sainte de la Patrie. «Mais enfin, la France a des racines chrétiennes et même judéo-chrétiennes (NDLR: clin d’œil à la communauté), c’est une réalité historique qu’il serait absurde de nier! Voyez le long manteau d’églises et de cathédrales qui recouvre notre pays. La France est née de la rencontre entre la volonté des rois et celle de l’Eglise. Jeanne d’Arc, dont on vient de fêter le 600e anniversaire de la naissance, est au carrefour de cette double volonté.[…] N’amputons pas la France d’une part de son histoire.»

 

Contrairement à Jacques Chirac qui avait un fond radical-socialiste et qui avait donc du mal à faire sien un discours très à droite, même pendant les campagnes électorales (l’ancien président n’a jamais celé sa haine viscérale de Jean-Marie Le Pen et même de Philippe de Villiers dont il disait avec mépris: «ce type est d’extrême droite»), Nicolas Sarkozy qui n’a absolument aucune conviction et qui est prêt à tout pour gagner, n’a pas ses complexes. Bien meilleur orateur que son prédécesseur (il fut avocat), meilleur débatteur (ce qui n’est guère difficile), l’ex-maire de Neuilly a su s’entourer de l’ancien rédacteur en chef de Minute Patrick Buisson, fin connaisseur de la vie politique en général et de la droite nationale en particulier, qui lui donne les codes à même d’attirer l’électorat lepéniste et de Henri Guaino qui lui écrit des discours patriotiques enflammés. Comme en 2007 où il s’était rendu au Mont Saint-Michel et avait fait référence à Jeanne d’Arc dans ses meetings, Sarkozy est prêt à en faire des tonnes pour s’attirer les faveurs de tous les Français qui craignent le retour de la gauche au pouvoir. D’où son choix de mener une campagne très clivante, en feignant de s’opposer fermement aux propositions les plus répulsives des socialistes et des Verts. Si vous ne votez pas pour moi, susurre Sarkozy, vous aurez le droit de vote des immigrés, la légalisation des drogues, de l’euthanasie et du mariage gay, la régularisation massive des “sans-papiers”, une forte augmentation des impôts et des taxes, est-ce vraiment ce que vous voulez? 

 

Une argumentation imparable qui pourrait faire mouche auprès d’un électorat oublieux de ce qu’a été ce quinquennat sarkozien où le Pacs a été aggravé, où les prélèvements obligatoires ont augmenté, où la violence et le crime ont explosé et où l’on a accueilli 200000 nouveaux immigrés légaux chaque année, soit un million en tout. La machine UMP est bien en place et ne doutons pas qu’elle va agir comme un rouleau-compresseur en appelant les électeurs de droite au vote utile: si vous votez pour Marine Le Pen et qu’elle accède au second tour, éliminant ainsi le président sortant, Hollande est sûr de l’emporter le 6 mai avec un score de maréchal et il mettra alors en œuvre une politique détestable d’autant plus facilement que la gauche a désormais la majorité absolue au Sénat, qu’elle contrôle la grande majorité des villes, des régions et des départements et qu’il n’y aura donc face à elle aucun contrepouvoir.

 

Cette stratégie de droitisation sera-t-elle aussi efficace aujourd’hui qu’il y a cinq ans?  […]

 

jeromebourbon@yahoo.fr

 

 

 

Pour lire la suite, courez en kiosque vendredi ou achetez le numéro (ou abonnez-vous) dans la boutique de RIVAROL en ligne.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Articles de J. B.
commenter cet article
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 21:52

A lire dans le RIVAROL du 17 février :

 

Une chronique de Robert Spieler

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTptdyZQcZ28AI_wEx_n1-IulqnOETtEEx-5QNN-SXGBV6dbSEG

 

« Le peuple juif ne se définit pas par la haine des autres. Il se définit par ses valeurs. Nous sommes le peuple qui a apporté au monde deux choses: l’idée de Dieu et l’idée de l’argent.» Si c’est Attali qui le dit…

L’ancien conseiller de François Mitterrand poursuit de façon grandiose: «L’antisémitisme, c’est l’ingratitude. La grandeur du peuple juif, c’est d’avoir apporté aux autres, même à ceux qui ne veulent pas entendre. C’est un altruisme, non pas intéressé (apparemment il y a des altruismes intéressés… Passons.) mais désintéressé… C’est cette mission qui fait que l’apport de la Loi, de cette générosité, créera une humanité qui survivra, dont le peuple juif sera toujours l’avant-garde.» Atchoum!

