Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 09:49

 

http://www.lanouvellerepublique.fr/var/nrv2/storage/images/contenus/articles/2012/03/23/sondage-bva-pqr-melenchon-decolle/16961626-3-fre-FR/Sondage-BVA-PQR-Melenchon-decolle_reference.jpg

Solange me devance ce matin en parlant dans son dernier commentaire de ce qui allait faire l'objet de cet article, le dernier sondage BVA. Les grands esprits se rencontrent !

 

Les courbes des sondages se croisent... et pas seulement celles de Sarkozy et de Hollande mais celles, c'était prévisible, de Mélenchon et de Marine Le Pen. Le premier n'a aucun mal à faire de sa campagne un succès, étant donné la médiocrité du candidat PS, la conjoncture économique et sa grande gueule dont il se sert pour apparaître comme un homme de conviction. Car Mélenchon, quand il braille, le fait souvent dans un français correct ; il n'alterne pas les diatribes et les chansonnettes, ce qui le rend un peu plus crédible comme homme politique. Ajoutons qu'il sait toucher le coeur de la populace avec le seul discours de haine autorisé dans ce pays : la haine des chefs d'entreprise et de tout ce qui a un peu de bien. Ah, ça ira, les artistocrates à la lanterne ! Rien n'a changé depuis 1789, l'envie est le péché sur lequel Mélenchon a décidé de baser son succès. MLP fait pâle figure avec son discours politiquement correct, ses yeux de Chimène pour les juifs, pour les Français de papier, son incapacité à débattre avec un contradicteur.

 

A débattre avec Mélenchon, par exemple. Elle avait dédaigneusement argué du fait qu'ils ne boxaient pas dans la même catégorie : que dirait-elle, aujourd'hui qu'il est devenu le troisième homme de cette campagne?

 

Comment expliquer une telle dégringolade, des 20% qu'elle s'attribuait au petit 13% de ce dernier sondage? Sans doute à cause de sa stratégie de "dédiabolisation". Ne sont-ce pas les dérapages, ces petites phrases jouissives dont les journalistes se repaissent, n'est-ce pas la liberté de ton et de pensée, même relative, dont faisait preuve Le Pen père, qui ont fait son succès? Les électeurs du FN étaient des nationalistes convaincus ou des Français excédés par les conséquences de l'immigration et l'alternance sclérosante de l'UMPS. Les nationalistes ont été chassés, et les Français excédés, désireux de donner un "coup de pied dans les urnes", déçus du politiquement correct, du comité de campagne black-blanc-beur par exemple, ne se dirigeront-ils pas vers l'étoile rouge montante qui leur promet monts et merveilles ? 

 

La seule chance de MLP était le retour aux fondamentaux. Elle devait rester une voix discordante dans cette campagne. Mais MLP a des convictions (si, si) : des convictions aux antipodes des fondamentaux de l'ex-FN. Elle en paie le prix aujourd'hui.


Partager cet article

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

Solange 24/03/2012 12:58


Pour pousuivre la réflexion de ALF au sujet d'Alain Soral, je dirais qu'il a quand même fini par avouer qu'elle était la candidate "la moins sioniste"... Belle litote ! En réalité le néo-Front
(ex)National dénaturé a rallié les droites populistes européennes qui vont en Israël recevoir l'autorisation d'exister en Europe. N'est-ce pas ce que la fille de JMLP essaie de faire depuis 2 ans
? Soral ne veut pas le voir car il est aveuglé par l'artifice médiatique du personnage.


 


Par ailleurs, ce n'est pas la seule incohérence du personnage, et peut-être même la plus grave. Soral est passionnant et vraiment intéressant mais là où toute sa démonstration s'écroule et
s'annule, c'est quand il croit voir dans l'islam un rempart voire une résistance au Nouvel Ordre Mondial. Je ne vais pas entrer dans le détail des causes diverses qui égarent ici Soral alors même
que sa théorie est battue en brêche à chaque fois qu'il essaie d'infiltrer les milieux musulmans. Je me contenterais de rappeler que l'islam :


1) est un Empire lui aussi, et mondialiste


2) est complice du mondialisme occidental puisque c'est en Europe qu'il accélère la décomposition des nations


3) est l'allié du judéo-talmudisme dont il partage la culture (il n'y a qu'à observer la solidarité des talmudistes et des islamistes dans l'affaire du Hallal ou suite aux récents événements de
Toulouse).


Cet égarement de Soral, pourtant très intelligent, est très étonnant. A ce niveau, il ne fait plus une analyse factuelle et comparative, il obéit à une fixation. Dommage, ça gâche tout ce qu'il a
d'intéressant à dire à côté !

Gargamel 24/03/2012 09:27


le 23 mars dernier , invité de la chaine LCP , monsieur Henri Guaino ,secrétaire de camagne de Nicolas Sarkozy ,affirmait que les résultats des sondages , la percée de Monsieur Mélanchon
,  étaient " je cite "une bonne nouvelle pour la démocratie".C'est dire si la collusion et l'entente entre "Gaullistes" et communistes est encore et toujours bien réelle , même si
l'étiquetage a été modifié.L'entretien peut être visionné chez Dailymotion , ou sur le site Orange.fr sous le titre l'UMP se félicite de Mélanchon.Preuve que madame Le Pen  n'a jamais
constitué une menace pour la "république" , mais également qu'elle a sous estimé ses adversaires.Grave erreur en effet , mais hélas pas la seule.  

