Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 11:02

http://www.lecri.net/calendrier/19mars/19mars1962.jpg

Lu sur Rue 89 :

Samatan (Gers), la soirée couscous est annulée. Le maire a jugé le risque de trouble à l'ordre public trop élevé. L'organisateur de l'événement, prévu le 25 février, crie, lui, à la censure. Il s'appelle Alain Lopez. Dans le coin, on le présente comme « quelqu'un qui a ses idées » – en clair : un peu grande gueule et très à gauche.

Cet enfant des Hauts Plateaux algériens est devenu exploitant agricole dans le Gers – « comme beaucoup de Pieds noirs », précise-t-il. « Le gouvernement nous avait orientés vers ce département qui se dépeuplait ». Il est désormais retraité et a passé ces dernières semaines à organiser une « Fête du cinquantenaire de la fin de la guerre d'Algérie » avec :

  • la projection d'un film, « El Gusto », au cinéma de Samatan ;
  • un « débat », animé par des membres de l'association 4ACG (Anciens appelés en Algérie et leurs amis contre la guerre) ;
  • un couscous à la salle des fêtes.

Sitôt l'événement annoncé sur une paire de feuilles A4, le village gersois a perdu sa tranquillité. « Des dizaines et des dizaines d'e-mails de protestation, pour ne pas dire des centaines, sont arrivés sur les ordis de la mairie », raconte Pierre Chaze, le maire (PS) de la commune.

Ils provenaient de « membres d'associations de rapatriés, de Pieds Noirs, de harkis ». Tous choqués par un mot : « fête ».

« Pugilat »

« Pour nous, les 50 ans, c'est les 50 ans de l'exode. Un million de Français sont rentrés sans rien. 150 000 harkis ont été massacrés. On ne peut pas faire une fête », s'indigne Lionel Vivès-Diaz, qui a pris la tête de la fronde contre le « couscous festif » et ce « pseudo-débat avec des orateurs tous issus d'une même association qui fait l'apologie de militaires qui ont déserté ou aidé le FLN, qui ont combattu contre leur propre camp et applaudi le Manifeste des 121 ! »

Ce professeur d'espagnol est une figure du milieu associatif pied-noir. Cette histoire, pourtant, n'est pas la sienne. C'est celle de ses parents. Lui est né « ici », en 1964. Il se présente comme un homme « assez perméable à la souffrance », très conscient de la « blessure béante » des rapatriés d'Algérie. Il emploie avec insistance le mot « douleur ».

Bientôt, le maire a eu vent d'un projet de contre-manifestation « d'ampleur nationale ». Face à cette perspective, des villageois étaient prêts à venir défendre le monument aux morts. « Ça prenait des proportions folles. » Il a pris contact avec la préfecture.

« On m'a rappelé que le responsable de la sécurité publique, c'était moi. Je n'avais pas envie d'un pugilat. »

Il a renoncé à prêter la salle des fêtes.

« Félon », « traître », « communiste »

Mêmes pressions et même réaction à Lombez, commune voisine où Alain Lopez a voulu abriter son couscous. « Il y aurait eu des débordements, des vociférations. Des deux côtés on a des gens très passionnés, très sûrs de leur vérité », justifie le maire (PRG), Jean Loubon.

Il constate que « les gens ont des visions très différentes de cette guerre. On est à la fois trop près et trop loin. » Son homologue de Samatan se dit que « même 50 ans après, tout ça n'est pas vraiment rentré dans l'histoire ».

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 12:41

 

http://4.bp.blogspot.com/-ZMQ4-EiUzc8/Ty2e2cNeIJI/AAAAAAAACmo/HETuaXnq4n8/s400/MahmoudRF.jpg

 

Une info du Clan des vénitiens :

 

Le jeudi 2 février 2012, après le discours de M. Mahmoud Ahmadinejad ouvrant le 30ème festival international FAJR du film de Téhéran, le professeur Robert Faurisson, présent parmi la délégation française, a été reçu en audience privée par le Président iranien. 
Le professeur Robert Faurisson, chef de file des révisionnistes européens, était invité à cette cérémonie pour le documentaire "Un homme", réalisé par Paul-Éric Blanrue (auquel il est rendu hommage) et présenté dans le cadre de la 2e conférence internationale sur l'hollywoodisme et le cinéma, qui se déroule en marge du festival FAJR. 

