Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 22:29

droit aux lettres

 

 

De Mme Paule MOULIN (Vals-les-Bains) :

HOMMAGE À MARC FREDRIKSEN

Amie de longue date de Marc Fredriksen, c’est avec une grande tristesse que j’ai appris son rappel à Dieu le 25 août dernier; une messe sera dite à son intention dans une église de l’Ardèche. Dans les années 1980 il avait fait une petite réunion sur les hautes terres ardéchoises; il était accompagné de ses proches. Les hommes de la montagne lui avaient dit: Marc, si tu te sens menacé, prends le maquis sur nos terres, nous viendrons te ravitailler.

Heureux de tant de marques de sympathie rencontrées en Ardèche, il en est reparti heureux. Il a tout de même abandonné la politique, ne pouvant plus écrire les vérités qui lui tenaient à cœur.

La haine gouvernementale et de certains milieux était si forte à son égard! Même s’il avait été président d’un club de pétanque, ce club aurait été dissous.

________________________

De Emmanuel BALLAUD (Metz) :

LA CONVERSION DE CARL LANG

Certains anciens du Front national ont dû être étonnés en lisant dans le numéro 3013 de RIVAROL les propos suivants de Carl Lang: «Nous ne croyons pas à des structures qui accordent les pleins pouvoirs à une personnalité sans contrepoids ni dialogue interne.»

C’est le même Carl Lang qui écrivait naguère dans La Lettre de Jean-Marie Le Pen: «Tu dois tout au Front national, le Front national ne te doit rien.» Propos scandaleux montrant le peu de cas que le Front national faisait des militants et du nécessaire dialogue interne.

Je suis heureux de constater la conversion démocratique de Carl Lang. Mieux vaut tard que jamais.

________________________

De Gérard MANGUIN (La Ciotat) :

SUPPRIMER LES PEINES DE PRISON ?

 

http://static.lexpress.fr/assets/97/poster_50088.gif

 

Il y a trente ans Robert Badinter, balayant la loi du talion, supprimait la peine de mort sous prétexte qu’elle n’était pas dissuasive, ce qui reste à prouver. Mais on n’a jamais prouvé non plus que les peines de prison étaient dissuasives. Vu le nombre de récidivistes, on n’y croit pas tellement. Pourquoi ne pas les supprimer aussi? Cela ferait des économies.

________________________

De M. TOURBIER (Saint-Maur) :

JE GARDE MON ESTIME AU MARÉCHAL QUE J’AI CONNU

En 1940 j’avais douze ans lors de l’invasion allemande; comme tous les Français j’ai connu le Maréchal Philippe Pétain, et depuis je n’ai cessé de lui garder mon estime, il était l’image de la belle France. Mais cela ne pouvait plaire à ceux qui voulaient la détruire et pour commencer voulaient faire disparaître son symbole. On ne peut de toute façon rien attendre des pleutres qui nous gouvernent.

________________________

De Roger DÉGREMONT :

COMMENT PEUT-ON ÊTRE NATIONALISTE EUROPÉEN?

Comment peut-on être «nationaliste européen», l’Europe n’étant pas une nation? Une nation comprend une seule langue pour tous les autochtones. Laquelle? Si c’était l’anglais par exemple, pour les petits-enfants européens à venir, il faudrait traduire Molière, Goethe, Tolstoï, Ibsen, Cervantès en anglais! Quelle gabegie! C’est d’ailleurs le but des mondialistes: les Etats-Unis d’Europe, marchepied de l’utopique «village planétaire»! Je suis nationaliste français et souhaite vivre dans une Europe composée d’une France française, d’une Allemagne allemande, d’une Italie italienne, d’une Angleterre anglaise, et ainsi de suite. Nous avons la chance de vivre sur un continent aux multiples cultures toutes admirables, n’en faisons pas un salmigondis indigeste dans lequel un cochon n’y retrouverait pas ses petits! Non, mille fois non, à la culture planétaire, oui, cent mille fois oui aux cultures nationales!

________________________

De Philippe PLONCARD D’ASSAC, Président des Cercles nationalistes français:

À PROPOS DE THIBAUT DE CHASSEY

Dans son entretien avec Jérôme Bourbon, (RIVAROL N° 3012), Thibaut deChassey nous avait déjà surpris en affirmant qu’il avait créé le Renouveau français parce qu’«aucune autre structure ne défendait précisément cette doctrine (le nationalisme)»(sic)!

Outrecuidance, car il occultait l’Action française, Jeune Nation-l’Œuvre française et bien sûr nos Cercles nationalistes, qui ne l’avaient pas attendu pour former.

M. deChassey ne peut même pas arguer qu’il ne connaît pas nos activités puisque, lorsqu’il était responsable du FNJ, il m’y avait invité à plusieurs reprises pour des séances de formation, puis plus tard aussi chez son père.

Deux lecteurs de Rivarol dans le n°3013 l’ayant rappelé à plus de modestie, il vient prôner dans le n°3014, «l’Union des nationalistes»…!

On aimerait le croire mais un exemple récent nous a montré qu’il ne la pratiquait pas.

Lors de la sortie sur Internet de mon entretien sur la Franc-maçonnerie, avec notre ami Franck Abed, celui-ci lui avait demandé de le mettre en ligne sur son site <contre-info.com>, comme l’ont fait plus de 70 sites à travers le monde, avec des dizaines de milliers de visites qui continuent.

La réponse, par mail, non signé, en ma possession, fut sèche, désagréable et négative.

En ayant demandé raison à M. deChassey à la Journée de Rivarol à Villepreux en mai dernier, il n’a toujours pas répondu, ce qui indique qu’il en est l’auteur.

Si je relève cet incident, c’est qu’il est étrange de le voir occulter un document sur l’action de la maçonnerie, dont j’apporte les preuves sur la base des textes maçonniques et juifs.

