Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 16:40

 

 

Théorie du gender : la jeunesse en danger

 

 

http://www.rivarol.com/Rivarol_files/3010.jpgOn le sait, la rentrée scolaire est toujours l’occasion pour nos gouvernants et les lobbies qui les dirigent d’expérimenter voire d’imposer des réformes désastreuses. L’année 2011 ne faillit pas à la règle et la rentrée des classes début septembre promet d’être mouvementée pour les professeurs de SVT (Science de la vie et de la terre, le nom ronflant donné à la biologie) qui risquent de se trouver au coeur d’un débat enflammé. Certains refuseront peut-être d’aborder les trois chapitres controversés des nouveaux manuels exposant la «théorie du genre», ou gender, et seront traités de “réactionnaires” ou de «catholiques intégristes», voire persécutés par les collègues, les parents, la hiérarchie.

 

*

 

Les parents qui n’ont pas la possibilité d’inscrire leurs enfants dans un établissement hors contrat doivent absolument s’informer au sujet du nouveau programme officiel de SVT de la classe de première. Dans une matière que les élèves pensent être scientifique, ils étudieront en réalité un discours idéologique propre à satisfaire les associations LGBT. De la même façon qu’on leur enseigne en histoire à haïr la France coloniale et les idées nationales, on s’apprête à leur faire considérer l’hétérosexualité comme une orientation au même titre que l’homosexualité, et surtout— c’est la théorie du genre proprement dite— leur identité sexuelle (masculine ou féminine) comme l’objet d’un choix. Le manuel Bordas pour les séries L et ES affirme ainsi sans ciller que «le sexe biologique nous identifie mâle ou femelle, mais ce n’est pas pour autant que nous pouvons nous qualifier de masculin ou de féminin. Cette identité sexuelle, construite tout au long de notre vie, dans une interaction constante entre le biologique et le contexte socio-culturel, est pourtant décisive dans notre positionnement par rapport à l’autre. Devenir un individu sexué fait partie intégrante de la construction identitaire.»

 

Si l’identité sexuelle est cette interaction entre sexe biologique et contexte socio-culturel, pourquoi diable est-ce à la biologie d’étudier le problème de cette identité? La biologie ne doit-elle pas se cantonner plutôt à son domaine, à savoir, selon ces manuels, la seule différenciation entre l’individu mâle et l’individu femelle? Le dessein des rédacteurs du nouveau programme est évident : puisque les discours angéliques contre l’“homophobie” ne suffisent pas, il s’agit d’enseigner deux fausses vérités scientifiques pour faire accepter les revendications gays.

 

La première, que l’identité sexuelle est librement choisie— les transsexuels ne peuvent dès lors plus être considérés comme des personnes marginales—; la seconde, qui en découle, que l’homosexualité ou la bissexualité sont des orientations au même titre que l’hétérosexualité. L’orientation sexuelle est d’ailleurs dans ce programme complètement séparée de l’identité sexuelle. Cette théorie fait perdre aux jeunes tout repère, alors même que les lycéens vont pour la plupart faire leurs premières «expériences sexuelles» dans les trois années qui mènent au bac. Il ne s’agit donc plus d’instruire, mais de pervertir, avec ces manuels qui tiennent plus du dépliant arc-en-ciel ou du manifeste du Planning familial que du livre scientifique.

 

Malheureusement, le changement des programmes n’est qu’une évolution logique dans une école déjà noyautée par les lobbys homosexualistes. Pas un couloir, pas une salle des professeurs, pas un CDI (bibliothèque) où l’on ne puisse en effet rencontrer une affiche qui promeuve ouvertement l’inversion des mœurs: «homo, hétéro, tous égaux», ou «Julie aime les filles. Mais elle n’aime pas les filles qui n’aiment pas les filles qui aiment les filles». Ces affiches, pour faire bonne mesure, représentent souvent un groupe de jeunes Black-Blanc-Beur… ou comment faire de l’antiracisme en même temps que de la propagande gay.

 

En cours de SVT, au chapitre “Reproduction”, qui était déjà le moment privilégié de la distribution de préservatifs et d’adresses de centres de Planning, il n’était en outre pas rare de voir les professeurs zélés inviter des associations homosexuelles. C’est désormais une obligation pour tous les professeurs d’aborder la question, et de l’aborder bien évidemment dans le sens du Système. Il ne s’agirait pas de prendre Philippe Isnard pour modèle et de proposer un débat honnête avec la présentation des arguments de deux parties adverses. Il faut certes que les élèves réfléchissent, mais en raisonnant à partir des vérités pseudo-scientifiques qu’on leur a exposées.