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 10:29

http://farm4.static.flickr.com/3046/2714908679_6a349b0016.jpg

 

Lu dans Le Monde :


"Le nazisme fut une abomination. Il m'arrive de regretter de ne pas être née à cette période, pour avoir pu le combattre." C'est en ces termes que Marine Le Pen a répondu à des questions de journalistes, mercredi 1er février, à propos de sa participation à un bal de l'extrême droite autrichienne, le 27 janvier, à Vienne.

Quelques minutes auparavant, sur le même sujet, la candidate du FN à l'élection présidentielle avait dénoncé une "manipulation doublée d'une infamie", une "bassesse", une "calomnie", qui interviennent, selon elle, au moment où elle rattraperait le président de la République dans les sondages.

Une sorte de complot, donc, viserait à l'empêcher d'accéder au second tour et irait de pair avec ses difficultés à récolter les 500 parrainages d'élus nécessaires pour se présenter. La raison ? Elle serait "la seule à lutter contre l'immigration", "la seule qui a le pouvoir de faire reculer le fondamentalisme islamique dans notre pays", "la seule à vouloir rendre le pouvoir au peuple", "la seule à mettre le système face à ses résultats".

"PROXIMITÉ IDÉOLOGIQUE"

Surtout, sa mise en cause au sujet du bal de l'extrême droite à Vienne détournerait l'attention des électeurs des vrais sujets, comme le "chômage de masse", la précarité , "l'effondrement du pouvoir d'achat" ou le logement. "Si j'avais commis une faute, je l'aurais admise. (…) Dans cette affaire-là, il s'agit d'un montage diffamatoire monté de toute pièces", a notamment affirmé Mme Le Pen.

"J'aimerais que, dans le cadre de l'équité de traitement des candidats, on aille réclamer de M. Sarkozy et de ses amis des réponses sur la manière dont il a reçu triomphalement [le président syrien] M. Bachar Al-Assad lors du 14-Juillet 2008 ou [l'ancien dictateur libyen]M. Kadhafi ", a notamment indiqué Mme Le Pen.

Elle continue : "J'aimerais que l'on demande à M. Hollande et à ses amis qu'ils s'expliquent sur la proximité idéologique, dans le cadre de l'Internationale socialiste, qu'ils ont entretenue pendant des années avec [les anciens dictateurs égyptien et tunisien] M. Moubarak, avec M. Ben Ali, plutôt que de tenter de me faire porter la tunique que je réfute totalement, d'un dictateur, aussi terrible soit-il, mais disparu il y a plus de soixante ans, alors que les dictateurs dont je viens de parler étaient encore en poste il y a encore quelques semaines avec l'aide de nos démocraties occidentales."

"AVERSION POUR TOUS LES TOTALITARISMES"

Quelques instants après, la présidente du FN ajoutait : "Ils savent, les Français, mon aversion pour tous les totalitarismes, qu'ils soient nazi, communiste ou mondialiste, ce dernier étant pourtant soutenu par l'ensemble du système que je combats."

Interpellée de nouveau, elle s'est vivement défendue de tout relativisme et de toute banalisation du nazisme. "Je n'ai aucune indulgence à l'égard de ce totalitarisme. Aucune ! J'ai dit clairement que je considérais que c'était le summum de la barbarie. On vient me chercher une responsabilité alors que je n'en ai absolument aucune, ni aucune proximité avec ce totalitarisme, ni de près, ni de loin! Ce que je remarque, c'est que d'autres dictateurs actuels pourraient avoir des proximités idéologiques précises avec des gens qui sont aujourd'hui dans la campagne présidentielle, mais, eux, on ne vient jamais leur réclamer des explications sur la véritable proximité idéologique qu'ils ont pu avoir."

