Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 10:35
Pour Eva Joly, la nationalité est une question de choix et non de sang. Ainsi Marine Le Pen n'aurait pas le droit de dire qu'Eva Joly est francophobe--pourtant elle fait tout pour, la Eva Joly-- ni de dire qui est Français ou pas car elle est milliardaire et que son père aurait torturé en Algérie. Venant d'autres politiciens, l'attaque sur la fortune d'un candidat est cocasse. On a bien ri quand Marine Le Pen a affirmé au meme micro que pour ses cadeaux de Nol elle n'achetait pas de produits de luxe, la pauvrette (voir deuxième vidéo). Mais que Joly aille lui faire la leçon sur son portefeuille, c'est d'un ridicule achevé étant donné que les politiques courent tous après les émoluments, et pas un hypothétique projet pour la France et les Français dont ils n'ont rien à faire. Il s'agit de s'engraisser dans son parti, et de se gaver une fois à l'Elysée.

Ensuite, si l'on doit considérer que les actions du père rejaillissent sur les enfants, ce qui est encore un raisonnement douteux, de quoi la fille d'un engagé volontaire pour l'Algérie doit-elle avoir honte? Mais Joly n'a peut-etre pas étudié ce chapitre de notre histoire.

Ce n'est pas parce que Joly "a choisi de vivre ici il y a 50 ans" que nous sommes obligés de l'accueillir à bras ouverts. Et ses origines seraient oubliées bien plus facilement si elle n'avait pas cet accent à couper au couteau (je suis preneur d'un volontaire pour la sous-titrer, je n'ai pas tout compris) et cette façon de juger la France depuis son drakkar. Encore dans cette interview elle fustige une "tradition de confrontation"... trop française, pense-t-elle?




Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 15:16

 

 

D'après nos informations, le FN ne fait pas appel dans le procès contre RIVAROL.

 

On le comprend, il a quand même obtenu une grande victoire: 1 malheureux euro de dommages et intérêts contre les 50000 euros demandés. Une "quasi relaxe", titrait RIVAROL dans sa dernière livraison.

 

La condamnation symbolique ne portait pas sur la dénonciation d'irrégularités dans la campagne interne, mais sur le fait que ces irrégularités aient été faites "au mépris des statuts". La défense n'ayant pas produit les statuts, le tribunal en a profité pour contenter tout le monde: l'orgueil du front familial et le portefeuille du journal.

 

Je ne sais pas pour vous, mais moi ça me donne envie d'aller voir ces fameux statuts: après tout, il est peut-être écrit que dans une campagne interne, on a le droit de bloquer certaines adhésions (je cite les propos relaxés: "des témoignages concordants nous font part que des centaines d’adhésions sont actuellement bloquées").

 

 

A la revoyure, Wallerand!


Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 14:42

 

RIVAROL et Jérôme Bourbon face aux Le Pen

 

 

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Vidéos
commenter cet article
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 10:36

 

http://images.lpcdn.ca/435x290/201112/18/452174-jerome-isaac-ete-arrete-dimanche.jpg

Jerome Isaac

Lu dans Le Figaro:

 

Les enquêteurs sont encore bouleversés. Une femme de 73 ans a été brûlée vive, samedi à New York, dans l'ascenseur de son immeuble par un homme qu'elle avait recueilli et aidé. Le fait divers suscite beaucoup d'émotion. Les images du tueur, dont l'attaque a été filmée par des caméras de vidéosurveillance, ont fait la une des médias locaux, qui dépeignent un meurtre d'un acharnement inouï.

 

Le drame s'est déroulé samedi après-midi à Brooklyn. Deloris Gillepsie, une employée des postes de 73 ans, ses courses au bras, rentre chez elle. Habitant au cinquième étage, elle prend l'ascenseur. Mais lorsque les portes s'ouvrent, elle n'a pas le temps de sortir dans le couloir. Un homme s'avance sur elle et lui asperge le visage d'un liquide inflammable avant de l'arroser des pieds à la tête. La septuagénaire se recroqueville dans la cage d'ascenseur et tente de se protéger le visage avec ses mains. Son agresseur, équipé d'un vaporisateur, de gants et d'un masque, enflamme un chiffon enfoncé dans une bouteille et utilise cette mèche improvisée pour mettre le feu à sa victime. Il ne lui laisse aucune chance. Alors que Deloris Gillepsie, en proie aux flammes, crie de douleur, il lance le cocktail molotov dans l'ascenseur et asperge une nouvelle fois la vielle dame avant de s'enfuir. Les pompiers arrivés sur le lieu du sinistre, quelques minutes plus tard, découvrent le corps sans vie de Deloris.

