Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 19:19

 

http://blogdemariepauledarchicourt.hautetfort.com/media/00/01/840697868.jpg

 

Il était nécessaire d'agir, au nom de l'égalité. La situation était critique pour les miliers de paires homos discriminées, empêchées de se marier, empêchées d'adopter, de procréer, de se payer des mères porteuses. Mais enfin, la lumière brille au bout du tunnel. Les paires de même sexe vont pouvoir convoler. Une étude de l'INSEE nous révèle l'ampleur que pourra prendre le phénomène. Cette possibilité concernera en effet... 0,6 % de la population, soit 200 000 paires. C'est dire si le projet de loi était urgent.

 

Ce pourcentage ridicule en serait presque homophobe, tiens. Révéler ces chiffres aux Français, ne serait-ce pas en quelque sorte faire de l'homosexualité une pratique anormale parce que marginale? La LGBT devrait interdire de telles statistiques. Statistiques qui nous informent également sur le pourcentage d'enfants concernés par ces paires homos soucieuses de protéger leur enfant (comprenez soucieuses de ne pas les laisser aux mains d'hétéros, mais aux mains d'une authentique lesbienne, si leur mère biologique venait à mourir) : 0,06 %.

 

C'est pour ces trois pékins que l'on change le code civil et que l'on signe l'arrêt de mort de notre civilisation chrétienne.

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 19:16

 

http://static.euronews.com/images_news/img_606X341_EU-bone-meal.jpg

 

Un article (inquiétant) d'Euronews:

 

Un scandale peut en cacher un autre… Alors que l’affaire de la viande de cheval fait rage, la Commission européenne autorise la réintroduction des farines de porc et de volaille pour les élevages de poissons. Elle sera effective à compter du 1er juin prochain. Une décision prise en juillet 2012, mais annoncée cette semaine. Pour le moins maladroit, la Commission pourrait chercher à camoufler cette décision au beau milieu de ce grand tapage autour de la viande de cheval.

Pour le ministre français délégué à l’Agroalimentaire, Guillaume Garot, cette annonce “tombe mal”. Il appelle les industriels du secteur de l’aquaculture à la “responsabilité”, insistant sur le fait que la disposition de Bruxelles ne rend “heureusement” pas obligatoire l’utilisation des farines animales. D’autres politiques se montrent en revanche plus virulents. Dans un communiqué, la députée européenne Isabelle Thomas (PS) s’interroge : “Faut-il avoir le sens politique d’une huître pour abîmer ainsi la perception que se font de l’Europe les citoyens ? Nous demandons à la Commission de revenir immédiatement sur cette décision.”

 

Les farines animales et la vache folle

 

Dans les années 1990, les farines animales avaient été considérées comme probables responsables de la crise de la vache folle. L’Union européenne les avait alors prohibées en 1997 pour les ruminants, étendant l’interdiction quatre ans plus tard à tous les animaux de consommation.

Pourtant, à partir du 1er juin prochain, une partie de ces farines animales seront réintroduites pour les élevages de poissons. Il s’agit des protéines animales transformées (PAT), constituées des parties pauvres de l’animal : les plumes, le sang, les os, le gras, les pattes, etc. Ces farines resteront en revanche interdites pour les ruminants. La Commission européenne affirme prendre en compte les opinions scientifiques les plus récentes, indiquant que le risque de transmission de l’ESB (encéphalopathie spongiforme bovine, autrement dit la vache folle) est négligeable dès lors que le “cannibalisme” est évité.

Dans un rapport rendu public en 2011, l’Agence française de sécurité alimentaire (Anses) s’était pourtant prononcée contre la réintroduction des PAT, justement parce qu’il est actuellement impossible de garantir l’espèce d’origine des PAT d’un bout à l’autre de la filière. Le consommateur n’a donc en aucun cas la garantie de l’absence de cannibalisme.