Évoquant le Parti socialiste et l'extrême gauche, elle a ensuite pris à témoin l'assistance : "N'est-ce pas une manière de banaliser l'horreur nazie que de traiter tous les gens qui ne sont pas d'accord avec vous de nazis en toute circonstances ? N'est-ce pas une banalisation du nazisme que d'assimiler Marine Le Pen, élue, honnête, mère de famille, à Hitler ? N'est-ce pas une banalisation du nazisme quand le Mouvement des jeunes socialistes (MJS) avait fait une affiche de M. Sarkozy avec le bras tendu, où il était marqué 'jusqu'où va-t-il aller ?' Ça, c'est une banalisation du nazisme !"

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 10:20

 

http://static.lexpress.fr/medias/1700/870793.jpg

 

Marine Le Pen a déclaré ce mercredi qu'elle regrettait "profondément" les caricatures polémiques contenues dans le blog d'un candidat FN aux législatives dans le Rhône, Stéphane Poncet, qui passera devant la commission de discipline du parti d'extrême droite. 

 

Lire la suite de l'article de l'Express à ce sujet ici. Mais les trois lignes ci-dessus en disent assez.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 10:15

 

http://www.leparisien.fr/images/2011/09/16/1610833_mlp.jpg

Un article de La Flamme :

Le Figaro du 2 février 2012

  

Pas de people derrière Marine Le Pen, à l’exception de l’avocat Gilbert Collard. Le comité de soutien de la candidate du Front national – présenté jeudi à la presse sur une péniche parisienne - ne comprend pas de personnalité à forte notoriété, hormis l’avocat marseillais qui en est le président. Pour désarmer par avance les critiques, la vice-présidente du FN, Marie-Christine Arnautu, a déclaré qu’«un comité de soutien, ce n’est pas une boîte de nuit dans laquelle viennent se trémousser des ex-stars» (sic).

    Parmi les soutiens de Marine Le Pen, on relève la présence de Pierre Lartigue, pilote automobile, quatre fois champion du monde des rallyes Raid, de Christian Roger, ancien leader de la patrouille de France, ou encore de Jacques Clostermann, fils de Pierre Clostermann, célèbre Compagnon de la Libération devenu ensuite député gaulliste. Une quarantaine d’anciens cadres du Mouvement pour la France de Philippe de Villiers ou du Rassemblement du Peuple français de Charles Pasquaont rallié Marine Le Pen.

    C’est aussi le cas de Rachid Tahirex-responsable de Debout la République deNicolas Dupont-Aignan.

    Lors de la conférence de presse, Michel Ciardi, qui vient de créer une association appelée «l‘Union des Français juifs», et qui soutient Marine Le Pen, l’a défendue après la polémique suscitée par la présence de la candidate FN, le 27 janvier, à Vienne, à un bal organisé au palais impérial par des corporations étudiantes proches du parti nationaliste autrichien FPÖ.  (Une coquille vide pour la dédiabolisation : l’Union des Français juif)

     Les autres membres du Comité de soutien, qui comprendrait 800 personnes à ce jour selon le FN, sont des Français des différentes professions -agriculteur, livreur, pompiste, commerçant, travailleur indépendant- que Marine Le Pen ambitionne de séduire. La liste des membres du Comité de soutien sera publiée sur le site de campagne de laprésidente du FN.
  

