Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 18:22

 

Le 13 septembre 2011.

 

 



 


Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Vidéos
commenter cet article
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 18:06

 

 

Une majorité de sondages pas tellement favorables, voir ici.

 

 

sondage1

 

 

Merci à C. G.

Repost 0
Published by Rivarol blog
commenter cet article
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 17:58

http://s.tf1.fr/mmdia/i/49/1/juif-ou-pas-juif-l-application-iphone-qui-fait-polemique-10540491eobrf_1713.jpg?v=1

 

... David Rachline?

 

David Rachline explique qu'il n'est pas juif « selon les codes » : sa mère ne l'est pas. Mais son père, Serge Rachline était juif non pratiquant et socialiste (« du genre Nouvel Obs »). Il avait 16 ans quand il est décédé.

 

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Humour
commenter cet article
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 17:44

 

http://www.licence-marketing-digital.fr/images/stories/universite-lyon-3/logo-universite-lyon-3.jpg

 

 

Affligeant! L'Education Nationale a bien fait son oeuvre, voilà une jeunesse tout à fait formatée. Cette épisode de crétinerie ordinaire souligne en tout cas la nécessité de l'enrôlement des jeunes dans des mouvements tels que l'Oeuvre Française , ou le Renouveau Français dont le président, Thibaut de Chassey, donnait une interview dans le dernier Rivarol.


 

Le Progrès:

 

Polémique. Après cinq années de suspension disciplinaire, l’élu Front national a repris hier ses cours de professeur de commerce international et japonais. Environ 200 personnes se sont rassemblées pour protester

 

« La jeunesse contre l’extrême droite ». La banderole est fermement tenue par des militants de l’Unef devant l’entrée de Lyon 3. Le syndicat étudiant majoritaire a largement contribué au comité d’accueil, installé dès 15 h 30 hier, une heure et demie avant le début du premier cours de Bruno Gollnisch, sur le site de la Manufacture des Tabacs. Le professeur de japonais et de commerce international réintègre l’université au terme d’une sanction disciplinaire prononcée en 2006 par le Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (lire par ailleurs).

 

Devant l’entrée, la plupart des deux cents personnes rassemblées militent dans des associations. D’autres, comme Clémence, sont des étudiants lambda. « Je ne comprends pas que quelqu’un comme Gollnisch puisse enseigner après ce qu’il a dit ». À ce moment, les paroles de la jeune fille sont couvertes par des cris. « Bleu-blanc-rouge, la France aux Français ! ». Une douzaine de militants d’extrême-droite viennent de se poster à quelques mètres dans la rue. Les invectives pleuvent entre les deux groupes, surveillés de près par les forces de l’ordre. « Fachos hors des facs » versus « Les gauchistes au goulag ». « Nous sommes tous des enfants d’immigrés » d’un côté. « Nous sommes des mangeurs de cochon » de l’autre.

 

Quelques drapeaux rouges de jeunes communistes retardataires apparaissent. Une bagarre commence. Les jeunes vêtus de noir appartiennent pour la plupart à l’Œuvre française, mouvement nationaliste dont certains membres ont été exclus par Marine Le Pen. Ils sont rapidement encerclés par la police. L’affaire se conclut sans blessé. Un militant d’extrême gauche est discrètement interpellé.

 

Seul au milieu de la rue, un grand gaillard continue de crier des slogans nationalistes. Il s’agit d’Yvan Bénédetti, ex-conseiller municipal FN de Vénissieux. Il dit être venu « soutenir (son) ami Bruno Gollnisch ». Ce serait extraordinaire qu’il ne puisse faire cours alors qu’il y a un terrorisme de gauche et d’extrême gauche dans les facs » ajoute-t-il. Derrière la banderole, les discours s’enchaînent. « Jean Moulin aurait honte de voir quelqu’un comme Gollnisch réintégrer dans le calme l’université qui porte son nom » affirme un responsable de l’Unef. « Nous dirons au ministère de l’Enseignement supérieur qu’il y a un vrai problème moral à ce que des gens prônant des thèses négationnistes et le refus de l’autre aient leur place à l’université » poursuit Roger Benguigui, président de la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme en Rhône-Alpes.