 

SOLJENITSYNE ÉTAIT-IL ANTISÉMITE ?

 

Dieu merci, Soljenitsyne est mort. Il est mort, sinon il aurait fini comme Dieudonné. «Il était clairement antisémite et nostalgique de la monarchie tsariste», déclare Alain Corbière, maire adjoint (PG) du XIIe arrondissement, durant la délibération du Conseil de Paris qui vient de décider d’attribuer le nom d’Alexandre Soljenitsyne à une place du XVIe arrondissement. Crime abominable, il est vrai, Soljénitsyne avait écrit un livre, Deux siècles ensemble, qui narre la difficile cohabitation entre le peuple russe et la communauté juive. A lire en pdf sur le site <www.barruel.com>. Curieusement, ce livre n’a jamais paru aux Etats-Unis.

 

L’ACTEUR MEL GIBSON NE L’EST-IL PLUS ?

 

Une bonne nouvelle: Mel Gibson bientôt lavé des soupçons d’antisémitisme? Son film La passion du Christ avait suscité l’émoi de l’organisation américaine Anti-Defamation Leage qui y voyait de l’antisémitisme. Le film retraçait fidèlement les Evangiles. Mel Gibson est, ce qui n’est pas forcément une qualité pour certains, père de huit enfants, catholique traditionaliste fervent, et partisan de la peine de mort. Son film obtint, malgré les glapissements, trois oscars. Il s’apprête à tourner un nouveau film, consacré à Judas Maccabée, dont il incarnerait le père. La Révolte des Maccabées a été à la fois une révolte juive contre la dynastie helléniste des Séleucides, et un conflit interne au peuple juif opposant des traditionalistes hostiles à l’évolution de la tradition juive au contact de la culture grecque et des J-juifs hellénisants plus favorables au métissage culturel. Cet épisode se situe au IIesiècle av. J.-C. 


Bon, mais l’épisode actuel se situe actuellement… Une synagogue californienne endettée, menacée de fermeture, lui propose un deal: «Notre proposition, monsieur Gibson, vise à vous laver de tout soupçon d’antisémitisme qui circule sur vitre compte (houlà!). Quel meilleur moyen pour prouver à vos fans et aux médisants que vous n’êtes pas antisémite que de rejoindre notre cause et de nous aider à réunir des fonds pour notre association “sauvez notre synagogue”?» La congrégation Beth Shalom a chiffré la somme demandée à un modeste pactole de 1,6millions de dollars. Pour l’instant, Mel Gibson n’a pas répondu…

 

CLAUDE LANZMANN, UN NOUVEAU STRAUSS-KAHN ?

 

Claude Lanzmann, le réalisateur des exceptionnels films “Shoah” et “Tsahal”, vient d’être arrêté et interrogé à l’aéroport Ben Gourion de Tel Aviv pour harcèlement sexuel sur une employée de sécurité. Selon Le Figaro, quotidien sérieux s’il en est, il aurait saisi par surprise et embrassé de force une employée de l’aéroport, alors qu’il venait de passer les contrôles de sécurité avant d’embarquer dans un avion pour la France. 


Dieu merci, ça s’est bien terminé. Il a été entendu par la sécurité de l’aéroport avant d’être relâché et autorisé à prendre son avion.

 

SARKOZY, TOUJOURS PLUS ISRAÉLOPHILE

 

Emouvant discours de Sarkozy au dîner du Crif. C’était mercredi 8 février au pavillon d’Armenonville. Sarkozy en était l’invité d’honneur. Simone Veil en était, ainsi que Manuel Valls et Nadine Morano, sans oublier François Hollande qui serra la main du Président. Le père de Gilad Shalit, le soldat franco-israélien prisonnier durant cinq ans des Palestiniens et reçu à l’Elysée, était présent. Le discours de Sarkozy fut très émouvant et déterminé, comme il se doit. «C’est une grande émotion pour tous les Français que Gilad Shalit soit sur le territoire de la France. On a enlevé (à ses parents) un enfant de 20ans, on leur a rendu un héros» Rien que çà… Mais ce n’est pas fini. Le Président poursuit: «Honte à ceux qui ont eu ce comportement barbare. Israël est une démocratie parce que dans une démocratie, on attache de l’importance à une vie, pas à mille.» Sarkozy n’a pas tort. Selon sa définition, Israël, qui a allègrement massacré des milliers de Palestiniens, est en effet une démocratie. Puis Sarkozy nous a fait une petite leçon d’histoire, qui intéressera nos lecteurs pas bien informés. Il pose la question: «Où s’est passée la Shoah?» Personne dans l’auditoire ne connaissant la réponse, il fait cette révélation époustouflante: «En Europe!»