     On allait voir ce qu’on allait voir ! Depuis des mois, les relais de Marine diffusent l’information : Marine rallie de nombreuses personnes hors du FN et notamment des personnalités de premier plan. Lors d’une réunion à Nice en septembre, cela s’était terminé par un pschiiiit monumental. En guise de ralliement, tout ce que le néo-FN avait trouvé, c’était Me Collard et l’un de ses collègue, obscur avocat (ex ?) franc-maçon. (Avec la venue de Marine Le Pen le  »Franc-Maçon » libournais sort du bois)

     Cette fois encore, contrairement au suspens entretenu depuis des mois, il ne s’y trouve aucune personnalité. La grande majorité des personnes présentés sont des réactionnaires jacobins issus des rangs souverrainistes villiéristes et pasquaïens, tout heureux de pouvoir faire une OPA sur un parti connu, pleins d’électeurs mais désormais sans cadres de valeur, qui comblera leur côté petit-bourgeois, jacobin et sioniste…

     Citons encore Charles Dagnet, domien fonctionnaire (évidemment) à la Ville de Paris, qui organisait précédemment la communauté domienne pour voter pour Sarkozy ainsi qu’Yves Munguama et Yves Makwaladirigeant d’un fantomatique « collectifs de jeunes Congolais » (oui, vous avez bien lu).

   Avec Ciardi et le reste, on voit que l’équipe de campagne  est toujours aussi mobilisé contre le communautarisme…

Extraits : 
« Noirs, Blancs, qu’est-ce qu’on s’en tape (…) Juifs, chrétiens, musulmans, qu’est-ce qu’on s’en fout (…) Parcours différents (…) origines différentes (…) motivations différentes »
G. Collard.

« les communistes et les Verts (qui) soutiennent le Hamas, qui veut terminer le travail qu’Hitler a commencé [...] Ce sont de braves gens qui n’aiment les Juifs que morts et ne veulent pas les voir vivants.
Michel Ciardi.

Le FN contre le communautarisme : de droite à gauche :un congolais, un Africain des DOMTOM, un Juif, un franc-maçon, un maghrébin et… un gars qui s’est endormi, mais personne ne sait qui il représente – peut-être les Blancs qui dorment pendant que leur parti passe à l’ennemi ?

   Encore une chose, Jean-Marie Le Pen ne fait pas (encore) parti du comité de soutien !

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 10:00

 

http://cache.20minutes.fr/img/photos/20mn_mvs/2009-10/2009-10-07/article_0710-STR04-CIMETIERE.jpg

Les musulmans sont ainsi plus sûrs d'aller au paradis d'Allah, puisque il ne fait pas bon être enterré avec des infidèles.

Lu dans le JDD :

 

Une première. La ville de Strasbourg inaugure lundi un cimetière public musulman. Le maire, le grand recteur de la Mosquée de Paris, le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), doivent être là. L’ouverture de ce cimetière, pour un coût de 800.000 euros, était une promesse du maire, Roland Ries (PS). Mais c’est le droit local d'Alsace-Moselle qui l’a rendue possible, la loi sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat ne s'appliquant pas sur ces territoires, allemands en 1905. Le Concordat de 1801 continue donc d’y régir les rapports entre les pouvoirs publics et les cultes reconnus (catholique, protestant luthérien et réformé, juif). "Pour aboutir à un traitement équitable des communautés, quelle que soit leur ancienneté sur le sol français, Strasbourg a mis en place une ingénierie de la diversité religieuse", constate Franck Frégosi, directeur de recherches au CNRS et spécialiste de l'islam.

"Les nouvelles générations se sentent françaises à 100%"

Ce cimetière, les musulmans de Strasbourg le réclamaient pour plusieurs raisons. "Pour les musulmans, explique Mohamed Latahy, aumônier des Hôpitaux universitaires de Strasbourg, le Jugement dernier commence à la tombe. Dans la représentation qu'ils se font de la mort, il vaut mieux être enterré avec d'autres musulmans." Par ailleurs s’estompe peu à peu la pratique du rapatriement des corps dans le pays d'origine des immigrés de première génération, surtout pour ceux venus du Maghreb. "Il y a des problèmes administratifs et les proches n'ont souvent aucun lien avec ce pays", observe Driss Ayachour, vice-président du Conseil régional du culte musulman (CRCM).