Campagne de harcèlement

S'ensuit alors une chasse à l'homme. La police diffuse des images tirées des caméras de vidéosurveillance et contacte les hôpitaux new-yorkais au cas où le suspect aurait voulu faire soigner d'éventuelles brûlures. En vain. Jerome Isaac, 47 ans, est revenu chez lui, à 10 minutes à pied de chez Deloris. Il essaie de mettre le feu à l'appartement qu'il partage avec deux colocataires. Il échoue et se réfugie sur le toit d'un immeuble voisin. Il s'y endort brièvement avant d'errer dans les rues. Réalisant qu'il est recherché, il se présente à un commissariat «puant le pétrole» dimanche peu après minuit. Aux enquêteurs, il explique avoir immolé Deloris Gillepsie car elle lui devait 2000 dollars en échange des travaux qu'il avait réalisé chez elle.


Cette version des faits est réfutée par l'entourage de la vielle dame. Deloris Gillepsie venait régulièrement en aide aux personnes dans le besoin, leur donnant de la nourriture et les hébergeant. Elle et Isaac auraient cohabité six mois en 2010. En échange, Isaac rend des menus services, effectuant réparations et ménage. Cet arrangement prend fin quand Deloris Gillepsie constate la disparition d'ustensiles de cuisine et de son lecteur DVD. Elle accuse Isaac de ces vols et le renvoie. Dès lors, Isaac l'aurait harcelée, affirme son fils. «Il pourchassait ma mère dans la rue et l'insultait». L'ex-homme à tout faire, qui traînait souvent devant l'immeuble, avait placardé sur la porte de l'appartement de Deloris, il y a quelques mois, une facture réclamant 300 dollars. Bien que ces menaces terrifient la vieille dame, elle ne porte pas plainte. Mais à en croire une voisine, «elle était persuadée que quelque chose de terrible allait se produire».


Vivant à 203 Underhill Avenue dans le quartier de Prospect Heights depuis trente ans, Deloris Gillepsie est décrite par plusieurs locataires comme ayant le coeur sur la main: «Tout ce qu'elle avait dans son appartement elle le donnait», «Elle faisait attention à chacun. Celui qui lui a fait ça n'avait pas de cœur».

 

Cependant, d'autres résidents dépeignent une femme souffrant de problèmes mentaux qui accusait ses voisins de vols. Jerome Isaac, lui, était inconnu des services de police. Solitaire, il était surnommé le «recycleur» car il ramassait des cannettes et des bouteilles vides contre de l'argent. «Le mode opératoire de cet assassinat est extrêmement rare et atroce», soulignait au New York Times un enquêteur à la retraite.

 

«Il n'y a pas pire façon de mourir que par le feu, chaque terminaison nerveuse est attaquée simultanément. Vous avez à faire à quelqu'un dont la colère est si intense qu'il ne veut pas seulement tuer mais aussi faire souffrir».

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 14:35

 

 

                                                   http://lecturejeunesse83.files.wordpress.com/2010/05/gateau-anniversaire-1-an.jpg

 

Chers amis,

 

Nous fêtons aujourd'hui notre premier anniversaire.

 

Merci à tous pour votre fidélité et votre participation!

Repost 0
Published by Rivarol blog
commenter cet article
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 13:47

 

L'Institut d'Egypte, fondé par Napoléon en 1798, a été détruit!

 

Lu dans Libération:

 

A deux pas de la place Tahrir, l'Institut d'Egypte fondé par Napoléon Bonaparte, incendié lors des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre, n'est plus qu'une ruine où d'inestimables archives et ouvrages historiques sont partis en fumée.

Dimanche, des volontaires tentaient, à travers les barreaux des fenêtres du rez-de-chaussée, de récupérer à l'intérieur du bâtiment quelques pages déchirées ou livres largement calcinés pour les stocker dans des sacs en plastique. (voir la vidéo)

«Nous essayons de sauver ce que nous pouvons de ces documents historiques. Le bâtiment peut s'effondrer d'un moment à l'autre», affirme Olfa, une jeune femme qui remplit un sac de papiers partiellement en cendres.

«Nous allons les remettre aux autorités» avant qu'ils ne soient totalement détruits ou volés, assure pour sa part Momtaz, venu avec d'autres ramasser des lambeaux de papier.

Mais autour d'eux des adolescents jouent avec des pages qu'ils trouvent éparpillées sur le trottoir, ou trempant dans des flaques d'eau.