Cédric 23/03/2012 20:43


J'ai eu hier au téléphone un (vieille) adhérent du FN avec qui j'entretiens de bons rapports qui me faisait la remarque suivante: "Marine ayant passée outre les fondamentaux du FN se voit
dégringoler dans les sondages. Elle y revient maintenant, mais cela n'est-il pas trop tard? N'est ce pas même une certaine facette de son électoralisme? Dire qu'elle se propose comme une
candidate hors et donc contre le Système, voilà qu'elle fait comme les Sarközy et les Hollande. Apparement, le FN c'est devenu l'UMP" me confiait-il.


 


 

Gargamel 23/03/2012 20:23


"Mais MLP a des convictions (si, si) : des convictions aux antipodes des fondamentaux de l'ex-FN. Elle en paie le prix aujourd'hui."
dites vous.


J'ajouterai tout de même que nous en payons également le prix.Les divisions apparues depuis la naissance du FuN laisseront des traces
pour de très longues années.Et il nous sera difficile d'opposer à nos adversaires une équipe de "résistants" crédibles , une équipe qui puisse convaincre les millions de "lobotomisés". Chacun
peut dès maintenant désigner les responsables d'un tel gâchis car il y en a. Tout est à reconstruire et la tâche est tellement immense qu'elle parait impossible.A moins d'un miracle , je crois
bien que tout ne soit foutu.


Et puis comme disait Charles Maurras "la république se défend bien".la preuve le FuN lui sert même la soupe
.

Alf 23/03/2012 19:07


Acte 1


Malheureusement, il y a encore des gens qui ont besoin de garder leurs illusions pour vivre ou espérer ou de croire en quelqu'un à qui se raccrocher. Mais la réalité, c'est que parfois le théâtre
et la vie réelle n'en font qu'un qui permet de perdurer à se nourrir de cet illusion. C'est le principe qui croit encore au père Noêl dans la crédulité.

Il existe des problèmes sans solution et des situations sans alternative à court terme. Il faut l'admettre et cesser d'essayer à tout prix de boucher n'importe quelle case avec n'importe qui.

Je n'ai pas de mépris pour le clan Le Pen qui a su fort bien manager ses affaires, le FN aurait pû être surnommé le "front familial". Chez les "LE PEN", ils savent compter l'argent et de garder
en main leur boutique, et après tout, ils ont raison tant qu'une masse de crédule continuent à voter pour eux, au point que LE PEN est rentré dans leur cerveau une marque comme un produit.

En revanche, j'ai beaucoup de colère par contre à leur égard car ils ont confisqué les idées nationales à leur seul bénéfice et, s'agissant de JMLP, largement contribué à leur diabolisation.

Leurs agissements ont porté préjudice au camp national et ont réussi, selon le mot de je ne sais plus qui, à transformer un boulevard en impasse.

Et à propos d'Alain Soral, dont je garde tout mon estime de ses analyses en bonne partie remarquable, avec son antisionisme, c'est tout de même étonnant qu'il s'est rabiboché avec l'héritière,
grand bien lui fasse, sans doute y trouve-t-il son compte, parce que là çà déraille complètement dans l'incohérence en matière politique, car Marine ne pense qu'à une chose c'est de lécher le cul
d'Israel pour se faire élire présidente ou se faire accepter dans un gouvernement, en se dédiabolisant et à tous les coups, elle finira par être l'ombre d'elle-même. En politique, un adversaire
sans réel pouvoir sera estimé par ses ennemis que si il se bat sans se coucher devant lui.

Cependant, Soral est intelligent, jusqu'à preuve du contraire mais qu'il la considère comme une "alternative valable" me fait carrément hurler de rire. Je préfère croire qu'il y a intérêt car non
seulement ce n'est pas un politicien mais plutôt par opportunité de rebondissement pour y rester sur la scène politique ou publique.

Sans vouloir faire de promotion à un livre, je vous recommande de lire FN ... tout çà pour çà de Anne Kling, et j'en ai croisé des anciens du FN, je peux vous dire qu'ils ont bien ramé avec ce
mouvement et la fille n'en vaut pas mieux, car elle ne s'appuie que sur les médias, le FN durant 40 ans n'a quasiment aucune implantation, tout ceux dans le passé qui ont réussi, ils ont été
purgé, viré ou terminé en embrouille. Louis Aliot, son surnom au FuN c'est loulou la purge et le compagnon de MLP, çà en dit long dans le genre de parti politique à la familiale.


