Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 14:22

Le quotient familial est une aide fiscale dont bénéficient des millions de familles et notamment celles issues des classes moyennes. Il permet à chaque famille de réduire le montant de ses impôts sur le revenu en fonction du nombre d’enfants ou de personnes à charge.

 


Lundi 9 janvier 2012, François Hollande, candidat socialiste à l’élection présidentielle, s’est dit favorable à la suppression du quotient familial, avant de se prononcer pour une très énigmatique modulation.


Grâce au quotient familial, 4 millions de familles bénéficient d’une réduction d’impôt moyenne de près de 1 000 euros et, contrairement à ce que pense M.Hollande, comme cette aide est plafonnée, ce ne sont pas les plus riches qui en bénéficient. Un couple avec un enfant dont les parents gagnent chacun 1600 euros net perdrait chaque année plusieurs centaines d’euros.


Or, en période de crise, les familles ont besoin d’être soutenues et il est indéniable qu’une telle suppression leur serait préjudiciable.


Avec la suppression du quotient familial, François Hollande attaque les familles, alors même qu’en période de crise, elles sont une cellule essentielle de solidarité et de soutien.

La stratégie fiscale de François Hollande pour 2012 consiste à opposer les Français, d’un côté, ceux qui n’ont à attendre de l’Etat que d’être taxés, et de l’autre, une clientèle électorale invitée à voter en l’échange de promesses d’allocations ou de créations de postes d’emplois publics.


Parce que c’est à la vitalité des familles et des classes moyennes que l’on mesure la force d’un pays, ne laissons pas la gauche toucher au quotient familial. Envoyons lui, tout de suite, un message fort !

 

 

 


Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 14:14

http://azgayfriendlyattorney.com/uploads/gay_friendly.jpg

Lu dans Le Nouvel Obs:


Quand Sandra Griffin, professeur d'informatique, est entrée pour la première fois dans l'école, elle a failli prendre ses jambes à son cou : "J'ai vu des filles habillées comme des garçons, des garçons maquillés, d'autres qui portaient des talons... Je me suis dit : Oh, mon Dieu ! C'est quoi, cette histoire ? Tout cela allait tellement contre mes valeurs", se souvient cette Afro-Américaine pratiquante. C'était il y a trois mois. Aujourd'hui, elle ne veut plus en partir. Elle apprécie "la gentillesse, le respect, l'écoute qui règnent entre les élèves. Ils m'ont ouvert l'esprit et, de mon côté, j'essaie de les aider autant que je peux", dit-elle. Bienvenue à l'Alliance School, le seul établissement public clairement gay friendly des Etats-Unis, et sans doute du monde.

Installée au coeur d'un ghetto noir de Milwaukee (Wisconsin), cette école, qui a bénéficié au départ d'un petit coup de pouce de la Fondation Bill Gates, est un établissement public qui accueille 165 enfants, de 11 ans à 19 ans, venus de quartiers pauvres pour la plupart. Un peu plus de la moitié des élèves se disent gays, bisexuels, transgenres ou "pansexuels", c'est-à-dire qu'ils refusent de se laisser enfermer dans un sexe défini. Les autres sont ou se sentent différents pour une raison ou pour une autre : trop gros, trop petits, trop timides, trop bizarres... Le plus souvent, ce sont les parents, qui ne supportent plus de voir leurs enfants malheureux, qui les ont inscrits ici : "J'aurais voulu qu'une école comme celle-ci existe à mon époque", insiste Samuel, père de deux fillettes de 12 et 13 ans. L'une est petite pour son âge, l'autre est en surpoids. " Elles ne voulaient plus aller à l'école. Maintenant, elles me réveillent pour ne pas être en retard."

Tina Owen, la fondatrice et directrice, accepte tous ces ados, quels que soient leur look, leur identité sexuelle et leur passé. A une seule condition : "Qu'ils soient prêts à respecter les autres" Prévue au départ pour accueillir les enfants à partir de 15 ans, l'école a fini par ouvrir, il y a deux ans à la demande de parents, des classes dès l'équivalent de la sixième. Des gamins de 11 ans ont-ils une conscience si claire de leurs préférences sexuelles ? "Non, assure Tina, et d'ailleurs, on ne leur pose pas la question. Mais s'ils arrivent chez nous, c'est souvent parce qu'ils se sentent mal ailleurs."