 

*

 

Pour se convaincre de la perversité de ces manuels, il n’est que d’en lire des extraits: «L’identité sexuelle est le fait de se sentir totalement homme ou femme. Et ce n’est pas si simple que ça en a l’air!» nous dit ainsi le manuel Hatier. «Cette identité dépend[…] du conditionnement social. En effet, chacun apprend à devenir homme ou femme selon son environnement, car on ne s’occupe pas d’un petit garçon comme d’une petite fille: on ne les habille pas de la même façon, on ne leur donne pas les mêmes jouets...»

 

Le discours est profondément malhonnête. D’abord, l’usage de la robe voire de la jupe, même pour les petites filles, tombe hélas en désuétude, et l’on voit désormais indifféremment garçons et filles en pantalons ou en jeans, réputés plus pratiques alors qu’ils sont d’une épouvantable laideur. Il est vrai cependant qu’on ne propose qu’aux petites filles, pour l’instant, des strings, des bikinis, et des poses lascives dans les pages de Vogue. Patience, le tour des garçons viendra. En tout cas, nul ne peut nier que les différences tendent à disparaître dans les tenues vestimentaires des enfants. Quant aux jouets, n’importe quelle mère pourra témoigner que les garçons s’intéressent rarement aux poupées de leurs soeurs, et que les filles ne demandent pas souvent des fusils, sabres, et autres engins de guerre pour leur anniversaire.

 

La malhonnêteté consiste plus profondément dans la relation de cause à effet qui est suggérée en filigrane : les filles seraient conditionnées à devenir des femmes dès la plus tendre enfance, via les jeux qu’on leur propose. Les rédacteurs du manuel écartent d’emblée l’idée que l’on offre tel ou tel jouet à un enfant après avoir constaté que l’il se portait plus volontiers vers telle occupation ludique que telle autre.

 

Un adolescent, même s’il a des frères et soeurs, n’a pas nécessairement fait le constat par lui-même de la différence patente de comportement entre filles et garçons, et l’argumentation du manuel peut lui sembler satisfaisante, il est donc fort probable qu’il soit convaincu par cette introduction. D’ailleurs, poursuit le manuel, nous avons la preuve que l’identité est une question culturelle, car il existe dans d’autres culture trois genres: l’homme, la femme, etc. Et là le livre est bien en peine de catégoriser le troisième genre: «une troisième catégorie, considérée comme ni femmes ni hommes(sic), tels que les berdaches Nord-Amérindiens ou les Fa’afafine en Polynésie: ce sont biologiquement des hommes mais qui se comportent de manière typiquement féminine.»

 

Ces tribus primitives doivent-elles donner le la à nos sociétés occidentales? Pas d’“homophobie”, en effet, chez les Indiens d’Amérique et les Polynésiens: «Mahus ou fa’afafines peuvent avoir une vie sexuelle et être en couple avec un homme ou une femme sans être considérés comme homosexuels, car ils constituent un véritable troisième genre.»

 

L’élève est aussi amené à s’émerveiller de ce que le singe bonobo ait des comportements sexuels «pas forcément liés à la reproduction», bref il faut comprendre que l’homosexualité n’est absolument pas contre-nature !

 

*

 

Comme tous les autres chapitres, ceux-ci comportent des exercices qui achèveront de graver dans la mémoire de nos chères têtes blondes (et crépues) la théorie abracadabrante. Dans un exercice de «vrai ou faux» du même manuel Bordas, l’élève doit réfléchir à la proposition C: «l’identité sexuelle peut être en désaccord avec le phénotype sexuel» et la proposition D: «il existe un stade chez l’embryon pour lequel il n’y a pas de différence entre un individu masculin et un féminin.» L’une des deux est exacte, la deuxième. Dans les sept premières semaines d’une grossesse, les organes sexuels du fœtus ne sont pas formés ; cela ne signifie pas pour autant qu’il n’est pas déjà un petit garçon ou une petite fille en puissance, puisque l’on sait que le sexe dépend d’un chromosome X ou Y donné par le spermatozoïde au moment de la conception. Cette vérité scientifique sert de justification au mensonge que l’on veut imposer à l’école: «l’identité sexuelle peut être en désaccord avec le phénotype sexuel.» Le manuel Hachette pousse l’absurde plus loin en écrivant, à côté d’une photo représentant deux homos hilares à la Gay Pride: «Tout le monde a le droit élémentaire à une sexualité épanouie.» A cette affirmation correspond aussi un exercice: «Expliquer pourquoi l’orientation sexuelle fait partie de la sphère privée.» Il est loin, le temps des calculs de la superficie du champ d’un agriculteur, ou du bénéfice de l’épicier exprimé en anciens francs!

 

On pourrait multiplier les exemples tous plus scandaleux les uns que les autres.(1) Simone Veil est bien sûr mise en avant ainsi que le féminisme ; est dressée une peinture caricaturale de la famille traditionnelle; un encadré intitulé «que pense la Bible de l’homosexualité?» affirme «l’Eglise ne condamne pas les personnes homosexuelles» en omettant de préciser que l’homosexualité y est absolument interdite et condamnée.