"Les nouvelles générations se sentent françaises à 100% et savent qu'elles seront quoi qu'il arrive enterrées ici", constate Mohamed Benazzouz, président de la Coordination des associations musulmanes. Aujourd’hui, les sept carrés musulmans de la ville arrivent à saturation. D'autant que par respect des coutumes, les concessions les plus anciennes, y compris celles non renouvelées par les familles, n'étaient pas vidées. Un hiatus que devrait corriger la "Convention de gestion des espaces confessionnels musulmans" signée avec le CRCM au moment du lancement du projet. Le cimetière dispose de 1.000 emplacements, de deux salles d'ablutions et d'un ossuaire. "On a souvent tendance à faire le procès en loyauté des musulmans de France, mais on tient une réponse très claire avec l'ouverture de ce cimetière, conclut Franck Frégosi. Faire le choix d'être enterré ici signifie que l'on se sent partie intégrante de la société française. En retour, celle-ci alloue aux musulmans une reconnaissance qui leur permet d'être enterrés selon leur rite."

 

Résumons donc : voici un cimetière entièrement réservé aux musulmans. On imagine les protestations si l'on réservait un cimetière aux catholiques... Ce cimetière répond à un besoin de cette communauté, qui refuse par ailleurs que d'anciennes concessions soient vidées. Ce qui signifie que les cimetières musulmans vont prendre toujours plus de place, car s'il est interdit de réutiliser une concession, l'espace ainsi réquisitionné risque d'être bien vite insuffisant.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 09:49

 

http://www.lefigaro.fr/medias/2012/02/05/e6e219a0-4fef-11e1-9a9e-84fb896e54ff-493x328.jpg

INTERVIEW - Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, a provoqué la polémique en affirmant samedi devant des étudiants proches de l'UNI que «toutes les civilisations ne se valent pas». Ces propos lui ont valu de vives critiques à gauche, alors que plusieurs dirigeants de la majorité l'ont défendu.

 

LE FIGARO. - Vous attendiez-vous à ce que vos propos soulèvent une telle polémique?

Claude GUÉANT. - Non, pas du tout. Mon propos était général. C'était un discours sur les valeurs républicaines et sur la France. J'ai tenu des propos de bon sens, des propos d'évidence pour rappeler que toutes les civilisations ne se valent pas au regard des valeurs humanistes qui sont les nôtres. Qui peut contester qu'il y a une différence de valeurs entre une civilisation qui favorise la démocratie, qui protège les libertés individuelles et collectives, qui promeut les droits des femmes, et une civilisation qui accepte la tyrannie, qui n'accorde aucune importance aux libertés et qui ne respecte pas l'égalité entre les hommes et les femmes? Je pense qu'il faut défendre clairement ce premier modèle de civilisation.

Vous avez utilisé le terme très sensible de «civilisation». Était-ce volontaire?

Je l'assume. La civilisation a une définition dans la langue française. C'est un ensemble de caractéristiques qui forment un groupe humain: l'histoire, la culture, un héritage intellectuel et moral. Et c'est bien cela dont je veux parler. En l'espèce, je remarque qu'il y a une vision différente entre les familles politiques. Et il est bon que les Français le sachent.

Qu'appelez-vous «l'idéologie relativiste de gauche»?

L'idéologie relativiste qui promeut le nivellement des valeurs est professée de façon très assumée par le Parti socialiste et plus largement par la gauche. On l'a bien noté dans la réaction de M. Harlem Désir. Les socialistes se prévalent du multiculturalisme, qui donne une priorité au droit à la différence. Donc, pour eux, tout se vaut. En matière de politique d'intégration, le PS admet les communautarismes, c'est-à-dire la juxtaposition dans notre pays de groupes organisés autour de leurs propres cultures, traditions et religions. Nous, nous ne l'admettons pas, parce que pour nous les valeurs républicaines prévalent pour tous. Cela entraîne du reste pour le PS des difficultés réelles à tirer les conséquences pratiques de son attachement, dont je ne doute pas, aux principes républicains.