Aussi je pose la question à M. deChassey: pourquoi occulte-t-il les documents qui pourraient aider à former ses adeptes sur les causes premières de la destruction de la France? Ou bien croit-il qu’il suffit de les faire défiler en uniforme pour les former? A moins que son attitude ne relève que de la jalousie, comme envers les autres structures nationalistes, qu’il escamote pour se gonfler?!

J’attends la réponse et des excuses.

[Puisqu’il est personnellement mis en cause, Thibaut de Chassey, président du Renouveau français, pourra répondre, s’il le souhaite, dans un prochain courrier des lecteurs et nous en resterons là s’agissant de cette querelle. J’avoue en effet être las des procès d’intention et des règlements de compte permanents. Qu’il y ait des différences de profils, de méthodes, de caractères, de générations, de personnalités, et même des nuances doctrinales, entre nationalistes, c’est somme toute naturel. Qu’il y ait même des problèmes d’épiderme, c’est hélas (tristement) humain. Mais ceux-ci gagneraient à être réglés discrètement, dans le privé.

Je répète que l’hebdomadaire de l’opposition nationale est ouvert à tous les nationalistes sans ostracisme, sans exclusive. Mais pour que tout puisse se passer de manière harmonieuse et que chacun puisse apporter sa pierre à l’édifice commun car il n’est de richesses que d’hommes, cela suppose, tout en ne cédant évidemment rien sur les principes et la doctrine, d’avoir un minimum d’ouverture d’esprit, d’humilité et de prudence dans l’expression entre gens du même camp, même si cela n’interdit pas la polémique, le cas échéant. Et s’il y a des désaccords et des différends, ce qui n’est pas en soi illégitime ou scandaleux, ils doivent pouvoir être exposés avec courtoisie et pondération, c’est bien le moins. J.B.]

________________________

De Jean DE SMET (Beersel) :

VINCENT REYNOUARD, DESTRUCTEUR DU RÉVISIONNISME SINCÈRE

 

Vincent-Reynouard

 

Quiconque n’est pas d’accord avec les thèses et les lois injustes que nos gouvernants nous imposent est en quelque sorte un révisionniste. Ceux-ci vont être discrédités par les fautes d’un Vincent Reynouard et son admiration pour l’ordre hitlérien et fatalement le national-socialisme qui l’accompagne. Sans oublier toutes les horreurs et souffrances d’une guerre!

Mon père n’est plus mais en 1940 il avait 35 ans et moi j’étais tout petit. Il fit comme des milliers d’autres l’exode vers le sud, la France. Il partit avec quelques autres jeunes et moins jeunes gens, à vélo, deux jours plus tard. Pris au piège d’Arras dans la tenaille allemande, des soldats allemands devant et derrière, ils mirent pied à terre. Il avait déjà dû marcher, le vélo sur l’épaule, sur le toit des voitures qui encombraient les routes et éviter les cratères des bombes à certains carrefours où des compagnons cyclistes, repartis une demi-heure avant eux, gisaient en plusieurs morceaux. Les touristes en vert de gris leur ont pris leur vélo. Leur seule faute: être là au mauvais moment! Mis en colonne par centaines d’hommes, on leur offrit une promenade très écologique, à pied, vers l’Allemagne. Mon père n’avait comme souliers que des “cyclistes” et en quelques kilomètres le sang lui sortait de ceux-ci. Rien n’y fit, leurs “guides” les ont parqués pour la première nuit dans une prairie et fait coucher à la belle étoile, comme toutes les autres nuits d’ailleurs. Boisson et nourriture des plus médiocres et une seule fois par jour! Pas de NVS comme dit Vincent Reynouard le long du trajet! Bientôt pieds nus, il continua dans une chaleur pénible. Un jour de pluie il dut marcher dans les flaques pour refroidir ses pieds, son corps étant tremblant de fièvre.

Arrivé à Malmedy, ils furent parqués dans un garage sur de la paille. Le lendemain, impossible de se mettre debout, et cela pendant quelques jours. Les autres et les nouveaux arrivants, eux, continuaient vers l’Allemagne, d’abord en camions, mais rapidement les milliers de prisonniers durent faire le chemin à pied vers la frontière. La saturation de prisonniers était telle que les responsables de l’armée allemande WM ont fait du triage. Les hommes mariés avec enfant parlant flamand d’abord, après les Wallons dans le même ordre. C’est ainsi que mon père put revenir de Bruxelles avec un document que je possède.

Dites à Vincent Reynouard d’attendre encore dix à vingt ans, peut-être qu’alors il n’y aura plus personne avec de vrais souvenirs!

A part cela, bravo pour les très bons articles de RIVAROL !

________________________

De P.L. (Toulouse) :

JE PRÉFÈRE HOLLANDE À SARKOZY !

L’éditorial du numéro 3013 de RIVAROL «Hollande pire que Sarkozy?» est stupéfiant. Depuis des dizaines d’années, les nationaux et nationalistes votent pour une droite infecte qui se sert d’eux et les méprise. Sarkozy est pire que la gauche Hollande. Ce dernier est notre adversaire, mais l’UMP est notre ennemie. C’est fini de jouer les compagnons de route utiles à un régime pourri. Seule une modification radicale de la politique améliorera la situation et le procès réel des élites pourries sera salvateur.

Alors, non, Sarkozy cinq ans de plus, ce sera apocalyptique. Je préfère Hollande à Sarkozy comme j’ai préféré Mitterrand à Chirac. Ce ne sont pas les mêmes valeurs. Sarkozy n’en a aucune. De plus ma foi chrétienne et catholique est insoluble dans le sarkozysme. N’essayez pas d’influencer ceux qui ont souffert et souffrent du gaullisme et de ses avatars. Ou bien gardez votre journal et rendez-le aux NMPP.

