Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 10:00

 

 

 

 

Maître Collard est bien marri d'être diabolisé depuis son rapprochement avec le FN... pardon, le fan-club mariniste. Mais dans quelle langue faudra-t-il qu'il le dise? Il n'est pas raciste!

 

L'ère de l'épée à l'heure où blanchit la campagne étant révolue, il se bat avec ses armes, qui sont celles aussi de la fille Le Pen et de son concubin Aliot: les procédures. Un mot, un seul, qui ne leur plaise pas, et les avocats retroussent les manches de leur robe: diffamation, injure, faux et usage de faux!

 

En l'occurrence, c'est un texte islamophobe qui est faussement attribué à Collard. On ne lui reprochera pas de dénoncer la supercherie, étant donné ce que risque un Français à exprimer ses pensées nauséabondes. Mais là où l'on ne peut plus suivre le personnage, c'est quand, dans une autre affaire, il attaque Darmon ayant dit de lui qu'il était "à droite d'Hitler". Cette plaisanterie facile de gaucho aurait pu passer inaperçue, mais non, il a fallu qu'il joue les indignés. Renforçant par là-même l'atmosphère étouffante dans laquelle le Français évolue: chaque matin il se lève en se remémorant que tout ce qu'il pourra dire sera retenu contre lui, passible de poursuites. Collard aurait pu laisser dire, ou, interrogé là-dessus, hausser les épaules.

 

Hors de question! Alors il gesticule, il fait monter la mayonnaise, surtout qu'on ne dise pas qu'il est raciste, ou pire, antisémite. Le comparer à Hitler: quelle horreur! Par cette attitude, il ne fait rien d'autre que diaboliser le citoyen qui baisse les yeux en passant à côté d'une bande de jeunes, de peur d'être agressé comme "céblanc" ou "babtou", qui ne déposera jamais plainte s'il arrivait quelque chose, mais qui n'en pense pas moins. Il diabolise aussi l'enseignant qui ne veut pas emmener ses élèves à Auschwitz à tout prix en se disant qu'on pourrait commencer à parler d'autre chose. Il diabolise celui qui estime qu'une politique nationale et sociale peut être bonne pour le pays, ou que les mots "travail, famille et patrie" constituent une devise autrement plus saine que "liberté, égalité et fraternité" qui ne veulent rien dire. Il diabolise tous ceux qui sont traités de racistes ou de nazillons alors qu'ils ne veulent que défendre la préférence nationale et refusent de pleurnicher pour des évènements d'il y a 60 ans.

 

En effet, si être catalogué "à droite d'Hitler" est l'injure suprême, si l'on s'en indigne, on renforce le discours de la LICRA et des autres associations juives qui se servent de son spectre pour combattre les valeurs nationales, la devise du régime de Vichy par exemple. Collard, au lieu d'intenter un procès, aurait bien mieux fait de souligner le conformisme de Darmon.

 

Mais le FN est un parti du Système, et comme tel il se coule dans le moule de la Pensée Unique. Que les vrais nationaux ouvrent les yeux: Collard, MLP et Cie ne sont pas de notre camp!

 

Je vous laisse juges de la réaction de Collard:

 

Polémiste des "Grandes Gueules" sur RMC, l'avocat Gilbert Collard n'a pas caché sa colère envers Gérard Darmon après sa participation à "On n'est pas couché" ce week-end sur Farnce 2. L'avocat a fait part ce matin de son intention de porter plainte contre le comédien qui l'a qualifié de "petit con" qui est "légèrement à la droite d'Hitler".

 

 

 

Au micro de RMC, Gilbert Collard s'en est violemment pris à Gérard Darmon en l'insultant à son tour. "D'abord qu'il me traite de petit con, quand ça vient d'un grand con, ça fait la proportion (...) Ma fille m'a appelé et elle pleurait. Elle me dit 'Papa, je viens d'entendre un vieux qui a une voix de cendrier du matin qui a dit que tu étais à la droite d'Hitler' (...) Ce genre de propos définit beaucoup plus celui qui le tient que celui qui est visé. Et c'est une telle banalisation de l'hitlérisme, du nazisme que ça en devient grave" a expliqué l'avocat.

