Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 15:42

http://www.google.com/hostednews/afp/media/ALeqM5j0VCiJeSEqcbpIO0gXVKpReAGm6Q?docId=photo_1347538247672-4-0&size=s3

 

Après la gifle donnée par un parent d'élève, c'est avec des coups de poings qu'un élève a cru bon d'inviter son professeur au débat. Les deux premiers incidents d'une série qui sera sûrement très longue, comme chaque année.

 

 

BORDEAUX — Un professeur de Bordeaux a été roué de coups mardi par un élève de 18 ans après une altercation lors d'un cours sur le système politique marocain, une deuxième agression d'enseignant en deux jours, qualifiée jeudi d'"inacceptable" par le ministre Vincent Peillon.

 

L'élève du lycée professionnel Trégey à Bordeaux a asséné mardi après-midi à son enseignant plusieurs claques et coups de poings avant d'être interpellé, a-t-on appris jeudi auprès de la direction de l'établissement et de la police.

Il doit faire l'objet d'une comparution dans les prochains mois devant le tribunal correctionnel pour "violences sur personne chargée d'une mission de service public et dégradations".

 

Le proviseur du lycée, Dominique Margueritat, a évoqué un différend qui a surgi pendant un débat en cours sur le "système politique du pays dont est originaire l'élève, le Maroc", une "situation pédagogique banale n'ayant rien à voir avec la religion".

 

Source.

Partager cet article

Repost 0
Published by Rivarol blog - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

gargamel 16/09/2012 17:30


L'immigration est une chance pour la France , c'est du moins ce que nous affirmait l'Askhénase Stoleru Lionel.L'UMPS , le PC , les zécolos , tous leurs militants y compris le gros bataillon
d'enseignants et syndiqués sont également convaincus que l'immigration apporte une richesse inestimable à notre pays. Le ministre de l'EN également n'est ce pas monsieur Peillon. Donc il faut en
conclure que cet enseignant bordelais n'a eu que ce qu'il méritait : profiter de cette richesse inestimable que représente la venue et l'installation chez nous de millions
d'allogènes.Moralité  : l'immigration constitue un progrès qui doit être partagé par tous y compris les gens de gauche et de la fausse droite UMP.

Rivarol blog 17/09/2012 15:15



Précisions lues dans Le Monde:


Mardi 11 septembre, le cours sur le fait religieux en France depuis 1880, inscrit au programme, a commencé depuis cinq minutes quand le jeune Marouane arrive. Le lycéen, connu pour des problèmes
de discipline mais pas de violence, pose une question : "Pourquoi, moi qui suis Marocain d'origine, de confession musulmane, je me sens en décalage avec les valeurs de l'école
républicaine ?", rappelle en substance l'enseignant contacté par Le Monde. M. Cavagnac lui fait part des"différences de systèmes politiques" entre
la "France démocratique et républicaine" et le "Maroc, une
monarchie au fonctionnement dictatorial". Selon l'enseignant, le garçon n'a pas supporté : ses propos sont devenus violents et incohérents. Personne n'a réussi à le raisonner. "Il existe des élèves qui ne sont toujours pas capables de faire la différence entre savoir et croyance, explique, avec recul, le professeur. Pour certains
gamins, critiquer le Maroc, c'est lescritiquer eux-mêmes, avec un réflexe identitaire hâtif."


L'ancien professeur de région parisienne le prévient qu'il va devoir contacter ses parents. La colère du jeune homme s'amplifie et des chaises volent. Exclu, le garçon
va voir le conseiller principal d'éducation (CPE). Quand le lycéen ressort, il croise l'enseignant dans
l'escalier. "Et là, c'est devenu délirant, lâche la victime qui assure pourtant ne conserver ni blessures ni traces de coup et n'a pas souhaitévoir un médecin. Il m'a quasiment couru après. J'ai reçu quelques gifles, coups de poing, même
un coup de tête, mais il n'a pas frappé comme il aurait pu. Il a surtout voulu me provoquer pour que je rentre dans son jeu, ce que je ne voulais pas." Lapolice est rapidement intervenue et, à la fin de sa garde à vue, le jeune homme est venu s'excuser auprès de son professeur.