 

Bruno Gollnisch est pour sa part devant l’amphithéâtre où il doit donner un cours de japonais moderne. Depuis lundi il circule dans l’université, enseigne sans anicroche. A 61 ans, il se dit « heureux de retrouver des étudiants. Devant la porte, deux jeunes hommes le saluent chaleureusement. Jean-Clément est particulièrement souriant. Inscrit en deuxième année de langues étrangères appliquées et né au Sénégal, il critique la polémique. « Je trouve parfaitement ridicule de confondre une opinion politique ou une assertion avec une capacité d’enseignement (..) Ce n’est pas la première fois que je ne suis pas d’accord avec les opinions politiques de certains profs. Cela ne m’empêche pas de les apprécier ».

 

Le cours commence. Comme un prof « normal » Bruno Gollnisch salue la quarantaine d’étudiants et leur demande de remplir une petite fiche de renseignements. Dehors, son comité d’accueil s’est dispersé sans tenter de perturber le cours.

 

 

 

Merci à C. G.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 10:58

 

http://www.walkingbutterfly.com/wp-content/uploads/2011/01/martin-luther-king.jpg

 

MLK se vautrait-il dans le stupre et la fornication? C'est ce que croyait en tout cas Jackie Kennedy:

 

 Une vidéo à ce sujet ici.

 

Article lié à la vidéo:


 

Jackie Kennedy a accordé huit heures d'entrevue à l'historien Arthur Schlesinger, sept mois après l'assassinat de son mari, en novembre 1963.

Dans ces entretiens, Jacqueline Bouvier Kennedy aborde un grand nombre de sujets, dont la crise des missiles à Cuba et sa peur d'une guerre nucléaire.

On y apprend qu'elle avait une opinion bien tranchée de certains grands hommes et femmes de l'époque, dont elle parle avec des termes peu flatteurs :

  • Martin Luther King (pasteur et militant pour les droits civiques) : un sale type qui aimait les partouzes;
  • Charles de Gaulle (président de la France) : un homme à l'ego démesuré;
  • Indira Gandhi (première ministre indienne) : aigrie et désagréable;
  • John Diefenbaker (premier ministre canadien) : un être ennuyant.

En pleine guerre froide entre les États-Unis et l'Union soviétique, elle suppliait son mari de ne pas la renvoyer de la Maison-Blanche avec les enfants en cas d'attaque nucléaire. « Je veux mourir avec toi », lui disait-elle.

On apprend également que John F. Kennedy était inquiet à l'idée que Lyndon Johnson, son vice-président, puisse lui succéder. Après son assassinat, c'est pourtant ce qui arrivera.

L'entretien sera diffusé aux États-Unis le 14 septembre.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 19:09

 

http://2.bp.blogspot.com/_1HE-Da-B2yE/Sh0zfFwiuOI/AAAAAAAAA6M/oum5PfSMJ30/s400/p1010202.jpg

 

 

Carl LANG : “Il faut décoloniser la France et l’Europe”

 

 

Le 13 septembre, dans un hôtel situé à deux pas de la statue de Jeanne d’Arc place des Pyramides à Paris, Carl Lang a annoncé sa candidature à la présidentielle de 2012. Soutenu par la NDP de Robert Spieler, le MNR d’Annick Martin, le président du Cercle national des combattants Roger Holeindre, le président de France Résistance Pierre Descaves, tous présents dans la salle, le chef du Parti de la France a expliqué les raisons de son engagement.

 

Nous l’avons rencontré pour qu’il nous explique le sens de sa démarche.

 

RIVAROL: Pourquoi êtes-vous candidat à la présidentielle?