Et aux alentours, où les affrontements se poursuivent entre manifestants hostiles au pouvoir militaire et forces de l'ordre, personne ne semble faire grand cas de ces précieux documents réduits en cendres.

De la fumée continuait de se dégager dimanche du bâtiment incendié la veille dans des circonstances non déterminées précisément. L'armée met en cause des cocktails Molotov lancés par les manifestants, mais cette version est aussi contestée.

Les murs extérieurs, noircis autour des fenêtres, sont encore debout, mais la toiture et les planchers se sont effondrés. L'intérieur n'est plus qu'un amoncellement de gravats calcinés d'où émergent des fragments d'étagères ou des morceaux de reliures.

L'Institut a été fondé en 1798 lors de l'expédition en Egypte de Napoléon Bonaparte, dans le but de faire progresser la recherche scientifique. Son bâtiment actuel, qui date du début du XXème siècle, abritait quelque 200.000 ouvrages, certains rarissimes, relatifs notamment à l'histoire et à la géographie de l'Egypte.

Parmi ses pièces les plus précieuses, des volumes d'une édition originale de la monumentale Description de l'Egypte, somme des connaissances sur ce pays faite par les savants de l'expédition de Bonaparte, qui auraient été détruits, selon la presse égyptienne.

 

                                         http://www.bibliothequedelimage.com/boutique/images_produits/biblio79_1.jpg

«Une catastrophe pour la science»

Le ministère de la Culture a demandé un inventaire des dégâts, quand la situation dans le secteur de Tahrir le permettra.

«Cela me remplit de tristesse et de désarroi. C'est un énorme désastre pour l'Egypte» affirme à l'AFP Raouf el-Reedy, ancien ambassadeur d'Egypte à Washington et membre de l'Institut.

«Cet Institut est un élément de l'histoire partagée entre la France et l'Egypte», ajoute l'archéologue Christian Leblanc, qui en est membre lui aussi.

Le ministre de la Culture Chaker Abdel Hamid a qualifié l'incendie de «catastrophe pour la science», et annoncé la «formation d'un comité de spécialistes de la restauration des livres et des manuscrits quand les conditions de sécurité le permettront».

«Le bâtiment contenait des manuscrits très importants et des livres rares dont il est difficile de trouver l'équivalent dans le monde», a-t-il déclaré, faisant état d'efforts associant «des jeunes de la révolution, le Conseil supérieur de la culture et des restaurateurs pour sauver ce qui peut l'être».

Le ministre des Antiquités, Mohamed Ibrahim, a indiqué dans un communiqué qu'il allait demander aux autorités françaises de contribuer à la restauration du bâtiment.

(AFP)

 

 

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 13:17

                                        http://www.ecrans.fr/local/cache-vignettes/L450xH318/arton5701-f8287.jpg

 

A lire sur un blog du Figaro:

 

Avec le départ des derniers soldats américains, c'est une guerre inutile qui se termine enfin en Irak. Elle avait commencé, il y a neuf ans, pour de très mauvaises raisons, puisque Saddam Hussein ne cachait pas d'armes de destruction massive et que son alliance avec al-Qaida était largement inventée. Elle se termine sans que l'Irak dispose d'une stabilité politique et sans aucune garantie que l'Iran ne profite du retrait américain pour étendre sa zone d'influence.

 

Cette guerre, que la France peut se féliciter d'avoir évitée, aura coûté des centaines de milliards de dollars aux États-Unis, quelque cinq mille morts et trente-cinq mille blessés à la coalition, et plus d'une cen­taine de milliers de morts irakiens. Il est vrai que l'Irak a été débarrassé d'une dictature indéfendable, même si les minorités, chrétienne notamment, ont fait les frais de la chute de la tyrannie.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 13:02

 

                                        http://www.le-buzz-immobilier.com/wp-content/uploads/2009/06/chritine-boutin.jpg

Eh non, Boutin n'est pas celle que l'on croit. A la voir sourire sur la couverture de son "livre-confession", on l'imagine bien faire de la publicité pour les confitures bonne maman. En réalité, Boutin préfère concocter des bombes atomiques.

 

Dépêche AFP:

 

PARIS — Christine Boutin, candidate à la présidentielle, s'en est pris vertement lundi au président Nicolas Sarkozy, menaçant de lâcher sur lui "une bombe atomique" durant la campagne si elle n'obtenait pas les 500 signatures qui seraient, selon elle, bloquées par l'Elysée et l'UMP.