"Ici, j'ai trouvé une famille"

Comme Annaisabel (1), 16 ans, une métisse un peu forte, admise il y a trois ans. Dans son ancien établissement, chaque journée de classe était un enfer. Moqueries, humiliations, mise à l'écart... "Je ne savais pas que j'étais lesbienne, dit-elle. Mais je savais que j'étais seule au monde." Annaisabel ne voulait plus aller à l'école, se cachait dans des vêtements trop larges, songeait au suicide. "Ici, j'ai trouvé une famille qui m'a aidée à reprendre ma vie en main", certifie-t-elle, convaincue que "sans l'Alliance, aujourd'hui, [elle] serait sans doute morte". Nombreux sont ceux qui reconnaissent que cette école les a sauvés. Tatiana, joueuse de basket hors pair et très bonne élève, a subi des mois de brimades à cause de son look de garçon manqué. Elle a fini blessée, à l'hôpital. "Tout le monde savait, personne ne m'a protégée", déplore-t-elle.

Tina Owen a créé cette école avec un objectif très simple : "Je voulais un lieu où ces enfants puissent étudier en sécurité" Elle se souvient, quand elle était professeur, d'adolescents discriminés, y compris par des collègues parce qu'ils étaient gays. Elle les a vus quitter l'établissement, se marginaliser. Comme Tony, qui a déserté son lycée pendant deux ans, et envisage aujourd'hui de devenir architecte. Ou Ladaria, 15 ans, qui avait cessé de parler. A l'Alliance School, elle s'est épanouie : "J'ai appris qu'on pouvait faire confiance aux adultes." Tina Owen se rappelle aussi qu'elle avait été réprimandée, enfant, pour avoir évoqué, dans une rédaction, un douloureux secret de famille. C'était " inapproprié ". L'enseignant l'a sommée de ne plus jamais en parler. "Je me suis promis de créer un jour un lieu où les enfants pourraient se confier, et où il y aurait toujours quelqu'un pour les écouter."

Cercles de parole

A l'Alliance School, la plupart des classes commencent par des "cercles de parole". C'est ainsi qu'Otis, 16 ans, a raconté pour la première fois son histoire. Rejeté par sa mère parce qu'il était gay, violé par un beau-père, cet ado de 16 ans qui rêve de devenir styliste, et vit aujourd'hui dans un foyer, s'est senti libéré. "Il y a eu beaucoup d'émotion, de larmes et de soutien ", note-t-il. Lui aussi dit que l'école "a sauvé sa vie, en le remettant sur de bons rails".

Toutes les histoires de ces enfants ne sont pas forcément aussi sombres que celle d'Otis. "C'est la première fois que je n'ai pas besoin de me protéger des autres", glisse de Gee-Gee, frêle adolescente sans famille. Robbie, arrivé à l'Alliance à 13 ans, n'a jamais été harcelé. Sa personnalité, son humour et sa carrure l'ont protégé. Mais ses six frères et soeurs ne lui parlent plus depuis qu'ils savent qu'il est transgenre. "Ici, je me sens chez moi", explique ce grand Black qui est un peu l'âme de l'école. Chris, lui, a attendu d'y être pour faire son coming out. "On apprend à être nous-mêmes et à en être fers." A 14 ans, Michael et Joseph, jumeaux, ont enchaîné les écoles sans succès. L'un se dit bi, l'autre non, qu'importe ! "Qu'on soit blanc ou noir, gothique ou punk, gay ou straight, on forme une équipe", observe Michael, crête colorée et yeux maquillés noir charbon. "On a trouvé notre place", ajoute son frère.

Critiques au nom de la morale

Tina Owen sait que cette "école pour gays ", comme on l'appelle abusivement, et qui est plutôt l'école de la tolérance, inspirée de "Libres Enfants de Summerhill", cette expérience libertaire en vogue dans les années 1970, suscite bien des controverses. Parmi les opposants, certains protestent, au nom de la morale ou de raisons fiscales, contre cette utilisation de l'agent public qu'ils jugent abusive. D'autres s'interrogent. Plutôt que d'isoler ces enfants, ne vaudrait-il pas mieux enseigner le respect de l'autre dans les lycées ? A Chicago, un projet similaire s'est heurté à de nombreuses résistances de la part des autorités religieuses, mais aussi d'une partie de la communauté gay. Celle-ci a considéré que la création de ce type d'établissement légitimait l'homophobie qui règne dans les écoles publiques. Tina Owen connaît tous ces arguments. "Certains pensent que s'ils sont parvenus à surmonter une situation difficile, d'autres le peuvent aussi. L'adversité est peut-être formatrice. Mais toutes les études prouvent le contraire : un environnement sûr permet aux élèves de mieux réussir."