 

Carl LANG: Après un examen attentif de la situation politique en France, il nous est apparu urgent d’engager un processus de refondation de la droite nationale et européenne. Cette reconstruction comprend plusieurs étapes: la présentation d’un candidat à la présidentielle et la mise en place d’une structure confédérale de rassemblement des nationaux pour les législatives de juin 2012. Cette refondation se fait à la fois sur la forme et sur le fond. Nous ne croyons pas à des structures qui accordent les pleins pouvoirs à une personnalité sans contrepoids ni dialogue en interne. Cette forme autoritaire et centralisée a montré ses limites ; nous croyons à une démarche collégiale et confédérale. Sur le fond nous entendons afficher clairement nos convictions, nos valeurs et nos principes. Or aujourd’hui aucun des candidats déclarés ne se réclame de la droite nationale et européenne. Nicolas Sarkozy est le candidat de la droite ultra-libérale, européiste et mondialiste, Dupont-Aignan est un candidat qui se veut gaulliste, Mme Le Pen se dit ni de gauche ni de droite, elle se déclare même plus à gauche qu’Obama et se dit proche du socialiste Arnaud Montebourg! Nos idées et nos valeurs n’étant pas représentées, il était naturel et légitime que je sois candidat.

 

R.: Quels sont les axes de campagne que vous allez développer ?

 

Carl LANG : Notre campagne a deux mots d’ordre: décolonisation de la France et de l’Europe car notre pays et notre continent font face depuis plusieurs décennies à un processus massif et destructeur de colonisation migratoire, économique, financière, culturelle et reconquête nationale et européenne dans tous les domaines. Pendant longtemps nous avons mené des batailles de résistance nationale. Il faut aujourd’hui engager tous azimuts une bataille politique de reconquête.

 

REFUS DE LA CULTURE DE MORT

 

Reconquête culturelle, identitaire et spirituelle d’abord. Il faut affirmer le droit du peuple français à rester lui-même et défendre de manière intransigeante notre patrimoine national, nos valeurs de civilisation. Refusant tout discours laïciste, nous entendons rappeler la tradition chrétienne de la France.


Reconquête sociale, familiale et démographique. Au-delà de la dette financière, il faut répondre à la dette démographique de notre pays. Nous devons réaffirmer le rôle essentiel de la famille dans notre société. Nous proposons la mise en place d’un statut de la mère de famille, nous entendons défendre le modèle familial conforme à la tradition française et chrétienne et fondé sur le mariage d’un homme et d’une femme, nous nous opposons totalement aux idéologies de mort (avortement, euthanasie…) Nous prônons la défense de la vie de la conception à la mort naturelle, du mariage traditionnel et nous refusons catégoriquement toutes les formes subversives de destruction du modèle familial (Pacs, mariage et droit d’adoption pour les homosexuels…)


Notre pays étant écrasé par le poids de la dette et des déficits publics, en matière sociale nous sommes par ailleurs favorables non pas seulement à la préférence nationale mais  à l’exclusivité nationale. Les aides sociales et familiales doivent en effet être réservées en France aux familles françaises .

 

MISE EN PLACE D’UNE TVA SUR LES PRODUITS IMPORTÉS

 

Reconquête économique et budgétaire. Il est temps de sortir la France d’un état de fait post-socialiste, quasi-collectiviste ou étatiste. Nous avons un potentiel de redressement économique en nous appuyant sur l’initiative privée, sur l’entreprise, sur le risque, en sortant de l’Etat Providence, de l’étatisme, du fiscalisme, bref en tournant le dos à trente-cinq ans de quasi-socialisme. Face au dogme du libre-échange, à la dictature du marché ouvert, il faut mettre en œuvre une régulation financière et commerciale, une redéfinition des règles du commerce mondial de sorte que nos produits fabriqués en France puissent redevenir compétitifs. Il faut produire français en France avec des Français en permettant aux entreprises d’être libérées du coût des charges sociales qui sont insupportables. Je propose que soit mise en place une TVA spécifique sur les produits d’importation qui permettrait de financer notre système de protection sociale et de libérer le travail du poids des cotisations sociales.