Et il enfonce le clou: «Les Européens ont eu l’idée folle de la Shoah», ajoutant «Israël est un miracle. La disparition d’Israël serait un drame.» Sarkozy vise évidemment l’Iran déclarant que «l’acquisition de l’arme atomique par l’Iran est inacceptable et que la France avait décidé de ne plus acheter une goutte de pétrole à l’Iran.» La Chine et l’Inde, qui sont impatientes de remplacer la France comme acheteurs du pétrole iranien, ont dû sabler le champagne en entendant cette déclaration… Sarkozy, en conclusion, s’est fait affectif: «Et si la vraie victoire pour Israël, c’est que si Israël était aimé et non pas craint.» (on retrouve là la syntaxe quelque peu approximative du Président). Pour ceux qui n’auraient pas compris, il enfonce le clou: «Toute mon histoire, c’est d’avoir été proche d’Israël. Chaque fois qu’un juif, sur le territoire de notre République, est insulté, c’est l’affaire de 65 millions de Français qui sont insultés.» Ils en ont de la chance, eux…

 

DES JUIFS INDÉSIRABLES ?

 

La famille de Lee Zitouni n’a pas été invitée au dîner du Crif. Lee Zitouni est cette jeune femme de 25ans, tuée le 18 septembre dernier, en Israël, par deux chauffards franco-israéliens, Eric Roubi et Claude Khayat, qui ont immédiatement pris la fuite et regagné Paris, suscitant une vive émotion. Les autorités israéliennes souhaiteraient pouvoir les juger sur place. Or la France n’extrade pas ses ressortissants, eussent-ils la double nationalité. La famille de Lee Zitouni voulait participer au dîner du Crif. Le président du Crif, Richard Prasquier, craignait qu’ils ne tentassent d’approcher le président de la République et qu’il n’y eût une polarisation autour de cette affaire. D’où son refus de les voir invités. Mais les Zitouni ne sont pas rancuniers. Ils lui ont écrit: «Nous éprouvons le plus grand respect pour le Crif et les organisations le composant, pour sa contribution aux relations franco-israéliennes et au peuple juif.» […]

 

Pour lire la suite, RDV en kiosque vendredi ou dès à présent dans la boutique de RIVAROL en ligne où vous pouvez acheter le journal au numéro !

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans A lire dans RIVAROL
commenter cet article
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 21:49

 

modeemploi.jpg

 

Ou visionnez toutes les étapes dans cette vidéo :

 

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans A lire dans RIVAROL
commenter cet article
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 13:07

 

Nous avons publié un premier article à l'usage des vierges effarouchées voulant croire de toutes leurs forces, pour récupérer les voix gays, bien sûr, que les homos français ont été déportés. Mais comme ces bien pensants ne seront  sûrement  convaincus que par des documents estampillés LGBT, voici de quoi les satisfaire:

 

nazietgay.jpg

 

En France la situation fut contrastée. Dans les territoires annexés (Alsace et Moselle) intégrés au Reich et donc soumis au Code pénal allemand, les homosexuels furent déportés. Mais en zone occupée, comme dans la France de Vichy, les homosexuels ne furent pas inquiétés. Certains même collaboreront avec l'occupant: Robert Brasillach écrivain antisémite, Abel Bonnard ministre de la jeunesse du gouvernement Laval affublé du terrible sobriquet "Gestapette". Néanmoins, en 1942, le régime de Vichy introduit dans le Code pénal une discrimination, rompant la tradition française d'égalité des homosexuels et hétérosexuels : l'article 331-1 du Code pénal fait un délit de l'acte consistant à avoir des relations homosexuelles avec un mineur (moins de 21 ans), au lieu de 15 ans pour les hétérosexuels. Les ordonnances du gouvernement du Général de Gaulle en 1945 confirment cette disposition.

Les persécutions nazies à l'égard des homosexuels se sont déroulées dans un contexte de durcissement général des régimes totalitaires et autoritaires sur les « déviances morales ». Ainsi, en 1934, Staline a fait adopter des dispositions pénales prévoyant l'emprisonnement et la déportation des homosexuels. D'après des données incomplètes, de l'ordre de 300 000 à 400 000 personnes ont été condamnées sur la base de ces dispositions (qui n'ont été abrogées qu'à la fin des années 1980). Dans les pays de tradition stalinienne, la persécution des homosexuels a été systématique. C'est encore le cas aujourd'hui en Corée du Nord et à Cuba. En Espagne, le régime franquiste avait adopté la loi sur la dangerosité sociale qui permettait l'emprisonnement des homosexuels. En Italie, Mussolini mit en place une politique comparable.