[Il est évidemment hors de question pour RIVAROL d’appeler à voter pour Sarkozy tant au premier qu’au second tour du scrutin présidentiel. Nous ne soutenons d’ailleurs jamais la (fausse) droite parlementaire. Pour autant nous ne nourrissons aucune illusion envers Hollande dont l’accession à l’Elysée se traduira par une augmentation massive des impôts et des taxes, l’octroi du droit de vote aux immigrés extra-européens, la dépénalisation des drogues, la légalisation du mariage homosexuel et de l’euthanasie et de l’adoption pour les invertis. Hollande et Sarkozy, ce sont les deux faces d’une même médaille mondialiste, antinationale, antinaturelle et antichrétienne. Chacun agira en conscience en 2012 mais pour notre part nous renvoyons les deux hommes dos à dos.

Enfin, que les élites soient corrompues, c’est évident. Le peuple actuel l’est-il moins après des années d’intoxication télévisuelle, d’encouragement au vice et de profonde et massive déchristianisation? Cela reste à prouver. J.B.]

________________________

De Joseph S. (Sainte Foy les Lyon) :

REMARQUABLE ÉDITORIAL ET RAGOTS

 

http://benedictechanutpeintre.unblog.fr/files/2008/09/11septembre1.jpg

 

Abonné de longue date à RIVAROL (mon père le lisait déjà il y a cinquante ans), j’ai été ébloui par la qualité de la première page du 9septembre écrite par Jérôme Bourbon. Je n’avais jamais vu nulle part texte plus lucide, plus synthétique, plus clair et plus complet sur les tenants et aboutissants du 11 septembre 2001. Je vous écris pour vous en féliciter, ce que je n’ai encore jamais fait à l’adresse d’aucun journal.

Mais quand j’ai ouvert la deuxième et la troisième pages, j’ai pris un choc. Car ces pages sont une collection de ragots que l’on croirait constituée pour exploiter ce qu’il y a de plus stupide dans l’amour d’un certain public pour le mystère, l’ésotérisme et les complots secrets.

Et pourtant les faits sont d’une simplicité “biblique”: George Bush a vu venir l’attaque et l’a laissée se développer pour pouvoir l’exploiter. C’est un Pearl Harbour bis. C’est comme cela qu’il a toujours fallu faire pour transformer des Américains en guerriers. En cela consiste le nouveau mensonge américain. Mais il n’y a aucune explication tordue à inventer.

Alors, bien entendu, il y a des contradictions dans les témoignages, mais comment aurait-il pu en être autrement face à un événement aussi soudain. Ce que l’homme trop simple d’aujourd’hui oublie, c’est qu’il est souvent plus facile d’instrumentaliser son adversaire que ses amis. Dans l’attentat des tours Ben Laden et Bush ont chacun trouvé leur compte.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans A lire dans RIVAROL
commenter cet article
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 16:28

 

http://www.rivarol.com/Rivarol_files/3015.jpg

 

 

PERTE DU SENAT, AFFAIRE KARACHI:

 

 

SARKOZY DANS LA NASSE

 

 

Dimanche dernier le Sénat a basculé à gauche. A six mois de la présidentielle le symbole est désastreux pour la majorité et singulièrement pour le chef de l’Etat. En effet, depuis les débuts de la VeRépublique, jamais le Palais du Luxembourg n’avait connu une majorité de gauche, même s’il s’est parfois opposé vigoureusement à l’Exécutif (que l’on songe au combat de Gaston Monnerville contre Charles De Gaulle dans les années soixante et, dans une moindre mesure, à l’opposition que le Sénat manifesta envers les gouvernements socialistes, surtout lors du premier septennat de François Mitterrand). L’UMP a beau tenter de minimiser la raclée qu’elle a subie en expliquant que les gains des socialistes, des communistes et des Verts sont consécutifs aux victoires de la gauche aux dernières élections municipales, régionales et cantonales, il n’était pas évident que le Sénat changeât pour autant de camp dès cette année. C’est si vrai que jusqu’à ces derniers jours les dirigeants de la droite parlementaire étaient convaincus de garder le contrôle de la Haute Assemblée avec au moins une dizaine de sièges d’avance. En réalité, au-delà de la progression mécanique de la gauche liée à ses succès électoraux locaux, s’est manifestée dans ce scrutin réservé aux grands électeurs une fronde très nette contre le gouvernement et plus encore contre l’Elyséen. La réforme territoriale qui a été imposée au forceps, sans discussions, pour favoriser les intérêts exclusifs de l’UMP (du moins c’est ce qu’espéraient ses auteurs) a suscité une vague de mécontentements parmi les élus locaux qui en ont assez de n’être jamais ni écoutés ni consultés et d’être ainsi mis devant le fait accompli. La victoire surprise du dissident de l’UMP Pierre Charon à Paris, tout comme la défaite d’Isabelle Balkany dans les Hauts-de-Seine, sont un autre signe très clair de défiance envers le président de la République de la part d’élus pourtant estampillés UMP.

 

Théoriquement c’est Jean-Pierre Bel, le président du groupe socialiste au Palais du Luxembourg, qui devrait hériter le 1eroctobre du fauteuil de président du Sénat mais l’actuel titulaire, Gérard Larcher, qui dispose de solides réseaux maçonniques transcendant les étiquettes, pourrait peut-être créer la surprise, même si c’est l’Elysée a clairement indiqué qu’il fallait laisser les rênes de la Haute Assemblée à la gauche qui détient la majorité absolue (177 sièges sur 348). Cette nouvelle donne compliquera la tâche du gouvernement Fillon pour la fin de la mandature mais surtout, si comme c’est actuellement l’hypothèse la plus probable, le Parti socialiste et ses alliés conquièrent en 2012 l’Elysée, Matignon et obtiennent la majorité absolue à l’Assemblée nationale, la gauche disposera de tous les pouvoirs dans notre pays, ce qui est sans précédent depuis la IIIe République et elle pourra modifier la Constitution aussi souvent et aussi radicalement qu’elle le voudra. On songe notamment à l’octroi du droit de vote aux étrangers extra-européens, d’abord aux élections municipales, territoriales voire européennes et, pourquoi pas plus tard, à toutes les élections en vertu du principe de non-discrimination. Après tout les immigrés ont le droit de participer aux primaires socialistes du 9octobre, indication de ce que la gauche mettra en œuvre une fois aux responsabilités.