 

"Je n'ai pas à me faire insulter par des bobos"

 

"J'aimerais bien le gifler sur ses joues creuses d'anémique mais ce n'est pas démocratique donc je vais porter plainte" a ajouté Gilbert Collard. Alors qu'on lui demandait s'il était prêt à aller débattre sur le plateau de Laurent Ruquier, l'avocat a alors vivement critiqué l'animateur et son équipe : "Je n'irai pas chez Ruquier, on se déteste depuis vingt ans (...) Je n'irai pas car je trouve que c'est un piège socialiste, il fait de la propagande à longueur de journée (...) Je n'ai pas à me faire insulter par des bobos qui n'ont rien prouvé dans leur vie sinon qu'ils sont des seconds rôles de merde".

 

Source.

 

 

Et sur RMC, c'est encore plus pitoyable:

 

 

 

"Ma fille Anna m'a appelé. Moi je l'ai élevée dans la haine du racisme, de l'homophobie, de l'antisémitisme, et elle pleurait."

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Point de vue
commenter cet article
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 09:00

 

Libérés des contraintes de "On n'est pas couchés", ils ont enfin pu inviter MLP, interdite d'émission sur France 2 et cordialement invitée par Zemmour et Naulleau sur Paris Première.

 

Pour un coup d'essai, ce fut loin d'être un coup de maître, le duo étant assez complaisant. Il est apparemment plus facile pour eux "de se faire" Lady Gaga. Bref, un non-évènement.

 

 



 

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Vidéos
commenter cet article
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 10:33

 

Ou comment le lobby juif n'existe pas...


http://img.over-blog.com/550x309/1/59/49/25/France-2/Magazine/Un-Oeil-sur-la-planete.jpg


La diffusion sur France 2 d'une émission sur les Territoires palestiniens a déclenché une vive polémique cette semaine, amenant le président de France Télévisions a annoncer qu'il allait prochainement rencontrer l'ambassadeur d'Israël et les représentants de la communauté juive en France.


En cause : un numéro du magazine Un oeil sur la planète diffusé lundi 3 octobre à 22h45 et intitulé «Un État palestinien est-il encore possible ?» (visible ICI). Cette émission «a entraîné au sein de la communauté juive une intense émotion et une stupéfaction écœurée», a déclaré le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), Richard Prasquier, dans une lettre ouverte à Rémy Pflimlin, patron du groupe audiovisuel public.


Le CRIF juge en effet que l'équipe qui l'a réalisée «a présenté, d'un conflit complexe, une image caricaturale et unilatérale», «en distordant les causalités, en ridiculisant l'adversaire, sans éviter les insinuations à la limite des théories conspirationnistes antisémites». Dans cette lettre, Richard Prasquier demandait à rencontrer Rémy Pflimlin.

Le présentateur menacé


Un groupe a été créé sur Facebook, «Boycott France Télévisions». Le but «est non pas de boycotter France 2 puisque nous savons tous que ca ne sera jamais appliqué, mais que France 2 revienne sur cette émission et présente des excuses», peut-on notamment lire sur cette page.


Le rédacteur en chef de l'émission, Patrick Boitet, a tenu à réagir à cette controverse. Dans les colonnes du Parisien, il s'explique : «Nous avons fait notre travail de journalistes avec rigueur (...) Pour le Proche-Orient, les opinions s'enflamment facilement. Mais là, c'est exagéré». Il raconte notamment avoir reçu «800 mails» cette semaine, «où nous sommes traités de petits nazillons». Le présentateur de l'émission, Etienne Leenhardt, aurait par ailleurs été physiquement menacé.


L'ambassade d'Israël à Paris n'a pas réagi à ces informations samedi, jour du Yom Kippour, le Grand Pardon, la fête la plus importante du judaïsme.

 

Source.