 

 
Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 13:04

http://s2.e-monsite.com/2010/02/07/60348928revolutionnationale-jpg.jpg

 

Après les sanctions décidées contre Christian Vanneste, qui a déclaré que la déportation des homos était une légende, voici un article qui passionnera toutes les vierges effarouchées, à commencer par M. Aliot, qui avec ce rictus si inimitable a déclaré dans l'émission Les Quatre Vérités que Vanneste devrait rouvrir ses livres d'histoire... Que M. Aliot suive donc ses propre conseils !

 

Soulignons au passage la médiocrité de la réponse du membre d'un parti prétendument anti-système. Médiocrité qui lui échappe certainement, car il croit faire la réponse du siècle : il se fait passer pour  un spécialiste de l'histoire contemporaine, tout en hurlant avec les loups. D'où le sourire dégoulinant d'auto-satisfaction.

 

Pensez donc, cette affaire est du pain bénit pour Aliot et Cie ! Ils peuvent réaffirmer leur attachement à la version officilelle des HLPSNH et clamer haut et fort, s'il en était besoin, leur homophilie. A quand le mariage homo dans le programme du FN? Bientôt, si l'on en croit cette interview de Collard.

 

Mais revenons à nos triangles roses avec cet article du site Observatoire du communautarisme :

 

Vichy et les homosexuels

Alors que les militants gay tentent d'obtenir une reconnaissance officielle des triangles roses par les autorités françaises, il est plus qu'utile de procéder à une mise au point sur les faits historiques en rappelant notamment qu'à l'exception des territoires annexés par l'Allemagne (Alsace-Lorraine) il n'y a pas eu de déportation homosexuelle en France.



Pierre Seel (avec Jean Le Bitoux), Moi, Pierre Seel, déporté homosexuel, Calmann-Lévy, 1994, réédition en mars 2005
Pierre Seel (avec Jean Le Bitoux),
Moi, Pierre Seel, déporté homosexuel,
Calmann-Lévy, 1994, réédition en mars 2005
Les militants gay se livrent à un lobbying forcené pour aboutir à une commémoration officielle par les autorités françaises de la déportation homosexuelle pendant la Seconde Guerre Mondiale. Elu UMP d’Ile de France et président du mouvement "Aujourd’hui, Autrement", Jean-Luc Romero, a demandé au gouvernement que les associations homosexuelles soient officiellement autorisées à « commémorer partout en France les victimes homosexuelles de la barbarie nazie » à l’occasion de la Journée nationale de la Déportation, le 24 avril prochain (1). A l’appui de cette revendication, Jean-Luc Romero affirme que « des homosexuels français ont été arrêtés, déportés, torturés ». De leur côté, l'Inter-Centres LGBT, l’association Les «Oublié(e)s» de La Mémoire et le collectif Homoboulot ont été reçus au ministère délégué aux Anciens combattants -où ils ont leurs entrées (2)- pour relayer la même revendication (3).

Si la persécution des homosexuels par les nazis n’est pas contestable, il convient de préciser les faits en ce qui concerne la France occupée. On lit souvent que le régime de Vichy a pénalisé l’homosexualité. Ce n’est pas tout à fait exact. Connue comme la « loi Darlan », la loi n° 744 du 6 août 1942 interdisait les « actes contre-nature avec un mineur de son sexe âgé de moins de 21 ans ». Il s'agit ainsi davantage d'une définition discriminatoire -puisque, c'est un fait, il n’en allait pas de même pour les relations hétérosexuelles- de la protection des mineurs que d'une prohibition de l'homosexualité à proprement parler. Quant à la déportation homosexuelle orchestrée par le régime nazi -en application du fameux paragraphe 175 du code pénal allemand de 1871 qui interdisait les relations sexuelles entre hommes-, elle n’a concerné en France que les homosexuels d’Alsace et de Moselle qui, après l’armistice de 1940, étaient sous le joug du reich allemand et non sous celui du gouvernement de Pétain. En dépit de tous les crimes dont il s’est rendu complice, le régime de Vichy n’a pas déporté les homosexuels en tant que tels.