 

L’aquaculture en difficulté

 

Selon une enquête réalisée en 2011 par Familles Rurales, 86,7% des Français sont hostiles à la réintroduction des farines animales, même en l’absence de risque sanitaire et environnemental. Alors pourquoi la Commission européenne veut-elle les réintroduire ? En réalité, si Bruxelles prend cette décision, c’est pour soulager un secteur en tension : l’aquaculture se retrouve prise entre une demande croissante et un manque cruel de nourriture pour ces poissons d’élevage toujours plus nombreux. Aujourd’hui, ces derniers sont nourris avec des farines de poisson fabriquées à partir d’espèces spécialement pêchées pour cela, mais soumises à des quotas. Sans compter que ces farines de poisson sont l’un des produits protéiques les plus chers du marché, leurs prix pouvant atteindre jusqu’à 1 800 euros la tonne. Selon la Commission européenne, la farine animale “améliorera la durabilité à long terme du secteur de l’aquaculture, car ces PAT pourraient être un substitut précieux aux farines de poisson, qui sont une ressource rare”.

En autorisant à nouveau un certain type de farines animales, Bruxelles tente donc de donner un coup de pouce au secteur de l’aquaculture. Mais la fin justifie-t-elle les moyens ? À ce sujet, l’ancien ministre de l’Agriculture, Bruno Le Maire, est catégorique : “En autorisant les farines animales, l’Union européenne donne le sentiment de privilégier l’économie au détriment du consommateur.”

 

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 12:37

http://academic.sun.ac.za/forlang/bergman/real/amistad/film/assets/amistad1a.jpg

 

...Parce que les Africains, eux, n'en ont rien à faire!

 

La preuve? Eh bien, dans le récit ci-dessous, on cherche désespérément l'esclavagiste blanc, vulgaire, aviné, mal rasé, puant, et lubrique.

 

Lu sur Agora Vox:

 

Charlotte, une Ivoirienne de 14 ans s'est présentée au commissariat de Cavaillon mardi matin et le récit qu'elle livre aux policiers est saisissant. Elle leurs explique avoir été achetée à sa famille en Côte d'Ivoire pour 4.500 euros (3 millions de Frazncs CFA) par le mari d'un couple formé par un Ivoirien et une Française, tous deux âgés de 25 ans, parent de deux enfants de 4 ans et 1 mois et qui résident à Cavaillon.

Selon l'adolescente, le mari se serait présenté au début de l'été dernier à Dabou, son village d'origine, tout près d'Abidjan. Interrogé par les policiers il a avoué être "descendu en Côte d'Ivoire pour çà", c'est-à-dire pour faire son "marché". Celui qui s'est présenté comme le "grand-père" de Charlotte lui a proposé une dizaine de filles.

C'est Charlotte qui fut choisie pour faire le ménage et s'occuper des enfants. Elle part donc clandestinement au Maroc par l'intermédiaire de passeurs, puis direction l'Espagne et Barcelone ou elle atterrit courant mai 2012. Selon Europe1.fr ce n'est qu'en septembre dernier que "son propriétaire" est venu la récupéré dans la capitale catalane pour la ramener en France.

Charlotte est sans papier, elle ne touche aucun salaire et n'est pas scolarisée, mais elle ne vit pas recluse dans l'appartement, selon le procureur d'Avignon. Mais lorsqu'elle n'exécute pas bien son travail les coups de ceinturons pleuvent et aussi quand son "maître" le décide !

Et c'est à la suite d'une de ces séances de sévices, cette fois administrée par un "ami" de son "maître", en fait un ressortissant togolais en situation irrégulière en France hébergé chez le couple, que la jeune Ivoirienne a pris la fuite et décidé de porté plainte Selon le procureur c'est peu avant, qu'elle avait été battue assez violemment sur tout le corps avec une ceinture".

Le couple suspect a d'abord été placé en garde à vue pendant 24 heures. La femme a été laissée libre à l'issue de sa garde à vue et mise hors de cause. Elle a avoué avoir été réticente, par "jalousie", à la présence de Charlotte dans son appartement.

L'homme, lui, a été renvoyé devant le tribunal correctionnel pour y être jugé en comparution immédiate pour traite d'être humain, violences et aide au séjour irrégulier. LeTogolais de 35 ans en situation irrégulière, qui a lui aussi été renvoyé devant la justice pour infraction à la législation sur les étrangers. Les deux hommes ayant demandé un délai afin de préparer leur défense, ils ne seront jugés que le 15 mars et ont été placés en détention provisoire.