 

Une hypothèse d’autant plus sérieuse que l’étau se resserre autour du locataire de l’Elysée dans l’affaire Karachi. Depuis le 21septembre, deux très proches du chef de l’Etat— son ancien conseiller et ami Thierry Gaubert, frère de Patrick, l’ancien président de la LICRA, ainsi que Nicolas Bazire, témoin de son dernier mariage— sont directement dans le collimateur de la justice. Le premier, ci-devant responsable de la communication à la mairie de Neuilly du temps où officiait un certain Nicolas Sarkozy a été interpellé et mis en examen. Le second, directeur de cabinet d’Edouard Balladur à Matignon de 1993 à 1995, a été placé en garde à vue dans le cadre d’une enquête pour corruption liée à la vente de sous-marins au Pakistan en 1994. Plusieurs témoins entendus par le juge d’instruction Renaud VanRuymbeke ont ainsi incriminés les deux hommes dans le versement de rétrocommissions qui auraient servi à financer, l’année suivante, la campagne présidentielle d’Edouard Balladur. Mediapart et Le Nouvel Observateur ont publié un témoignage accablant d’Hélène de Yougoslavie, ex-épouse de Thierry Gaubert, qui raconte que son ex-mari avait accompagné l’affairiste franco-libanais Ziad Takieddine en Suisse pour «aller chercher des valises volumineuses de billets», ajoutant que ces précieux bagages étaient directement récupérés par Nicolas Bazire. «Nicolas Sarkozy est au cœur de la corruption» conclut Me Olivier Morice, avocat des familles des victimes de l’attentat de 2002 qui avait fait 11 morts au Pakistan— des salariés français de la Direction des constructions navales—. Me Morice explique que «lorsqu’il était ministre du Budget, Sarkozy a validé le système qui a permis le retour des commissions illicites».

 

L’élyséen est d’autant plus dans la nasse que son fidèle Brice Hortefeux, qui était pressenti pour diriger sa campagne présidentielle en 2012, s’est pris les pieds dans le tapis en téléphonant à son ami Thierry Gaubert pour lui révéler, angoissé, que son ex-épouse «balançait beaucoup». Si bien que Me Morice a porté plainte le 26septembre contre l’ex-ministre de l’Intérieur pour «subornation de témoin et entrave au bon fonctionnement de la justice». Si, contrairement à ce qui se passe d’ordinaire en pareil cas, l’affaire ne se dégonfle pas, le chef de l’Etat est dans de beaux draps. Au point qu’on peut se demander s’il pourra même briguer à nouveau la magistrature suprême.

 

jeromebourbon@yahoo.fr

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Articles de J. B.
commenter cet article
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 16:23

 

http://info-palestine.net/IMG/jpg/1252906500white_house_us_israeli_flags.jpg

 

Par Léon Camus

 

 

C’est acquis. Il n’y aura pas de nouvel État palestinien. Mais le déclin de l’influence et du pouvoir de nuisance de l’Entité israélienne semblent irréversiblement amorcés. Le collectivisme et l’empire soviétique n’auront vécu que sept décennies. De la même façon, gageons que le régime contre- nature qui s’est enkysté en Palestine n’en a plus pour très longtemps, ceci pour le grand bien de tous, Juifs et Palestiniens confondus, ainsi que pour le reste du monde.

Si les États-Unis ne parviennent pas à empêcher— à coup de promesses et de chantages— qu’une majorité de neuf pays(1) ne se constitue au sein du Conseil de Sécurité— car sans ces 9 votes favorables la requête de la Palestine sera définitivement rejetée — il lui faudra en dernier recours user de son droit de veto. Ce dont le président Obama et l’administration américaine ne veulent pour rien au monde, mais une éventualité qu’ils ont brandie haut comme une menace, tout en souhaitant ardemment ne pas s’en servir.

Le vendredi 23septembre Mahmoud Abbas, alias Abou Mazen, président virtuel— c’est-à-dire non réélu— de l’Autorité palestinienne, agissant en fait en tant que président de l’OLP [Organisation de libération de la Palestine] remettait solennellement une demande d’admission de la Palestine à l’Organisation des Nations Unies au Secrétaire général des Nations Unis, Ban Ki Moon pour transmission au Conseil de Sécurité. Si donc les Palestiniens n’obtiennent pas la majorité des 9, Washington pourra sauver la face en faisant l’économie d’un droit de veto potentiellement dévastateur pour son image de marque déjà en piètre état.

 

LES CONTORSIONS DE SARKOZY

 

Seront cependant en première ligne les pays qui, sensibles aux sirènes américaines, s’opposeront, par un vote négatif ou par l’abstention, à la demande d’Abou Mazen. Ils se placeront en porte-à-faux vis-à-vis d’une large majorité de leurs pairs favorables à l’admission, soit les 125 États qui ont déjà reconnu la future Palestine sur les 193 que compte l’Organisation des Nations Unies! C’est un risque que les Européens— l’Union Européenne se réduisant en l’occurrence à la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne— ont, jusqu’à la dernière minute, hésité à prendre. D’où les contorsions du président Sarkozy, décidément à l’aise dans son rôle de monsieur bons offices éradicateur de tyrannies orientales et promoteur tous azimuts de la démocrature, qui a tenté— en lui promettant monts et merveilles, mais en vain— de convaincre Abbas de retirer son projet. Paris n’avait en effet rien trouvé de mieux que d’avancer la solution vaticane! À savoir donner en lot de consolation aux Palestiniens le sucre d’orge du statut d’observateur aux Nations Unis à l’instar du Vatican, État à part entière certes, tout comme d’ailleurs l’ordre de Malte, mais sans siège et sans droit de vote.