 

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 10:29

 

Ca pleurniche:

 

 

 

 

Mais on la comprend: elle doit choisir désormais entre voter pour son ex ou pour son ennemie jurée à qui elle a plus envie de crêper le chignon que d'apporter son soutien. Allez Ségolène: un peu de bravitude!

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Vidéos
commenter cet article
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 10:23

 

http://storage.canalblog.com/31/22/129634/49940776.jpg

 

 

 

La police israélienne a déployé hier matin des renforts à Jaffa au sud de Tel-Aviv autour des sites musulmans et chrétiens à la suite de profanations de tombes découvertes la veille, a indiqué une porte-parole de la police. Ces renforts ont été déployés autour de sites religieux musulmans et chrétiens considérés comme sensibles, a affirmé la porte-parole Luba Smari.

 

Les policiers ont reçu ordre de faire échec à toute provocation, a-t-elle ajouté en soulignant que les responsables de la police avaient pris contact avec les notables musulmans et chrétiens de Jaffa. Des inconnus ont profané des tombes dans deux cimetières de Jaffa, l’un musulman, l’autre chrétien, et ont écrit Mort aux Arabes et Prix à payer, sur les murs de 22 tombes musulmanes et de quatre tombes chrétiennes.

 

Des colons extrémistes pratiquent une politique dite du prix à payer, qui consiste à se venger sur des cibles palestiniennes, mais aussi récemment sur l’armée israélienne ou des militants israéliens hostiles à la colonisation à chaque fois que les autorités prennent des mesures qu’ils jugent hostiles à la colonisation. Nous ne tolérerons aucun vandalisme notamment celui qui vise des sensibilités religieuses. Nous agirons avec la plus grande fermeté contre les responsables de ces profanations, a assuré hier le Premier ministre Benjamin Netanyahu, cité par la radio publique.

 

Selon la porte-parole de la police, ces actes de vandalisme se sont produits il y a une semaine ou deux. Ils n’ont été découverts qu’en fin de semaine car il y a peu de visiteurs dans ces vieux cimetières, a-t-elle ajouté. Apparemment en représailles, une bouteille incendiaire a été lancée samedi soir contre une synagogue de Jaffa, sans faire de dégâts. Selon Mme Smari, les renforts ont été déployés à Jaffa après une directive donnée il y a une semaine par le chef de la police Yonanan Danino, pour assurer la protection de sites religieux en particulier musulmans sur l’ensemble du territoire israélien. Un dispositif mis en place après l’incendie dans la nuit de dimanche à lundi d’une mosquée de la localité bédouine de Touba Zangaria dans le nord d’Israël.

 

La police israélienne a annoncé jeudi l’arrestation d’un suspect. Selon les médias, il s’agirait d’un étudiant d’une Yéchiva (séminaire talmudique) de la colonie d’Yitzar dans le nord de la Cisjordanie, sous le coup d’une interdiction de séjour en Cisjordanie ordonnée par Israël. Mais Ron Huldai, maire de Tel-Aviv-Jaffa, a dénoncé à la radio militaire l’impuissance des autorités. Le phénomène du ‘prix à payer’ dure depuis des années. La police et le Shin Beth n’ont arrêté pratiquement personne, a-t-il déploré, ajoutant : En tant que juif et habitant de ce pays, j’ai honte.

 

La porte-parole a, elle, rejeté les critiques émises par certains médias sur l’impunité dont bénéficieraient les auteurs d’exactions anti-arabes. Nous avons arrêté plusieurs suspects ces derniers mois, a-t-elle assuré, évoquant la création récente d’une unité spéciale de la police pour lutter contre les extrémistes de droite auteurs d’agressions hostiles aux Palestiniens en Cisjordanie. Un éditorialiste du quotidien Maariv a dénoncé un jihad juif, appelant les autorités à ne plus financer les institutions religieuses exprimant des positions anti-arabes.

 

Source .