Il a expliqué au juge qu'il n'avait pas acheté l'adolescente mais l'avait au contraire sortie de son village pour qu'elle ait une éducation en France (pardi !). Quant aux 4 500 euros ils n'auraient été payés que pour permettre à Charlotte de quitter son pays. Le prévenu a également assuré que c'est la jeune fille qui refusait la scolarisation.

L'escavage est aboli en France depuis 1848 et le travail des enfants est interdit. Pourtant l'esclavage domestique est toujours présent dans notre pays. Il touche des victimes mineures qui sont généralement originaires d'Afrique de l'Ouest et du Nord ainsi que d'Afrique Centrale. Ces très jeunes filles sont traditionnellement, dans leur propres familles, vouées aux tâches domestiques. C'est pourquoi elles n'ont pas conscience de leur état d'esclave quand elles sont en France. C'est souvent sous le couvert d'un mensonge quelles partent : un parent ou un ami d'amis promet de les scolariser en France contre une aide à la maison.

 

 

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 12:07

 

http://www.lefigaro.fr/medias/2013/02/15/412bbaf6-7745-11e2-8806-79fc77f0a67a-493x328.jpg

 

Lu dans Le Figaro:

 

Si l'avocat ne veut pas illustrer son propos en se lançant dans les comparaisons, Mgr Patrick Jacquin, le recteur de la cathédrale, n'hésite pas à reprendre l'interrogation qui s'empare de l'opinion: «Pensez-vous que si cela s'était passé dans une mosquée, il y aurait eu une telle désinvolture dans la manière de les appréhender?, relève-t-il. D'ailleurs, notez qu'elles ne s'attaquent jamais aux mosquées, et pour cause, elles seraient pendues!».

  

«Le manque d'entrain pour interpeller ces femmes était flagrant dès le début, dit-on à l'archevêché de Paris. Cela se voit sur les vidéos, après avoir été évacuées par nos surveillants, elles ont continué bien tranquillement à scander leurs slogans, dénudées sur le parvis. La police ne s'est pas pressée d'intervenir alors que le commissariat est à côté.»

  

À l'heure où se tient le procès de plusieurs catholiques qui étaient montés sur la scène du Théâtre de la Ville à Paris pour contester le caractère blasphématoire et christianophobe de Sur le concept du visage du fils de Dieu , une pièce où des excréments étaient déversés sur le personnage du Christ, certains jugent qu'il y a deux poids deux mesures. Les prévenus, qui comparaissent depuis le 1er février devant le tribunal correctionnel de Paris, «ni nus ni violents», témoigne Catherine, une spectatrice, s'étaient mis à prier et chanter des cantiques sur la scène et crier «Dieu est là», «Honte à vous de regarder ça». Interpellations immédiates, gardes à vue de 24 heures et même de 26 heures, au-delà du délai légal, pour l'un d'entre eux. Trois ans d'emprisonnement et une forte amende, c'est ce qu'ils encourent aujourd'hui.

  -------------------------

 

Un billet intéressant, contre toute attente, est publié au sujet des Femen sur le site du Nouvel Obs:

 

[…] Les églises sont des lieux qui commandent le respect, quoi que l'on pense de l’Église, parce qu'elles sont le dépositaire d'une histoire commune, le lien qui relie des hommes à leur passé et à leurs ancêtres.

 

Qui visite la Basilique de Vézelay sans être ému par la lumière qui irradie la place mérite d'être réincarné en Femen.  

 

Les églises sont une incarnation française, un legs transcendant les clivages de tous ordres. Voilà pourquoi, du reste, la loi de séparation de 1905 s'empressa d'incorporer les édifices religieux dans le patrimoine de l’État.

 

Là est l'erreur, la faute même, des Femen.

 

En exhibant leur pauvre et pathétique vulgarité, leur triste et agressive nudité, leur affligeante et terrifiante indignité, leur terrible et abyssale inculture au sein de Notre-Dame de Paris, elles n'ont pas seulement injurié le pape, à l'institution catholique, elles s'en sont pris, aussi et surtout, à la spiritualité française, aux forces de l'esprit pourrait-on dire, qui habitent ces vieilles pierres taillées et sculptées par des inconnus il y a dix siècles pour la beauté du geste. 