Las, Abbas avait lui-même le dos au mur et il lui fallait aujourd’hui autre chose de plus consistant que des promesses de négociations bidons pour calmer la rue arabe et retarder un printemps palestinien et une éventuelle Troisième Intifada pouvant survenir à tout moment! L’Europe ne se montre au fond attentiste que pour mieux se poser en alternative à Washington, mais c’est toujours pour protéger les intérêts de Tel-Aviv, et cela ne trompe plus personne. Généreuse avec les Palestiniens quand il s’agit de réparer les blessures causées par les bombardements de Tsahal— avec les deniers des classes moyennes européennes— l’Union Européenne leur a souvent fait miroiter un dialogue impossible avec un interlocuteur qui certes veut bien parler, mais pour ne rien dire et surtout, ne pas aboutir.

En cas d’échec de la diplomatie prescriptive et dissuasive du Département d’État— si la cause palestinienne atteignait la majorité fatidique des neuf voix— Washington se verra contrainte de recourir une fois encore au veto pour ménager Israël et l’AIPAC. Un droit de veto constitué en véritable doctrine lorsqu’il s’agit d’Israël, puisque les États-Unis en ont usé 83 fois à son profit depuis 1972 et son premier emploi. L’option à éviter par excellence pour Obama qui, ce faisant, se décrédibiliserait un peu plus en se déjugeant (comportement honni des Américains qui ont le parjure en horreur) pour avoir maintes fois annoncé la création d’un État palestinien dans les frontières de 1967.

Dans son discours du Caire du 4juin 2009, Obama réaffirmait en effet les droits inaliénables des Palestiniens, Israël devant enfin comprendre que «le droit de la Palestine à exister ne peut être nié… les États-Unis n’acceptant plus la colonisation comme légitime». Il y a un an jour pour jour, le 23septembre 2010, Obama proclamait un peu vite devant l’Assemblée générale des Nations Unies que «l’an prochain… l’on verrait la naissance d’un État souverain de Palestine vivant en paix avec Israël». Mais le 24mai dernier, Benjamin Netanyahou venait discourir devant un Congrès américain enthousiaste— debout à vingt reprises pour ovationner le Premier ministre israélien— et dicter ses volontés aux représentants d’une Amérique vassalisée aux intérêts d’une poignée d’ultras— les likoudistes— arcboutés sur le rêve d’un État sûr de lui et dominateur pour les siècles des siècles. L’histoire nous dira si ces gens ont péché par excès d’orgueil— par hybris— ou si l’histoire finira par leur donner raison, fût-ce au prix du chaos universel.

 

LE NIET DE NETANYAHOU

 

Benjamin Netanyahou posait donc en préalable à toute création d’un État palestinien la passation d’un accord négocié entre les deux parties, israélienne et palestinienne, autrement dit entre le Lion et le Lièvre: «Si un accord n’est pas trouvé, les Palestiniens ne connaîtront jamais la fierté et la dignité qui vont de pair avec leur propre Etat. Les Israéliens ne connaîtront jamais la confiance et la sécurité que procurent des voisins qui croient en la coexistence pacifique. Ce sont les Israéliens et les Palestiniens qui doivent faire la paix»… refusant du même souffle tout retour aux frontières d’avant 1967 et tout arrêt de la colonisation de la Cisjordanie comme base de discussion d’un futur Etat palestinien. De l’art de dire une chose et son contraire et de poser comme condition a priori une impossibilité majeure. Conclusion, les Palestiniens interviennent maintenant “unilatéralement”. Et il est très laid de ne pas demander à son tuteur le droit de respirer. Par conséquent ils doivent être punis. On va, une fois encore, leur couper les vivres(2).

Autant dire qu’un retour à la “négociation” renverrait aussitôt aux calendes grecques la naissance d’un État pourtant prévu à l’origine par le Plan de partage voté par l’Assemblée générale des Nations Unies le 29 novembre 1947 en application de la Résolution 181 prévoyant la création de deux États, l’un arabe l’autre juif, avant le 1er octobre 1948 au plus tard. Il est vrai que l’Agence juive avait à l’époque accepté ce compromis, mais du bout des lèvres, mécontente qu’elle était des limites territoriales qui lui étaient imposées. La guerre de juin 1967 allait corriger le tir. A contrario Palestiniens et États arabes refusèrent le Plan au motif qu’il violait la Charte des Nations Unies reconnaissant à chaque peuple le droit de décider de son propre destin. En outre, aux yeux des Arabes le partage devait préluder au dépeçage de leur pays en accordant un statut préférentiel et d’exception à une minorité, laquelle s’était imposée par la violence et le terrorisme le plus abject. Un statut d’exception que les Arabes jugeaient précurseur d’une future politique de ségrégation. Ce qui ne manqua pas de se produire.

 

UNE INJUSTICE QUI CONTINUE

 

Soixante-quatre ans après le Plan de partage, quarante-quatre ans après la guerre des Six-Jours, dix-huit après les accords d’Oslo signés à Washington le 13septembre 1993, la situation en est toujours au point mort. Or l’abcès purulent du contentieux israélo-palestinien hypothèque non seulement le Proche-Orient, mais il vicie l’ensemble des relations internationales. Et la situation ne fait qu’empirer d’année en année, de guerre en guerre. Gaza est aujourd’hui réduite à n’être qu’un vaste ghetto surpeuplé (un camp de concentration à ciel ouvert diront certains) tandis que la colonisation juive dévore la Cisjordanie occupant 42% de son territoire au profit de quelque 600000 colons (200000 en 1991 à l’heure de la Conférence de Madrid). Des hommes et des femmes qui revendiquent férocement, les larmes aux yeux, une terre que Yahvé leur aurait donnée naguère, un nombre indéterminé, mais imposant, de siècles auparavant. À l’heure de l’athéisme militant, des campagnes de démolition méthodique de la catholicité, à une époque où la foi chavire de toute part battue en brèche par le rationalisme matérialiste consumériste, il est cocasse que nul ne trouve à redire à ce que le nom d’Élohim soit invoqué pour justifier une spoliation d’un cynisme achevé. La religion, ridiculisée, vilipendée, bafouée chez les uns, devient un argument irréfragable chez les autres!