 

Outre le principe de régulation des échanges, il faut réaffirmer la préférence communautaire qui est depuis longtemps abandonnée, mettre en place une étroite surveillance financière. Il faut différencier les banques de dépôt et les banques d’affaires. La frontière entre les deux doit être nette afin que les épargnants ne soient pas lésés. L’Etat doit contrôler les activités bancaires et, si le besoin s’en fait sentir, peut même nationaliser telle ou telle banque. Il faut affirmer aussi le principe de responsabilité budgétaire. Depuis 1974 tous les budgets de l’Etat ont été déficitaires. Aujourd’hui l’impôt sur le revenu sert à payer les intérêts de la dette. Nous ne pouvons plus continuer ainsi. Au lieu d’augmenter les impôts, ce qui est imbécile, il faut réduire les dépenses publiques. Sait-on que le coût de l’immigration est de 70 milliards d’euros par an?


En matière économique, il faut aussi promouvoir le savoir et le savoir-faire et entreprendre à cet effet une grande réforme de la formation continue. Il faut aussi affirmer le principe de l’indépendance énergétique et alimentaire de la France. L’agriculture est une activité stratégique et nous devons protéger le monde paysan. La reconquête économique implique enfin la mis en œuvre de la préférence nationale et européenne à l’embauche.

 

Reconquête de la sécurité intérieure pour que soit rétabli l’ordre public. La loi doit être appliquée rigoureusement dans tous les domaines et les délinquants étrangers systématiquement expulsés.

 

Reconquête de la souveraineté nationale. Nous souhaitons en effet construire une Europe des patries. Nous refusons l’Europe fédérale et centralisée. L’Europe doit être à géométrie variable et ne pas être un carcan. Elle doit être respectueuse de la souveraineté et de l’identité des nations qui la composent.

 

Reconquête diplomatique avec une politique étrangère qui soit conforme aux intérêts de la France et de l’Europe dans le cadre d’une grande Europe des nations souveraines et des peuples libres. Le monde tel qu’il existait au lendemain de la Seconde Guerre mondiale a disparu avec l’effondrement de Berlin et de l’Union soviétique. Pourtant nos dirigeants agissent encore aujourd’hui comme si nous avions toujours affaire au bloc Est-Ouest. Or nous n’avons pas à défendre les intérêts géostratégiques des Etats-Unis. En ce sens, nous condamnons la participation de notre pays à la guerre en Afghanistan et en Libye. Le recours à nos forces armées n’est légitime que lorsque notre défense intérieure ou extérieure est directement mise en cause, lorsque nos intérêts vitaux sont en jeu ou lorsque des ressortissants français à l’étranger sont menacés. Plutôt que de nous aligner sur l’Oncle Sam, il nous paraît urgent de mettre en place des relations de partenariat privilégié avec la Russie.

 

ABROGATION DE LA LOI GAYSSOT

 

Reconquête institutionnelle et démocratique. La France est certes une République, mais certainement pas une démocratie. Il serait urgent de rétablir la démocratie représentative : lors de toutes les élections (muncipales, territoriales, législatives, européennes) le système proportionnel intégral doit s’appliquer de sorte que toutes les composantes de l’opinion soient enfin représentées dans les diverses assemblées. Il est par ailleurs évident qu’il faudra aussi abroger d’urgence la loi Gayssot, législation liberticide qui est le fruit d’une véritable dictature de la pensée.

 

R. : Votre comité national de soutien est présidé par Fernand Le Rachinel qui par le passé a ramené beaucoup de signatures à Jean-Marie Le Pen. La barre des cinq cents paraphes n’est-elle pas pour vous un obstacle infranchissable?