Sur quels exemples vous fondez-vous?

Il y a un an, l'UMP proposait à l'Assemblée nationale un texte pour interdire le port du voile intégral, conformément aux valeurs républicaines. Le PS ne l'a pas voté. De même, en ce qui concerne les prières de rue, un important responsable du PS, M. Daniel Vaillant, a dit qu'elles ne gênaient personne. J'observe au contraire qu'elles gênent beaucoup de monde, et qu'elles sont une entorse visible au principe de laïcité. Nous avons fait en sorte de mettre fin aux prières de rue en France.

Le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, a exprimé publiquement 
ses inquiétudes au sujet de la non-candidature de Marine Le Pen, 
si elle n'obtenait pas ses 500 signatures. Quel est votre point de vue?

Cela fait plusieurs semaines que j'affirme qu'il serait anormal qu'un candidat qui représente un courant d'opinion significatif ne soit pas présent à l'élection présidentielle. Cela étant, il y a une loi organique qui s'applique. Le Conseil constitutionnel a été saisi. Il doit rendre sa décision prochainement. Il s'exprimera sur le caractère public ou anonyme de cette présentation. Et s'il le faut, nous en tirerons les conséquences juridiques. Mais il y a 43.000 personnes en France qui peuvent parrainer un candidat. Ce serait bien le diable que le Front national ne puisse pas en obtenir 500! Il faut dire aussi que les élus sont peut-être choqués par les propositions de Mme Le Pen…

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 15:13

 

http://www.rivarol.com/Agenda_files/chard480.png

Pour les étourdis qui ne les ont pas encore lus, vous pouvez lire sur le blog et le site du journal :

 

- un extrait de l'édito de Jérôme Bourbon


- le compte rendu du Pot des Amis


- des extraits du courrier des lecteurs

 

Ne manquez pas également dans RIVAROL:


- d'excellentes pages internationales avec un article de Léon Camus sur l'Afghanistan ; et comme chaque semaine en ce moment un compte rendu des primaires américaines par Jim Reeves ;


- une double page sur les scandales pédophiles dans les communautés ultra-orthodoxes juives aux Etats-Unis, par René Blanc ;


- la chronique de la France asservie...et résistance de Robert Spieler. Au menu de cette semaine, les drôles de lectures de Sarkozy, le révisionnisme à la sauce d'Hervé Morin, l'homme qui assistait au Débarquement quinze ans avant sa naissance, les dérives duFN, le vote homo, etc.


- vos pages littéraires, avec une recension du dernier livre de Ploncard d'Assac, Le nationalisme français, par François-Xavier Rochette. Le mot recension ne fait pas justice à ce qui est en fait un article sur le nationalisme intransigeant. Les nationalistes crèvent de ne pas être formés par les vrais maître de la mouvance : leur naïveté coupable les entraîne dans des voies de garage, alors que leurs "bibliothèques sont emplies de livres précieux" qui pourraient leur éviter de se jeter "dans les bras de l'ennemi pour une gamelle dorée".


- enfin, la chronique d'Hannibal, qui réagit à l'interview d'Anne Kling du dernier numéro de RIVAROL.


 

Foncez en kiosque, ou commandez le numéro sur le nouveau site de RIVAROL !


Repost 0
Published by Rivarol blog - dans A lire dans RIVAROL
commenter cet article
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 10:48

 

http://www.minute-hebdo.fr/images/une.gif

A noter dans le dernier numéro de Minute : une tribune libre de Bruno Larebière, qui avait quitté le journal après l'élection de MLP à la présidence du FuN. Après le soutien inconditionnel affiché ces derniers mois, je vous avoue que j'ai failli tomber de ma chaise en lisant le chapô de la recension du livre-programme Pour que vive la France, signé par MLP.