 

UNE COLONISATION GALOPANTE QUI ASPHYXIE LES PALESTINIENS

 

Des colonies qui rendent de facto impossible voire impensable toute création d’un État palestinien et encore moins l’octroi de Jérusalem-Est comme capitale de cet hypothétique État, caviardée qu’elle est par une colonisation galopante. Ce pourquoi si Abou Mazen avait pu faire autrement, s’il avait eu en face de lui des gens décidés à renouer avec «la Paix des braves», celle qu’avait semblé souhaiter Yitzhak Rabin avec les Accords d’Oslo avant d’être assassiné à Tel-Aviv le 4novembre 1995, jamais, oh grand jamais, il n’eût demandé la reconnaissance d’un État palestinien. Mais la coupe était pleine, promené depuis quatre décennies de négociations en négociations, celles-ci à leur tour renégociées ad nauseam, les dirigeants israéliens sont, cette fois-ci, allés trop loin. Sans avoir épuisé leurs réserves de trucages en tout genre, ils ne sont cependant pas parvenus à maintenir Abbas dans la nasse où ils le tenaient serré. Les printemps arabes sont passés par là et ont changé la donne géopolitique au Levant. Et les bonnes vieilles ficelles commencent à être périmées à l’ère de la télématique et de l’Internet.

En tout état de cause, les négociations directes entre les deux parties sont interrompues depuis un an, achoppant sur le gel (partiel) de la colonisation. La prolongation d’un moratoire de dix mois avait été refusé catégoriquement par Benjamin Netanyahou au cours de sa rencontre du 6juillet 2010 à la Maison-Blanche avec Barack Obama. Le Premier ministre israélien avait alors envoyé balader le président américain, montrant à cette occasion qui est la marionnette et qui est le ventriloque! Aujourd’hui Barak Obama volens nolens tourne le dos aux 51% d’Américains favorables à la création d’un État palestinien que mentionnait USA Today le 4juin 2009 (45% l’été dernier), préférant les 2% de l’électorat juif traditionnellement démocrate et dont 80% lui avaient apporté leurs suffrages en 2008. À croire que dans la super-démocratie américaine tous les suffrages ne pèsent pas du même poids et qu’en outre, certains sont plus “égaux” que d’autres! Cela malgré tout sans oublier les 50millions d’Évangélistes— dont le littéralisme vétérotestamentaire n’a rien à envier au fondamentalisme musulman— et autres sectes judéo-protestantes qui leur sont associées dans l’espoir du retour, ou de la venue, du Messie sur la Terre promise!

 

UNE ENTITÉ SIONISTE DE PLUS EN PLUS ISOLÉE ET HONNIE

 

Mais puisque tout est joué et verrouillé, en principe, au Conseil de Sécurité, puisqu’in fine la création d’un État palestinien ne changerait rien aux réalités de terrain, pourquoi tout ce ramdam et ce déballage diplomatico-médiatique? Pourquoi les Israéliens sont-ils sortis du bois pour tempêter, exigeant de la Grande Amérique qu’une fois encore elle s’engage à leurs côtés en un douteux combat dont l’issue n’a concrètement qu’une importance très relative? Sans doute parce que les victoires réelles— l’étranglement progressif du peuple palestinien réduit à quia— peuvent constituer en contrepartie de dévastatrices défaites symboliques.

Car c’est bien la perception subjective des événements qui l’emporte à tout coup sur la réalité vraie. Ceux qui ont forgé les grands mythes du XXesiècle et ceux du millénaire naissant— telle la religion avortée du 11/9— le savent pertinemment. Sauf qu’ils commencent à perdre la main. Le terrorisme intellectuel, aussi médiatiquement puissant soit-il, connaît ses limites et comme pour toute bulle spéculative, les effondrements sont aussi spectaculaires que soudains. Et c’est bien cela qui sous-tend les grands émois diplomatiques dont nous sommes les témoins amusés et consternés… Qu’il nous faut replacer dans leur contexte événementiel: Israël ne vient-elle pas de perdre coup sur coup ses deux grands alliés régionaux, l’Égypte et la Turquie? L’ambassade d’Israël au Caire envahie dans la soirée du 9septembre avec 4 morts et un millier de blessés, le personnel diplomatique exfiltré en urgence, est un signe qui ne trompe pas. De façon totalement inhabituelle Tel-Aviv fit le gros dos et passa l’incident par pertes et profits, autre signe révélateur d’un changement de paradigme. Quant à la Turquie, elle vient d’annoncer par la bouche de son Premier ministre Erdogan qu’elle entendait le cas échéant forcer le blocus de Gaza par des navires humanitaires escortés par sa marine de guerre. On ne saurait être plus clair!

Ajoutons que la Palestine, même seulement membre observateur de l’Organisation des Nations Unies, pourra de ce chef saisir le Tribunal pénal international des crimes de guerre ou contre l’humanité régulièrement perpétrés contre sa population par l’entité sioniste. Ce qui jusqu’à présent lui était interdit. Cette seule perspective est jugée intolérable à Tel-Aviv, nul n’ayant le droit de juger ceux qui se placent ipso facto au-dessus de toutes les lois humaines. Pire, la demande palestinienne vient jeter un jour cru sur le rejet universel dont fait l’objet la politique insensée des classes dirigeantes d’Israël qui prétendent sans rire être «la seule démocratie du Proche-Orient» alors qu’elle ne possède d’autre Constitution que la Thora… le loup-garou s’affublant de la dépouille de l’agneau et une théocratie parlementaire finalement peu différente de la République islamique d’Iran, l’hypocrisie en plus.