 

C. L. : En effet, Fernand Le Rachinel, ancien député, conseiller général honoraire de La Manche, meilleur ouvrier de France, a accepté de présider mon comité de soutien et il aura un rôle actif dans la campagne et notamment dans la collecte des parrainages. J’ajoute que le vice-président est Daniel Duhamel, commandeur de la Légion d’honneur, médaillé militaire, commandeur de l’Ordre national du mérite, croix de guerre TOE, sept citations, deux fois blessé et qui a été conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais.


S’agissant de la collecte des signatures, sachant qu’il y a eu trois candidats trotskistes en 2002, on ne voit pas pourquoi le seul candidat qui se revendique de la droite nationale et européenne n’aurait pas ses signatures. Même si c’est difficile, nous allons nous battre avec foi et énergie.

 

R. : Au fond qu’est-ce qui vous distingue de Marine Le Pen qui, le 12 septembre, vous a qualifié de «candidat d’extrême droite» ?

 

C.L. : Que Mme Le Pen utilise à notre endroit le langage de l’extrême gauche et de SOS-Racisme, c’est son affaire. Pour notre part nous ne nous positionnons pas par rapport à telle ou telle candidature, nous défendons nos convictions et nos principes. Mais il est vrai qu’au-delà de questions de comportement et de mode de fonctionnement, nous avons au moins quatre divergences majeures avec Mme Le Pen. D’abord sur la question des valeurs: elle est pour la laïcité, nous sommes contre. Nous sommes par ailleurs clairement pour la défense de la vie et de la famille traditionnelle et le refus de la culture de mort. Ensuite sur les questions économiques, même si pour nous l’Etat doit bien sûr avoir un rôle de régulation, nous ne sommes pas pour autant étatistes, collectivistes et dirigistes. Nous croyons à l’initiative privée, à la libre entreprise et à la nécessaire réduction des charges et des impôts. Ensuite nous insistons sur la dimension européenne de notre combat. Nous ne sommes plus en 1911 où la France avait des colonies et était l’une des trois puissances principales au monde. Notre pays a un rôle majeur à jouer en Europe et, tout en veillant à la défense de ses intérêts et au maintien de sa souveraineté, il ne doit pas s’isoler. Nous affirmons clairement notre attachement à la civilisation européenne et chrétienne et notre volonté de décoloniser notre pays.

 

Enfin nous refusons pour notre part la tyrannie du Politiquement Correct d’où notamment notre volonté d’abroger la loi Gayssot. Conscients du monopole consenti par le Système à Marine Le Pen pour représenter l’opposition nationale (cela était particulièrement patent pendant la campagne interne à la succession de Jean-Marie Le Pen où Bruno Gollnisch a été complètement occulté par les grands media), nous entendons travailler à la reconstruction d’une vraie droite nationale et européenne; fidèle à ses idées. C’est une tâche laborieuse, difficile, mais exaltante.

 

Propos recueillis par Jérôme Bourbon.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans A lire dans RIVAROL
commenter cet article
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 19:02

 

http://www.rivarol.com/Rivarol_files/3013.jpg

 

 

Hollande : encore pire que Sarkozy ?

 

 

Le ton monte entre les différents candidats à la primaire socialiste. A la traîne dans les enquêtes d’opinion, Ségolène Royal a choisi d’attaquer bille en tête ses concurrents dans Le Figaro, sachant que jusqu’au 9 octobre, jour du scrutin, il ne lui reste désormais que peu de temps pour refaire un retard que beaucoup jugent impossible à rattraper. «Le point faible de François Hollande, c’est l’inaction. Est-ce que les Français peuvent citer une seule chose qu’il aurait réalisée en trente ans de vie politique? Une seule?» C’est dire l’estime de la présidente du conseil régional de Poitou-Charentes pour celui qui fut plusieurs décennies durant son concubin et qui reste le père de ses quatre enfants. Depuis qu’elle avait appris en 2005 la tromperie de son compagnon, Royal a décidé de rouler pour elle-même et de se présenter à la présidentielle. Comme souvent, lorsqu’un couple se déchire, se disent sans ménagement des vérités dérangeantes. Il est vrai que François Hollande est un champion de l’immobilisme. Mais cette caractéristique lui a permis de diriger sans coup férir la rue de Solferino pendant plus de dix ans et cela explique qu’il ait si peu d’ennemis dans l’opinion, y compris parmi les électeurs du centre et de droite qui le préfèrent généralement à Martine Aubry jugée plus à gauche.