"Telle Toinette s'écriant, sous la plume de Molière : "Le poumon, vous dis-je", MLP met tous les maux sur le dos d'un "projet mondialiste" concerté de destruction de la France. A la fois lourd et un peu court."

 

Je me frotte les yeux, je relis. Je saute à la signature. Larebière? Que fait-il là, celui-là? Mon regard fébrile s'arrête à chaque détail de la page. Il s'agit en fait d'une "Tribune libre". Cela suffira-t-il à Minute pour ne pas subir encore une fois les foudres de MLP (rappelons que leur "hostilité illégitime" leur avait valu de ne pas être accrédités au congrès de Tours) ? Possible, d'autant que dans le même numéro, Gollnisch soutient que le FuN est le seul parti qui puisse défendre "nos idées". Quelles idées au juste, on se le demande. Passons. Humblement, l'ancien dauphin de JMLP affirme qu'il fera tout ce que MLP lui demandera pendant la campagne... c'est à dire rien du tout, probablement.

 

Revenons à notre Larebière, qui estime que dans le livre de MLP "il y a beaucoup de postulats, affirmés et jamais démontrés, ce qui est le propre du postulat." Il note aussi l'emploi du "on", "très présent dans l'ouvrage, moins toutefois que les "donc" et les "logiquement" qui viennent donner l'illusion d'une démonstration construite" et il relève "un raccourci historique plus que contestable" lorque MLP affirme que le Conseil national de la Résistance a permis les Trente Glorieuses.

 

Enfin, un regard un peu critique sur la nouvelle présidente du Front ! On ne peut qu'espérer qu'une "tribune libre" de Larebière revienne dans les prochains numéros.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 10:21

 

http://lascandaleuse.files.wordpress.com/2011/12/logo-miss-black-france.jpg

Ce ne serait que justice, depuis la création d'une élection "Miss Black France", réservée, comme son nom l'indique, aux Noires. Imaginons un instant que Geneviève de Fontenay ait refusé des candidates noires : elle serait déjà représentée dans le torchon Charlie Hebdo avec le costume du Ku Klux Klan. Et le CRAN aurait poussé des cris d'orfraie.

 

Les Blancs sont moins futés, qui ne se regroupent pas massivement en lobby. Les Juifs ont la LICRA, les Noirs le CRAN, les immigrés en général le MRAP et la HALDE... et qui défendra les intérêts des Blancs, sinon l'AGRIF peut-être, qui se préoccupe cependant principalement de défendre la culture catholique ?

 

Amis, il faut fonder un lobby réservé aux Blancs, avec son site internet : défense de la race blanche (oui mais comme ce n'était pas la bonne couleur, ce site a été supprimé...) et nous aurons comme président, Hervé Ryssen, l'auteur de l'ouvrage Le Racisme Anti-Blancs. Qui est pour ?

 

Ainsi nous pourrons organiser tout un tas d'activités réservées aux Blancs, nous ferons des élections de Miss France Blanche, des apéros saucisson pinard à toutes les AG, et on assignera en procès tous nos compatriotes de couleur différente qui insulteront l'un des nôtres. Ainsi, si un Noir nous dit "sale con!", l'injure pourra être qualifiée en injure raciste. Si des musulmans rendent une cantine halal, on manifestera pour pouvoir manger du porc le jeudi et du poisson le vendredi. Si un Blanc est tué, la race blanche de la victime sera pour le meurtrier, s'il est d'une autre race, une circonstance aggravante. De même que tuer un homo ou un juif est plus grave actuellement que de tuer un père de famille blanc et chrétien.

 

Mais ne rêvons pas. Nous sommes gouvernés par des politiques qui ont peur de leur ombre, qui se flagellent tous les matins devant les films Shoah et Amistad, et pour qui le goy, le Blanc, est toujours plus suspect que son voisin allogène.

 

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article