Après le rejet (assuré) par le Conseil de Sécurité de la demande palestinienne, un vote de l’assemblée générale interviendra nécessairement— mais ne pouvant déboucher sur une admission à part entière— qui révélera l’isolement(3) où Israël s’est elle-même enfermée. Ouvrant par là l’ère des replis stratégiques et des batailles d’arrière-garde au risque d’entraîner la Région dans sa chute et de précipiter l’Amérique dans de nouveaux conflits déjà en gestation, au Liban, en Syrie et contre l’Iran. Des conflagrations qui estomperont de plus en plus difficilement les crises morale et sociétale qui ravagent un Occident qui se refuse à prendre la mesure du monde actuel. Ce ne sont pas de vains mots, la défaite d’Israël devant les Nations Unies sera aussi la défaite d’un camp occidentaliste énervé, décérébré, borné parce que déspiritualisé et qui a le tort fatal de choisir, contre toute raison, la voie sans issue du mensonge et de l’injustice.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans A lire dans RIVAROL
commenter cet article
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 11:28

http://www.monanneeaucollege.com/5.svt.chap14/pillule1b.jpg

 

La solution face aux grossesses imprévues des adolescentes? Une "contraception indépendante de la volonté", dixit le professeur Nisand, Israël de son petit nom. L'implant contraceptif permettrait de pallier aux oublis de pillule. Pour que les jeunes puissent coucher à droite à gauche sans laisser de traces, l'implant sera certainement très efficace. Pour aider les jeunes à comprendre la fausse componction d'un DSK s'accusant de "faute morale", moins.

 

Cette contraception obligatoire est paradoxale car elle souligne l'irresponsabilité des adolescents, dont on approuve dans le même temps le comportement "d'adultes consentants". Au lieu d'en faire des hommes et des femmes responsables, on en fait des jouisseurs qui, esclaves de leurs passions, n'auront qu'indifférence pour le bien commun tant qu'il auront du pain, des jeux, et du sexe.

 

De plus la prétendue libération de la femme, ainsi que le cadeau fait aux hommes par la loi Veil ("tu avortes ou je te quitte"), ne peuvent qu'entraîner une plus grande fragilité de la famille. Le père, la mère, d'un même peuple et d'une même culture, élevant ensemble des enfants au sens premier du terme: les élevant au-dessus de leur petite personne, leur apprenant ce que signifie l'appartenance à une nation, et le don de soi, le sens du sacrifice.

 

On se plaint de la corruption des politiques, qui va de pair avec la corruption des moeurs. Mais les peuples ont les dirigeants qu'ils méritent.

 


Source.

 

 

 

 

N. B. : deux exemples de la destruction de la famille: les affiches Gleeden et Eram.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Point de vue
commenter cet article
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 10:45

 

http://marketing2enjoy.files.wordpress.com/2008/10/htc_touchhd.jpg

 

Après l'application "juif ou pas juif", une application pour les mamans anxieuses: "mon fils est-il gay?" Les associations LGBT ne peuvent malheureusement pas attaquer l'application qui n'est pas ouvertement homophobe, mais elles sont vertes de rage.

 

Source.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Humour
commenter cet article
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 10:54

C'est ainsi qu'aurait dû s'intituler La nouvelle Guerre des Boutons, de Christophe Barratier, qui a apparemment plus à voir avec Au revoir les enfants qu'avec le film original de Yves Robert.

 

Comme deux remakes sortent en même temps, vous savez lequel ne pas aller voir.

 

 

 

 

Pour les nostalgiques:

 

 

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Vidéos
commenter cet article
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 10:21

 

http://photo.lejdd.fr/media/images/international/proche-orient/drapeau-palestinien-cisjordanie/1171072-1-fre-FR/Drapeau-palestinien-Cisjordanie_pics_809.jpg

 

 

AFP:

 

 

JERUSALEM — Israël a rejeté vendredi la proposition du président français Nicolas Sarkozy d'accorder un "statut intermédiaire d'Etat observateur" pour la Palestine à l'ONU, en la qualifiant de "fausse bonne idée", a déclaré le porte-parole des Affaires étrangères à l'AFP.

 

"Il s'agit d'une fausse bonne idée car il est impossible de brûler les étapes en accordant un Etat aux Palestiniens quelle que soit son appellation. Un Etat palestinien ne peut résulter que d'un accord avec Israël", a affirmé Yigal Palmor.

 

Le discours du président Sarkozy a en revanche été accueilli "positivement" par les Palestiniens qui se sont déclarés "prêts à travailler" aux propositions du président français.

 

 

 

http://www.parti-de-la-france.fr/files/image/actualite/thumb.small.26375219185.jpg

Communiqué de Carl Lang, candidat de la droite nationale à l'élection présidentielle, le 21 septembre:

 

 

La négation permanente par Israël des droits historiques du peuple palestinien n’a servi que le camp de tous les fanatiques en exacerbant les frustrations et les haines, en favorisant le terrorisme et en servant l’action des stratèges irresponsables de la tension.Il parait donc clair qu'aucune discussion bilatérale n’a jamais pu aboutir car elles se sont toutes résumées à un rapport de force permanent ou à un dialogue de sourds. Il est temps de créer les conditions de la paix.


Au moment où Mahmoud Abbas, dirigeant de l’autorité palestinienne, souhaite voir reconnaitre par l’ONU un Etat palestinien, l’Assemblée générale des Nations Unies qui se tient cette semaine à New York, a le choix entre un refus entrainant la certitude de la guerre perpétuelle et un accord ouvrant la voie de la paix.


La démonstration semble faite que malgré ses promesses de début de mandat, le président américain Obama n’est plus que la marionnette des puissances financières qui ont fait son élection en 2008 et qui pourraient la défaire en 2012.


En conséquence, il appartient aux autres nations du monde de mettre enfin un terme à la persécution historique dont est victime depuis trop longtemps et de manière insupportable le peuple palestinien.
Il est temps, au même titre que l’ONU a reconnu l’existence de l’Etat d’Israël, qu’elle reconnaisse enfin l’existence d’un Etat palestinien créé sur les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale.