 

La France est un pays où l'on peut bouffer du curé à volonté mais où l'on n'aime pas que l'on touche à ce qui incarne les forces de l'esprit. C'est l'une de ces contradictions qui font encore le charme, encore, de ce pays, et visiblement les Femen ne l'ont pas compris. L'ont-elles seulement appris ? […]


Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 15:16

 

http://www.ndf.fr/files/2013/02/Capture-d’écran-2013-02-12-à-11.09.44-300x177.png

Lu sur Nouvelles de France:

 

Dans un article paru dans les derniers Dossiers du contribuable (consacrés au « scandale des subventions » aux associations), je signale que « Prochoix, « la revue pour le droit de choisir », une publication pro-mariage gay (entre autres…) co-fondée par Caroline Fourest, qui ne paraît pas depuis novembre 2011 et dont le blog n’a publié que dix billets en un an, a reçu en mars 2012 la bagatelle de 12 000 € d’argent municipal, comme chaque année … » Le contribuable parisien est trop bon !

  

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 19:31


http://www.malijet.com/thumbnail.php?file=b_xvi_612055939.jpg&size=article_large 

Par Jérôme Bourbon.

 

Le 11 février, à la surprise générale, Benoît XVI a annoncé aux cardinaux lors d’un consistoire qu’il renonçait à occuper le siège de Pierre : « Après avoir examiné ma conscience devant Dieu, à diverses reprises, je suis parvenu à la certitude que mes forces, en raison de l’avancement de mon âge, ne sont plus aptes à exercer adéquatement le ministère pétrinien. Je suis bien conscient que ce ministère, de par son essence spirituelle, doit être accompli non seulement par les œuvres et par la parole, mais aussi, et pas moins, par la souffrance et par la prière. Cependant, dans le monde d’aujourd’hui, sujet à de rapides changements et agité par des questions de grande importance pour la vie de la foi, pour gouverner la barque de saint Pierre et annoncer l’Evangile, la vigueur du corps et de l’esprit est aussi nécessaire, vigueur qui, ces derniers mois, s’est amoindrie en moi d’une telle manière que je dois reconnaître mon incapacité à bien administrer le ministère qui m’a été confié. C’est pourquoi, bien conscient de la gravité de cet acte, en pleine liberté, je déclare renoncer au ministère d’Evêque de Rome, Successeur de saint Pierre, qui m’a été confié par les mains des cardinaux le 19 avril 2005, de telle sorte que, à partir du 28 février 2013 à vingt heures, le Siège de Rome, le Siège de saint Pierre, sera vacant et le conclave pour l’élection du nouveau Souverain Pontife devra être convoqué par ceux à qui il appartient de le faire. »

 

UN UNANIMISME SOVIETOÏDE

 

Aussitôt cette décision a été saluée unanimement. Par les media qui ont loué ce geste témoignant d’une grande modernité. Par le monde politique, de la gauche à la droite nationale. Par les dignitaires des diverses religions et confessions, les organisations juives se montrant particulièrement élogieuses. On retiendra notamment le communiqué du Congrès juif mondial, dithyrambique : « Aucun pape avant lui n’avait visité autant de synagogues. Il a rencontré des représentants de la communauté juive à chaque fois qu’il s’est rendu à l’étranger. Aucun pape avant lui n’avait fait autant d’efforts pour améliorer les relations avec les juifs, sur autant de niveaux. » Le Conseil représentatif des institutions juives de France n’est pas en reste (voir ci-dessous son communiqué), non plus que le grand rabbin d’Israël qui se dit « reconnaissant envers le pape Benoît XVI pour tout ce qu’il a fait pour renforcer les liens entre les religions et promouvoir la paix interconfessionnelle » Il faut dire que Josef Ratzinger a maintes fois répété que l’Ancienne Alliance n’a jamais été abrogée, que l’interprétation juive de la Bible est parfaitement possible, qu’il a décoré moult rabbins, reçu plusieurs fois au Vatican le B’nai B’rith (en 2006 et 2011), condamné à maintes reprises le révisionnisme (sans jamais dénoncer les peines de prison infligés en Occident aux chercheurs et historiens ne croyant pas en l’“Holocauste”), visité nombre de synagogues de Rome à Cologne. On s’explique ainsi aisément l’hommage universel qui lui est rendu. Nous reviendrons plus longuement la semaine prochaine sur le bilan de ses quelque huit ans de règne.