Harcèlement préoccupant dans les lycées publics

Or la place des adolescents gays dans les lycées publics est préoccupante. Neuf d'entre eux sur dix qui se définissent comme LGTB (2) disent avoir été harcelés, d'après une enquête menée aux Etats-Unis en 2009. L'an passé, près d'une dizaine de jeunes gays se sont suicidés. Même s'il n'y a pas une aggravation du phénomène, "les réseaux sociaux l'ont rendu plus violent et plus rapide", constate Tina Owen. Depuis quelques années, les brimades sont devenues un véritable enjeu de société qui mobilise de nombreuses personnalités, de Lady Gaga à Barack Obama.

L'Alliance School apporte à ce problème une réponse radicale au nom d'un principe de base : "Un enfant qui est accepté et reconnu pour ce qu'il est sera un adulte plus fort", insiste Mari Scicero, l'assistante sociale de l'école. Pourtant, la directrice le reconnaît, tout n'est pas rose à l'Alliance. Malgré la bonne ambiance, l'atmosphère très libertaire et l'émotion palpable dans l'école, la cohabitation n'est pas toujours simple. James, 15 ans, est convaincu qu'il y subsiste un fond d'homophobie : "Il y a trop d'enfants pour qui c'est juste l'école de la dernière chance. Ils n'ont rien à y faire. " Michael, qui veut devenir militaire, dit, lui, qu'il " déteste cette école" qui donne selon lui " une mauvaise image des Noirs". Tina Owen sourit : "Quand ce garçon est arrivé, c'était une boule de nerfs. On ne pouvait rien lui dire, les portes claquaient. Ca reste un écorché vif mais il a fait d'énormes progrès. Aujourd'hui, il aide beaucoup les autres. Il lui reste sans doute encore à s'accepter."

Axée sur le développement personnel

Toutefois, cette école, où les enfants sont extrêmement libres, n'est pas faite pour n'importe quel élève et enseignant. Grâce à son statut de charter school, qui autorise une certaine flexibilité, elle peut recruter son équipe, à condition que ses résultats soient meilleurs que ceux des écoles publiques du quartier. Bon an mal an, la mission est remplie. "Le niveau ne cesse de s'améliorer", observe Mari Scicero. On est moins dans la performance scolaire que dans le développement de la personnalité.

Depuis l'ouverture, les effectifs ne cessent de grimper. Chaque jour, de nouvelles demandes d'inscription affluent. Il y a quinze jours, alors que le conseil scolaire du district décidait la fermeture de plusieurs petites écoles faute de budget, l'Alliance a décroché le renouvellement de son agrément pour les trois prochaines années. Elle vient d'obtenir un prix accordé à l'unanimité par les églises de Milwaukee, toutes religions confondues, au nom de la tolérance. Tina Owen rayonne : "Rien ne pouvait me rendre plus fière."

 De notre correspondante à Chicago

(Article publié dans "le Nouvel Observateur" du 5 janvier 2012)

 

Via: Veille-education.org

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 18:14

http://la-flamme.fr/wp-content/uploads/2011/12/Honneur-à-nos-morts-PNG1.png

 

Le 14 janvier à Lyon, place Carnot à 15h.


Source : Konigsberg.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Agenda
commenter cet article
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 18:02
Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Vidéos
commenter cet article
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 20:12

 http://cdn-premiere.ladmedia.fr/var/premiere/storage/images/tele/news-tele/marine-le-pen-france-television-remy-pflimlin-repond-a-la-lettre-de-protestation-de-marine-le-pen-3076374/53946092-1-fre-FR/Marine-Le-Pen-France-Television-Remy-Pflimlin-repond-a-la-lettre-de-protestation-de-Marine-Le-Pen_image_article_paysage_new.jpg