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 09:59

 

 

Les propriétaires d’un petit domaine agricole de Caissargues, en périphérie de Nîmes, n’ont pas supporté une intrusion sur leurs terres qui surplombent l’A 54. Lorsqu’ils se sont rendu compte hier à midi que trois individus étaient en train d’essayer de leur dérober leurs plants de cannabis, les paysans ont vu rouge.

 

L’un d’eux a pris une arme et a tiré à deux reprises. Un des voleurs a tenté de fuir mais il s’est écroulé quelques mètres plus loin sur la bande d’arrêt d’urgence de l’autoroute A 54.

 

Source.

 

 

 


 

Evidemment, l'auteur des coups de feu sera arrêté, jugé, condamné, tandis que les voleurs passeront pour des victimes innocentes sacrifiées à la barbarie de deux bouseux. Comme "papy Galinier", qui avait tenté d'empêcher deux Roms de le cambrioler. Il faut le savoir, la loi est du côté des voleurs... et même des assassins.

 

Souvenons-nous de ce professeur d'université, qui avait refusé de donner une note de complaisance à l'un de ses étudiants. Ce dernier était entré chez lui, avait ligoté le prof ainsi que sa femme et ses enfants. Il les avait aspergé d'essence et s'apprêtait à les brûler lorsque le prof ayant pu se libérer avait maîtrisé l'agresseur et lui avait peut-être donné quelques coups. Qui fut poursuivi? Je vous le donne en mille: le prof, bien évidemment!

 

Que craignent les voleurs, les violeurs, les assassins? Rien de la justice, rien des citoyens qui sont punis s'ils se font justice eux-même. La légitime défense est condamnée plus lourdement que le crime qui l'a provoquée.

 

Eccentricité de la loi: si vous mettez des pièges sur votre propriété, en réaction à des cambriolages répétés, et qu'un malfrat s'y blesse, vous êtes poursuivi! C'est tout aussi stupide que cette loi qui stipule que si un intrus vient se baigner dans une piscine privée et s'y noie, le propriétaire est responsable.

 

On l'a compris, ce sont toujours les honnêtes gens qui passent en jugement. Sans doute les juges ne craignent-ils pas de représailles lorsqu'ils condamnent les véritables victimes; alors que les sauvages et les barbares qui sévissent dans les quartiers de la sacro-sainte diversité ne se laissent pas faire.

 

"From my cold dead hands" clamait Charlton Heston en brandissant sa carabine. Il faudra me l'arracher des mains après m'avoir refroidi, disait l'acteur dans le fameux reportage de l'obèse Michael Moore, Bowling for Colombine. Comment le lui reprocher? Quand la justice refuse de faire son travail, y a-t-il d'autre choix que d'assurer soi-même sa sécurité? Loin de nous l'idée de promouvoir la vente libre des armes... mais dans une société qui réprime réellement le vol et le crime.

 

L'incurie de la justice de nos jours, au lieu de manifester plus d'humain, pousse à la barbarie et à l'affrontement.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Point de vue
commenter cet article
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 16:12

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51MhggLcY8L._SL500_AA300_.jpg

 

Nous nous moquions récemment d'un politologue qui affirmait, dans un enthousiasme béat, qu'il y avait un "grand potentiel" dans les quartiers.  En fait de grand potentiel, le 9-3 et autres banlieues recèlent un danger permanent : ce sont des zones de non-droit dans lesquelles les Français de souche vivent un véritable enfer.

 

C'est son quotidien marqué par les intimidations, les agressions (jusqu'au viol), les menaces portées à l'encontre de sa fille, que Marie-Neige Sardin raconte dans son livre Celle qui dit non, paru le 6 octobre. Interview de cette libraire courageuse qui refuse de partir.


 

Pourquoi avez-vous écrit ce livre ?

Pour témoigner. De ce que j’ai subi et de ce qu’ont vécu et vivent encore d’autres victimes, qui n’ont pas les moyens de le faire savoir.


Qu’avez-vous subi ?

Vingt-six agressions en sept ans, certaines d’une vio­lence extrême. J’ai été violée. Ne me demandez pas de le raconter.