 

LES RAISONS D’UN DEPART

 

Reste à s’interroger sur les raisons de cette renonciation. La raison officielle est son état de santé. Il ne tiendrait pas à finir comme son prédécesseur dont le délabrement et l’agonie très médiatisés se sont éternisés. Nous ne savons évidemment rien des éventuels problèmes de santé de Benoît XVI mais il ne semble pas en tout cas que ses capacités intellectuelles soient altérées puisque deux jours avant cette annonce il méditait quasiment sans notes la première épître de saint Pierre avec les séminaristes de Rome ! Ce qui est sûr en revanche, c’est que cette décision contribue à désacraliser la fonction qu’il affirme incarner. En 1964 Paul VI avait déjà déposé la tiare, ce qui était un geste fort. Celui de Benoît XVI en ce mois de février 2013 est tout aussi significatif. De même que depuis Vatican II les curés et les évêques doivent prendre leur retraite à 75 ans et que les cardinaux sont privés de droit de vote à partir de 80 ans révolus, l’occupant du siège de Pierre prend désormais sa retraite tel un vulgaire PDG ! Les conséquences de cette décision seront innombrables : dès que son successeur tiendra des propos controversés, dès qu’il vieillira, on l’incitera à démissionner. A terme, au rythme où vont les choses, on pourrait même envisager des mandats limités dans le temps comme cela se fait dans les démocraties pour les différents élus, de la mairie à la présidence de la République. Ce serait pousser la logique démocratique et la collégialité conciliaire à leur paroxysme.

   

Certains observateurs pensent que cette subite renonciation pourrait être liée à l’affaire VatiLeaks, le majordome particulier de Benoît XVI, Paolo Gabriele, ayant dérobé des documents confidentiels faisant notamment état de corruption, de malversations, de népotisme et de favoritisme dans la gestion des biens immobiliers de la cité vaticane. D’aucuns affirment que la décision de Benoît XVI s’expliquerait en grande partie par l’échec, au moins temporaire, des pourparlers avec la Fraternité Saint-Pie X. Depuis son élection le 19 avril 2005, Josef Ratzinger avait entrepris de “normaliser” l’œuvre fondée par Mgr Lefebvre. En recevant son supérieur général Mgr Fellay à Castel Gandolfo en août 2005. En promulguant en juillet 2007 le Motu Proprio Summorum Pontificum faisant de la messe tridentine (cependant modifiée par les réformes de Jean XXIII) une « forme extraordinaire » du rite romain. En levant en janvier 2009 les excommunications des quatre évêques sacrés par le fondateur de la Fraternité Saint-Pie X. En organisant des colloques doctrinaux avec les “lefebvristes” entre 2009 et 2011. En proposant la signature d’un préambule doctrinal en échange de l’octroi d’une prélature personnelle pour Mgr Fellay.

 

Ces efforts qui ont failli être couronnés de succès en juin 2012 ont finalement été vains. Tout comme, semble-t-il, la dernière lettre de Mgr Di Noia envoyée en janvier par l’entremise de Menzingen à tous les prêtres de la FSSPX. Les dirigeants de la commission Ecclesia Dei, Müller et Di Noia, auraient d’ailleurs fixé un ultimatum au 22 février, soit quelques jours seulement avant le départ de Benoît XVI (étrange coïncidence !) pour que Mgr Fellay acceptât le préambule doctrinal du 13 juin 2012. Cet échec est une défaite cinglante pour Benoît XVI qui avait mis au centre de ses préoccupations et de son action la résolution du « problème FSSPX ». […]

 

Pour lire la suite, achetez RIVAROL en kiosque dès vendredi, ou téléchargez le pdf dès aujourd'hui, ou mieux encore ABONNEZ-VOUS (plusieurs formules possibles).

   


Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 14:31
http://la-flamme.fr/wp-content/uploads/2013/02/XV-ForumNation-2013-726x1024.jpg
    
Comment faire taire un "ramassis de la kollaboration" à qui on n'a pas assez "tapé sur la tête"?
   

 

Comme ça:

    

 

(L'incendie serait criminel? C'est une blague?)