Bruno Bilde a écrit au patron de France 2 pour se plaindre (encore) de Ruquier, MLP voulant faire de la politique sans en accepter les règles, refusant d'avaler le fameux "bol de crapauds" : coups bas, insultes, hostilité, caricatures, qui sont le lot de tous les politiques. Dans sa lettre, il accusait Ruquier d'avoir comparé MLP à une merde; comparaison qui était en réalité le fait de Charlie Hebdo. Pflimlin l'invite donc à se renseigner avant de rédiger des lettres ouvertes aussi ridicules que la susceptibilité de la châtelaine de Montretout:

 

"Je vous invite à visionner l'émission"

 

Dans son courrier daté d'hier, le président de France Télévisions prend note des reproches formulés à l'encontre de son animateur mais conteste l'analyse de Bruno Bilde. "Je souhaite (...) vous inviter à visionner cette émission car le contenu de votre lettre prouve que vous ne l'avez pas vue vous-même", affirme en effet Rémy Pflimlin, qui revient sur le contexte dans lequel Marine Le Pen et ses électeurs auraient été insultés.

 

"M. Ruquier n'est l'auteur ni de l'affiche, ni de son texte"

 

"En effet, Monsieur Ruquier a, au cours de cette émission, fait état des "différentes affiches que Charlie-Hebdo a proposées cette semaine pour tous les candidats" et a montré à l'antenne huit de ces affiches parodiées et publiées par le magazine, parmi lesquelles celle que vous incriminez. Laurent Ruquier n'a donc fait que lire ce qui était écrit (...) sans aucun autre commentaire. Il n'est donc pas l'auteur ni de l'affiche, ni de son texte", explique le président de France Télévisions, comme le confirme la vidéo de l'incident mise en ligne lundi par puremedias.com.

 

En conclusion de son courrier, Rémy Pflimlin rappelle que "France Télévisions s'engage à respecter les règles de transpace, d'équité puis d'égalité de traitements des différents candidats à l'élection présidentielle selon les règles édictées par le CSA". Il ne revient en revanche pas sur les autres griefs de Bruno Bilde dans son courrier de lundi, qui relevait d'autres "atteintes très graves"du service public à l'encontre du Front National.

 

Bilde a bien sûr aussitôt répondu par un autre courrier dans lequel il campe sur ses positions. Mais a-t-il au moins compris l'émission ? A-t-il écrit à Charlie Hebdo ? On brûle de le savoir, le sujet étant au moins aussi passionnant que le "sale mec" de Hollande et l'altercation entre Aram et Morano. Se trouvera-t-il quelqu'un pour élever le débat dans cette campagne ?

 

Source.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 19:45

 

http://auto23652.a.u.pic.centerblog.net/kxfd1m96.jpg 

Voir la vidéo en cliquant ici.

 

Benoît XVI a déclaré: "La famille, fondée sur le mariage d'un homme avec une femme. Il ne s'agit pas d'une simple convention sociale, mais bien de la cellule fondamentale de toute société. Par conséquent, les politiques qui portent atteinte à la famille menacent la dignité humaine et l'avenir même de l'humanité".

 

Dans la vidéo ci-dessus, une lesbienne d'Act Up, cathophobe et hétérophobe, accuse Benoît XVI d'homophobie pour ces paroles de bon sens. Mais à sa décharge, quand on a vendu ses cellules grises au diable en échange d'un manuel sur la théorie du gender, on n'a plus tout à fait le niveau pour débattre.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 19:35

 

http://s2.lemde.fr/image/2011/06/16/540x270/1536843_3_9f17_eva-joly-le-15-juin-2011-a-lille.jpg

Deux jours fériés en plus, qu'il faudra sans doute compenser par l'abandon de Noël ou de Pâques dans la tête de la Viking (et du 14 juillet), puisque la vraie égalité veut que, si les juifs et les musulmans n'ont qu'un seul jour férié, les chrétiens n'en aient qu'un eux aussi. De plus, la candidate anti-Français propose de ficher les résistants à la "diversité" au moyen de statistiques. Statistiques strictement interdites s'il fallait déterminer l'origine ethnique ou la religion des criminels qui peuplent nos prisons. Certains statistiques sont en effet moins dangereuses que d'autres !

 

Lu dans Le Monde:

 

Eva Joly, candidate EELV à la présidentielle, a proposé, mercredi 11 janvier, qu'un jour férié soit accordé aux juifs et aux musulmans pour célébrer Kippour et l'Aïd-el-Kebir afin que 'chaque religion ait un égal traitement dans l'espace public'. [...]