La confusion sur ce sujet a récemment été entretenue par la diffusion en prime-time du téléfilm Un amour à taire, une « fiction sur la déportation homosexuelle » qui, paraît-il, « a été occultée ». Il s’agit en réalité d’un téléfilm sur la descente aux enfers d’un jeune français amoureux d’un résistant qui, après avoir été dénoncé par son propre frère, est déporté comme prisonnier politique dans un camp de concentration (4). Là-bas, son parcours croise celui de déportés homosexuels alsaciens avec lesquels il se solidarise comme le montre une scène où il revêt une tenue frappée du triangle rose, image qui sera opportunément retenue sur l’affiche du téléfilm paru en DVD le lendemain de sa diffusion sur France 2. Dans le même temps, on a réédité le livre Moi, Pierre Seel, déporté homosexuel, récit pathétique des mésaventures d’un jeune alsacien, interné six mois au camp de Schrimeck avant d’être libéré, renvoyé chez ses parents puis enrôlé dans la Wehrmacht comme tant d’autres « malgré-nous » (5). Frappé du triangle bleu des « asociaux » -et non du triangle rose qui désignait les homosexuels- Pierre Seel était peut-être un homosexuel déporté à Schrimeck, mais pas un « déporté homosexuel ». Nuance. Son parcours qui, comme il le raconte lui-même, l’a conduit à combattre les partisans yougoslaves sous l’uniforme nazi, disqualifie Pierre Seel pour recevoir la Légion d’Honneur que réclament pour lui ses soutiens du mouvement gay (6) au nom de ces « oubliés de la mémoire » que seraient les homosexuels (7).

Seuls les ignorants ignoraient la déportation homosexuelle. L’existence des triangles roses est mentionnée dans de nombreux manuels scolaires ou livres sur la déportation. Un ouvrage d’Eugen Kogon soulignant le sort épouvantable réservé aux déportés homosexuels dans les camps, L’Etat SS, le système des camps de concentration allemands, a été publié en France dès 1947 ! C’est donc un faux « tabou de la déportation homosexuelle » que le téléfilm de France 2 et l’ouvrage de Pierre Seel prétendent briser. Derrière ces deux projets, on retrouve le même homme, Jean Le Bitoux, qui a tenu la plume de Pierre Seel et officié comme « conseiller historique » pour la production d’Un amour à taire (8). Ancien magnat du minitel rose et fondateur de Gai-Pied dans les années 1980, Jean Le Bitoux a fondé le Mémorial de la Déportation Homosexuelle avec Thierry Meyssan, l’auteur du livre qui prétendait qu’aucun avion ne s’était écrasé sur le Pentagone le 11 septembre 2001 (9)… Avec de telles références, on comprend que ce Mémorial n’ait jamais été reconnu par les associations de déportés comme la FNDIRP (Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes) et l'UNADIF (Union nationale des déportés et internés français) qui font valoir à juste titre que la commémoration de la déportation homosexuelle a du sens à Berlin ou à Strasbourg mais qu’elle est hors-sujet à Paris.

Les auteurs d’Un amour à taire ne cachent pas que ce téléfilm est le fruit d’une « volonté militante, partagée par tous les gens qui sont intervenus sur le film, du réalisateur aux acteurs en passant par le diffuseur » (10), ce qui ne l’a pas empêché d'obtenir un financement du CNC et un accord de diffusion de France 2 avant même l'écriture du scénario ! De même, Jean Le Bitoux a truffé le récit de Pierre Seel de considérations anachroniques sur la lutte contre l’homophobie et sur le mouvement gay (11). La question de la déportation est ainsi devenue un enjeu des revendications communautaires qui prennent en otage le devoir de mémoire. Derrière les discours sur les « triangles roses français », on voit ainsi se développer un phénomène malsain de concurrence des victimes visant à disputer aux juifs l’héritage historique de l’extermination nazie dans le but de s’attribuer une part de la « dette imprescriptible de la France à l’égard des juifs » évoquée récemment par Jean-Pierre Raffarin. Aussi importe-t-il de se baser sur les faits et de veiller à ce que la simplification de la vérité n’aboutisse pas à la travestir dans un but politique. Comme le rappelait récemment l’historien Pierre Vidal-Naquet, « dire que Vichy a déporté les homosexuels n’est peut-être pas du révisionnisme, mais c’est un mensonge » (12).