 

L’enseignement catholique sous-contrat— mollement— et des associations catholiques comme les AFC, ainsi que des membres de la FSSPX— plus vigoureusement—, ont protesté contre les nouveaux programmes et proposent des pétitions sur internet. Christine Boutin a rédigé une lettre ouverte au ministre de l’Education Luc Chatel afin de demander la révision des manuels avant la rentrée. Des questions écrites à l’adresse de Luc Chatel ont été rédigées par des députés UMP et publiées au Journal Officiel. Aucune réponse n’a bien évidemment été faite.

 

Ces demandes légitimes sont même attaquées par le syndicat UNSA Education pour qui «les associations familiales catholiques lancent leur nouvelle croisade. Elles ont décidé de s’en prendre aux programmes de première des SVT et, comme le rappellent les programmes, à l’acceptation des différences». Et le syndicat d’agiter le spectre de l’intégrisme et d’invoquer la laïcité. Les autres syndicats ne sont évidemment pas en reste.

C’est de toute façon l’affrontement du pot de terre contre le pot de fer, et l’issue ne fait pas de doute, faisant de l’école de la République, de plus en plus, une matrice de citoyens dociles : dociles face à la version officielle et obligatoire de l’histoire de France et de l’Europe, persuadés du bien-fondé d’une tolérance qui, en matière de moeurs, est une licence, et enfin convaincus non pas de l’égalité des races mais, anti-racisme oblige, de la supériorité de toutes sur la race blanche.

 

Pour les catholiques, elle devient de plus en plus l’école du diable; pour tous elle est une école de médiocrité, dont on sort au mieux inculte, au pire illettré, et, comme le débat sur le gender nous l’enseigne, programmé pour accepter sans réfléchir toutes les opérations de propagande, même les plus abominables.

 

Avant d’être politique, économique, sociale ou écologique, la crise inouïe que nous vivons est morale et spirituelle. Aucun redressement n’est possible sans le rétablissement des valeurs traditionnelles tant dans la vie individuelle que sur le plan collectif.

Partager cet article

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Articles de J. B.
commenter cet article

commentaires

Mango 20/08/2011 23:17



La solution est simple: jeter les manuels de nos enfants des la rentree ;) 



dupuy le doublet 01/08/2011 10:48



Excellent article, toutes mes félicitations, il est bon de rappeler des fondamentaux !


En complément de votre analyse, je voudrais rapporter le propos d'un médecin libanais, envoyé en internat en France — tant le numerus clausus limite les vocations françaises et dans le cadre des
échanges internationaux. Ce jeune médecin prétendait que l'homosexualité n'est pas un état naturel mais la résultante d'un choc affectif rencontré par un individu (male ou femelle) dans son
enfance. Choc causé par son père, sa mère, les deux, ou leur abscence, toutes causes d'ordre parentale et qui confirmerait, s'il en était besoin, que l'homosexualité est effectivement
contrenature.


Après, interviendrait dans la "persévérance" de cette déviation, des habitudes et des (mauvais) goûts inhérents à la nature humaine.


Bon courage



jeannette 28/07/2011 00:39



Bravo pour cet article. Il faut se tenir au courant précisément de ce dont on parle, de ce qu'on veut dénoncer. Que ce soit sur la question de l'homosexualité, du gender ou de l'avortement,
souvent ceux qui se font un devoir de dénoncer tel et tel travers n'ont pas vraiment le sens de la répartie, n'arrivent pas à mettre le doigt sur la malhonnêteté du type en face. Sauf exception,
comme SOS Tout Petit par exemple. Merci de nous donner des arguments.


 


Ce sujet devrait intéresser aussi ceux qui ne sont pas catholiques, à la différence des sujets qui divisent comme l'avortement ou l'euthanasie. Car qui parmi les natios, même non catho, voudrait
considérer comme un idéal une société de "faafine"?


Et puis les différences ne sont pas visibles juste entre les jambes. Je ne suis pas femme uniquement à cause de mon vagin, non mais qu'est-ce que c'est que cette histoire? Et si je décidais (via
ce nouveau "droit de choix d'identité sexuelle"?) d'être un homme, je n'en serais pas un, rien à faire.


Ceux qui défendent le mieux cette idée sont... les trans! Eux qui pour changer d'identité CHANGENT DE SEXE! Eh oui, et ça l'article ne le souligne pas, SI SEXE BIOLOGIQUE ET IDENTITE SEXUELLE
N'ETAIENT PAS LIES, POURQUOI LES TRANS SE FERAIENT-ILS DES PIQURES D'HORMONES POUR CHANGER DE SEXE ET D'APPARENCE?