Quand était-ce ?

Le 22 juin 2004. J’avais porté plainte pour une première agression, en janvier de la même année. Deux hommes armés d’un pistolet et d’une bonbonne de gaz lacrymogène m’avaient dérobé la caisse et les jeux de grattage. J’avais alors reçu un coup de crosse, qui m’a ouvert le cuir chevelu. J’étais cou­verte de sang… Le viol a eu lieu quelques jours avant une confrontation prévue dans le cadre de cette affaire. Ils étaient quatre. Ils m’ont dit : « Retire ta plainte, sinon on fera la même chose à ta fille. »


Avez-vous reconnu certains de vos agresseurs ?

Oui, le chef de cette bande, sur le fichier de la police. Je le désigne dans mon livre par une initiale, G. Il est connu des services de police pour agressions, vols, dégradations… J’ai aussi identifié l’un des violeurs. Mais cela n’a servi à rien.


Que s’est-il passé ?

Dans l’affaire du braquage, la juge pour enfants a conclu à un non-lieu. Sa mère et sa sœur ont affirmé que G. dormait chez lui au mo­ment  des faits. C’était parole contre parole. La sienne a pesé plus lourd que la mienne.


Il y avait pourtant des témoins…

Oui, un père de famille, accompagné de ses deux enfants. Il a finalement renoncé à témoigner, les deux braqueurs l’avaient menacé de s’en prendre à ses enfants… Deux ans plus tard, la sœur de G. est venue chercher un colis à la boutique. Je lui ai demandé pourquoi elle avait affirmé que son frère dormait lors du braquage. « Je le couvre », m’a-t-elle dit. Il y avait à ce moment-là un prêtre dans la boutique. Il a témoigné de ce qu’il avait entendu, mais la procédure n’a pas été relancée.


Et dans l’affaire du viol ?

Là encore, le suspect a dit qu’il était étranger à cette affaire : il aurait dormi chez son frère. Les empreintes relevées par la police juste après le viol n’ont pas permis de le confondre. La juge a donc rendu un non-lieu, motivé par le manque de preuves. Ce qui n’a pas empêché la bande en question de se vanter dans tout le quartier de m’avoir violée. Un gardien d’immeuble est même allé le raconter à la police, mais sa déposition est restée sans suite.


Vous avez quand même été indemnisée…

Oui, par la Commission d’indemnisation des victimes d’infractions (Civi). C’est une reconnaissance du viol que j’ai subi, mais c’est l’État qui m’a indemnisée, à la place des coupables… La so­ciété a reconnu que j’avais été victime d’agressions, mais elle a renoncé à poursuivre les auteurs de ces agressions.


En revanche, vous avez été condamnée, en juin, à 500 euros d’amende pour “injure envers un particulier en fonction de sa race, de sa religion ou de son origine”. Que s’est-il passé ?

J’ai fait appel de cette décision. L’affaire remonte à 2008, je la raconte en détail dans mon livre. Une jeune femme est venue s’installer dans l’appartement qui fait face au mien. Elle a pendu la crémaillère pendant trois jours, ou plutôt trois nuits. La troisième nuit, je suis allée lui demander d’arrêter de « faire la bamboula ». Nos relations se sont envenimées… Deux ans plus tard, elle est allée dire que j’avais osé la traiter de “bamboula”, ce que je conteste, évidemment. J’ai mon franc-parler, mais je n’ai jamais insulté quelqu’un en raison de sa couleur de peau ou de sa religion. Je suis née avec la diversité, j’ai grandi avec la diversité, je travaille avec la diversité. Je ne suis pas raciste. Je n’accepte pas d’être condamnée sur une calomnie, alors que la justice a toujours ignoré ma parole quand j’ai été agressée. C’est cette inversion des valeurs que je combats. Je veux qu’un criminel soit jugé comme un criminel, et qu’on ne lui cherche pas de fausses excuses. Moi, on m’a fait comprendre qu’il fallait leur laisser leur chance… Plus on leur trou­ve des excuses, plus ils som­brent dans la violence. Et cette violence se retourne souvent contre eux. Je l’ai déjà dit : ces jeunes, je les ai vus grandir, je ne suis pas sûre de les voir vieillir.