------------------------------------------------------------
(1) Communiqué du 24 mars 2005 du parti Aujourd’hui Autrement : lire en ligne
(2) Laurent Bellini, l'ancien président de la « chorale gay » Melo’Men qui chante chaque année sur le site du Mémorial de la Déportation en souvenir des Triangles roses a été directeur du protocole au ministère des Anciens Combattants (le rôle actif qu'il a joué auprès des autorités pour faire reconnaître la déportation homosexuelle est expliqué sur le site : http://www.hexagonegay.com/TrianglesRoses/Paris2004-01.html)
(3) L’ensemble des revendications homosexuelles autour de la commémoration de la déportation figure sur le site des « Oublié(e)s » de La Mémoire (lire en ligne.
(4) Voir à ce sujet sur le site de l’Observatoire du Communautarisme : Manipulations autour de la déportation homosexuelle
(5) Pierre Seel (avec Jean Le Bitoux), Moi, Pierre Seel, déporté homosexuel, Calmann-Lévy, 1994, réédition en mars 2005.
(6) A la fin du mois de mars 2005, Jean Le Bitoux a écrit à la Grande Chancellerie de la Légion d'Honneur pour qu'une décoration soit remise à Pierre Seel.
(7) Jean Le Bitoux, Les oubliés de la mémoire, Hachette Littératures, 2002.
(8) Un bonus du DVD d’Un amour à taire est constitué d’une interview de Jean Le Bitoux.
(9) Voir l’entretien de Thierry Meyssan sur le site du Mémorial de la Déportation homosexuelle : lire en ligne
(10) E-llico : « La télé reconnaît les triangles roses » lire en ligne
(11) La réédition précipitée du livre de Pierre Seel dans la foulée de la diffusion du téléfilm Un amour à taire a omis de corriger les estimations fantaisistes de la déportation homosexuelle qu’il contenait :
- « on estime à trois cent cinquante mille le nombre des homosexuels déportés. Parmi eux, bien peu en réchappèrent » (p. 179)
- « il y a eu huit cent mille personnes massacrées pour fait d’homosexualité » (p. 191)
En réalité, les estimations du nombres de déportés au triangle rose varient entre 5.000 et 63.000, le nombre de morts dans les camps étant compris dans une fourchette de 5.000 à 15.000 (chiffres consultables à l'adresse internet suivante : lire en ligne
(12) Forum du 24 janvier 2005 du quotidien permanent du Nouvel Observateur : lire en ligne
Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 10:46

http://www.journaldesfemmes.com/societe/combats-de-femmes/et-si-les-femmes-cessaient-de-s-ecraser/image/electro-choc-1105497.jpg

 

Vous avez sans doute tous vu les affiches de la campagne censée promouvoir l'égalité entre les hommes et les femmes. Une lectrice de Contre-Info y réagit avec cette missive de bon sens:

 

« L’égalité est l’ambition des médiocres

Actuellement est lancée la campagne du « pacte pour l’égalité », présentée par le « laboratoire de l’égalité » (association créée en 2010), à travers des affiches et un film diffusé à la télévision, au cinéma et sur internet. Ce pacte propose aux candidats à la présidentielle une série de mesure pour « l’égalité homme/femme ».

 

Cinq affiches peuvent être vues dans les transports en commun. Le laboratoire de l’égalité prétend que « 70 % des Français souhaitent que l’égalité homme/femme soit au cœur du débat présidentiel », d’où la nécessité vitale d’une importante campagne de sensibilisation. Admettons…

 

Le thème principal, traité sur trois affiches, est bien évidemment l’égalité dans le domaine professionnel, en dénonçant les différences de salaires et le « sexisme » environnant. On nous montre, entre autres, des hommes s’asseyant littéralement sur des jeunes femmes à leur bureau. L’image, se voulant provocante, aurait pu être percutante si elle n’avait pas été un brin humoristique. En effet, ces deux scènes ont, à mon goût, quelque chose de burlesque, comme une bonne blague qu’on pourrait faire à un copain… Passons.

 

Je voudrais, en revanche, m’attarder sur deux affiches, qui me semblent réellement choquantes, voire scandaleuses, au sens où elles touchent au droit à la vie privée et à la liberté de chacun de ne pas voir son choix de vie publiquement discriminé (attention! J’en appelle aux droits de l’homme).