 

La bonne nouvelle, c'est que le président de l'OEuvre française ne se dégonfle pas. LE FORUM DE LA NATION AURA BIEN LIEU! Une façon de dire à tous les détracteurs quelque chose comme ça:

http://media.melty.fr/article-712888-ajust_485/journaliste-russe-doigt-d-honneur-obama-ren.jpg


Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 12:45

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a4/Benedykt_XVI_(2010-10-17)_4.jpg/280px-Benedykt_XVI_(2010-10-17)_4.jpg

   

"Après avoir examiné ma conscience devant Dieu, à diverses reprises, je suis parvenu à la certitude que mes forces, en raison de l’avancement de mon âge, ne sont plus aptes à exercer adéquatement le ministère pétrinien.

 

Je suis bien conscient que ce ministère, de par son essence spirituelle, doit être accompli non seulement par les œuvres et par la parole, mais aussi, et pas moins, par la souffrance et par la prière. Cependant, dans le monde d’aujourd’hui, sujet à de rapides changements et agité par des questions de grande importance pour la vie de la foi, pour gouverner la barque de saint Pierre et annoncer l’Evangile, la vigueur du corps et de l’esprit est aussi nécessaire, vigueur qui, ces derniers mois, s’est amoindrie en moi d’une telle manière que je dois reconnaître mon incapacité à bien administrer le ministère qui m’a été confié.

C’est pourquoi, bien conscient de la gravité de cet acte, en pleine liberté, je déclare renoncer au ministère d’Evêque de Rome, Successeur de saint Pierre, qui m’a été confié par les mains des cardinaux le 19 avril 2005, de telle sorte que, à partir du 28 février 2013 à vingt heures, le Siège de Rome, le Siège de saint Pierre, sera vacant et le conclave pour l’élection du nouveau Souverain Pontife devra être convoqué par ceux à qui il appartient de le faire."

   

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 10:00

 

http://www.cuisineaddict.com/ar-tube-a-essai-x6-2401.jpg

CECI N'EST PAS UN UTERUS

 

 

Lu dans Le Figaro: comment les "droits" qu'on veut accorder aux paires homos piétinent les droits des plus faibles. 

 

«Nous sommes une génération d'abandonnés, orphelins de nos origines»… À l'heure où la question de la procréation médicalement assistée revient sur le devant de la scène médiatique, la première génération d'enfants issus d'un don de gamète anonyme veut faire entendre sa voix. «Nous avons à présent un recul de plus de 40 ans sur ces techniques. L'ouverture de l'assistance médicale à la procréation implique au préalable le devoir impérieux de prendre en compte notre expérience, celle des parents et des donneurs», scandent les membres de l'association Procréation médicalement anonyme (PMA) qui militent pour l'accès aux origines. Un débat complexe, où se font aussi entendre des partisans de l'anonymat. «À 12 ans, j'ai commencé à avoir des doutes. J'avais du mal à trouver les ressemblances avec mon père. Lors d'une promenade au bord de l'eau, il m'a finalement confié qu'il n'était pas la personne qui m'avait fait. J'ai sauté dans ses bras. C'était un choc, mais aussi un soulagement. Avant j'imaginais un viol, une adoption», confie Clément Roussial.

  

Âgé de 23 ans, il étudie aujourd'hui le droit des libertés fondamentales, «influencé par mon histoire personnelle, motivé par une sensation d'injustice», reconnaît en riant ce jeune homme né grâce à une insémination artificielle avec donneur anonyme.«À l'époque, cette révélation n'a pas changé nos relations. Un père, c'est celui qui se lève pour vous tous les matins, celui qui vous apprend à pêcher…», explique Clément, avant d'évoquer la face plus sombre de son histoire, à l'adolescence. «Je me suis mis à la recherche de mes origines. Je me suis trop accroché à la génétique. J'ai aussi eu l'impression que l'on m'avait fait signer un contrat sans que je le sache. Je suis allé voir un psychologue, puis un médecin du Cecos où j'avais été conçu. Il m'a fait miroiter mon dossier, mais je savais qu'il ne me le donnerait pas alors qu'il risquait une sanction pénale», raconte Clément.