"Je suis aujourd'hui à un peu plus de 150 (signatures), mais c'est excessivement difficile. Tout est bloqué: l'UMP, l'Elysée, tout le monde a bloqué, ce qui est absolument stupéfiant", a déclaré la présidente du Parti Chrétien démocrate (PCD) sur Europe 1, en annonçant avoir saisi "le Conseil constitutionnel et le Premier ministre" de cette question.

"Je veux dire aujourd'hui que je suis entrée en guerre et en résistance", a proclamé l'ancienne ministre du Logement, expliquant avoir "totalement repris sa liberté" vis-à-vis de la majorité.

"Autant je suis une bonne fille, loyale, mais quand on me cherche, on me trouve. Et vous allez entendre parler de la campagne de Christine Boutin", a lancé la candidate en menaçant de "lâcher une bombe atomique dans la campagne de Nicolas Sarkozy".

"Je ferai quelque chose de très important. Ce n'est pas une menace, c'est une vérité. Je suis une femme responsable, expérimentée. Je suis à droite, je ne me suis jamais trompée de camp, mais quand on me cherche, on me trouve", a-t-elle promis, disant ne pas menacer le chef de l'Etat mais "le système qui verrouille tout".

Dans la même veine, l'ex-ministre de François Fillon a pris ses distances avec le chef de l'Etat en laissant entendre que son soutien au second tour ne lui serait pas acquis, en cas de duel avec François Hollande.

"Pour l'instant j'ai ma liberté, je regarde j'observe, je ne sais pas", a-t-elle expliqué arguant qu'il y avait de plus, "entre 5 et 10% de chances" que Nicolas Sarkozy ne soit pas candidat.

"Je suis une femme libre, responsable, mais si on veut me tuer sur le plan politique, ce qu'on me laisse entendre, on va voir ce qu'on va voir", a-t-elle à nouveau menacé en appelant "les maires à exercer leur pouvoir pour donner leurs signatures" et faire vivre "la démocratie".

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 07:00

                                            http://www.lepoint.fr/images/2010/06/04/101291-47390_2791_434x276.jpg

 

Lu dans Lyon Capitale:

 

Il n'y aura pas de réconciliation. Exclus du Front National, Olivier Wyssa et Alexandre Gabriac ne siégeront plus au sein du groupe éponyme à la Région. Ce jeudi, chaque groupe du conseil régional actualisait la fiche de ses membres. Celui d'extrême droite perd deux noms, ramené à 15. Pourtant, son président, Bruno Gollnisch, avait ouvert la porte à leur maintien au sein du collectif en le rebaptisant "FN et apparentés". Mais deux conditions ont été apposées aux deux intéressés : ne pas se présenter à l'avenir à une élection sous une autre étiquette et apporter son parrainage à Marine Le Pen pour la présidentielle. Des conditions qui n'ont pas été acceptées par les deux élus.

Déjà exclu du FN, cet engagement s'apparente, pour Olivier Wyssa, "à une mort civile". "Bruno Gollnisch a une fois de plus flanché. Il a préféré faire plaisir à ses adversaires qu'à ses amis", déplore-t-il. Il estime que son leader régional a validé les conditions posées par les proches de Marine Le Pen, pourtant en mauvais termes avec lui. Bruno Gollnisch espère pourtant à l'avenir leur ralliement : "J'estime toujours que les sanctions qui ont été prononcées sont excessives", nous a-t-il confié. Ce rapprochement paraît compromis. Fustigeant le budget socialiste de l'exécutif, Olivier Wyssa s'en est aussi pris, en assemblée régionale, contre la candidate "Marion" Le Pen (selon lui, il s'agit là du véritable prénom de la présidente du FN). "Elle est la seule à préconiser le retour à la retraite à 60 ans. Même François Hollande en est revenu". Et d'appeler à combattre le système "UMPSFN".

 

 

Merci à C. G.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 18:35

 

                                           http://photo.lejdd.fr/media/images/politique/marine-le-pen-caroline-fourest2/5711437-1-fre-FR/Marine-Le-Pen-Caroline-Fourest_pics_390.jpg

 

MLP et ses sbires enragent. Malgré les avertissements donnés à Rémi Pflimlin, le président de France 2, le documentaire de Fourest et Venner sur Marine Le Pen, l'héritière, a bien été diffusé. Après 11h du soir, bien sûr, mais à la suite d'un reportage sur les maisons closes. Voilà ce que MLP aurait pu dénoncer: Pflimlin faisant du racolage passif de téléspectateur, en programmant Fourest et Venner après une émission érotique. On émoustille le téléspectateur, sous couvert d'information, pour lui faire mieux avaler ensuite la propagande VENNERienne, c'est le cas de le dire! Et c'est une stratégie payante, puisque plus d'un million de téléspectateurs (environ 13% de part d'audience) ont suivi le documentaire.