Acte 2


Distinguons entre déteindre un parti et le diaboliser, c'est tout de même différent. Le FuN a un passé que les journalistes ne cessent de le rappeler, MLP a beau d'avoir fait le nécessaire mais
toujours une caméra qui ira trouver la vraie pensée des militants. Que plutôt de s'aplatir devant le système comme elle le fait ( et on y perd à tous les coups ), autant d'assumer une position
qui ne plaît pas aux adversaires. Le système lui demande 2 choses d'abord de renier son père, ce qu'elle ne fera pas, et de s'excuser encore et encore jusqu'à peut être et c'est pas sûr. Je
comprends que c'est plus simple de s'infiltrer dans un parti mais il a ses fondamentaux de départ et depuis ses changements lignes et le rappel dans l'esprit ce que le FuN a fait. Le plus simple
c'est de reconstruire un mouvement à partir de 0, en sachant que l'on peut récupérer cet électorat à moins qu'ils soient aussi con que les consommateurs par le marketing. Le nouveau parti n'est
plus le FuN avec ses LE PEN. Aujourd'hui, le FuN est une coquille vide, ceux qui sont partis ou se sont fait éjecter on rejoint la plupart Carl Lang, j'ai eu l'occasion de le voir sur i-tele, il
passe bien dans la communication car clair, net et direct. La journaliste ne lui a même pas perturbé dont il assume ouvertement et pleinement sa position. Le bloc identitaire, leur problème c'est
qu'ils agissent dans l'opportunité donc leur ligne fondamentale est changeante ou contradictoire. On peut espérer chez E&R mais avec Soral qui n'est pas politicien, c'est un handicap. Second
problème, ils n'ont pas l'expérience des élections, vous direz çà s'apprend à moins qu'ils arrivent à trouver des expérimentés, vu la tendance jeune, c'est pas gagné. 3ème problème, au vu ce que
j'ai croisé, trop intello et généralement les intellos dans la pratique ou la réalité c'est des boulets. La culture de E&R n'est pas la même que chez Carl Lang ou le FuN, cependant Carl Lang
c'est l'union de la droite nationale donc c'est plusieurs partis avec leur sensibilité différente de chacun. Pour finir, il n'y a rien à attendre en politique, juste que les mouvements comme les
nôtres servent de vitrine et permet de s'organiser à la résistance jusqu'à l'écroulement du système, à moins que certains sont prêt à mourir pour l'abattre avec le peu de moyen en leur
possession, c'est honorable de leur part mais pour des pruneaux au bilan. Voilà, c'est tout ce qu'on peut faire pour le moment et en vue.


Acte 3


Si vous vous voulez réussir en politique à gagner l'esprit des électeurs, il y a une règle et très efficace pour que le mouvement quelconque est les reins solides parce que vous entrez dans la
scène politique, ne l'oubliez pas que c'est un point capital, c'est d'être radical sur 2 ou 3 axes, exemple du Vlaams Belang c'est l'indépendance de la Flandre et l'immigration, çà c'est le
fondamental de la création du parti. Vous devez garder votre cap jusqu'à obtenir des résultats électoraux environ à 25% en assumant totalement votre position quelque soit les remous de vos
adversaires et des médias-presses pravda, peu importe le temps qui y mettra. Le cas du FuN en 2007 a tout fait sauter en l'air, il a adouci le discours par l'influence de Soral, résultat 10%,
parce qu'ils ont cru que le fait en 2002 JMLP a été au 2ème tour, grave erreur car il n'a pas franchi les 20%, qu'il s'est permis d'adoucir sa radicalité, c'est pour çà que je vous dis que
maintenant le FuN est dans une totale impasse, que Marine a repris le FuN en main c'est une chose mais en s'appellant LE PEN c'est un handicap, à jouer la carte people ou la conformité dans le
système c'est reparti un tour à ramer du vent pendant des années. Il aurait fallu soit qu'elle reprend la ligne fondamentale du FuN au départ ou soit de recréer un autre parti, ni l'un ni l'autre
car son papa contrôle toujours le FuN par son système cotelec. La radicalité est la même quelque soit le parti qui rentre en scène politique sinon c'est qu'il est complice avec les partis du
système dominant. Tenir jusqu'à 25% en radicalité est une assurance pour le parti qui répond bien à une attente de cet électorat et qu'il ne sera pas volatile comme çà a été le cas en 2007 avec
le FuN. C'est seulement une fois que vous avez atteint environ 25% que vous pouvez adoucir le discours. Entre le départ et 25%, en restant sur les 2 ou 3 axes, vous pouvez développer votre
discours mais en restant dans la radicalité puisque le but c'est un vrai changement de politique fondamental dans le destin du pays. Par mon expérience, sachez une chose, quelque soit le parti
politique, à l'intérieur ceux sont toujours les plus radicaux qui influencent le mouvement et ses adhérents. MLP ne fait que de la souplesse, du people, de la conformité pour se faire accepter
par eux et essayer de gagner des électeurs en confiance à cause du passé, avouez c'est tout de même loin de s'attendre un véritablement changement en laquelle elle se condamne à faire de la
compromission qui ne fera d'aboutir dans le moule où le système l'attend. Faire de la politique c'est de combattre jusqu'au bout sa position ferme et sans concession, et non de complaire aux
autres dont votre âme n'existe plus à partir de là.