 

Justement Ségolène Royal qui regrette de ne plus être comme en 2006 la madone des sondages n’est guère plus tendre pour le maire de Lille à qui elle ne pardonne pas de l’avoir battue in extremis, dans des conditions certes douteuses, lors du congrès de Reims en novembre 2008, puisqu’elle lui reproche son “inexpérience” en matière électorale! La fille de Jacques Delors, inquiète elle aussi d’être distancée par son prédécesseur à la tête du parti à la rose, s’en est prise lors d’une réunion publique à Toulouse à l’actuel favori des enquêtes d’opinion: «Le vrai changement, ce n’est pas l’accompagnement ou l’aménagement. Nous ne battrons pas le président sortant sans une volonté et une clarté dans le changement. Si nous disons: “les emplois d’avenir, on verra”, “la sortie du nucléaire, on verra”, “le non-cumul des mandats, on verra”, je crains que les Français nous disent le jour des élections : “Voter pour vous? On verra.”»

 

On le sait, à sept mois d’une élection présidentielle, tout peut arriver. Les jeux ne sont pas forcément faits. En septembre 1980, Giscard était donné largement favori et c’est Mitterrand qui l’a finalement emporté le 10 mai 1981. Au début de l’automne 1987 Raymond Barre tenait la corde; il n’a finalement pas franchi le premier tour le 24 avril 1988. Début 1995 le Premier ministre sortant Edouard Balladur était tellement plébiscité par les sondages que certains, tel Nicolas Sarkozy emporté par son enthousiasme, le voyaient même gagner dès le premier tour, or l’hôte de Matignon n’atteint pas la finale de la compétition. En 2002, Chirac était tellement usé et décrié avec toutes les casseroles tintinnabulantes qu’il traînait derrière lui que la plupart des sondeurs pensaient que Lionel Jospin accéderait à la magistrature suprême. A cause d’un certain 21 avril, il n’en a rien été. Par conséquent, tout reste évidemment possible. On ne peut cependant s’empêcher de penser que François Hollande est celui qui a le plus de chances non seulement de remporter la primaire mais même de gagner la présidentielle. Même si Sarkozy remonte la pente au cours de sa campagne et parvient à mobiliser l’électorat de droite face au danger du retour de la gauche, il lui sera difficile de remporter à nouveau la timbale tant il a déçu et indisposé nombre de ses soutiens.

 

Si la perspective de la défaite de l’Elyséen ne nous attriste nullement, l’arrivée de la gauche aux affaires serait néanmoins catastrophique. Car bien que Hollande soit inodore et incolore et qu’il ne semble pas spécialement antipathique sur le plan humain, le programme qu’il mettra en œuvre sera des plus détestables. Il ne fait ainsi aucun doute qu’il accordera le droit de vote aux immigrés extra-européens dès les élections municipales et territoriales de mars 2014, et cela d’autant plus facilement si la gauche s’empare du Palais du Luxembourg à l’issue des sénatoriales du 25 septembre où les résultats du scrutin risquent d’être très serrés. Or cela aura des conséquences immédiates sur les performances des candidats de droite et surtout de droite nationale et rendra encore plus dérisoire le recours à la voie électorale. A preuve, à Anvers, le Vlaams Belang a ainsi perdu toute chance de conquérir la mairie depuis que le droit de vote a été accordé aux étrangers non européens outre-Quiévrain.