 

Elle s'est aussi dite favorable à des "statistiques de la discrimination""instrument utile pour permettre demain un même accès à l'emploi, à la santé, au logement, voire aux responsabilités politiques". Celle qui entend "représenter la France qui n'est pas bien née" s'en est, une nouvelle fois, prise à Marine Le Pen (FN), dont "le projet porte en lui-même la fin de la France", selon elle.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 19:14

                                 http://info-resistance.org/wp-content/uploads/2011/11/guignol-hollande.jpg

Sarko, bling-bling? Et que dire de Hollande, le candidat qui veut supprimer le quotient familial à ces salauds de Français ultra-riches qui gagnent péniblement 4000 euros par mois, 2000 par tête, mais n'a aucun scrupule à s'installer dans le VIIè arrondissement de la capitale pour un loyer de 40 000 euros par mois ? 

 

Que l'on se rassure, son bureau ne fait que 40 m2, c'est juste un peu moins grand que l'appartement que les salauds ci-dessus ont acheté à crédit dans un quartier pourri car ils n'avaient pas le droit, eux, à un HLM, contrairement à cette "Française" qui ne parle pas un mot de notre langue, touche l'allocation parent isolé mais continue d'avoir un enfant tous les 18 mois...

 

Réduire les dépenses publiques? Tout à fait d'accord! Mais Hollande n'a pas parlé de baisser le salaire du président de la République, que Sarko a augmenté scandaleusement de 150 % en arrivant au pouvoir. Ni de baisser les diverses indemnités des parlementaires, en particulier celles des députés européens et des ministres qui se gavent sur le dos du contribuable! Il n'a pas non plus évoqué la possibilité de ne plus recevoir et subventionner toute la misère du monde et d'instaurer une préférence nationale.

 

Et dire qu'il y aura quand même des mougeons pour donner des voix au Flamby !

 

                            http://2.bp.blogspot.com/-tLopbbYIWzI/TpYB2jjHelI/AAAAAAAACOc/3TFnRX75GaY/s1600/mougeon.jpg

Source.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Point de vue
commenter cet article
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 19:19

droit aux lettres

 

 De Christiane VANSTEELANT (Picardie, Somme) :

 

UN GRAND BOL D’AIR FRAIS

 

Bonne et sainte année à Jérôme Bourbon et toute son équipe de RIVAROL et à ses lecteurs. 2012 sera une année turbulente, les prix sont partis à la hausse, alors, nous, nationalistes, devront aussi monter d’un cran dans nos convictions, nous battre avec acharnement contre tous les pourris.

Réveillons les Français que je considère comme des moutons dirigés par un mauvais berger, remplacé peut-être par un autre tout aussi piètre. Je suis du signe du Lion, bien loin du mouton, j’ai envie de rugir contre tous ces crétins qui malmènent notre chère France. Certains Français sont outrés par les salaires des joueurs de foot, et avec raison, mais savent-ils combien touchent nos dirigeants; avec le cumul des mandats, c’est pire. Des exemples, le sénateur PS de l’Oise, Yves Rome, dix mandats en fonction, à droite, idem avec Eric Woerth dans l’Oise, Xavier Bertrand dans l’Aisne. Il faut lire Michel de Poncins La rigueur pour les autres, pour comprendre et connaître les revenus de ces politiques. Jean-Luc Mélenchon à gauche des gauches, député-sénateur, total des gains 37000€/mois, 440 000€/an ou 370 fois le smic. Voir Lectures françaises, page 27 du mois de décembre 2011, c’est à vomir. Les joueurs de foot s’arrêtent à 40ans mais les cumulards sont toujours là à 70 ans pour la gamelle. Ceci dit, cela n’enlève rien à la nullité du foot. […]

Alors chers amis, battons-nous, ne nous laissons pas faire, quitte à prendre des coups. Faites attention quand même avec toutes ces lois scélérates qui nous enlèvent le droit à la parole.

Il faut rebondir et prier de toutes nos forces la Sainte Vierge qui est très puissante, pour qu’elle vienne à notre secours, qu’elle nous trouve un nouveau Charles Martel, une Jeanne d’Arc, un Vercingétorix, une Sainte Geneviève dans nos rangs. 