 

 


Site du Parti de la France.

 


Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 10:10

 

 

Le Point:

 

Elle s'appelle Kenza Drider, elle est d'origine marocaine, habite Avignon et elle est candidate à l'élection présidentielle. Signe particulier : son visage est caché par un voile noir. Elle porte le niqab "depuis treize ans", précise-t-elle. Mercredi, à Aulnay-sous-Bois, elle donnait une première conférence de presse en exclusivité à des médias choisis : Le Point.fr, CNN et l'agence américaine Associated Press.

 

 

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Vidéos
commenter cet article
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 14:34

 

http://www.linternaute.com/nature-animaux/magazine/photo/l-animal-que-les-lecteurs-ont-choisi-comme-symbole-pour-l-europe/image/mouton-433958.jpg

 

Une charge contre l'IVG dans le Figaro? C'est ce que l'on aurait pu croire en lisant les premiers mots d'un article disponible en ligne :

 

L'Institut d'études démographique publie une étude sur le comportement de ces femmes qui refusent de jouer leur rôle de mère.

 

En fait, le quotidien s'intéresse à la question des accouchements sous X. Les femmes qui donnent leurs enfants à l'adoption sont donc des mères indignes, tandis que les femmes qui avortent exerceraient leur "liberté de choix", leur "droit à disposer de leur corps", etc. Rien pour faire pleurer dans les chaumières, rien pour attendrir le lecteur sur le sort de ces "femmes qui effacent leur maternité".

 

Effacer sa maternité, n'est-ce pas pourtant la définition par excellence de ce qu'est un avortement? Une telle expression ne se trouverait jamais dans un article sur l'IVG, le but étant toujours, dans ce cas là, de déculpabiliser, déresponsabiliser.

 

L'article, anecdotique, illustre bien cette manipulation du langage caractéristique de la "grande" presse, et comment, sous couvert d'information, on fait passer un message précis: ici, l'accouchement sous X est dénigré au profit de l'IVG qui aurait été une solution tellement commode, si la grossesse avait pu être repérée plus tôt.

 

Ailleurs, nous aurons l'histoire de ce couple homo à l'amour vrai et fort, souffrant de ne pouvoir s'unir, tandis qu'on nous rappellera qu'un mariage sur deux finit par un divorce. Dans la même veine, on note une multiplication des reportages sur les lesbiennes qui tentent des FIV, sous prétexte qu'elles ont "droit" à la maternité, et on présente toujours des couples attendrissants, ayant déjà peut-être un enfant dont on voit qu'il est aussi épanouï que n'importe quel autre.

 

http://droitsegalite.files.wordpress.com/2010/06/lesbian-couple.jpg

 

Le bon, le bien, est, comme les produits de supermarché, défini par le fameux "vu à la télé" ou sa variante, "lu dans le Figaro", quand ce n'est pas Elle.

 

Nous parlons ici d'éthique, mais la manipulation est tout aussi évidente sur d'autres sujets qui fâchent: immigration, racisme anti-Blancs, hystérie féministe. Ainsi, la nationalité des délinquants ou des assassins est souvent occultée: on lit des jeunes de Clichy, un homme de 35 ans, etc. Impossible d'avoir une information précise, encore moins d'établir des statistiques. Souvenons-nous des mésaventures de Zemmour pour qui les délinquants sont plus souvent noirs et arabes... Zemmour qui lui-même illustre une affirmation interdite, à savoir que les juifs et les media font assez bon ménage. Mais il faut être antisémite pour souligner la judaité d'un journaliste ou d'un homme politique, car, paraît-il, cette caractéristique ne les définit aucunement. Elle ne les rendra pas plus complaisants envers Israël, par exemple. Ils seront tout aussi objectifs, tout aussi justes, le CRIF et la LICRA s'en portent garants! Mais ce n'est tout de même pas de leur faute si les antisémites sont partout. Fofana, par exemple, avec son gang des Barbares: antisémite! Il aurait massacré un Blanc, il n'aurait pas commis de crime raciste (le CRAN et Audrey Pulvar auraient veillé à la formulation), mais pas de chance, sa victime est juive. Il est donc nécessairement antisémite. Tous les media ont relayé l'info, comme une piqûre de rappel pour la populace. Attention, l'antisémitisme est à nos portes.

 

http://www.lepoint.fr/content/system/media/1/200904/43394_une-fofana.jpg

 

Manque de chance, avec la bobine du barbare, le faire passer pour un néo-nazi était un peu risqué, il a donc fallu se contenter de cette image inconfortable du Français pas de souche torturant et tuant. L'idée des "chances pour la France" en a pris un coup, mais toute la pédagogie résidait dans l'appartenance religieuse du supplicié. Parfois on ne peut pas tout avoir.

 

Nous autre nationaux sommes-nous à l'abri de cette manipulation? Il faut l'espérer, mais dans notre entourage immédiat, enfants, neveux, amis, qui sait si elle n'est pas efficacement à l'oeuvre?

 

Laisser de bons journaux à la portée des jeunes, les inviter à rejoindre des mouvements nationalistes, photocopier et distribuer des tracts ou des articles, ce sont là des gestes militants élémentaires que tous les nationaux devraient s'engager à poser. Il ne suffit pas de fonder une famille solide, unie: il faut s'assurer que les enfants fonderont à leur tour des foyers nationalistes, des foyers de résistance face au rouleau compresseur de la pensée unique.

 

Je ne peux terminer sans vous encourager vivement, comme souvent, à vous ABONNER A RIVAROL, et faire ainsi "un pied de nez au Système", ou tout autre geste qu'il vous semblera bon d'esquisser mais qu'il ne siérait pas de décrire ici...

 


Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Point de vue
commenter cet article
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 14:05
Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Agenda
commenter cet article