 

 

La première image représente un homme penseur (tel Rodin) assis sur un aspirateur ; on peut lire : « 80 % de l’activité domestique repose sur les femmes. Courage messieurs ». De quoi se mêle-t-on? Depuis quand doit-on s’immiscer dans la vie privée des gens, dans leur maison, pour juger et dénoncer quoique ce soit qui, de surcroît, n’a rien d’illégal ? Un débat sur les salaires peut être légitime, car il concerne la société et la vie publique. Mais la manière d’organiser le travail domestique ne regarde personne, à part les membres d’une même famille. Dois-je craindre qu’un jour une nouvelle association inutile pour le droit à la propreté me montre du doigt parce que je n’ai pas lavé mes vitres depuis un an ? De plus, cette affiche incite certaines femmes à réclamer de leur conjoint une plus grande participation aux tâches ménagères, ce qui donnera peut-être lieu à une mésentente, voire un conflit, inexistant jusque là. Créer la zizanie, ou pousser un membre à une révolte – aussi petite soit-elle – dans une famille est en soi une volonté de nuire à la paix des ménages.

 

Dans le même ordre d’idée, la deuxième image m’ayant choquée est celle représentant une mère de famille, dans son salon, avec ses quatre enfants. Quatre ? Oui, quatre. On nous montre ici une vraie famille nombreuse ! Et nous n’allons pas être déçus ; on peut lire : « Mercredi, 15 h. Papa travaille. Maman est en RTT. Qui a parlé d’égalité? »


Les enfants semblent intenables, la mère blasée, voire dépressive. Même si personne ne prétend qu’avoir une famille est joie quotidienne et bonheur éternel, il me paraît totalement décalé de montrer explicitement que cette mère perd son temps à la maison avec ses enfants, et qu’elle préfèrerait être au travail comme son mari. Étrange monde dans lequel les gens veulent travailler plutôt que de s’adonner à leurs loisirs, à la culture, au développement de leurs enfants, ou que sais-je de plus honorable que le dur labeur malheureusement nécessaire. Cette femme, qui ne passe visiblement que le mercredi chez elle, n’apparaît pas heureuse pour un sous de se consacrer à sa progéniture un jour par semaine !


Clairement, cette affiche méprise les mères au foyer et veut même dissuader d’avoir des enfants.

 

Devant cette scène, la jeune passante qui, peut-être (l’espoir fait vivre ! Il paraît que l’avenir, c’est les enfants…) désirait des bambins, a de fortes chances de se dire qu’avoir une famille est plus handicapant pour son épanouissement personnel qu’autre chose, et qu’en tout cas, elle n’aura pas plus de deux enfants (elle veillera bien à se bourrer de contraceptifs et à se bousiller la santé à cet effet).

 

Ces affiches visent et s’attaquent à l’harmonie de la famille. Tout d’abord en minimisant le rôle de la mère et de la femme au foyer, en humiliant celles qui souhaitent travailler (car c’est un travail !) à ce que leur intérieur soit un cadre accueillant pour leur mari et propice pour l’éducation de leurs enfants. Mais aussi en minimisant et en rendant optionnel le rôle de l’homme et du père qui tente de combler les besoins matériels de sa famille. Homme et femme voient donc leur rôle initial et naturel rabaissé ou jalousé.

 

Et les enfants dans tout ça ? Cette campagne sous-entend que les problèmes et les « inégalités » augmentent proportionnellement au nombre d’enfants ; le message paraît clair. Mais si, malgré les recommandations et le « planning familial », un couple a plusieurs enfants, il ne faudra pas s’étonner du mal-être ambiant et de la possible culpabilité des marmots ; car ils seront un sujet de discorde supplémentaire, s’opposant à l’épanouissement et à la carrière professionnelle de leur mère, et obligeant leur père à faire des machines à laver à répétition, sachant qu’aucun ne veut s’occuper des enfants rentrant de l’école. Tout le monde sera frustré !

 

Le mode de vie que veut nous proposer (nous imposer ?) le laboratoire de l’égalité prétend être le partage équitable des tâches. Il n’en est rien ; parce que la responsabilité de l’éducation est mise au ban, celle du travail rémunéré est multiplié par deux et celle du travail intérieur est divisé par deux. Aucun n’a de domaine propre qui lui permette une reconnaissance pleine et entière.

 

Christine Dol »

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 10:19

 

 

MàJ : Sans surprise, des sanctions ont été décidées

 

Dépêche AFP : Le député du Nord Christian Vanneste a été suspendu mercredi de l'investiture UMP pour les législatives, avant une probable exclusion du mouvement, après ses propos niant la déportation des homosexuels, a déclaré le secrétaire général du parti, Jean-François Copé.