  

Savoir qu'un Cecos détient le secret de vos origines génétiques, que cette identité existe, mais qu'elle vous est interdite, c'est une «forme de torture psychologique», «la partie de l'histoire impossible à accepter», s'accordent à penser tous les enfants nés d'un don membres de l'association. C'est ce principe que ces derniers veulent voir nuancer. «Nous plaidons pour la reconnaissance du droit à la connaissance de leurs origines pour les enfants, à leur majorité et avec l'accord du donneur», rappelle Audrey Gauvin, sa présidente.

  

«Un sentiment d'injustice»

  

«La connaissance de son histoire, généralement, on considère que c'est un droit. C'est une question de dignité. Pour moi, c'est le législateur qui en a décidé», soupire Thibault, 23 ans, étudiant à Sciences Po Paris. «La loi interdit même de donner accès à des données non-identifiantes, même au dossier médical du donneur si je découvre que j'ai une maladie. Pour moi, faire de la prévention, c'est impossible», souligne ce fils unique, qui a appris «presque au berceau» qu'il était né à la suite d'une insémination artificielle avec donneur.

  

«Nous sommes envahis par un grand sentiment d'injustice, d'humiliation. Tout nous renvoie à ce manque: la visite chez le médecin où l'on vous demande des informations médicales sur vos parents, une remarque anodine sur votre ressemblance avec untel. Il n'y a pas de limite à l'imagination, au fantasme, c'est épuisant…», renchérit Clément. Et quand vient l'amour, la question refait surface. «Je n'ai pas envie de transmettre cette part d'inconnu à mes enfants», raconte-t-il. Thibault, pour sa part, n'a pas entrepris de démarche pour connaître ses origines. Avec le passage à l'âge adulte, ce secret lui pèse de plus en plus. «Les deux interrogations qui me hantent sont celles du visage de ce père géniteur et celle de sa motivation à donner la vie, résume-t-il. C'est une souffrance profonde, existentielle. Et puis je ne sais même pas si le donneur qui a permis mon existence est vivant ou mort.»

  

L'association PMA rassemble aujourd'hui également des donneurs qui se lancent peu à peu dans le combat. C'est le cas d'Alain Tréboul qui a donné son sperme dès 1974 dans le cadre d'une vasectomie. «À l'origine, j'ai dit oui pour aider des couples. Maintenant, j'entends le témoignage des enfants qui se posent ces questions et je me dis que, si ça se trouve, ils souffrent de ne pas me rencontrer alors que je serais prêt à le faire, même si je ne serai jamais leur père, même si j'ai déjà une famille, explique ce grand-père de sept petits-enfants. Mais je ne vois pas pourquoi je ne leur donnerais pas une photo. Je ne suis pas spécialement curieux, c'est l'interdit qui est pénible.»  

     

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 18:32

 

http://observers.france24.com/fr/files/dynimagecache/0/58/600/254/520/220/article_images/A2q_Dc0CIAAsUBm.jpg

Lu dans Libération:

  

Passer d’une peau noire au teint clair, en quinze jours, grâce à une crème. Oui, c’est bien de dépigmentation qu’il s’agit. La pratique, dictée par la mode et les magazines, est très répandue au Sénégal. Entre août et septembre 2012, des panneaux publicitaires sont même apparus à Dakar pour vanter l’«action rapide» et les «résultats en quinze jours» de la crème Khess Petch («toute blanche»), photos à l’appui. Scandalisées par cette campagne, des personnalités locales, dont le rappeur Keyti ou la militante du droit des femmes Kiné Fatim Diop, ont lancé Nuul Kukk («tout noir»). Ce mouvement, très actif sur les réseaux sociaux, a riposté avec d’autres affiches montrant une superbe femme noire. Il souhaite «qu’on arrête d’importer ces produits, de les vendre, qu’il n’y ait plus de publicité aussi scandaleuse».

  

Et sur un autre site, cette réflexion croustillante :

  

"Ca nous a scandalisés", l'affichage "sous-entendant que le Noir n'est pas beau puisqu'il suggère aux jeunes femmes de se transformer en 15 jours!", affirme à l'AFP Aisha Dème, responsable du portail culturel Agendakar.com.

  

Etre blanc pour être beau ? Cela nous fait penser à ces parents noirs, aux anges avec leur bébé blond aux yeux bleus. De l'avis même des intéressés (67 femmes sur 100 tout de même !), le black n’est pas si beautiful finalement.

  

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article