Et haut les cœurs pour transmettre nos idées politiques. La solution est chez nous et pas ailleurs. A défaut de mourir idiote, je voudrais mourir le plus tard possible dans un pays libéré.

Encore merci pour tous les articles de RIVAROL qui m’enchantent chaque fois, un vrai bol d’air frais.

________________________

 

 De Jean-François GAUCHOTTE :

 

FÉLICITATIONS POUR LE NUMÉRO DE DÉBUT D’ANNÉE

 

Hannibal est à la hauteur de son talent: à poursuivre dans la même veine.

Votre remarque sur l’Action Française: il y a quelques années j’avais acheté à la sortie d’une messe tradi un exemplaire de la revue. J’avais été horrifié par les propos d’une certaine Altesse: métissage, bien-pensance et autres foutaises. La famille d’Orléans est bien composée de fins de race.

J’ai lu récemment un autre exemplaire : du pipi de chat.

J’avais été choqué par le philosémitisme d’un candidat d’une dite «Alliance Royale».

La messe est dite: Tel Aviv vaut bien une circoncision.

L’alliance des souverains avec la grande crapulerie est une constante depuis des siècles; Louis XVI le serrurier l’a payé de sa vie, la France avec.

________________________

 

 De Michel CARÉ :

 

SUR LES ECRITS DE PARIS

 

Je remercie Jérôme Bourbon pour son article très documenté dans RIVAROL du 23 décembre 2011 et dans Ecrits de Paris de janvier 2012, rappelant la ligne directrice fondamentale de la revue. Ecrits de Paris occupe une place de premier plan non seulement dans l’histoire de la droite nationale mais aussi dans l’histoire de la presse engagée. 

J’ai plaisir à lire les noms cités dans l’article illustrant plus d’un demi-siècle de combat pour la France, l’Europe, la chrétienté. Citant Jean Pleyber, Jérôme Bourbon conduit le lecteur à penser qu’il écrivait dans RIVAROL. Son article hebdomadaire dans RIVAROL était signé «Les propos du Chouan», mais dans Ecrits de Paris, il signait Jean Pleyber une chronique intitulée «Les travaux et les jours». Agrégé d’histoire, luthérien, décédé entre 1985 et 1990, Emile Granjean fut gouverneur en Indochine sous l’amiral Decoux. Connaissant bien les pays de l’Indochine française et leurs habitants, il commentait dans Ecrits de Paris les événements militaires et surtout politiques jusqu’à la fin de la guerre. 

Jean Madiran écrivait dans RIVAROL chaque semaine et quitta cet hebdomadaire lorsque Lucien Rebatet y entra après sa libération: en prison, Rebatet avait écrit Les Deux étendards où il critiquait les Jésuites bien que le titre du livre fût emprunté à Saint Ignace de Loyola.

Au paragraphe des prestigieuses collaborations pourrait être ajoutée la personnalité du père Emile Martin de l’Oratoire, maître de chapelle à Saint-Eustache à Paris, célèbre musicien d’Eglise. Ma mémoire fait défaut mais je pense y avoir lu jadis un article rédigé par Henri Pourrat.

Je redis mon grand intérêt pour l’article de Jérôme Bourbon qui offre une riche rétrospective.

________________________

 

 De Jean-Pierre NAUDIN : 

 

NOUVELLE RELIGION 

 

Je viens de découvrir tout a fait par hasard (sur Google) que notre cher président a encore de l’argent. En effet il vient d’offrir 5millions d’euros a Simone Weil pour sa fondation d’Auschwitz, pour l’entretien du camp!

La France n’est pas la seule à être généreuse avec l’argent des contribuables, l’Autriche, la Belgique, la Pologne piochent dans les poches de pays exsangues pour donner aux riches bénéficiaires de la nouvelle religion. Je salue le courage du combat implacable que vous et votre équipe menez chaque semaine.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans A lire dans RIVAROL
commenter cet article
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 18:00

 

En ce moment dans le journal d'Emmanuel Ratier. L'émission a commencé à 18h.

 

L'émission sera rediffusée jeudi dans la nuit, de 2h à 5h, et encore de 7h30 à 10h30.

 

Pour écouter Radio Courtoisie sur internet, cliquez ici.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Agenda
commenter cet article