 

"Le bureau politique, à l'unanimité, a condamné avec la plus grande force ces propos inacceptables, profondément choquants et intolérables. Nous avons pris la décision d'inscrire à l'ordre du jour de notre prochain bureau politique, mercredi prochain, l'exclusion de Christian Vanneste de l'UMP", a déclaré lors de son point presse hebdomadaire M. Copé, annonçant également "la suspension immédiate de son investiture pour les législatives".


"Afin qu'il n'y ait aucune ambiguïté, je vous indique qu'il y aura, dans sa circonscription, un candidat investi de l'UMP", a ajouté le numéro un du parti majoritaire.

 

 

 

Le député du Nord Christian Vanneste dans une interview donnée au site libertepolitique.com, le 10 février 2012.

Le député du Nord Christian Vanneste dans une interview donnée au site libertepolitique.com, le 10 février 2012.

Capture d'écran/ 20Minutes

 

L'homme ne devait pas être bien inspiré. Interrogé par le site Liberté politique, Vanneste (UMP) a qualifié l'homosexualité de refus de l'autre, et l'acceptation des homos dans notre société comme le résultat d'un "bourrage de crâne". Mais ce qui est plus grave encore, c'est qu'il a osé toucher à l'histoire de la Seconde Guerre Mondiale :

 

«Il y a la fameuse légende de la déportation des homosexuels», estime avec aplomb l’élu, membre du collectif de la Droite populaire. «En Allemagne, il y a eu une répression des homosexuels et la déportation qui a conduit à peu près à 30.000 déportés. Et il n'y en a pas eu ailleurs (...) Il n'y a pas eu de déportation homosexuelle en France», insiste-t-il.

 

Il a également évoqué le ministre de Pétain, Abel Bonnard, homosexuel notoire que les résistants appelaient "la gestapette". Preuve, selon lui, que les homos n'étaient pas persécutés en France.

 

La vidéo ici.

 

Vanneste est récidiviste, ce qui aggrave son cas...

 

 

 

Les réactions ne se sont pas faite attendre :


 

La majorité serait-elle en train de lâcher le député Vanneste? Nadine Morano a indiqué ce mercredi matin sur Twitter qu’elle «condamnait fermement» les propos de l’élu du Nord, qui a qualifié de «légende» la déportation des homosexuels pendant la Seconde guerre mondiale. «Il ne peut pas porter ni nos couleurs ni nos valeurs», écrit encore la ministre de l’Apprentissage.

 

«Propos ridicule de ce député malheureusement UMP!», avait réagi avant elle le ministre du Logement Benoist Apparu, également sur Twitter. «Il faut le virer de l'UMP», ajoute-t-il dans un autre tweet.

«Une vraie bêtise», selon le FN

Le député-maire UMP Franck Riester, qui a fait son coming out en décembre dernier a de son côté jugé que les propos de Christian Vanneste étaient «inadmissibles». «Une provocation de plus, une provocation de trop!» écrit l’élu sur son compte Twitter.

 

Interrogé sur BFMTV, la ministre des Solidarités Roselyne Bachelot a aussi «condamné» la sortie du député du Nord, mais ne s'est pas prononcée sur une exclusion de l'élu, jugeant que «ce n'était pas à (elle)» de le faire.

 

Le Front national a réagi par la voix de son n°2: «Je pense qu'il faut que monsieur Vanneste relise un peu ses livres d'histoire», a jugé Louis Aliot sur le plateau de France 2, jugeant que le député du Nord avait dit «une vraie bêtise».

 

Delphine Batho, la porte parole de François Hollande, juge que les popos de Christian Vanneste sont «non seulement homophobes mais aussi négationnistes». Dans un communiqué, elle demande à l’UMP «d’immédiatement exclure ce député si elle ne veut pas être implicitement complice de propos aussi odieux». Le PS attend, poursuit Delphine Batho, «que le candidat de l’UMP condamne très clairement ce qui n'est hélas pas un dérapage, mais une idéologie nauséabonde».

 

 

(Lu dans 20 minutes)

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 17:54

 

L'impayable Dieudonné remet ça. Ayant déjà évoqué la possibilité de retrouver bientôt une MLP, devenue le jouet des media, "à demi nue sur un char de la Gay Pride" dans une interview donnée à RIVAROL, il persiste et signe dans une vidéo intitulée "réponse à Marine Le Pen" :

 

"Au rythme où vont les choses, Marine Le Pen, je ne serais pas étonné de vous retrouver bientôt à poil sur un char de la Gay Pride entre Simone Veil et Anne Romanoff "

 

 

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Vidéos
commenter cet article