 

MLP et ses sbires enragent, et tels les taureaux des corridas abrutis de cris, de coups de piques, ils se jettent sur le chiffon rouge. En l'occurrence les piques étaient les pseudos- révélations de Fourest: MLP et sa famille ne sont pas des martyrs, l'attentat de la Villa Poirier n'étant qu'une affaire sordide de vengeance liée à l'héritage Lambert; la nouvelle présidente a entretenu des relations avec le GUD; c'est elle qui a suggéré à son père la tentative d'extorsion de fonds à Le Rachinel, menaçant celui-ci de procédures interminables; le FuN est bien cette affaire familiale dans laquelle quand on n'est pas élu (comme MLP battue à plate couture aux élections du comité central) on est repêché, etc. toutes choses que l'homme un peu familier de la boutique savait déjà. Quant au chiffon rouge, il s'agit de Jérôme Bourbon.

 

Et c'est bien là le plus drôle. Jérôme Bourbon, à la grande déception du rivarolien que je suis, n'a que très peu parlé dans ce documentaire, qui donnait plus largement la parole à Lorrain de Saint-Affrique et Carl Lang, dont les interventions étaient de grande qualité. On retient notamment la phrase de Carl Lang, commentant l'engagement de MLP : si elle avait réussi comme avocate, nous dit-il, elle ne se serait pas investie au FN. Fourest et Venner n'ont gardé de l'interview de Jérôme Bourbon que quelques phrases, dont celles-ci:

"Penser que dans la droite nationale, on est passé de Maurras à Marine Le Pen, en un siècle, voyez la chute! On aime ou on n'aime pas Maurras, mais intellectuellement, c'était autre chose."

 

Cela a suffi à mettre Montretout hors de lui. Ainsi, dans un communiqué, le FN s'émeut: le film "a même donné la parole, dans le but de tenter de discréditer Marine Le Pen à un journaliste nommé Bourbon qui, dans la grille idéologique de lecture de madame Fourest, serait classé à l’extrême de l’extrémisme, Caroline Fourest utilisant ainsi sans vergogne la parole d’un extrémiste pour justifier sa lutte contre l’extrémisme…" Aucun autre intervenant n'est cité. Cette MLP est vraiment obsédée par Jérôme Bourbon, comme on peut être hanté par sa conscience.

 

Les menaces à l'encontre de la chaîne ayant été vaines, le FN ne peut plus que verser dans le grand guignolesque:

 

"Face à cette atteinte élémentaire aux principes démocratiques, la responsabilité personnelle de Monsieur Pflimlin qui, malgré les mises en garde et les précautions d’usage, a cautionné ce scandale, est directement mise en cause."

 

Ou comment parler pour ne rien dire. Il est vrai qu'au moment où Briois et le cercle d'Hénin-Beaumont font mine de s'indigner des magouilles du PS dans leur région, ressortir le dossier Le Rachinel, ce n'est pas très élégant de la part du couple Fourest/Venner. Mais comme on dit, quand on veut monter au cocotier...

 

Comme à l'accoutumée, on imagine Wallerand se repasser le film en boucle pour déceler la moindre phrase qui pourrait justifier une procédure. Car le FuN de MLP qui n'a que le mot démocratie à la bouche est le champion des procédures, RIVAROL en sait quelque chose. Montretout a voulu assassiner le plus vieil hebdomadaire de la droite nationale (qui avait toujours soutenu le Menhir) pour ses réserves exprimées lors de la campagne interne. Combien de lecteurs n'en ont-ils pas été scandalisés?

 

La scission Mégret, l'affaire Le Rachinel, la campagne interne... autant de moments qui illustrent le manque de grandeur de ce parti qui, comme le dit Jérôme Bourbon dans le numéro de RIVAROL paru aujourd'hui, ne vaut finalement pas mieux que les partis du Système: mêmes moeurs, mêmes méthodes. Manque de grandeur, et, avec les procédures, manque de panache. MLP est douée pour traîner ses détracteurs devant la justice, mais en plateau devant Fourest, elle est littéralement dominée. Il est plus facile d'affronter ses ennemis dans un tribunal, en envoyant courageusement Wallerand à sa place. D'où sa préférance pour le prétoire.

 

Le communiqué produit aujourd'hui témoigne de la même impuissance à répliquer face aux critiques. Le documentaire est dévastateur pour MLP. Sa réponse: quelques lignes, creuses, plates et des menaces risibles contre Pflimlin. Edifiant.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article