 

La gauche ne s’arrêtera pas là. Elle ira jusqu’au bout des réformes dites sociétales les plus folles. Nous aurons droit au mariage homosexuel et au droit d’adoption pour les invertis tandis que l’euthanasie sera très certainement légalisée. Enfin les drogues, improprement appelées douces, seront, elles aussi, dépénalisées. Il ne s’agit pas là d’exagérations de notre part. Il suffit de lire les programmes et les déclarations des socialistes et de leurs alliés Verts pour savoir ce qui nous attend. Il serait donc aberrant de se laisser abuser par la mine rassurante du président du conseil général de Corrèze qui, et c’est une preuve de plus que l’homme ne vaut rien, a toute la sympathie d’un certain Jacques Chirac!


 

jeromebourbon@yahoo.fr

 

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Articles de J. B.
commenter cet article
13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 18:13

Vu sur contre-info.com :

 

 

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Vidéos
commenter cet article
13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 09:54

 

 

http://media.zenfs.com/en_us/News/Reuters/2011-09-13T043921Z_01_BTRE78C0CXP00_RTROPTP_2_TELEVISION-MISSUNIVERSE.JPG

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Rivarol blog
commenter cet article
13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 09:48

http://www.frontnational.com/upload/200e-jmlp-merci.jpg

 

Le Nouvel Obs:

 

L'avocat Robert Bourgi a continué à distiller ses accusations sur les bénéficiaires de l'argent noir de la "Françafrique" en y incluant lundi Jean-Marie Le Pen, provoquant une avalanche de réactions politiques et la curiosité du barreau de Paris sur ses activités.

 

"M. Jean-Marie Le Pen a été reçu par le président Bongo et le président Bongo a financé la campagne électorale de M. Jean-Marie Le Pen en 1988", a affirmé Me Bourgi à BFMTV lundi soir, citant l'ex-président du Gabon.

 

Le fondateur du Front national a aussitôt démenti des accusations "ridicules", "téléguidées" selon lui par Nicolas Sarkozy, avant d'annoncer qu'il porterait plainte en diffamation.

 

La veille, Me Bourgi avait "mouillé" un vieil adversaire de Jean-Marie Le Pen, l'ex-président de la République Jacques Chirac.

 

Comme s'il suivait un plan média très étudié, Me Bourgi a évalué lundi matin sur une radio "à 20 millions de dollars ce que j'ai remis à M. Chirac et Dominique de Villepin" son secrétaire général puis ministre entre 1997 et 2005. Il a toutefois admis n'avoir aucune preuve de ces accusations: "dans ce domaine-là, il n'y a aucune trace", a-t-il concédé.

Jacques Chirac et Dominique de Villepin ont annoncé dès dimanche qu'ils portaient plainte pour diffamation. Les accusations de Me Bourgi surviennent alors que M. Chirac est jugé en son absence dans l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris, et que M. de Villepin attend la décision en appel de la justice dans l'affaire Clearstream.

 

L'Ordre des avocats de Paris a annoncé lundi l'ouverture d'une enquête déontologique "afin d'être exactement informé sur la réalité des missions que M. Robert Bourgi, avocat, déclare avoir accomplies".

 

Lundi, Me Bourgi a mis en cause les prédécesseurs de Jacques Chirac, "Pompidou, Giscard d'Estaing, Mitterrand". Mitterrand a-t-il touché de l'argent des dirigeants africains ? "A ma connaissance, non", a répondu son ex-Premier ministre, Laurent Fabius (1984-86).

 

Le Burkina Faso a qualifié de "grotesques" les accusations de ce conseiller officieux de la présidence française. En revanche un conseiller en France de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo a évoqué des "pratiques historiques".

 

Alors que Me Bourgi s'emploie à exonérer Nicolas Sarkozy, qui lui a remis la Légion d'honneur en septembre 2007, de ces circuits d'argent occulte, l'ex-chiraquien Jean-François Probst accuse: "Bourgi s'est dépensé sans compter pour Sarkozy auprès de nombreux chefs d'Etats africains lors de la présidentielle de 2007".

 

 

 

Merci à C. G.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article