 

La suite sur Synthèse nationale.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 15:38

 

http://about-france.com/photos/strasbourg.jpg

 

Le saviez-vous? Les Alsaciens qui "se reconnaissent dans les valeurs de la gauche" sont littéralement discriminés par leurs voisins qui... paient l'ISF et sont par conséquent des discriminateurs en puissance. Aujourd'hui, il faudrait donc du "courage" à ces héros des temps modernes pour aller voter.

 

Si seulement le ridicule pouvait tuer! On lirait moins de bêtises.

 


"Il paraît que des gens ne veulent pas venir parce qu'ils ne veulent pas se faire voir", regrette Rodolphe Bernhardt, un des assesseurs présents dans le bureau de vote. "Je n'ai jamais compris, les gens dans le Kochersberg se planquent: mais c'est un bureau de vote ici, il ne faut pas être discret ! Au bistrot on peut être discret, mais pas au bureau de vote".
"Truchtersheim est surnommé +Le petit Monaco+, beaucoup de gens ici payent l'impôt sur la fortune", souffle Francine Mairie, l'autre assesseur. "Il faut du courage pour voter ici, on est montré du doigt, discriminé, considéré comme des gens à part".


Une heure après l'ouverture du bureau une trentaine de personnes ont voté quand le maire UMP du village, Justin Vogel, passe saluer cordialement ses opposants.


"Le Kochersberg c'est plutôt une terre centriste ou à droite", note M. Vogel, qui est par ailleurs conseiller régional. "Les fidèles viendront mais peut-être que des gens ne vont pas oser se déplacer pour ne pas montrer leurs opinions. Les gens dans le Kochersberg sont assez discrets".


M. Vogel n'a en tout cas fait aucune difficulté pour mettre à la disposition du PS une salle pour le vote.
"Nous on est très ouvert, si un parti nous demande une salle pour une réunion on se met en quatre pour la leur mettre à disposition. Là pour le vote c'est pareil, on a mis à la disposition du PS gratuitement la salle de la mairie dans laquelle on vote habituellement", souligne-t-il alors que cela n'a pas été le cas partout.

 

 

Son ouverture irait-elle jusqu'à dégoter une salle pour une conférence de Carl Lang? L'article ne le dit pas, mais on salue en tout cas la tolérance de ce maire, sans oublier la bravoure de tous les socialos d'Alsace (cette région bien trop proche de l'Allemagne).

 

 

Source.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 15:32

 

 

Henry de Lesquen et Jean-Yves Le Gallou.

 

 

LA MEMOIRE FRANCAISE EST DAVANTAGE A VERDUN QU'A AUSCHWITZ.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Vidéos
commenter cet article
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 18:30

 

http://la-flamme.fr/wp-content/uploads/2011/10/marinelepen_02-300x150.jpg

 

Le site La Flamme s'interroge :

 

 

Notre présidente qui ne fait visiblement pas confiance au DPS a demandé à  l’association de prendre une société privée pour la sécurité. Le devis étant trop onéreux (environ 2400 €)  pour une petite association d’étudiants, la conférence est annulée.   Officiellement l’agenda de la présidente est trop chargé !

 

     La dernière fois qu’elle est venue à Échirolles (près de Grenoble), le 11 décembre 2010 pour un apéritif-débat,  il y avait près de 2000 contre-manifestants.  On  a reproché durant des mois à un responsable du DPS de n’avoir pas été présent pour la protection de la députée européenne-vice-présidente du FN.

 

      Si ces reproches n’avaient pas été un prétexte contre un ami de Bruno Gollnisch on aurait pu croire à une grosse peur !  Ceci pouvant expliquer cela…

 

 

 

Merci à C. G.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Point de vue
commenter cet article