Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 22:14

http://i71.servimg.com/u/f71/14/48/96/87/noelba10.jpg

 

 Il y a 50 ans, après un procès indécent, la France gaullienne assassinait Bastien-Thiry

 

 

Par René Blanc.

 

« Merci pour tout, mon colonel… D’avoir vécu en Français et d’être mort en officier» Jean de Brem.

 

Ce qui confère un caractère exceptionnel au personnage de Jean-Marie Bastien-Thiry, l’organisateur de l’attentat du Petit Clamart contre De Gaulle, lui donne une dimension historique et continue à attirer vers lui d’innombrables jeunes gens en quête de pureté et de héros dans une société qui a cessé d’en produire, c’est peut-être, au-delà d’un engagement dont la plupart n’ont pas la culture nécessaire pour en mesurer la portée, la décision follement chevaleresque qui l’a fait se dresser contre un César de barrière, parjure et traître à la patrie, auquel s’était livrée une France déjà agonisante. N’ignorant pas le prix qu’il lui faudrait payer, il osa le confondre en une péroraison admirable et quasi suicidaire, faisant ainsi le sacrifice de sa vie et de tout ce que celle-ci portait en elle de liens humains, spirituels et affectifs auxquels il renonçait en faisant ce choix. Il existe, pour nous, une évidente et bouleversante correspondance entre les destinés parallèles de Jean-Marie Bastien-Thiry et de Robert Brasillach. Et d’abord parce que l’un et l’autre s’en prirent avec inspiration au Commandeur verbeux qui, à chaque carrefour de l’Histoire de France du XXesiècle, combattit tous ceux qui tentaient désespérément d’interrompre la dérive mortelle. Tous deux avaient lucidement analysé le processus de désagrégation de la Tradition et mis des noms sur les forces de la trahison camouflées derrière les masques du patriotisme, de l’humanisme ou de la fraternité universelle. 

 

Bastien-Thiry rejoint aussi Brasillach par les admirables pensées qu’il fit parvenir peu avant son exécution à ses avocats, à ses amis les plus proches, à sa famille, et d’abord à sa femme et ses filles. Et qui renvoient irrésistiblement aux Poèmes de Fresnes. Les deux martyrs d’ailleurs réveillent en nos âmes des frissons de Terreur. Brasillach, ce fut Chénier. Bastien-Thiry, Lavoisier, ce « savant dont la révolution n’avait que faire ». Le « Von Braun français », comme l’appelaient les Américains qui, ne pouvant imaginer que la classe politique française fut abrutie au point de fusiller un scientifique de cette qualité, avaient déjà pris des dispositions pour le récupérer à sa libération ! Polytechnicien à 23 ans, diplômé de l’Ecole Nationale d’aéronautique à 25, ingénieur de 1ère classe de l’Air à 28, ingénieur principal de l’Air à 30, responsable à 27 ans du programme de fusées Sol/Sol 10, 11 et 12. Fusillé à 35 !

 

Beaucoup pensent qu’il eût sauvé sa tête s’il s’était soumis. Mais il s’y refusa. Il était un soldat politique. Un croisé monté dans une aventure dont peu avaient perçu les enjeux. Non seulement il ne demanda pardon à personne, mais dans ce tribunal de la honte et de la servilité, il se dressa contre ces juges parjures et ces journalistes à collier venus servir leur maître. Face à la lâcheté et à la bassesse c’est lui, debout, qui, devant l’Histoire, sortira vainqueur de la joute. Dans un siècle sa déposition le 2février 1963 devant la Cour Militaire de Justice de Vincennes, juridiction d’exception jugeant sans appel, sera encore considérée comme un des grands manifestes de la résistance européenne au totalitarisme mondialiste : […]

 

 

Pour lire la suite, achetez RIVAROL en kiosque dès vendredi, ou téléchargez le pdf dès aujourd'hui, ou mieux encore ABONNEZ-VOUS (plusieurs formules possibles)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans A lire dans RIVAROL
commenter cet article

commentaires

moulins ! 13/04/2016 01:27

heil hitler les nazi !

Florian 22/03/2013 02:44


Cher natio,
J'ai relayé cet article sur mon site !


Voici le titre de ma dernière conférence "L’industrie pornographique, une instigation juive".
Lien originel :
http://florianrouanet.wordpress.com/2013/03/19/lindustrie-pornographique-une-instigation-juive/


Cdmt.

vervaet 21/03/2013 09:25


Un profond respect pour cet officier français, ses valeurs et son engagement, je ne suis pas colonialiste, mais nationaliste, toutefois la parole donnée a une signification, chez cet homme, elle
a été respectée jusqu'au martyr, honneur et fidélité.